Principal

Tumeur

Adénome de la prostate - symptômes et traitement

Qu'est-ce que l'adénome de la prostate? Les causes, le diagnostic et les méthodes de traitement seront discutés dans l'article du Dr Skatov B.V., urologue avec une expérience de 26 ans.

Définition de la maladie. Les causes de la maladie

L'adénome de la prostate est un néoplasme de nature bénigne, provenant des glandes paraurétrales (situées près de l'urètre) de la prostate. Le terme est connu depuis environ 100 ans, malgré cela, il ne reflète pas pleinement l'essence du processus pathologique de la prostate. Dans ce cas, il convient de parler d'hyperplasie sous la forme de nœuds de son propre tissu - les glandes et le stroma (le corps lui-même) de la prostate. Les nœuds peuvent être de nature lisse et fibromusculaire, présentés en différents pourcentages. L'adénome au sens littéral du mot, compte tenu de la structure histologique, est extrêmement rare en ce qui concerne la localisation du processus dans la prostate. [1] Dans la pratique urologique internationale moderne, le terme «hyperplasie bénigne des glandes paraurétrales de la prostate» - l'HBP, qui est largement utilisé en Russie à l'heure actuelle, est accepté pour cette pathologie. [2]

L'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) est la principale cause de symptômes pathologiques des voies urinaires inférieures chez les hommes âgés de 50 ans et plus. Les symptômes ne mettent généralement pas la vie en danger, mais ont souvent un impact significatif sur la qualité de vie. Les estimations des ventes annuelles de produits pharmaceutiques pour le traitement de la maladie varient de 8 à 10 milliards de dollars américains. [neuf]

La principale raison du développement de l'hyperplasie prostatique est liée à l'âge. Les opinions selon lesquelles les infections des voies génito-urinaires, de la glande de la prostate, des vésicules séminales conduisent à une hyperplasie de la prostate et à une hyperplasie prostatique non traitée conduisant au cancer n'ont pas reçu de preuves scientifiques suffisantes. Selon les statistiques, l'hyperplasie prostatique survient chez 10% des hommes de 40 ans et passe de 80 ans à 80%. L'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) est connue pour affecter au moins un tiers des hommes de plus de 60 ans. Études curieuses menées par des scientifiques des États-Unis. Ils ont montré que la population noire est plus touchée que les blancs, et la pathologie prévaut chez les protestants par rapport aux catholiques et aux juifs. Comparativement, par région, l'hyperplasie de la prostate est moins susceptible de se produire chez les résidents de l'Asie du Sud-Est (Corée, Japon, Chine, Thaïlande, Inde), et la forme fibromusculaire du VPH prévaut sur les espèces glandulaires caractéristiques des régions «blanches». [3]

Sous l'influence des hormones sexuelles féminines - les œstrogènes (leur concentration augmente avec l'âge), il y a une augmentation de l'activité d'une enzyme spécifique - la 5-alpha réductase. Sous l'influence de cette enzyme, la testostérone dans les tissus de la prostate se transforme en son métabolite - la déshydrotestostérone (DHT). À son tour, la DHT est un androgène très actif, qui améliore la division cellulaire de la prostate. Avec l'hyperplasie, des ganglions déjà connus de nous sont formés à partir de glandes paraurétrales, qui poussent le tissu prostatique vers la périphérie, formant une «capsule chirurgicale».

L'élargissement bénin de la prostate (BPE - une abréviation dans la littérature anglaise) est le nom commun de la pathologie affectant plus de la moitié des hommes âgés de 60 ans. Malgré le fait que ce phénomène soit assez courant, seulement dans 4% des cas, la glande prostatique chez les hommes de plus de 70 ans atteint des tailles supérieures à 100 g [3] La masse moyenne de la glande prostatique affectée par l'hyperplasie est de 50 à 80 grammes. Cependant, la littérature contient au moins 200 rapports de la glande de la prostate pour plus de 200 g, la soi-disant "hypertrophie prostatique géante" (GPH). L'hypertrophie prostatique géante (GPH) est une hypertrophie prostatique bénigne lorsque sa masse dépasse 200 g. La maladie a été décrite à l'origine par Blancho en 1952 et a été mentionnée dans la littérature en langue anglaise au moins 50 fois, bien que plus de cas aient été enregistrés dans la littérature asiatique (84 en chinois et 33 japonais). La condition est généralement caractérisée par de graves symptômes obstructifs des voies urinaires inférieures. En raison de la taille de la glande, le traitement nécessite généralement une prostatectomie sus-pubienne, bien qu'un cas de résolution réussie par 3 résections transurétrales distinctes (par le canal urinaire) ait été décrit. [4]

Les symptômes de l'adénome de la prostate

  • difficulté à uriner;
  • flux d'urine faible (lent);
  • mictions nocturnes fréquentes;
  • sensation de vidange incomplète de la vessie;
  • la nécessité de se fatiguer en urinant;
  • augmentation de la durée de la miction;
  • miction intermittente;
  • excrétion d'urine en gouttes à la fin de la miction;
  • incontinence urinaire;
  • rétention urinaire associée à l'incontinence (ischurie paradoxale).

La pathogenèse de l'adénome de la prostate

L'HBP résulte d'un déséquilibre entre la prolifération cellulaire (croissance) et l'apoptose (adaptation due à la mort de certaines cellules) dans la prostate. Initialement, il se manifeste sous la forme d'amas microscopiques, qui se multiplient et se développent progressivement, augmentant la masse du tissu glandulaire et stromal (principal) de la prostate. Cette troisième phase anormale de croissance de la prostate entraîne une augmentation du tonus musculaire lisse et de la taille des glandes. En raison de la position anatomique de la prostate qui entoure l'urètre, cette croissance est la principale cause d'obstruction urétrale chez les hommes âgés. [cinq]

Dans le développement de l'hyperplasie prostatique, le rôle principal appartient aux hormones sexuelles. Chez les hommes âgés de 40 à 50 ans, une période de restructuration profonde du corps, une modification de la régulation hormonale, est à noter. Le niveau de testostérone dans le sang diminue, la concentration d'estradiol augmente. À la suite de ces processus, le niveau global d'oestrogène chez les hommes augmente, ce qui conduit à l'activation des fibroblastes, au développement d'un facteur de croissance fibroplastique, à la prolifération et à la prolifération du tissu conjonctif dans la glande de la prostate. La pathogenèse du développement de l'hyperplasie bénigne de la prostate est un processus multifactoriel. Il comprend les étapes suivantes:

1. La conversion de la testostérone sous l'action de l'enzyme 5-alpha réductase en dihydro-testostérone, conduisant à une augmentation significative de l'épithélium de la prostate.

2. Une augmentation des niveaux d'oestrogène contribue à la croissance du stroma (base du tissu conjonctif) de la prostate..

