Principal

Hydronéphrose

Problèmes d'uriner chez les femmes

Tous les processus physiologiques devraient normalement se dérouler sans difficulté, sans donner à une personne des sensations désagréables, des difficultés à uriner chez la femme, est souvent constatée. Le corps élimine 80% de tout le liquide consommé pendant la journée, le reste est expiré par les poumons et s'évapore à travers la peau. Lorsque les premiers symptômes apparaissent, vous devez consulter un spécialiste, le trouble peut évoluer et entraîner des complications graves.

Les principales causes de l'évolution du problème

Causes de la difficulté à uriner chez la femme:

  • Calculs rénaux ou vessie. De plus grandes formations bloquent partiellement ou complètement le passage et interfèrent avec l'écoulement normal de l'urine. Dans ce cas, le patient ressent une douleur intense..
  • Néoplasmes de nature différente qui, lorsqu'ils sont envahis, atteignent des tailles impressionnantes et bloquent le canal urinaire.
  • Lorsqu'elle est infectée, l'urine est excrétée avec du sang, des masses purulentes et d'autres impuretés, qui deviennent souvent une cause de troubles de la vidange.
  • Inflammation de la vessie et de l'urètre.
  • Les maladies sexuellement transmissibles peuvent provoquer des mictions difficiles.
  • Pathologies neurologiques causées par la chirurgie ou l'utilisation de médicaments agressifs.
  • Apport incontrôlé de médicaments diurétiques.
  • Contraceptifs oraux, dont beaucoup ne sont pas destinés à un usage continu.
  • Porter un enfant. La charge sur les organes du système excréteur augmente.
Retour à la table des matières

Les principaux symptômes de la difficulté à uriner chez les femmes

Chez une personne en bonne santé, la vidange de la vessie ne doit pas provoquer d'inconfort, en cas de violation de la fonction du système urinaire, l'urine est excrétée en petites portions. Les principaux symptômes comprennent:

S'il n'y a aucune envie d'uriner, vous devez immédiatement consulter un médecin ou appeler une ambulance.

Mesures diagnostiques

S'il y a une violation visible de la miction, après avoir contacté le médecin, un diagnostic approfondi sera prescrit pour identifier la cause de la maladie:

  • Inspection de spécialistes spécialisés: endocrinologue, gynécologue, urologue, neuropathologiste.
  • Analyse clinique de l'urine, qui montrera la présence de protéines, de sang et de sels, ainsi que des changements quantitatifs dans les indicateurs.
  • Test de Reberg pour lequel du sang et de l'urine sont prélevés.
  • Une numération formule sanguine complète qui détectera la présence d'un processus inflammatoire dans le corps.
  • Chimie sanguine.
  • Écouvillon urétral pour les infections.
  • Échographie des organes du système excréteur.
  • Urographie.
Retour à la table des matières

Difficulté à uriner

La miction difficile chez les femmes peut être guérie avec une approche intégrée. La thérapie vise à:

  • inhibition des manifestations de la maladie;
  • élimination du problème lui-même;
  • destruction des agents pathogènes.

La strangurie chez les femmes causée par l'éducation sur le cancer est traitée dans la plupart des cas par la méthode chirurgicale. Pour augmenter les chances de guérison sans développer de métastases, le patient est un certain temps dans un hôpital sous la surveillance de médecins. La partie principale de la thérapie consiste à prendre des médicaments anticholinergiques. Leur action peut améliorer la fonction musculaire lisse et éliminer la pathologie existante..

Si la difficulté à vider la vessie a provoqué une infection par des bactéries pathogènes, le traitement est complété par des agents antibactériens: clarithromycine, amoxicilline, amoxiclav et autres. Si le patient présente une symptomatologie prononcée et que des mictions fréquentes s'accompagnent de douleur et de douleur, je prescris des lubrifiants:

Entre autres choses, la tâche est d'accélérer l'écoulement de l'urine et de soulager l'inflammation, à ces fins, utilisez:

Dans la plupart des cas, les problèmes de miction chez les femmes se produisent en raison d'une diminution de la résistance du corps. Pendant la période de thérapie, il est important de suivre un cours d'immunomodulateurs.

C'est une mauvaise idée de traiter la miction lente avec des remèdes populaires, les préparations à base de plantes ne pourront pas éliminer l'agent causal de la maladie, et sans l'avis d'un urologue, l'automédication entraînera le développement d'un cancer. Pendant la période de récupération, vous pouvez appliquer des décoctions de guérison en petites portions, mais il faut garder à l'esprit qu'elles auront un effet auxiliaire.

Méthodes de prévention

Pour éviter des conséquences indésirables, une femme doit être plus attentive à son état de santé. Il est recommandé de vous protéger contre les contacts sexuels à risque, ainsi que contre l'hypothermie. Il est obligatoire de porter des sous-vêtements en tissus naturels afin que la peau ne «suffoque pas» et qu'il n'y ait pas de terre pour la propagation de bactéries pathogènes. Une mauvaise nutrition doit être ajustée. Tout ce qui est gras, frit, épicé, salé est retiré de l'alimentation. Lorsque des difficultés à uriner chez les femmes se développent, vous devez immédiatement y prêter attention. Le traitement des premiers symptômes est moins traumatisant que l'élimination des complications de la maladie.

Problèmes de miction féminine: causes courantes

Le contenu de l'article

Qu'est-ce que la dysurie a à voir avec cela??

En parlant de difficulté à uriner chez les femmes, dont les causes peuvent être différentes, il faut se souvenir de la dysurie. Très probablement, le patient entendra ce terme dans le bureau de l'urologue. Qu'est-ce que la dysurie chez les femmes?

En médecine, il n'y a pas d'interprétation unique du concept de dysurie, qu'est-ce que c'est pour les femmes et les hommes? La traduction latine de ce mot est «absence, manque», et les Grecs ont utilisé ce mot pour signifier tout mauvais, difficile, anormal. En conjonction avec la fin du mot (-urie), il s'avère que ce terme se réfère à tout inconfort qui apparaît chez le patient lors de l'urination.

La dysurie accompagne presque toutes les maladies urologiques, mais elle peut apparaître en raison de problèmes neurologiques ou avoir un caractère fonctionnel.

Comment les problèmes urologiques peuvent-ils apparaître?

Les problèmes de miction chez les femmes se manifestent de différentes manières, et tous les patients décrivent les symptômes qui apparaissent de différentes manières. En moyenne, les symptômes peuvent être divisés en plusieurs sous-groupes:

  1. L'urine sort en un flux très mince. La pression du flux d'urine peut être qualifiée de lente, à peine fluide.
  2. Le processus de miction commence non pas lorsque la femme le veut, mais après un certain temps, après quelques secondes. Parfois, pour cela, vous devez pousser.
  3. Manque de sensation d'une vessie vide. Les patients se plaignent de ne pas être satisfaits de l'utilisation des toilettes et, immédiatement après avoir quitté la salle de bain, ils sont prêts à y retourner..

Qu'est-ce qui peut provoquer des troubles de la miction chez les femmes?

Il existe des troubles fonctionnels qui apparaissent naturellement dans le corps féminin et ne nécessitent pas de traitement urgent ou ne sont pas du tout considérés comme des problèmes, bien que la femme ressente la nature modifiée de la miction. Il s'agit, par exemple, de l'entrée dans la phase de ménopause. Un changement dans le fond hormonal entraîne une restructuration complète du corps, les visites nocturnes aux toilettes deviennent plus fréquentes. Si le nombre de ces déplacements ne dépasse pas deux, les médecins ne recommandent pas de sonner l'alarme et considèrent cette situation comme la norme.

Quelles raisons devraient alerter une femme? Ceux-ci inclus:

  1. Apport diurétique incorrect. Une attention particulière doit être accordée aux cas où une femme prend des diurétiques par elle-même, sans la recommandation d'un médecin, ou dépasse la posologie prescrite par un spécialiste.
  2. Facteurs mécaniques (corps étrangers dans le système génito-urinaire, rétrécissement de la lumière de l'urètre). Malheureusement, cette raison ne peut être identifiée que par les résultats de la recherche échographique. Il est impossible de déterminer indépendamment des corps étrangers ou un rétrécissement dans l'urètre.
  3. Pathologies des organes féminins. Il s'agit notamment de l'endométriose, du prolapsus de l'utérus, des fibromes et d'un certain nombre d'autres maladies. La miction difficile chez les femmes pour une raison urologique est plus probable s'il y a des problèmes gynécologiques. Les statistiques montrent que leur élimination prématurée de 30% augmente le risque de conséquences sous forme de maladies urologiques.
  4. Pierres dans les reins. Une autre raison qui peut être identifiée exclusivement par échographie. Des calculs rénaux peuvent apparaître en raison des prédilections gastronomiques particulières du patient et de leur prédisposition à ce processus..
  5. Maladies inflammatoires du système urinaire (urétrite, pyélonéphrite, cystite). La dysurie dans ce cas est une conséquence bien fondée de l'évolution de la maladie.
  6. Néoplasmes dans les organes du système génito-urinaire. Toute augmentation des tissus dans la région de la vessie et de l'urètre entraîne un rétrécissement significatif de la lumière de l'urètre ou une compression des organes, ce qui fait ressentir à la femme un désir constant d'uriner.
  7. Maladies vénériennes. Les bactéries et les virus altèrent non seulement la flore dans tout le système urogénital, mais provoquent également une irritation des cellules des parois et des muqueuses, ce qui entraîne des démangeaisons constantes, des brûlures, le désir d'aller souvent aux toilettes sans sentiment de satisfaction après le processus..
  8. Augmentation de la pression abdominale. Cette situation peut se produire si une femme s'expose à un effort physique excessif et excessif. Par exemple, la rétention urinaire chez les femmes est très souvent observée lorsque la patiente aime les sports motorisés - lever la barre, travailler avec des haltères lourds, etc..
  9. Grossesse. L'utérus en croissance exerce une pression sur tous les organes internes, y compris la vessie. Malheureusement, il est presque impossible de se débarrasser de cette condition, il vous suffit de suivre l'analyse d'urine.
  10. Troubles du système nerveux. Ce problème est particulièrement fréquent pour les femmes d'âge respectable. La rétention urinaire chez les femmes âgées est observée 2 à 3 fois plus souvent que chez les femmes plus jeunes.

Mesures préventives et recommandations générales

Bien sûr, pour toute violation du fonctionnement du système génito-urinaire, il est nécessaire de consulter un médecin, et ce n'est que de cette manière que les complications et les conséquences, qui surviennent souvent en ignorant les premiers symptômes, peuvent être évitées. Mais il existe des règles générales dont le respect garantit, sinon guérit la dysurie, alors au moins un soulagement important.

Hygiène génitale

Le respect des règles d'hygiène personnelle doit être la base de chaque femme. Le manque de temps, la paresse, la réticence à aller à la douche sont des excuses qui peuvent répondre à l'avenir, et parfois les conséquences sont déplorables. Il est inacceptable d'utiliser des produits d'hygiène personnelle sans remplacement les jours critiques pendant plus de 5 heures d'affilée. Les fonds quotidiens doivent également être changés si nécessaire, au moins une fois par jour.

Volumes de liquide potable

Il n'est pas souhaitable de boire beaucoup de liquides la nuit, mais la consommation d'alcool le matin affecte rarement l'évolution de la dysurie. Souvent, les sorties nocturnes aux toilettes sont associées précisément à la mauvaise distribution de l'alimentation pendant la journée.

La combinaison d'alcool et de drogues

Il est inacceptable de boire des boissons alcoolisées en même temps que des diurétiques. Cela déshydrate le corps et entraîne une perturbation du processus de miction et des sensations désagréables dans le bas-ventre..

Gymnastique pour les muscles intimes

Les urologues du monde entier recommandent d'entraîner les muscles du plancher pelvien, pour lesquels les exercices de Kegel sont les meilleurs. Cette pratique est particulièrement populaire dans les pays européens. Les patients notent des améliorations significatives qui ont non seulement un effet clair et prononcé, mais aussi un effet durable..

Enfin, il est nécessaire de se conformer pleinement aux recommandations du médecin et au parcours thérapeutique prescrit par lui. L'erreur de nombreux patients est d'arrêter de prendre les médicaments lors de la rétention urinaire chez les femmes, dont les causes ont été identifiées précédemment, et d'autres symptômes désagréables disparaissent complètement. Il est particulièrement dangereux de le faire en présence d'une infection dans le corps. Non seulement le processus inflammatoire sans agents antibactériens et antiviraux continuera à se développer dans l'organe génito-urinaire, il est également dangereux que les agents pathogènes deviennent résistants à ce groupe de médicaments et le médecin devra choisir un nouveau médicament à traiter pour le patient. Il est également inacceptable de remplacer les médicaments prescrits par un médecin par des remèdes populaires, bien que l'efficacité de ces derniers soit également à un niveau assez élevé..

Le respect de ces recommandations améliorera considérablement le bien-être du patient et accélérera le processus de traitement..

Dysurie, difficulté à uriner chez la femme

La dysurie est une pathologie caractérisée par un phénomène tel que des difficultés à uriner chez la femme. Le tableau clinique dépend de la forme de la maladie et tous les symptômes indiquent des problèmes d'excrétion urinaire, ce qui augmente la probabilité d'intoxication du corps.

Les violations sont détectées en raison des plaintes des patients de sensations douloureuses qui se produisent pendant la miction ou d'une perturbation de l'activité du système urinaire, caractérisée par une intermittence, une insuffisance ou, à l'inverse, la fréquence de l'excrétion urinaire.

Problèmes de rétention urinaire chez les femmes

Alors, quelle est la dysurie chez les femmes, bien sûr. Cette pathologie est classée en plusieurs catégories, parmi lesquelles:

Le patient n'est pas en mesure de contrôler le processus de miction. Elle souffre d'une envie constante et d'un débit urinaire spontané. Le plus souvent, ces symptômes surviennent chez les femmes âgées..

Symptômes

Les problèmes de miction chez les femmes se traduisent par:

  • L'absence totale d'urine ou son isolement en très faible quantité.
  • Voyages longs et fréquents aux toilettes.
  • Débit d'urine irrégulier (pulvérisation, division en deux, orientation pure vers le bas).
  • Libération involontaire d'urine.
  • Douleur qui survient pendant la miction. Ils peuvent être localisés dans le bas-ventre..
  • Brûlure et démangeaisons à l'aine.
  • Fièvre.
  • Décharge anormale.
  • Turbidité de l'urine, un changement de sa couleur dû au sang.
  • Nausée et vomissements.
  • Insomnie.
  • Perte d'appétit.
  • Obstruction.
  • Condition subfébrile.
  • Condition fébrile.

Pour classer le problème de la miction chez la femme, il est nécessaire de comprendre quel processus est altéré: l'accumulation et (ou) l'écoulement d'urine. Les troubles combinés nécessitent un traitement plus complexe.