3. Une diminution de la concentration de 5-alpha-androsténediol entraîne une augmentation des récepteurs spécifiques de la prostate, de la vessie et de l'urètre initial. Les muscles de ces organes deviennent excessivement sensibles, provoquant des envies douloureuses fréquentes d'uriner, parfois la nuit, privant un homme de sommeil.

En plus de tout ce qui précède, une violation des processus normaux de la prostate aggrave la circulation sanguine dans l'organe, l'inflammation et l'œdème augmentent. Un facteur mécanique supplémentaire apparaît qui augmente la difficulté à uriner.

De plus, non seulement la taille des formations, la nature de la croissance, mais aussi le sens de croissance des nœuds et la prolifération sont d'une grande importance. La croissance de la lumière de la vessie, des sites péri-urétraux, entraîne des symptômes douloureux, même avec de petites tailles de nœuds. [6]

Classification et stades de développement de l'adénome de la prostate

Il existe trois stades de manifestations cliniques avec hyperplasie prostatique. Le critère est la présence de ce qu'on appelle "l'urine résiduelle" - la quantité qui reste dans la vessie après la miction.

  • Stade I - urine résiduelle jusqu'à 40 ml.
  • Stade II - urine résiduelle jusqu'à 100 ml.
  • Stade III - urine résiduelle de plus de 1,5 litre. Une ischurie paradoxale se développe lorsque l'urine s'écoule d'une vessie trop tendue à travers un sphincter externe atonique. [7]

Complications de l'adénome de la prostate

  • la rétention urinaire aiguë est la complication la plus redoutable lorsqu'une glande prostatique fortement agrandie bloque complètement la lumière des voies urinaires. C'est une urgence. En cas de prestation intempestive de soins médicaux (détournement urinaire urgent par cathétérisme de la vessie, mise en place d'un tube dans la vessie à travers la paroi abdominale antérieure - cystostomie), un coma urémique se développe;
  • pyélonéphrite ascendante;
  • prostatite;
  • urétrite (inflammation de l'urètre);
  • maladie de la lithiase urinaire;
  • hématurie (présence de sang dans l'urine);
  • «Vessie neurogène» (miction rapide non contrôlée);
  • Fuite d'urine;
  • divers troubles du sommeil;
  • dysérection;
  • les troubles mentaux.

Diagnostic de l'adénome de la prostate

Selon les recommandations de la «Rencontre internationale de l'HBP» à Paris (1997), la série de diagnostics est la suivante:

  • recherche obligatoire;
  • conseillé
  • examen approfondi.

Obligatoire:

  • détail au moment du traitement;
  • prise d'histoire;
  • évaluation des symptômes, qualité de vie à l'échelle internationale (I-IPSS);
  • journal d'urination;
  • analyse générale de l'urine;
  • niveau de créatinine (évaluation de la fonction rénale);
  • examen rectal numérique de la prostate et des vésicules séminales.

Conseillé:

  • détermination du niveau de PSA (antigène spécifique de la prostate);
  • évaluation de la miction à l'aide de l'uroflourométrie (mesure du débit urinaire);
  • examen transrectal de la glande de la prostate (détermination de la forme, de la taille, de la consistance, détermination de l'urine résiduelle), le TRUS est effectué avec une vessie pleine, puis après la miction, une évaluation du volume résiduel d'urine est effectuée.

Examen approfondi:

  • cystoscopie (en présence de sang dans l'urine);
  • renographie radioisotopique, néphroscintigraphie dynamique;
  • cystographie;
  • Imagerie par résonance magnétique;
  • tomodensitométrie multispirale avec contraste. [8]

Traitement de l'adénome de la prostate

Le choix des moyens et des méthodes de traitement est fortement influencé par un certain nombre de facteurs:

  • taille, localisation, nature, direction de croissance des nœuds et prolifération;
  • volume de la prostate, présence et volume d'urine résiduelle;
  • degré de miction altérée selon l'échelle I-PSS;
  • la quantité de miction nocturne (la gravité de la nycturie), le degré de perturbation du sommeil;
  • pathologie concomitante.

Le traitement optimal de l'hyperplasie bénigne de la prostate est une thérapie conservatrice, qui empêche le traitement chirurgical ou au moins le pousse indéfiniment.

Thérapie médicamenteuse

La base de la thérapie conservatrice de l'hyperplasie prostatique est l'utilisation d'inhibiteurs de la 5-alpha-réductase. Ils bloquent la conversion de la testostérone en déhydrotestostérone, inhibent sa quantité excessive. Cela conduit à une atrophie et à une diminution de la taille de la prostate. Des études confirment l'efficacité du finastéride, un inhibiteur de la 5α-réductase (5-ARI), qui bloque la conversion de la testostérone en hormone stéroïde dihydrotestostérone (DHT), pour la prévention primaire de l'HBP. Comme vous le savez, la DHT est un androgène puissant qui favorise la croissance de la prostate et est un élément important de la pathogenèse de l'HBP. Le finastéride réduit considérablement la concentration de sérum et de DHT intraprostatique, réduit le volume de la prostate et est approuvé pour le traitement de l'HBP clinique. Des études sur des hommes âgés asymptomatiques ont signalé de fortes relations directes entre la DHT sérique et les concentrations de métabolite de DHT à risque d'HBP, suggérant que la suppression de la DHT peut retarder ou empêcher l'apparition clinique de l'HBP. Enfin, les essais cliniques pour la prévention du cancer de la prostate et l'HBP clinique ont montré que le finastéride réduit le risque de complications graves de l'HBP, notamment la rétention urinaire aiguë, l'infection des voies urinaires et la chirurgie contre le cancer de la prostate. [cinq]

Le médicament le plus prometteur parmi les préparations du groupe des inhibiteurs de la 5-alpha-réductase est le médicament "Avodart" (substance active datastéride). La durée de prise du médicament peut aller jusqu'à 6 mois, avec des répétitions possibles de la thérapie. Une nouvelle génération de médicaments avec les composants actifs «épisteride» et «tourostéride» est introduite dans la pratique clinique généralisée. Les inhibiteurs de la 5-alpha réductase peuvent réduire la taille de la glande prostatique de 2 fois. [neuf]

Les autres médicaments les plus importants sont les alpha-bloquants, qui bloquent les récepteurs alpha-adrénergiques du col de la vessie, de l'urètre postérieur et de la prostate. Les médicaments de ce groupe détendent les muscles lisses de la prostate et du col de la vessie, empêchent l'obstruction de l'urètre et facilitent le passage de l'urine. Les plus efficaces pour soulager les symptômes douloureux de l'hyperplasie prostatique, avec des effets secondaires minimes, sont les représentants des alpha-bloquants tels que Omnic et Omnic Okas. Il faut comprendre que les médicaments ont un effet temporaire et quand ils cessent de prendre les symptômes réapparaissent.