Le problème s'aggrave progressivement. Tout d'abord, un détrusor se produit, c'est-à-dire une hypertrophie des fibres musculaires de la vessie. Les muscles abdominaux et inguinaux se contractent plus souvent, ce qui entraîne une miction plus fréquente. Au début, ces mesures permettent de vider la vessie en temps opportun. Ce phénomène est appelé compensation. Bientôt, l'urine commence à s'accumuler. Il existe une décompensation, dans laquelle même des contractions fréquentes des fibres musculaires ne résolvent pas le problème de la miction chez les femmes. Le résultat est une rétention chronique d'urine.

L'ischurie aiguë est caractérisée par la soudaineté. Une vessie débordante provoque de la douleur. En l'absence de mesures opportunes, les conséquences peuvent être assez graves. Dans cette situation, vous devez immédiatement appeler une ambulance.

Les raisons

S'il est difficile d'uriner chez la femme, certains facteurs peuvent le rendre difficile:

  • Dommages mécaniques.
  • Urolithiase.
  • L'apparition de néoplasmes dans les vaisseaux sanguins, les organes du système génito-urinaire du tractus gastro-intestinal.
  • Voies urinaires.
  • Maladies infectieuses qui provoquent une inflammation du système génito-urinaire.
  • Augmentation de la pression abdominale.
  • Abus ou abus de drogues.
  • Automédication.
  • Addictions néfastes.
  • Des situations stressantes.
  • Exposition à basses températures.
  • Maladies sexuellement transmissibles.
  • Exercice excessif.
  • Malformations.
  • Prolifération de la muqueuse utérine (endométriose).
  • Prolapsus des organes du système reproducteur dû à un affaiblissement des muscles du plancher pelvien (prolapsus).
  • Pathologies du système nerveux central et périphérique qui affectent le processus de miction.
  • Perturbations structurelles.

La miction pendant la grossesse n'est pas non plus normale. La miction est généralement plus rapide en raison de l'augmentation de la pression sur les organes abdominaux. En conséquence, le risque d'infection pénétrant dans le corps augmente, ce qui entraîne des processus inflammatoires dans les organes du système excréteur. Les organes génitaux externes sont également sensibles à l'infection par la flore pathogène. Cela se produit particulièrement souvent au cours des premier et dernier trimestres.

Des problèmes de miction peuvent survenir avec la ménopause. Ils appellent donc une période de temps caractérisée par des manifestations pathologiques qui apparaissent en raison de l'extinction de la fonction de reproduction d'une femme.

Dans les deux types de diabète, la quantité d'urine excrétée augmente. La miction devient plus fréquente. Le patient est obligé d'uriner très souvent. La cystite aiguë est caractérisée par une fréquence accrue de la production d'urine du corps. Un symptôme de la lithiase urinaire est considéré comme une miction fréquente pendant la journée. Ce phénomène est dû au mouvement des pierres qui affectent les terminaisons nerveuses des muqueuses. Le processus s'accompagne de douleur..

Diagnostique

La survenue des symptômes ci-dessus est une bonne raison de consulter votre médecin. Plus tôt la visite aura lieu, plus le résultat positif sera rapide et les problèmes de miction seront corrigés. L'examen diagnostique commence par une enquête auprès du patient. Il renseigne sur les symptômes, la période d'apparition, les maladies concomitantes déjà notées dans l'anamnèse, les caractéristiques individuelles (allergies, grossesse), les médicaments pris récemment ou en cours aujourd'hui.

Elle est suivie d'un examen (palpation) et de prélèvement de matériel biologique pour la recherche en laboratoire (OAM, UAC, culture d'urine sur la flore, frottis). Vous devrez également consulter un gynécologue, un néphrologue, un chirurgien et d'autres spécialistes qui seront nommés par le médecin traitant.

L'examen échographique (échographie) des organes du système urinaire et reproducteur sert à détecter une éventuelle pathologie. L'examen échographique, le QUDI (utilisé pour surveiller l'état des organes du système excréteur) et la cystoscopie sont introduits dans le complexe de mesures diagnostiques.

Les données obtenues deviennent la base pour déterminer un diagnostic précis et prescrire un schéma thérapeutique pour éliminer les problèmes de miction. Dans ce cas, l'âge du patient doit être pris en compte. Différents médicaments et procédures sont sélectionnés pour une fille et une femme âgée, car un traitement inapproprié aggravera la situation..

Traitement des manifestations dysuriques

Cela dépend directement de la cause identifiée de la maladie. Les mesures thérapeutiques visent à éliminer la maladie qui a provoqué des problèmes de miction chez les femmes. Le choix des médicaments et des comprimés est basé sur une prédisposition génétique, des pathologies concomitantes, des allergies.

Le traitement comprend:

  • Ajuster le régime alimentaire et le mode de vie.
  • Thérapie médicamenteuse.
  • Douches vaginales.
  • Cathétérisme.
  • Intervention chirurgicale.

Ce dernier n'est utilisé qu'en dernier recours, si d'autres méthodes ne sont pas utiles. Le traitement de la miction obstruée chez les femmes sans chirurgie est effectué en utilisant des méthodes conservatrices. Ceux-ci inclus:

  • Renforcer les muscles de la région inguinale grâce à un ensemble d'exercices spéciaux et de stimulation électrique.
  • Régler le rythme correct de l'allocation d'urine.
  • Utilisation d'appareils et accessoires fonctionnels.
  • Relaxation de la vessie avec des médicaments hormonaux, anti-inflammatoires, antibactériens, antiviraux, antifongiques et sédatifs.

La chirurgie est effectuée pour créer un urètre ou un sphincter artificiel (élingue, opérations en boucle), la fixation de la vessie, la correction des malformations, l'introduction d'agents qui augmentent le volume (injections périurétrales) et l'élimination des néoplasmes. Pour la sélection correcte des mesures thérapeutiques, la forme de la maladie qui a causé des problèmes de miction et son stade sont pris en compte.

Méthodes traditionnelles de lutte contre la pathologie

Souvent, dans le complexe de mesures thérapeutiques, on trouve des recettes folkloriques. Ils renforcent l'effet. Il est strictement interdit de traiter indépendamment les troubles de la miction à la maison. Tous les médicaments et herbes sont prescrits par un spécialiste, car même ils ont des effets secondaires et des contre-indications.

La phytothérapie est réalisée à travers les composants naturels suivants:

  • Feuilles de bouleau, miel Connectez 30 g du premier ingrédient et 3 cuillères à soupe. l deuxièmement, bien mélanger. Le mélange résultant a été dilué avec un litre de vin blanc, porté à ébullition. Après la composition est mise à feu lent et bouillie pendant un quart d'heure. Prendre 100-150 g par jour après les repas.
  • Trèfle des prés (inflorescences), feuilles de bouleau, herbe de blé (racine) et prêle Les plantes énumérées sont prises dans un rapport de 3: 3: 2: 2, respectivement (une partie représente 10 g de mélange sec), mélangées. 25 g de la composition résultante sont versés avec de l'eau bouillante (0,75 L) et laissés seuls pendant 60 minutes. La perfusion doit être bue par jour pendant 4 à 5 réceptions, l'intervalle entre elles est d'au moins 2 heures.

En plus de ces composants végétaux, pour le traitement des problèmes de miction chez les femmes, utilisez:

  • Fruits de genièvre.
  • Thé rose fruits.
  • coquille de noix.
  • Poudre de lentilles d'eau.
  • Inflorescences de cumin.
  • Oignon.
  • Umbrella Wintergrub Grass.
  • Menthe poivrée.
  • Fleurs de camomille pharmacie.
  • Graines de melon.
  • Racines de bardane.
  • Racines de mûre.
  • Persil.
  • Cirsium panaché.
  • Gaillet.

La posologie et le schéma posologique prescrits par le médecin traitant doivent être strictement respectés. Sinon, au lieu de soulager la condition, il est possible d'aggraver les problèmes de miction et les conséquences indésirables.

Complications possibles

Ignorer les violations et les problèmes de miction chez une femme conduit à la transition de la pathologie de aiguë à chronique. La détérioration du bien-être s'accompagne d'une irritation de la peau de l'aine, de difficultés d'auto-soins, de maladies infectieuses secondaires, voire de la mort.

Par conséquent, n'attendez pas que la vessie soit vide d'elle-même. Aux premiers soupçons, qu'ils soient identifiés le matin ou tard le soir, contactez un établissement médical. La rétention urinaire chez la femme est une maladie grave dont le traitement est urgent. Il provoque une intoxication du corps, une distension de la vessie et de nombreuses autres complications. Plus il n'y a pas de traitement approprié, plus un diagnostic défavorable est probable et plus les conséquences sont graves.

Actions préventives

Vous pouvez éviter les retards urinaires en observant les recommandations de votre médecin, parmi lesquelles:

  • Le contrôle du poids.
  • Absence d'effort physique excessif.
  • Passage en temps opportun des examens médicaux et soulagement des foyers d'inflammation.
  • Prévention de l'inactivité physique.
  • Renforcer les muscles du périnée.
  • L'utilisation de médicaments uniquement selon les directives d'un médecin.
  • Nutrition adéquat.
  • Refus de dépendances nocives.

Le sous-refroidissement et d'autres facteurs causant des problèmes chez les femmes qui urinent doivent également être évités..

Causes et méthodes de traitement des difficultés à uriner chez les femmes

Une miction difficile chez la femme indique toujours la présence de violations dans le corps. Normalement, lors de la vidange de la vessie, une personne ne devrait pas ressentir d'inconfort. Le plus souvent, la strangurie n'est qu'un symptôme qui se produit en raison d'une autre maladie.

Une miction difficile chez la femme indique toujours la présence de troubles dans le corps.

Les raisons

La rétention urinaire peut survenir en raison de facteurs externes et internes. Le premier groupe comprend: l'hypothermie, les traumatismes, la limitation forcée de la mobilité ou l'immobilisation. Les facteurs internes comprennent:

  • prendre un certain nombre de substances (drogues psychotropes, alcool éthylique ou composés narcotiques);
  • augmenté en raison d'une tumeur en développement dans les tissus et les organes environnants, la grossesse, la pression sur la vessie;
  • atrophie des muscles de la vessie;
  • la présence de calculs dans le canal urinaire;
  • spasme urétral;
  • Déséquilibre hormonal;
  • processus inflammatoires;
  • maladies infectieuses;
  • troubles du système nerveux, notamment dus au stress;
  • changement dans la composition de la flore génitale.

La violation de la miction est notée le matin, et également observée pendant la journée, malgré le fait que la vessie est pleine.

Si l'écoulement du liquide physiologique ne se produit pas ou si ce processus est lent, l'organe est rempli plus fortement, ce qui entraîne une douleur durable.


La violation de la miction est notée le matin, et également observée pendant la journée, malgré le fait que la vessie est pleine.

Maladies neurologiques

La rétention urinaire peut être déclenchée par des conditions pathologiques hétérogènes:

  1. Fonctionnement altéré de la moelle épinière ou du cerveau. La raison en est souvent un traumatisme, des processus dégénératifs, le développement de tumeurs, des changements pathologiques qui couvrent les vaisseaux, ainsi que des maladies (Parkinson, hydrocéphalie, etc.).
  2. La violation de la miction chez les femmes se développe à la suite de dommages aux terminaisons nerveuses périphériques de la vessie. Une telle condition pathologique provoque un diabète sucré, une diminution du tonus musculaire de l'organe, une neuropathie autonome, une encéphalite à tiques.
  3. Un stress fréquent peut également provoquer une dysurie. Il existe un risque de développer un certain nombre d'anomalies névralgiques. Si la miction est difficile, il arrive que cette condition soit causée par des psychosomatiques.

Processus inflammatoires

Lorsque la microflore change dans les organes du système génito-urinaire, une condition pathologique se développe, accompagnée de ces signes:

  • augmentation de la température locale;
  • douleur
  • difficulté à uriner.


La raison de la difficulté à uriner dans ce cas est l'infection par des infections sexuellement transmissibles..

Cela manifeste une inflammation de la vessie (cystite), de l'urètre (urétrite), des organes génitaux et du tractus gastro-intestinal. Les maladies se développent sur fond de changements dans la microflore naturelle. La raison de la difficulté à uriner dans ce cas est l'infection par des infections sexuellement transmissibles. De plus, la maladie peut être de nature bactérienne. Le danger d'inflammation réside dans le fait que ce processus s'accompagne de spasmes des tissus mous et d'une violation de leur structure. En conséquence, les muscles des organes perdent leur élasticité, et en même temps leur fonctionnalité.

Dommages mécaniques

Causes des problèmes de miction chez les femmes:

  1. Lésion de l'urètre à la suite d'une violation de l'intégrité des os pelviens. Cela conduit à la rupture de la vessie, puis le liquide physiologique s'écoulera dans la cavité abdominale, n'atteignant pas l'urètre.
  2. Insertion d'un cathéter ou examen d'un patient sur une chaise gynécologique à l'aide d'outils spéciaux.
  3. Un coup de couteau dans l'estomac ou une blessure pénétrante. Dans le premier cas, un caillot sanguin ou un hématome bloque l'urètre. Lorsqu'une plaie pénétrante viole l'intégrité des parois du système urinaire.
  4. Dommages mécaniques aux reins. Dans ce cas, la fonction de détournement du liquide physiologique des organes affectés est altérée. En conséquence, la vessie ne se remplit pas et, par conséquent, l'écoulement d'urine est difficile.
  5. Blessure subie lors de l'accouchement. De plus, des difficultés à uriner se manifestent plusieurs mois après le travail. Cela est dû à un traumatisme du système urinaire dans un certain nombre de cas: anesthésie péridurale, utilisation d'instruments pour accélérer le travail, césarienne.


Causes des problèmes urinaires chez les femmes avec un cathéter urinaire.

Mesures diagnostiques

S'il y a une violation visible de la miction, après avoir contacté le médecin, un diagnostic approfondi sera prescrit pour identifier la cause de la maladie:

  • Inspection de spécialistes spécialisés: endocrinologue, gynécologue, urologue, neuropathologiste.
  • Analyse clinique de l'urine, qui montrera la présence de protéines, de sang et de sels, ainsi que des changements quantitatifs dans les indicateurs.
  • Test de Reberg pour lequel du sang et de l'urine sont prélevés.
  • Une numération formule sanguine complète qui détectera la présence d'un processus inflammatoire dans le corps.
  • Chimie sanguine.
  • Écouvillon urétral pour les infections.
  • Échographie des organes du système excréteur.
  • Urographie.