Médicaments avec divers mécanismes d'action

Aucun médicament dans l'histoire de la médecine n'a suscité autant de rumeurs chez les patients et les médecins que Prostamol Uno, grâce à une publicité agressive et débridée à la télévision. Il s'agit d'un bioadditif provenant de l'extrait de palmier rampant, et Prostamol Uno est appelé par le fabricant de cette façon (la société a déjà été condamnée à une amende pour avoir positionné le produit comme médicament). En général, le médicament a un certain effet décongestionnant, antiandrogène, antiprolifératif, a été étudié dans un certain nombre de cliniques européennes et est capable de réduire un certain nombre de symptômes. Cependant, ces effets sont légers, ambigus et complètement débarrassés de la maladie, le médicament est impuissant. En outre, une quantité importante de falsification est apparue sur le marché pharmaceutique, ce qui a de nouveau conduit à une publicité massive.

De plus, divers médicaments sont largement utilisés par les patients, principalement d'origine végétale ou homéopathique. Tous atténuent dans une certaine mesure les symptômes de l'obstruction intravésiculaire, mais ils ne sont pas en mesure de résoudre la question de la taille de la glande prostatique. Ce sont les médicaments suivants (la liste est basée sur la popularité):

  • Afala
  • Gentos;
  • La racine rouge (Evalar);
  • "Cavalier de bronze";
  • Permixon;
  • Prostaplant;
  • Uritikon et plusieurs autres.

Méthodes non opératoires de traitement du cancer de la prostate (sont moins importantes que médicamenteuses et chirurgicales):

  • stenting (expansion) de la partie prostatique de l'urètre avec des dispositifs temporaires et permanents;
  • effet hyperthermique sur la prostate avec une température de 40 à 100 degrés;
  • vaporisation laser (évaporation);
  • cryodestruction (exposition à de basses températures);
  • exposition à des ultrasons focalisés de haute intensité;
  • diverses options d'ablation (destruction par radiofréquences) de la prostate.

Traitement chirurgical

La résection transurétrale de la prostate (à travers l'urètre) - TUR, est la norme mondiale «d'or» pour le traitement chirurgical de l'hyperplasie prostatique. Le TUR de la prostate représente plus de 40% de toutes les opérations effectuées dans les cliniques d'urologie aux États-Unis. L'essence de l'opération est l'ablation partielle de la couche hyperplasique de la zone périurétrale de la prostate et de la partie prostatique de l'urètre avec un résectoscope spécial effectué à travers la lumière urétrale. L'opération est réalisée sous anesthésie générale ou régionale (rachianesthésie, anesthésie péridurale). Permet avec un traumatisme minimal de rétablir une miction normale chez les patients présentant une obstruction intravésicale critique, d'arrêter le développement de complications dangereuses, d'éliminer les étirements excessifs et l'amincissement de la paroi de la vessie.

Si l'adénome fait saillie fortement dans la lumière de la vessie, le bord coupé de la membrane muqueuse de l'adénome prostatique saillant est très proche de la paroi adjacente de la vessie. Cela augmente le risque de blessure potentielle à la paroi de la vessie ou du sphincter. Dans ces cas, il est nécessaire de mesurer la longueur du pénis au col de la vessie avec un volume et une longueur suffisante. Parfois, la longue longueur prostatique de l'urètre dans les grosses prostates rend difficile l'accès de l'endoscope au col de la vessie. Dans cette situation, certains chercheurs recommandent une urétrotomie périnéale pour un accès sûr à la prostate. [Dix]

La prostatectomie ouverte - l'ablation complète de la glande prostatique (transvésicale, périnéale), était auparavant considérée comme la procédure de choix pour la glande prostatique supérieure à 80-100 g, mais récemment, on pense que cela est associé à plus de douleur et à une période de récupération plus longue. Il est toujours recommandé comme traitement standard pour les grosses glandes selon les recommandations de l'EAU, 2012. Toutes les procédures endoscopiques restent une alternative à la prostatectomie ouverte. [Onze]

Prévoir. La prévention

Malgré la forte prévalence de l'HBP chez les hommes plus âgés, le thème de la prévention des maladies n'a pas encore été suffisamment étudié. Des études confirment l'efficacité des médicaments - inhibiteurs de la 5α-réductase (5-ARI) pour la prévention primaire et secondaire de l'HBP. Cependant, l'utilisation de ces médicaments dans une large pratique clinique uniquement à des fins prophylactiques n'a pas encore été pleinement étayée..

A partir des méthodes de prévention non pharmacologiques, je me permets de souligner les points suivants:

  • restriction, ou mieux, un refus total de l'alcool (provoque une ruée de sang vers le bassin, aggrave l'œdème de la prostate);
  • restriction de l'apport alimentaire épicé (contribue à l'œdème de l'urètre prostatique, au stroma de la prostate);
  • restriction des aliments carnés en direction des légumes et des fruits de mer;
  • restriction avant le coucher du volume de liquide à boire;
  • respect de la régularité dans la vie sexuelle;
  • si possible, l'hypothermie locale et générale doit être évitée (conduit à des spasmes des muscles concernés, conduit au développement de processus inflammatoires dans la région pelvienne);
  • utilisation prophylactique des remèdes à base de plantes: la couche intérieure d'écorce de tremble (jeunes troncs, jusqu'à 5 cm de diamètre), la racine rouge de l'Altaï (penny oublié), le thé Ivan (épilobe à feuilles étroites) avec des cours d'un mois avec des pauses de 3 mois;
  • pour éviter un mode de vie sédentaire, conduire une voiture, vous devez bouger davantage, marcher, pratiquer constamment une thérapie physique spéciale (exercices de Kegel);

Les exercices les plus simples et en même temps efficaces:

  • squats "sur un semi-squat" - jusqu'à 50 fois par jour;
  • compression - desserrement du sphincter anal - si possible aussi souvent que possible;
  • marcher «sur les fesses» dans la pièce, à la fois en avant et en arrière, au moins 20 passes par jour;
  • interruption volontaire de l'acte d'uriner, sa reprise après une pause sans cesse croissante - à chaque occasion.

Le pronostic en l'absence de la prophylaxie nécessaire, un traitement conservateur de l'hyperplasie prostatique correctement sélectionné, est extrêmement défavorable. Le développement de complications dangereuses est en augmentation, ce qui conduit à des interventions chirurgicales d'urgence au plus fort du développement d'une obstruction complète de l'urètre prostatique. Cela entraîne une forte détérioration de la qualité de vie, une diminution de la puissance et un handicap des hommes. Au contraire, une attitude prudente vis-à-vis de la santé, un examen annuel obligatoire par un urologue à partir de 40 ans aidera à éviter en grande partie les problèmes liés à l'obstruction de l'élargissement de la prostate des voies urinaires, à améliorer considérablement la qualité de vie et à préserver la force masculine. La norme de recherche annuelle obligatoire devrait comprendre: examen rectal numérique, prostate TRAN, test sanguin pour le PSA (antigène spécifique de la prostate).