Les principaux symptômes des troubles de la miction

Une miction difficile chez la femme s'accompagne de divers signes:

  • urination fréquente;
  • avec des douleurs, il y a une sensation de brûlure et des démangeaisons dans l'urètre;
  • des impuretés sont présentes: sédiments, mucus, sang dans l'urine;
  • vous devez attendre longtemps pour le premier flux;
  • le besoin de tension des muscles abdominaux pour que la première portion de liquide physiologique apparaisse;
  • la vessie n'est pas vidé en un seul voyage aux toilettes, il y a une sensation de satiété, et après la miction, l'urine est libérée;
  • le courant pendant la miction est intermittent, faible, parfois du liquide physiologique est libéré par goutte à goutte;
  • l'estomac est hypertrophié.

Vous devez comprendre que le sang dans l'urine peut être à la fois une cause d'inflammation et de traumatisme pour les organes du système urinaire. Avec une exacerbation de la maladie, qui a provoqué des difficultés à uriner, les symptômes sont plus prononcés et, sous la forme chronique, ils sont lissés, souvent absents.


La miction difficile chez la femme s'accompagne de douleur, il y a une sensation de brûlure et des démangeaisons dans l'urètre.

Syndrome de la vessie hyperactive

Ce syndrome provoque un type particulier d'incontinence urinaire. Il peut également être associé au syndrome de vessie neurogène d'une femme..

Ce type d'incontinence incite le beau sexe à être constamment à distance de marche des toilettes. Elle a peur intérieurement de s'éloigner le plus loin possible de lui, un désir surgit trop souvent, au moins une fois dans une demi-heure à deux heures.

Une condition similaire peut survenir en raison de problèmes neurologiques, par exemple, des dommages à la colonne vertébrale ou des lésions cérébrales traumatiques. Des écarts similaires sont caractéristiques des patients qui ont récemment subi un AVC. La raison peut également être le développement d'une infection génito-urinaire dangereuse, une fois même guérie.

Diagnostique

Pour éliminer la cause de l'état pathologique, un certain nombre d'études sont menées. Méthodes de diagnostic disponibles pour les difficultés à uriner:

  1. Analyses générales et biochimiques du sang et de l'urine, ce qui vous permet d'identifier l'agent pathogène et d'évaluer le degré d'écart par rapport à la norme.
  2. Un test sanguin pour déterminer les niveaux de glucose permet de confirmer ou de rejeter l'hypothèse de développer un diabète. Cette condition peut également entraîner des difficultés à uriner..
  3. Échographie, IRM, TDM - ces méthodes permettent de visualiser les organes internes, contribuent à l'identification des pathologies.
  4. La cystoscopie vous permet d'examiner la vessie de l'intérieur.
  5. L'uroflowmetry est une procédure dans laquelle le taux de décharge d'urine est mesuré, pour lequel un dispositif spécial est utilisé.
  6. Examen des organes génitaux, palpation de l'abdomen.
  7. Frottis de l'urètre et du vagin.

Diagnostic de pathologie

Un diagnostic minutieux joue un rôle important car il existe un grand nombre de facteurs qui peuvent provoquer des troubles de la miction. La préférence est donnée aux méthodes non invasives:

  1. Prise d'histoire. Une attention particulière doit être portée à ce point, car des questions et des réponses correctement posées sont la clé du diagnostic dans 80% des cas.
  2. Analyse générale d'urine. Le médecin évalue les paramètres externes de l'urine collectée, sa composition et sa quantité.
  3. Examen échographique des organes pelviens. Avec son aide, les néoplasmes, la lithiase urinaire sont exclus.

Dans certains cas, des manipulations plus complexes sont nécessaires. Les plus courants sont la cystoscopie et l'examen urodynamique complexe.

Traitement

Le schéma thérapeutique est sélectionné en tenant compte de l'état du patient. Si la miction est difficile, vous devez contacter un urologue, si nécessaire, il enverra un examen supplémentaire à un gynécologue, un neurologue. Dans les cas plus bénins, la pathologie est éliminée par un traitement conservateur..

Pour les complications, les blessures et les maladies graves qui ont provoqué des difficultés à uriner, une thérapie radicale est recommandée - par chirurgie.

Conservateur

Prescrire des médicaments qui aideront à éliminer les symptômes et la cause profonde de l'état pathologique:

  • analgésiques;
  • antispasmodiques;
  • anti-inflammatoires.


Si la miction est difficile, vous devez contacter un urologue, il enverra, si nécessaire, un examen supplémentaire à un gynécologue, neurologue.

Avant de commencer le traitement, vous devez retirer le liquide physiologique accumulé de la vessie. Cela se fait avec un cathéter. Pour restaurer la miction, des alpha-bloquants sont utilisés:

  • Omnic;
  • Proflosin.

Les inhibiteurs de l'alpha réductase aideront à éviter le développement d'une rechute de cette condition pathologique:

Dans les maladies infectieuses, mais seulement après avoir identifié le type d'agent pathogène, différents types d'agents sont prescrits:

  • antibactérien;
  • antifongique;
  • antiviral.

Si des difficultés à uriner ont été déclenchées par un changement des niveaux hormonaux, le médecin recommandera un traitement hormonal substitutif. Afin de stimuler et de restaurer les terminaisons nerveuses et les tissus mous des organes affectés du système urinaire, la physiothérapie est recommandée:

  • stimulation électrique du détrusor;
  • électrophorèse;
  • bains thérapeutiques;
  • enveloppements.


Afin de stimuler et de restaurer les terminaisons nerveuses et les tissus mous des organes affectés du système urinaire, la physiothérapie est recommandée..

Chirurgical

La chirurgie est indiquée dans plusieurs cas:

  • traumatisme aux organes du système urinaire dû à un choc contondant ou à une plaie pénétrante, dans ce cas, il est nécessaire de restaurer la zone endommagée des tissus, après la période de rééducation, la fonctionnalité de la vessie revient
  • violation mécanique de l'écoulement du liquide physiologique (chevauchement de l'urètre avec un caillot, hématome, calcul), pendant l'opération, éliminer la cause de l'obstruction des conduits urinaires;
  • néoplasmes bénins ou malins, ils sont enlevés par la méthode chirurgicale, la fonctionnalité de l'organe après que celle-ci soit restaurée pendant longtemps;
  • anomalies du développement du système urinaire - pendant l'opération, la pathologie est éliminée, si nécessaire, retirez la zone tissulaire dysfonctionnelle, implantez l'implant.

Selon l'état du tissu affecté, une chirurgie plastique reconstructive peut être prescrite. Dans les cas plus bénins, des méthodes mini-invasives, telles que la correction laser, sont utilisées..


En fonction de l'état du tissu affecté, une chirurgie plastique et reconstructive peut être prescrite..

Remèdes populaires

Les remèdes maison sont utilisés comme thérapie adjuvante. Pour soulager la condition et réduire l'intensité de la manifestation des symptômes, faites des bains. Dans ce cas, des décoctions d'herbes à action apaisante, anti-inflammatoire, antimicrobienne sont utilisées: ledum, tenace et trèfle. Afin de normaliser le processus de miction, des infusions et des décoctions d'herbes sont utilisées: millepertuis, ortie, stigmates de maïs, fraises, livèche.

Opération

Dans certaines situations, seule la chirurgie permet de faire face à la maladie. L'aide du chirurgien est efficace lorsque le patient présente une forme d'incontinence stressante. Dans certains cas, l'opération est prescrite et avec une forme urgente d'incontinence.

Actuellement, il existe plus d'une centaine de méthodes différentes d'intervention chirurgicale, avec lesquelles il est possible d'éliminer l'incontinence urinaire chez la femme.

La plupart de ces méthodes sont utilisées avec succès en Russie, y compris les opérations mini-invasives. Grâce à ces procédures douces, le temps de rééducation est minime, le plus souvent le patient peut rentrer chez lui le lendemain..

La grande majorité des femmes après de telles opérations vivent une vie bien remplie. La seule chose qu'ils doivent surveiller pour l'hypothermie, car ils deviennent sensibles à la cystite.

Mesures préventives

Pour qu'à l'avenir vous n'ayez pas à faire face à un écoulement difficile d'urine, il est recommandé de normaliser le régime de consommation - utilisez beaucoup de liquides, n'essayez pas de restreindre la miction. Il est important d'ajuster le régime alimentaire: les plats frits, gras, épicés et très salés sont exclus du régime. La quantité de farine et d'aliments sucrés doit être réduite. Il est conseillé d'augmenter le niveau d'activité, tandis qu'une attention particulière doit être portée au renforcement des muscles du plancher pelvien.

Il est important d'éviter le stress, car une forte tension nerveuse peut provoquer des difficultés à uriner. 2 fois par an, vous devez consulter un gynécologue. Si des symptômes désagréables apparaissent, vous devez immédiatement subir un examen. Si la visite chez le médecin est constamment retardée, le risque de développer une pathologie chronique augmente.


Il est important d'éviter le stress, car une tension nerveuse sévère peut provoquer des difficultés à uriner.

Comment resoudre le probleme

Le choix du schéma thérapeutique dépend de la sévérité des symptômes et de la sévérité du processus pathologique, ainsi que des causes. L'objectif principal du traitement est de lutter contre l'infection, de soulager la douleur, d'éliminer l'inconfort pendant la miction.

Approche conservatrice

Traditionnellement, au stade initial, il est recommandé de traiter les troubles du détournement d'urine avec des méthodes non liées à la chirurgie.

Ceux-ci inclus:

  • des médicaments pour éliminer l'infection à l'origine de la dysurie;
  • en cas de troubles nerveux - consultation d'un psychologue, prescription d'anti-anxiété, comprimés sédatifs, renforcement du système nerveux.
  • correction de la nutrition et du régime buvable à la fois avec une urine insuffisante et une polyurie.
  • l'entraînement des muscles du périnée, visant à les renforcer;
  • pour des raisons neurologiques, prendre des médicaments qui régulent le fonctionnement des organes urinaires.
  • dans certains cas, la mise en place d'un cathéter urétral est nécessaire;
  • établissement d'un régime de miction, entraînement de la couche musculaire de la vessie;
  • consultation gynécologue pour correction hormonale.
  • physiothérapie pour renforcer les muscles du périnée, restaurer leurs fonctions perdues.

Traitement chirurgical

Une telle méthode radicale est utilisée pour arrêter l'exposition à un facteur qui provoque des troubles de la miction. L'opération peut consister en l'ablation d'une tumeur, de calculs, d'adhérences. Chez les femmes âgées, il existe des situations de prolapsus de l'intestin, du vagin ou de l'utérus au-delà de l'écart génital, ce qui entraîne des troubles concomitants sous forme de dysurie. L'intervention chirurgicale résout le problème principal, fixant les organes tombés à leur place, les phénomènes dysuriques disparaissent. S'il y a des défauts congénitaux du système urinaire, ils sont corrigés de manière opérationnelle.

Thérapie alternative

Les examens de ces méthodes de traitement sont plutôt mitigés. Mais parfois, la cause d'un trouble de l'urètre est un spasme musculaire à court terme, qui peut être retiré à la maison à l'aide de la médecine traditionnelle:

  • Fruit de genièvre. Ils peuvent être consommés en toute quantité. Ils contribuent à la production active d'urine et ont également un effet anti-inflammatoire..
  • Une décoction à base de feuilles de bouleau. Versez deux cuillères à soupe de feuilles sèches avec de l'eau bouillante, puis attendez environ une demi-heure pour refroidir. Vous devez boire le bouillon obtenu un verre par jour.
  • La poudre de feuilles et d'écorce de noix s'est imposée. Vous devez les mélanger en quantités égales, après quoi prendre une cuillère à café environ trois fois par jour, laver la poudre avec de l'eau bouillie et tiède.

Miction altérée chez les femmes âgées

Dans la période climatérique et à sa fin, des changements cardinaux dans le fond hormonal se produisent. Pour cette raison, divers symptômes peuvent apparaître, notamment des difficultés à uriner. Dans les cas bénins, l'état pathologique est compensé par des médicaments hormonaux. Si des processus dégénératifs se développent qui provoquent un affaiblissement des muscles du sphincter de l'urètre ou de la vessie, une intervention chirurgicale peut être recommandée.

Rétention urinaire: causes et traitement

Caractéristiques

Certaines caractéristiques individuelles peuvent provoquer des violations de l'écoulement d'urine..

Pendant la grossesse

La strangurie pendant la gestation survient à 13 semaines pour des raisons naturelles. En raison de la pression fœtale, les organes doivent s'adapter aux conditions changeantes. Une augmentation des niveaux de progestérone conduit à l'apparition de pulsions fréquentes. Les muscles se contractent involontairement, ce qui fait que l'urine est excrétée en petites portions, mais il reste une sensation de satiété.
En l'absence de causes pathologiques et de symptômes atypiques, la condition n'a pas besoin d'être corrigée. Une miction difficile persiste jusqu'à l'accouchement. Après la naissance d'un enfant, la situation se normalise progressivement.

Chez les personnes âgées

La strangurie chez les femmes âgées est associée à des processus dégénératifs naturels qui se produisent dans les muscles et les tissus, moins souvent - avec des fluctuations hormonales. Dans ce dernier cas, une thérapie de remplacement est prescrite. Pour les violations du tonus musculaire, une intervention chirurgicale est parfois nécessaire.

Pour les violations du tonus musculaire, une intervention chirurgicale est parfois nécessaire.

Types de maladies

Chez les femmes, parmi les causes de diminution de la pression pendant la miction, l'inflammation de la vessie est en premier lieu. Cette maladie a un caractère infectieux et nécessite un traitement urgent..

Si des symptômes de cystite sont identifiés, une femme devrait consulter un urologue qui prescrit un plan d'examen:

  1. Analyse sanguine générale;
  2. Analyse générale d'urine;
  3. Semis d'urine avec détermination de la sensibilité de la microflore;
  4. Bactérioscopie et bactériologie des frottis de l'urètre et du vagin;
  5. PCR pour les maladies sexuellement transmissibles.

Avec la cystite, des antibiotiques à large spectre sont prescrits jusqu'à ce que les résultats de la culture et la détermination de la sensibilité soient obtenus. Après cela, un antibiotique est prescrit, auquel la microflore est sensible. Des anti-inflammatoires non stéroïdiens et des antispasmodiques sont également utilisés. Le cours de traitement est de 5-7 jours.

La miction presque toujours lente est associée à des conditions pathologiques assez graves qui se produisent dans le domaine des organes génitaux externes et internes.

L'adénome de la prostate est une cause fréquente de difficulté à uriner. Le canal urétral traverse toute l'épaisseur de la prostate et cette partie est appelée prostatique. Avec une hyperplasie glandulaire bénigne, une prolifération du tissu glandulaire et un rétrécissement significatif de la lumière de l'urètre se produisent..


Si un homme semble uriner lentement - assurez-vous de consulter un urologue!