Adénome de la prostate (hyperplasie de la prostate)

informations générales

En médecine moderne, la croissance de la prostate due à la croissance active des tissus est appelée adénome de la prostate. Bien que certains spécialistes «expérimentés» et patients âgés utilisent encore des termes tels que adénome de la prostate ou rétention urinaire. En toute honnêteté, nous notons que ce nom a un autre synonyme: hyperplasie bénigne de la prostate (ci-après BPH).

Dans tous les cas, l'essence de la maladie est d'augmenter la taille de la prostate, ce qui entraîne l'apparition de nœuds qui interfèrent avec la miction normale. Une nature bénigne implique l'absence de métastases, ce qui distingue la maladie du cancer de la prostate.

L'adénome de la prostate est considéré comme une maladie masculine des personnes âgées. Un homme sur deux à l'âge de 50 ans éprouve des problèmes de miction qui, après avoir examiné un spécialiste, sont attribués à cette maladie. Avec l'âge, l'incidence augmente et, à 70 ans, trois hommes sur quatre connaissent les mêmes problèmes. Selon la recherche médicale, 15% des hommes ne sont pas affectés par l'HBP. De plus, chaque année, la probabilité de la maladie augmente.

Les causes de l'adénome de la prostate

Toutes les causes de l'adénome de la prostate peuvent être divisées en deux groupes.

Le premier groupe comprend les raisons causées par le mode de vie d'une personne, qui augmentent la probabilité d'une hypertrophie de la prostate. Par exemple, il peut s'agir d'un travail sédentaire ou d'un stress mental actif en l'absence d'activité physique. C'est pourquoi le rôle de l'exercice régulier est difficile à surestimer..

Le deuxième groupe comprend des raisons objectives indépendantes du mode de vie d’une personne. Il est prouvé que l'adénome de la prostate se produit en raison de changements dans le fond hormonal des hommes. Étant donné que ces changements se produisent inévitablement dans la vieillesse, nous pouvons conclure que seuls certains hommes ont le bonheur d'éviter les problèmes de glande prostatique.

En toute justice, il convient de noter que les causes de l'adénome de la prostate ne sont pas encore entièrement comprises. Les scientifiques mènent régulièrement des recherches visant à identifier les corrélations avec d'autres maladies ou avec les caractéristiques de la vie personnelle d'une personne, mais jusqu'à présent, toutes ces études n'ont pas donné de résultats significatifs. Bien que, par exemple, il ait été possible de réfuter l'opinion selon laquelle la prostatite et l'adénome de la prostate sont interconnectés. Selon les statistiques, les deux maladies peuvent survenir de manière totalement indépendante ou vice versa, simultanément. Par conséquent, malgré diverses causes hypothétiques d'adénome de la prostate, le seul facteur prouvé qui augmente le risque de morbidité est l'âge.

Les symptômes de l'adénome de la prostate

Pour mieux comprendre les signes de l'adénome de la prostate, vous devez d'abord comprendre ce qui se passe dans la glande prostatique d'un homme lorsque cette maladie survient. Comme vous le savez, la taille normale de la prostate sous la vessie est approximativement égale à la taille d'une noix. Lorsque le tissu prostatique commence à se développer, un ou plusieurs nodules apparaissent inévitablement dessus. Ils pressent l'urètre, de sorte que la miction est altérée. Il est clair que ce processus ne se produit pas immédiatement, mais progressivement. Pour cette raison, trois stades de la maladie se distinguent en fonction des symptômes..

Au début, lorsque le canal commence à se rétrécir sous l'effet des influences extérieures, les premiers symptômes de l'adénome de la prostate apparaissent. Ils consistent en un changement de sensations lors de la miction. Les hommes en bonne santé éprouvent des sensations agréables lorsque la vessie est vide, ce qui est tout à fait normal. La disparition de ces sensations pourrait servir de première sonnette d'alarme.

Malheureusement, il est courant pour les hommes d'annuler les changements qui ont été découverts pour tout sauf la maladie, c'est pourquoi les médecins sont rarement consultés au premier stade. En attendant, l'HBP prend la forme suivante. Des symptômes plus visibles d'adénome de la prostate apparaissent.

En particulier, une contraction notable de l'urètre entraîne une diminution de la puissance du jet. Lorsqu'il y a peu d'urine (aux derniers stades de la vidange), elle devient verticale ou même se décompose en gouttes séparées. Naturellement, dans ce cas, la vessie ne se vide pas complètement. Le patient doit forcer les muscles abdominaux, serrant ainsi la vessie, et l'urine laissée là en peu de temps provoquera une autre envie d'uriner. Ce sont également les principaux signes d'adénome de la prostate..

En l'absence de traitement, de nouveaux symptômes apparaissent, similaires à l'énurésie. Ainsi, un homme ne peut plus se passer d'uriner la nuit et le temps qu'il peut «tolérer» est considérablement réduit jusqu'à l'incontinence complète.

L'importance d'une visite opportune à un spécialiste lors de la détection des premiers signes est également due au fait que sans traitement approprié, l'adénome de la prostate peut avoir de graves complications, qui seront discutées plus tard..

Complications de l'adénome de la prostate

Comme vous le savez, l'adénome de la prostate entraîne des problèmes de miction. Et cela, à son tour, porte un coup sérieux aux reins. Leurs dommages graduels peuvent se manifester par des maux de tête fréquents, une irritabilité, une soif constante et une sensation de bouche sèche. Le fait que l'urine reste trop longtemps dans la vessie augmente considérablement la probabilité de développer des infections des voies génito-urinaires, telles que la pyélonéphrite, l'urétrite et autres, ainsi que l'apparition de la lithiase urinaire.

Je dois admettre que ce ne sont en aucun cas les complications les plus terribles de l'adénome de la prostate. Le développement sans entrave des ganglions de la prostate peut entraîner un blocage complet de l'urètre. Dans ce cas, l'urine s'accumule dans la vessie, sans débouché, ce qui se transforme en une douleur intense et une menace pour la vie d'un homme. Avec ces signes, un cathéter est installé pour drainer l'urine ou, en cas de besoin urgent, une opération chirurgicale immédiate est effectuée.

Le danger est que la fermeture complète de l'urètre puisse se produire même dans les premiers stades de la maladie. Tout dépend d'une certaine combinaison de facteurs provoquants, tels que l'hypothermie, l'abus d'alcool, l'abstinence d'uriner et autres.

Malheureusement, ce ne sont pas toutes des complications de l'adénome de la prostate. Parfois, la croissance de la prostate entraîne l'apparition de sang dans l'urine. La difficulté à diagnostiquer cette complication réside dans la faible concentration de sang, invisible à l'œil nu. Par conséquent, passer des tests d'urine vous permet d'identifier la maladie par la présence de caillots sanguins lors d'un examen microscopique des sédiments.

Une telle variété de complications, dont chacune est en soi assez difficile pour le corps, nécessite un diagnostic rapide de la maladie aux premiers stades.

Diagnostic de l'adénome de la prostate

Il ne serait pas exagéré de dire que le diagnostic réussi de l'adénome de la prostate dépend directement du patient. Aux tout premiers stades, c'est l'enquête qui peut fournir les indicateurs par lesquels le spécialiste pourra soupçonner la présence de la maladie. Un examen numérique de la prostate est ajouté à l'enquête..

Pour la recherche en laboratoire, le matériel (c'est-à-dire la sécrétion de la prostate et les tampons urétraux) est prélevé après le massage de la prostate. Le médecin traitant peut obtenir des informations grâce à une échographie, qui détermine la présence de calculs, la quantité d'urine résiduelle après une selle et la taille de la prostate.

Une méthode de recherche supplémentaire est l'uroflowmetry. Littéralement, le nom du terme se traduit par une mesure de la vitesse d'un jet d'urine. En plus de la vitesse, un certain nombre d'autres paramètres sont également mesurés, grâce auxquels le diagnostic d'adénome de la prostate devient plus précis.

Bien que l'adénome de la prostate n'entraîne pas toujours des conséquences oncologiques, pour les hommes à risque, c'est-à-dire que leur âge a atteint 50 ans, un test sanguin obligatoire est requis. Selon les résultats d'une étude en laboratoire, des traces de la présence d'une tumeur maligne peuvent être détectées, ou des données sur son absence peuvent être obtenues. C'est à partir de cet âge qu'il est recommandé de faire un test sanguin comme procédure annuelle régulière. En cas de suspicion de présence de cancer, des études complémentaires caractéristiques sont réalisées..

Traitement de l'adénome de la prostate

Après le diagnostic, le médecin prescrit l'une des trois options de traitement de la maladie. Il s'agit d'un traitement médical pour l'adénome de la prostate, la chirurgie et les méthodes non chirurgicales non médicamenteuses.

Les médicaments consistent à prendre certains médicaments. Sur le marché aujourd'hui, ils sont présentés en grand nombre, donc le rendez-vous est à la discrétion du médecin.

Tous les médicaments visent soit à détendre les fibres musculaires de la prostate, soit à réduire le volume de la prostate. Et dans cela, et dans un autre cas, la compression de l'urètre diminue, et le cours normal de l'urine est rétabli.

Malheureusement, les médicaments ne peuvent aider que dans les premiers stades, puis leur effet est loin d'être toujours suffisant. Dans ce cas, très probablement, le patient se verra proposer une intervention chirurgicale. Le traitement chirurgical de l'adénome de la prostate peut être effectué ouvertement ou sans incision, lorsque le chirurgien effectue toutes les manipulations à travers l'urètre.

Parfois, les méthodes non chirurgicales peuvent devenir une alternative à la chirurgie. Tous visent à élargir à nouveau l'urètre. Cela se fait soit en agissant sur le canal lui-même (dilatation du ballon ou stents prostatiques), soit en agissant sur la prostate (thermothérapie ou coagulation micro-ondes).

En ce qui concerne les méthodes préventives, malheureusement, il n'y a pas de recommandations efficaces qui pourraient garantir une protection contre l'adénome de la prostate. En fait, toutes les mesures préventives se résument à niveler les facteurs qui augmentent le risque de la maladie, c'est-à-dire la malnutrition, l'abus d'alcool, d'autres mauvaises habitudes.

L'adénome de la prostate et ses principaux symptômes

Beaucoup d'hommes confondent prostatite et adénome de la prostate, estimant qu'il s'agit de la même maladie. En fait, ce n'est pas le cas, car la prostatite est une pathologie inflammatoire et l'adénome de la prostate ou l'hyperplasie bénigne de la prostate est une tumeur bénigne.

L'adénome de la prostate est l'une des maladies les plus courantes de la région génitale masculine. La pathologie provoque une violation de la miction, des douleurs dans le bas-ventre et devient également la cause de la lithiase urinaire. Les médecins déconseillent fortement l'automédication pour l'adénome de la prostate. Si le flux d'urine devient intermittent, vous devriez consulter un urologue dès que possible.

Les raisons

L'adénome de la prostate code MKD10 n ° 40 est la prolifération du tissu glandulaire, qui est situé dans la région prostatique autour de l'urètre. Un homme sur quatre de plus de 50 ans rencontre une telle pathologie, mais tous ne consultent pas un médecin.

La cause exacte de l'adénome de la prostate n'est pas encore connue. Beaucoup suggèrent que la cause de la maladie est la prostatite chronique, ainsi qu'un mode de vie inapproprié, le tabagisme et l'alcoolisme. Ces facteurs n'ont pas été prouvés..

Actuellement, on pense que l'adénome de la prostate se produit dans le contexte de troubles hormonaux qui surviennent lors de changements liés à l'âge dans le corps d'un homme. C'est pourquoi la maladie survient uniquement chez les patients à l'âge adulte.

Symptômes

On distingue les symptômes suivants de l'adénome de la prostate chez l'homme:

  • mictions fréquentes et envie fréquente;
  • incontinence urinaire;
  • rétention urinaire et difficulté à uriner;
  • jet d'urine lent, il est nécessaire de pousser pendant la libération d'urine;
  • jet d'urine intermittent;
  • sensation constante d'une vessie pleine;
  • une douleur dans le bas-ventre peut survenir.

Les symptômes de l'adénome de la prostate peuvent être exprimés à des degrés divers, tout dépend du stade de la maladie. Il y en a trois:

  • Compensé;
  • Sous-compensé;
  • Décompensé.

Les premiers signes d'adénome de la prostate sont la fréquence des mictions. Le patient peut se réveiller dans les toilettes au milieu de la nuit, uriner plus souvent pendant la journée. Dans ce cas, la vessie est encore complètement vide et les reins fonctionnent correctement.

Au deuxième stade de la maladie, la vessie augmente de taille, le flux d'urine devient intermittent et une envie fréquente d'uriner se produit. Le patient a besoin de forcer pour éliminer les restes d'urine. Des signes d'insuffisance rénale chronique peuvent survenir..

Au dernier stade de l'adénome de la prostate, la vessie est très distendue, c'est pourquoi l'urine s'accumule en grande quantité. Un homme ne peut pas vider complètement sa vessie, peu importe ses efforts, il est donc constamment inquiet du désir d'aller aux toilettes..

Dans ce cas, le patient est préoccupé par la douleur, l'incontinence urinaire et la pathologie rénale progresse. Si un homme ne commence pas le traitement maintenant, il n'aura plus de chances, car les reins échoueront et la mort se produira..

Méthodes de diagnostic

Le diagnostic de l'adénome de la prostate, en particulier au stade initial, ne peut être effectué que par un urologue. Les signes d'hyperplasie bénigne de la prostate sont très similaires aux symptômes de la prostatite, il y a aussi des problèmes de miction, de sorte que le patient peut facilement confondre la maladie et commencer le mauvais traitement.