En deuxième place après l'adénome de la prostate, on trouve l'inflammation de la glande prostatique - la prostatite. Avec la prostatite, il y a un fort gonflement de la glande prostatique, elle augmente considérablement de taille et survit à la lumière de l'urètre. Habituellement, une violation de la miction se produit dans la forme aiguë de la prostatite, cependant, la survenue d'une évolution chronique de la maladie est également possible.

Il est très important de noter que presque toutes les maladies sexuellement transmissibles peuvent provoquer un symptôme de strangurie.

Le succès et l'exactitude de la thérapie dépendent de la forme de manifestation de la difficulté à uriner chez la femme. La division de la pathologie est effectuée dans les types suivants:

  • strangurie. Elle s'accompagne de sensations douloureuses lors de la miction, une sensation de vidange incomplète de l'urée qui la suit. Plaintes de pression constante dans le bas-ventre et envie d'uriner;
  • pollakiurie. Manifesté par des déplacements fréquents aux toilettes sans augmentation du volume quotidien d'urine excrétée;
  • incontinence. L'urine est excrétée involontairement, il n'y a aucune envie de mictia;
  • rétention urinaire. Il se développe après une vidange incomplète et constante de l'urée. Le mélange est instable, accompagné d'arrêts et de reprises fréquents.


La maladie est divisée en plusieurs types

Les problèmes de miction chez les femmes provoquent une hypertrophie des muscles de l'urée, vous ne pouvez donc pas la vider complètement en un seul voyage aux toilettes. Cela provoque le processus de miction avec l'application de l'effort. L'urine part complètement après plusieurs visites aux toilettes. Au fil du temps, la miktsia devient plus intermittente, ce qui provoque une stagnation de l'urine et une rétention urinaire chronique (ishurie).

Thérapie sportive

Lorsque la cause du développement de la dysurie était une violation de l'appareil urinaire, il est recommandé d'utiliser une éducation physique spéciale dans son traitement, qui fournit:

  • amélioration de la circulation sanguine;
  • normalisation du métabolisme;
  • récupération du processus urinaire;
  • renforcer les muscles abdominaux, ainsi que les muscles fémoraux et fessiers;
  • normalisation de la respiration.

Les cours comprennent le vélo, l'étirement de tous les groupes musculaires, la natation dans une piscine d'eau chaude, le ski, la course à pied.

Méthodes de prévention

Vous pouvez éviter les problèmes avec mikitsa en observant les recommandations simples suivantes:

  • Maintenir l'équilibre hydrique dans le corps, boire 1,5 à 2 litres d'eau pure par jour.
  • À la première miction, allez aux toilettes.
  • Portez des sous-vêtements en matières naturelles qui devraient être confortables.
  • Évitez l'hypothermie.
  • Surveillez votre alimentation - évitez la consommation excessive d'aliments épicés, salés et gras.
  • Vivre un style de vie actif.
  • Pour refuser de mauvaises habitudes.

Le respect de ces règles aidera à maintenir la santé de tout le corps. En cas de symptômes désagréables, vous devriez consulter un médecin, car la détection rapide d'une pathologie vous permet de vous en débarrasser rapidement.

Pour éviter des conséquences indésirables, une femme doit être plus attentive à son état de santé. Il est recommandé de vous protéger contre les contacts sexuels à risque, ainsi que contre l'hypothermie. Il est obligatoire de porter des sous-vêtements en tissus naturels afin que la peau ne "suffoque pas" et qu'il n'y ait pas de terre pour la propagation des bactéries pathogènes.

Symptomatologie

Le processus d'excrétion d'urine est caractérisé par un complexe de caractéristiques:

  • un flux complet ne va pas, la chute d'urine a lieu;
  • ruisseau faible et mince dirigé vers le bas;
  • acte de miction prolongé, le volume de la production d'urine reste le même;
  • la nécessité d'utiliser l'effort et la tension pour commencer à uriner;
  • éclabousser l'urine ou diviser le flux;
  • sensation de douleur, douleur pendant la miction, présence de sang, de mucus, de sable dans l'urine.

Les symptômes affectent la durée de la vidange d'urée, l'un d'eux devient une occasion pour une visite chez le médecin.

Mictions fréquentes chez les femmes

Articles d'experts médicaux

La pollakiurie est une miction fréquente. Chez les femmes, il est identifié le plus souvent. Considérez les principales causes de l'état de la maladie, les méthodes de diagnostic et d'élimination.

La vidange de la vessie est un processus normal dans lequel fonctionne toute créature vivante. C'est l'élimination de l'excès de liquide du corps par le système urinaire. La fréquence à laquelle vous devez vous rendre aux toilettes dépend entièrement des caractéristiques de chaque personne, de la quantité de liquide utilisée et d'un certain nombre d'autres facteurs. Des statistiques moyennes indiquent qu'un adulte peut aller aux toilettes environ 10 fois par jour. Si cet indicateur est dépassé, alors vous devez faire attention à votre santé.

Des envies régulières sont incluses dans le concept de syndrome dysurique. La pathologie comprend des symptômes d'incontinence urinaire, des changements dans les propriétés et la quantité d'urine, une fausse envie, une rétention urinaire, des douleurs dans la cavité abdominale. Selon la classification internationale des maladies ICD-10, le trouble appartient à la catégorie:

XVIII Symptômes, signes et anomalies identifiés dans les études cliniques et de laboratoire, non classés ailleurs (R00-R99)

  • R30-R39 Symptômes et signes liés au système urinaire
  • R35 Polyurie - mictions fréquentes, polyurie nocturne (nocturie). Polyurie psychogène exclue.

L'envie régulière aux toilettes cause un inconfort grave, gênant la vie normale. Si ce symptôme a une nature à court terme, par exemple 1-2 jours, alors ne vous inquiétez pas. Mais si la situation se prolonge et progresse, vous devriez consulter un médecin.

Code ICD-10

Causes de mictions fréquentes chez les femmes

Il existe de nombreux facteurs qui conduisent à des troubles du système urinaire. Les causes de la miction fréquente chez les femmes dans la plupart des cas sont associées à des processus pathologiques dans les organes et les structures du système urinaire. Un état désagréable peut se produire pour les raisons suivantes:

  1. Pathologies du système urinaire (maladies infectieuses et inflammatoires).
  • Cystite - la miction aux toilettes s'accompagne de brûlures et de coupures. Après avoir vidé la vessie, une sensation de satiété persiste, ce qui vous fait retourner aux toilettes. L'urine devient trouble, dégage une odeur désagréable.
  • Urétrite - la vidange provoque une douleur intense. Douleur brûlante avec démangeaisons et brûlures.
  • Pyélonéphrite - se manifestant par de violents combats douloureux dans le bas du dos. Avec une exacerbation d'une affection douloureuse, une forte augmentation de la température, des frissons, une faiblesse accrue, des nausées sont observées.
  • Urolithiase - dans ce cas, le désir d'uriner est associé à des calculs dans la vessie. L'envie d'aller aux toilettes se produit assez rapidement, peut être déclenchée par l'activité physique. Il est également possible d'interrompre le flux avant que l'urine ne soit vide. La douleur apparaît dans le bas-ventre et au-dessus du pubis, au repos et pendant le mouvement.
  • Faiblesse de la paroi musculaire de la vessie - l'envie d'aller aux toilettes est forte, une petite quantité de liquide est libérée.
  • Vessie hyperactive - les expériences nerveuses et le stress provoquent l'envie de se vider. Cette condition a une origine centrale - l'excitabilité pathologique du système nerveux.
  • Candidose - le muguet est une cause assez courante d'une condition désagréable. Elle survient dans le contexte d'un système immunitaire affaibli, de malnutrition, de déséquilibre hormonal, de stress constant. Accompagné de pertes vaginales caillées, de démangeaisons, de brûlures, de douleurs pendant les rapports sexuels.
  1. Le symptôme secondaire de diverses maladies du corps.
  • Les fibromes utérins sont une tumeur bénigne qui comprime la vessie. La condition douloureuse se développe progressivement. Il y a des irrégularités dans le cycle menstruel, des douleurs dans le bas-ventre, des saignements utérins, etc..
  • Prolapsus utérin - se produit en raison de la faiblesse de l'appareil ligamentaire. Elle se caractérise par un déplacement des organes et des tissus du bassin. Elle se manifeste par des douleurs dans le bas-ventre, des règles abondantes.
  • Insuffisance rénale - se développe en raison de lésions chroniques du système excréteur. Le plus souvent associé à une pyélonéphrite, une lithiase urinaire, une glomérulonéphrite, une polyxitose. Les appels aux toilettes se font sentir, de jour comme de nuit.
  • Le diabète sucré est une maladie endocrinienne. Dans son contexte, il y a une forte soif, des démangeaisons cutanées, une faiblesse et une fatigue accrues.
  • Le diabète insipide est associé à un dysfonctionnement du système hypothalamo-hypophyse. La quantité quotidienne de liquide libéré peut atteindre cinq litres. Les patients souffrent de soif intense, de peau sèche et de muqueuses, de perte de poids soudaine et rapide.
  • Lésions de la moelle épinière - tout effet mécanique sur la colonne vertébrale peut provoquer une pollakiurie et un certain nombre d'autres symptômes pathologiques.
  • Maladie cardiovasculaire - l'insuffisance cardiaque s'accompagne d'un gonflement grave, qui disparaît la nuit en augmentant la miction.
  1. Raisons physiologiques.
  • Caractéristiques de la nutrition et de l'alimentation - l'utilisation de liquides et d'aliments à propriétés diurétiques.
  • Stress et expérience nerveuse - provoquent une privation d'oxygène, ce qui conduit à la miction.
  • Prendre des médicaments - le plus souvent, ce sont des diurétiques qui ont un effet diurétique..
  • Grossesse précoce - la croissance utérine entraîne une compression de la vessie.
  • Hypothermie - caractérisée par une augmentation de la miction compensatoire.

Si les causes de la condition désagréable sont associées à des pathologies du système génito-urinaire ou à des maladies du corps, un diagnostic et un traitement complets sont indiqués. Dans le cas de facteurs physiologiques, le traitement n'est pas effectué. En règle générale, après des situations de provocation auto-éliminatoires, la condition se normalise.

Facteurs de risque

L'envie régulière aux toilettes provoque un inconfort important, à la fois physique et psychologique. Les facteurs de risque d'une condition désagréable sont plus souvent associés à:

  • Stress, expérience nerveuse, dépression.
  • L'utilisation de médicaments à effet diurétique.
  • Boire beaucoup d'eau, tisanes, jus de fruits, café.
  • Mauvaise alimentation: aliments gras, salés, épicés, épices.
  • Hypothermie prolongée du corps, en particulier des jambes.
  • Grossesse.
  • Changements liés à l'âge (ménopause).
  • Menstruation.
  • Infection due à une hygiène insuffisante de la zone intime.
  • Consommation régulière de bière et autres boissons alcoolisées.

Dans la plupart des cas, lorsque les facteurs ci-dessus sont éliminés, le processus urinaire se normalise..

Pathogénèse

La miction rapide est le plus souvent associée à des maladies des voies urinaires inférieures. La pathogenèse de la pollakiurie est basée sur une irritation de la membrane muqueuse de l'urètre ou du triangle de la vessie (la zone du bas de la vessie, entre la bouche des uretères et l'ouverture interne de l'urètre). S'il y a un processus inflammatoire, alors avec l'allocation d'urine, il y a une sensation de brûlure, une douleur, une douleur.

L'irritation du triangle de la vessie provoque une contraction des organes, ce qui entraîne une miction constante et, dans certains cas, douloureuse. La condition pathologique peut être le résultat d'une infection des voies urinaires supérieures. Dans ce cas, la condition douloureuse est associée à une diminution de la capacité de concentration des reins..

Épidémiologie

De nombreuses femmes sont confrontées au problème des troubles de la miction. Les statistiques indiquent qu'environ 29% des filles en âge de procréer et environ 24% des femmes en période de préménopause souffrent de dysfonction vésicale.

Considérez la fréquence d'apparition et la dynamique du développement d'un symptôme désagréable:

  • Femmes de 18 à 35 ans et plus - cette catégorie d'âge rencontre généralement des infections des voies urinaires. En raison d'un diagnostic et d'un traitement prématurés, l'état aigu devient chronique, se manifestant par une envie fréquente d'aller aux toilettes dans un petit.
  • Femmes de 45 ans et plus - la ménopause est caractérisée par une diminution de la production d'œstrogènes (hormone sexuelle féminine). Pour cette raison, la congestion peut se produire dans le bassin, ainsi que divers troubles de la miction, une diminution de l'activité physique, la constipation, la prise de poids. De nombreuses femmes de 50 à 55 ans sont confrontées au syndrome de la vessie hyperactive et à l'incontinence urinaire d'effort.

Les données statistiques permettent de comparer les signes de pollakiurie avec les caractéristiques d'âge du patient.

Symptômes

Les caractéristiques de la structure anatomique et physiologique de l'urètre conduisent au fait que ce sont les femmes qui souffrent le plus souvent du syndrome dysurique. Les symptômes de la pollakiurie dépendent de sa cause sous-jacente, de l'âge de la patiente et des caractéristiques de son corps.

Dans la plupart des cas, les patients se plaignent d'un tel complexe de symptômes:

  • Douleur et douleur, vidange incomplète de la vessie (cystite).
  • Brûlure après la miction (infections des voies urinaires).
  • Température corporelle élevée avec dysurie (maladies sexuellement transmissibles, tuberculose urogénitale).
  • Gêne dans le bas du dos (pyélonéphrite).
  • Excrétion de pus pendant la miction (chlamydia, gonorrhée).
  • Douleur dans le bas-ventre (maladies gynécologiques, infections des voies urinaires).
  • Mictions fréquentes et menstruations retardées (grossesse).
  • Douleur à la fin de la miction (urétrite, cystite).

Les symptômes ci-dessus sont une raison pour consulter un médecin. Sans traitement approprié, l'état pathologique progressera et les symptômes augmenteront progressivement..

Premiers signes

En moyenne, un adulte visite les toilettes 6 à 10 fois par jour, alors qu'il est libre de contrôler le processus de miction. Les premiers signes de la maladie se manifestent par une augmentation modeste des déplacements. Dans ce contexte, des symptômes peuvent survenir, indiquant des processus pathologiques dans le corps:

  • Brûlure, crampes et douleur pendant la miction.
  • Démangeaisons et brûlures dans le vagin et dans la région génitale externe.
  • Miction rapide chez les femmes sans douleur.
  • Fièvre.
  • Décharge d'urine d'odeur désagréable et consistance trouble.
  • Douleur dans le bas-ventre.
  • Mictions fréquentes pendant les menstruations.
  • Faiblesse et fatigue générales.
  • Appétit altéré.
  • Miction rapide comme premier signe de grossesse.

Si la régularité d'aller aux toilettes et les symptômes qui l'accompagnent violent le rythme de vie normal, vous devriez consulter un médecin..