Tout d'abord, l'urologue interroge le patient et procède à un premier examen. Le spécialiste palpe la vessie et ressent également la prostate à travers le rectum. Ensuite, le médecin vous prescrit de passer les tests suivants:

  • analyse de la sécrétion de la prostate;
  • écouvillon urétral pour infection;
  • uroflowmetry - mesure de la vitesse de l'urine et de son volume pendant la miction;
  • Échographie de la prostate pour évaluer la taille de la glande;
  • analyse de l'antigène prostatique et biopsie de la glande pour exclure une tumeur maligne;
  • analyses générales d'urine et de sang.

Après avoir posé le bon diagnostic, le médecin établit un plan de traitement. Tous les médicaments et procédures sont sélectionnés individuellement, tout dépend de la négligence d'un cas particulier..

Quelle est la différence entre l'adénome de la prostate et le cancer

Souvent, les patients se demandent si l'adénome de la prostate peut effectivement devenir une tumeur maligne. Comme vous le savez, l'adénome de la prostate est une tumeur bénigne rarement maligne, mais l'hyperplasie peut augmenter le risque de développer un cancer de la prostate.

Les causes du cancer de la prostate n'ont pas encore été établies. L'apparition d'une tumeur maligne est associée à des changements hormonaux liés à l'âge, à la consommation de cancérogènes. Et les symptômes du cancer de la prostate au stade initial sont très similaires aux signes de l'adénome, les patients ont également des mictions fréquentes, le flux urinaire est affaibli.

Avec le cancer, le patient craint une douleur intense dans la zone touchée, il devient pâle, appauvri en apparence. Avec l'adénome de la prostate, généralement, en plus des problèmes de miction, aucun signe n'est observé jusqu'à ce que les reins soient perturbés.

Le cancer de la prostate est une maladie très insidieuse qui se développe lentement et imperceptiblement, puis tue l'homme. Par conséquent, à l'âge de 45 à 50 ans, vous devez devenir un client régulier d'un urologue, lui rendre visite régulièrement. Et avec les troubles de la miction, vous devez immédiatement vous rendre à l'hôpital pour exclure la présence d'une tumeur maligne. Plus le traitement du cancer commence tôt, plus un homme a de chances de survivre.

Traitement conservateur de l'adénome de la prostate

Le type de traitement qui sera prescrit dépend du stade de la maladie et de la gravité des problèmes de miction. Si les troubles ne sont pas sévères, un traitement conservateur sera prescrit, qui consiste à prendre des médicaments.

Médicaments pour traiter l'adénome de la prostate chez les hommes:

  • Finastéride et autres inhibiteurs de la 5-alpha réductase.
  • Térazosine.
  • Doxazoline et autres alpha-bloquants.
  • Gentamicine et autres antibiotiques.
  • Probiotiques pour la restauration de la microflore intestinale, par exemple, Linex.
  • Produits sanguins, par exemple Trenal.

La thérapie médicamenteuse combinée peut réduire la taille de la prostate et rétablir la circulation sanguine, ainsi que soulager le processus inflammatoire, améliorer la nutrition des tissus de la prostate. Dans les traitements complexes, des vitamines et des immunomodulateurs sont également prescrits..

Chirurgie de l'adénome de la prostate

Une opération pour retirer l'adénome de la prostate est prescrite dans les cas où les troubles de la miction sont très prononcés et la tumeur elle-même est grande. La chirurgie est également indiquée pour les patients qui n'ont pas été aidés par un traitement médicamenteux conservateur..

Le plus souvent, l'opération d'ablation de la prostate est réalisée à l'aide d'un laser. Avec cette opération, il y a peu de perte de sang et de traumatisme tissulaire, et la fonction sexuelle de l'homme est préservée. De plus, même un adénome de la prostate suffisamment grand peut être retiré avec un laser..

Une résection transurétrale de la prostate (TUR de la prostate) peut également être réalisée. Il s'agit d'une opération sans incisions, qui est réalisée à travers l'urètre. Une telle opération est assez compliquée, elle nécessite un grand professionnalisme du médecin.

Parfois, il arrive que l'opération ne puisse pas être effectuée si le patient souffre de diverses maladies concomitantes, par exemple une insuffisance cardiaque. Dans ce cas, un cathéter est inséré dans l'urètre pour assurer l'écoulement de l'urine.

De nombreux patients s'intéressent aux conséquences de la chirurgie après l'ablation d'un adénome de la prostate. Après la chirurgie, le TUR de l'adénome de la prostate peut provoquer des saignements nécessitant une transfusion sanguine et une réintervention si des caillots se forment à l'intérieur.

De plus, après une chirurgie, des infections, des problèmes de miction, une dysfonction érectile et une éjaculation sont possibles. Pour éviter de telles conséquences, on prescrit au patient un traitement médicamenteux.

Traitement avec des remèdes populaires

De nombreux patients s'intéressent au traitement de l'adénome de la prostate sans chirurgie, et encore mieux à domicile. Une tumeur de la prostate est un trouble très grave qui nécessite un examen et un traitement sous la supervision d'un médecin si le patient a besoin de sa vie.

Le traitement avec des remèdes populaires pour l'adénome de la prostate ne peut pas être effectué, sauf indication contraire d'un urologue. Parce que toute tumeur, même la plus inoffensive, a toujours une chance de devenir maligne.

L'acceptation de teintures et de fonds douteux peut être un moteur de malignité. Dans un traitement complexe, des préparations à base de plantes et des extraits peuvent être utilisés, mais uniquement avec l'autorisation du médecin traitant.

Complications de l'adénome de la prostate

L'adénome de la prostate nécessite un traitement rapide, car la maladie entraîne un certain nombre de complications graves:

  • l'insuffisance rénale chronique;
  • rétention urinaire aiguë;
  • du sang peut apparaître dans l'urine;
  • varices du col de la vessie;
  • tamponnement de la vessie;
  • calculs dans la vessie et les reins en raison de la stagnation de l'urine;
  • les maladies inflammatoires de la prostate, de l'urètre, des reins et d'autres organes pelviens;
  • dysérection.

La plupart de ces complications s'accompagnent de douleurs aiguës, de fièvre. Et une intervention chirurgicale urgente est nécessaire pour le traitement.

La prévention

Il n'y a pas de mesures spéciales pour la prévention de l'adénome de la prostate, car la cause exacte de la maladie n'est pas connue. Pour réduire le risque de complications résultant de l'apparition d'une tumeur, des examens préventifs réguliers doivent être effectués régulièrement par un andrologue. L'examen aidera à identifier l'adénome de la prostate à un stade précoce de son apparition..

Les médecins recommandent aux hommes de suivre ces conseils pour réduire le risque de pathologies du système génito-urinaire:

  • Faites du sport pour éviter les processus stagnants de la prostate.
  • Avoir des relations sexuelles régulièrement en cas d'érection.
  • Mangez bien, prenez des vitamines si votre médecin vous le recommande.
  • N'abusez pas d'alcool et ne fumez pas..

Le bon mode de vie est la clé de la santé du système reproducteur et de l'ensemble de l'organisme.

Conclusion

L'adénome de la prostate chez l'homme est une maladie très désagréable qui viole la qualité de vie et l'état psychologique du patient. N'ayez pas peur de la chirurgie, il vaut mieux souffrir quelques jours que de souffrir pour le reste de votre vie de douleurs rénales et de problèmes de miction. Un traitement approprié de l'adénome de la prostate aide non seulement à rétablir une miction normale, mais aussi à maintenir la fonction sexuelle.

À propos des symptômes, des causes et du traitement de l'adénome de la prostate chez les hommes

Qu'est-ce que l'adénome de la prostate? Le nom complet de la maladie ressemble à une hyperplasie prostatique, c'est l'une des plus courantes parmi les pathologies masculines. L'âge est l'une des principales causes d'adénome de la prostate; après 40 ans, des changements physiologiques naturels se produisent chez les hommes dans le corps. Les structures cellulaires de la prostate se développent et se transforment en une tumeur appelée adénome. Avec une hypertrophie excessive de la glande, une compression de l'urètre se produit, de sorte que les principaux symptômes de l'adénome de la prostate se produisent.

Selon les statistiques, divers degrés de la maladie sont enregistrés chez 50 à 60% des hommes après 50 ans, plus près de 70 ans, le pourcentage de cas augmente à 70 à 80%. Première option - combattre la maladie.

Sur la nature des manifestations et des facteurs

La plupart des hommes, ayant entendu le diagnostic d '"adénome de la prostate", s'exclament involontairement: "Pourquoi?" Et en effet, pourquoi la maladie se développe, quelles causes peuvent être attribuées aux plus caractéristiques de l'adénome?

Raisons pour lesquelles l'adénome de la prostate apparaît chez les hommes:

  1. Ajustement hormonal. C'est la raison principale qui, malheureusement, ne peut être exclue. Mais les conséquences de la baisse des niveaux de testostérone peuvent être atténuées si vous consultez un médecin à temps.
  2. Processus inflammatoires chroniques dans le système génito-urinaire.
  3. Hérédité. Elle concerne davantage les causes de l'adénome à un jeune âge.
  4. Caractéristiques de puissance.

La dernière raison nécessite une étude plus détaillée en urologie. Il est à noter que les hommes, dont le menu est dominé par les tomates, les produits à base de soja, les courgettes, la citrouille et le thé vert, sont moins sensibles aux maladies.

La photo montre clairement que la différence entre la prostate est normale et en présence d'hyperplasie prostatique.

Il est important de se rappeler que l'adénome de la prostate, contrairement au cancer, est une tumeur bénigne, son principal effet désagréable sur le corps est que, en augmentant de volume, il comprime l'urètre, entrave le passage de l'urine ou bloque complètement son courant.

Demandez à un urologue!

La plupart des urologues séparent les symptômes de l'adénome de la prostate en fonction des stades de la maladie, il n'y en a que trois, dans certains cas ils sont 4.

  • Premièrement: symptômes initiaux (effacés)

Plus souvent observé chez les patients après 50 ans qui avaient auparavant des troubles circulatoires graves dans la région pelvienne en raison d'infections. Selon les données médicales, plus d'un tiers des hommes après 35 ans souffrent de congestion de la prostate et, après 50 ans, ils développent des symptômes caractéristiques indiquant un adénome. Mais ces symptômes sont légers, il y a des difficultés mineures avec la miction, une gêne dans le périnée. L'un des premiers signes de l'HBP après 50 ans peut être considéré comme une éjaculation précoce ou une hémospermie, avec le dernier symptôme, le cancer de la prostate doit être exclu.

  • La deuxième étape de l'hyperémie

On l'appelle également période de dystonie et de dysurie, et les symptômes y sont étroitement liés. Dans un premier temps, les manifestations de la maladie se caractérisent par la présence d'un "symptôme d'impulsion impérative", c'est le signe par lequel on peut distinguer un adénome de la cystite et de l'urétrite postérieure. Le symptôme n'est pas accompagné de douleur et de trouble de l'urine, mais se caractérise par une forte intensité. Par la suite, les désirs nocturnes se transmettent au jour, ce qui complique considérablement la vie d'un homme. Les conséquences de «l'impulsion impérieuse» - l'incontinence urinaire, un autre symptôme caractéristique de l'adénome de la prostate. Parfois, les phénomènes dysuriques disparaissent complètement et le patient croit à tort que le problème est résolu, cependant, la croissance de la prostate en volume continue et les symptômes reviennent avec une force triple. Si la superposition de l'infection se produit, la dysurie s'intensifie, des symptômes de difficulté à uriner apparaissent, si des causes externes (hypothermie, alcool, excès sexuels) se joignent au processus pathologique, alors l'acte d'uriner devient encore pire. La preuve directe du 2e stade de l'adénome sera l'absence d'urine résiduelle, au tournant du 3e stade, l'hypertrophie de la paroi de la vessie se produit, son ton est perturbé dans la région de l'urètre postérieur et du col de la vessie.

  • Troisièmement: période d'urine résiduelle
Le développement de l'adénome affecte non seulement les uretères, mais aussi la vessie.

Tous les symptômes apparus au 2ème stade augmentent, une rétention urinaire chronique incomplète apparaît. Tous les organes du système génito-urinaire souffrent, la rétention d'urine devient une tâche difficile, l'hypertrophie de la paroi vésicale est progressivement remplacée par un amincissement et un étirement des fibres musculaires. L'adénome croît de haut en bas, avec un crochet, serre les uretères - la terminologie à ce stade est «parler», ces changements sont appelés «symptôme d'un hameçon». Le 3ème stade de la maladie dure des années, l'homme s'habitue progressivement à ses sensations, et la présence d'urine résiduelle n'interfère pas avec lui. Cela s'explique également par le fait que, parallèlement à une diminution de la contractilité de la vessie, sa sensibilité diminue, elle peut contenir jusqu'à 2 litres d'urine, mais le patient ne ressent pas les pulsions traditionnelles. Surmontant la faible résistance des sphincters, l'urine commence à instiller et la maladie passe progressivement au stade final, ce qui ne promet rien de bon à l'homme.

Conventionnellement, la 4ème étape est appelée période d'ischurie paradoxale, lorsque surviennent une rétention urinaire incomplète et un étirement des sphincters de la vessie. Le «retard avec incontinence» est une situation paradoxale caractérisée par une insuffisance rénale, une intoxication et des troubles gastro-intestinaux. À ce stade de la maladie, des diagnostics incorrects sont souvent posés, car les symptômes sont étendus et la pathologie affecte presque tous les organes, exprimée dans un tableau clinique mixte.

Parallèlement aux symptômes de la défaite du système génito-urinaire, la polydipsie (soif excessive) se développe en raison de l'azotémie, la déshydratation entraîne progressivement une émaciation et un fort effet toxique sur le foie s'exprime par le jaunissement de la peau.

De nombreux spécialistes en urologie proposent de combiner cette étape en un groupe de prostatisme latent (silencieux), car des signes évidents inhibent fortement l'essence même de la manifestation de la maladie (obstruction urinaire), et les premiers symptômes de la vessie restent en dehors du diagnostic.

À quoi s'attendre sans thérapie

Quelles sont les conséquences de l'ignorance de la maladie à la fin, que se passera-t-il si le traitement de l'adénome de la prostate n'est pas effectué? La complication la plus courante de la maladie est la rétention urinaire aiguë, se produit aux stades 2-3 et se produit en cas d'inflammation sévère.

Le cathétérisme vésical est une mesure nécessaire et désagréable dans le cas de l'OZM.

Raisons du développement de la rétention urinaire aiguë (OZM):

  1. L'abus d'alcool.
  2. Hypothermie.
  3. Rétention urinaire délibérée.
  4. Surmenage.
  5. Inactivité physique constante.

Afin d'éliminer rapidement l'OZM, il convient d'effectuer un cathétérisme dès que possible, les conséquences en l'absence de traitement adéquat sont très désagréables.

S'il n'y a pas de traitement pour l'adénome de la prostate, ainsi que l'observation après l'élimination de la rétention urinaire aiguë, il peut être répété. Et si au 2ème stade c'est rare, au 3ème on peut observer sa présence constante, ce qui nécessitera une intervention chirurgicale.

La forme aiguë de rétention urinaire contribue au développement de l'infection; des médicaments antibactériens sont utilisés pour la supprimer. Les patients qui ont subi un cathétérisme souffrent souvent de cystite, pyélonéphrite, adénomite, épididymite, déférentite. Un patient avec HBP nécessitant un cathétérisme est recommandé d'avoir une vasorésection.

Options de dépannage

Comment guérir l'adénome de la prostate et est-il possible de le faire avec le résultat final? Il existe de nombreuses options pour traiter l'adénome de la prostate, et toutes sont bien étudiées, mais chacune des options a ses propres nuances et conséquences.En outre, la thérapie BPH est un processus purement individuel, dans chaque cas, le médecin décide des remèdes les mieux adaptés.

Avant de commencer le traitement, il est utile d'exclure certaines conditions pathologiques qui présentent des symptômes similaires à l'adénome de la prostate. Différencier l'HBP avec les éléments suivants:

  • Cancer de la prostate.
  • Tuberculose.
  • Prostatite aiguë.
  • Obstruction ou obstruction de la vessie.
  • Processus tumoraux.
  • Maladies du SNC.

Important! La prostate augmente avec l'âge chez 5 hommes sur 10 après 50 ans, c'est un processus physiologique naturel, et à l'âge de 80 ans, presque chaque fer est altéré. Mais les symptômes décrits ci-dessus ne se produisent pas toujours et la chirurgie n'est pas toujours requise (RPE).

Diagnostic de laboratoire

Analyses biochimiques et générales d'urine et de sang - des composants importants lors de l'examen, aident à identifier la présence d'un facteur infectieux, un processus inflammatoire non seulement dans la prostate, mais dans tout le système urinaire.

  1. Antigène spécifique de la prostate (marqueur tumoral).
  2. Examen rectal numérique.
  3. Échographie transrectale de la prostate.
  4. Tests urodynamiques pour le diagnostic de l'adénome de la prostate.
  5. Mesure du volume d'urine résiduel (cystométrie).
  6. Étude de pression / débit.
  7. Biopsie pour le diagnostic de l'adénome de la prostate.

La dernière des études (biopsie) est réalisée à l'aide d'une aiguille spéciale et n'est pas un examen de routine de l'adénome de la prostate. Mais une biopsie est nécessaire en cas de résultats mitigés de l'APS et de l'examen rectal, elle permettra d'exclure la présence d'un processus malin.

En utilisant une biopsie de la prostate, des informations supplémentaires sur la maladie peuvent être obtenues..

De nombreux hommes sont sûrs que l'adénome passe en douceur dans une tumeur cancéreuse, mais ce n'est pas le cas, bien que le cancer de la prostate présente des symptômes similaires à l'HBP. Pour exclure l'option de son développement (tumeur), il est nécessaire après 40 ans de donner du sang pour les marqueurs tumoraux (PSA), en outre, un examen annuel par un urologue et la mise en œuvre de toutes ses recommandations aideront même avec l'adénome de la prostate à vivre longtemps.

Le traitement de l'adénome de la prostate est combiné, il n'y a pas de «pilule magique» pour arrêter toutes les souffrances à la fois et réduire la glande à des tailles normales.

Une approche non conventionnelle de la question

Les moments auxiliaires et non traditionnels fréquents pendant le traitement de l'adénome de la prostate seront énumérés ci-dessous..

Inflammation et hypertrophie de la prostate - ce sont les moments présents avec l'HBP. C'est pour éliminer les processus inflammatoires du système génito-urinaire qu'il nous faut un appareil CA (autohémothérapie). Le dispositif provoque un triple effet, active la régénération tissulaire et l'immunité locale et aide à guérir les pathologies chroniques. L'appareil est capable d'agir sur les couches supérieures des plaques de cholestérol, aidant à normaliser le flux sanguin. L'appareil fonctionne à l'aide d'un compresseur intégré, ce qui crée un vide et induit également un champ magnétique, qui ensemble a un effet bénéfique sur les organes génitaux. Les développeurs affirment qu'il peut être utilisé seul, les médicaments deviennent redondants, bien que ce ne soit pas entièrement vrai. Le traitement de l'adénome de la prostate est long et complexe, et, bien sûr, il est impossible de guérir la pathologie avec un seul appareil.

L'utilisation de l'appareil Soyouz-Apollo peut donner de bons résultats lorsqu'il est combiné avec d'autres méthodes de thérapie.

  • Appareils "Termeks 2", "Akutest"

Les rumeurs à leur sujet sont également nombreuses et variées sur Internet, cependant, les urologues sont pratiquement unanimes à leur avis. Ils considèrent que de tels dispositifs sont inefficaces dans le traitement de l'hyperplasie prostatique, et la pathologie ne peut certainement pas être éliminée en les utilisant uniquement. L'HBP nécessite un traitement complexe, pas une thérapie, en utilisant l'appareil Akutest, etc..

Traitement de l'adénome au sel - est-ce possible? Il existe de nombreuses informations sur un tel traitement alternatif sur Internet, cependant, les experts conseillent de comprendre la différence entre «guéri avec du sel» et «guéri avec du sel». La thérapie au sel n'a jamais sauvé les hommes des manifestations de l'adénome de la prostate, il n'y a aucune information sur une guérison complète de la maladie.

La même chose s'applique au traitement au peroxyde d'hydrogène, à la soude - aucune des méthodes primitives inventées dans l'espoir d'augmenter votre note sur les réseaux sociaux ou de gagner de l'argent n'a aucune preuve scientifique. Quiconque a été traité avec du peroxyde d'hydrogène et d'autres comme celui-ci, finit par se retrouver sur la table du chirurgien, dans les cas avancés, une intervention chirurgicale immédiate est requise.

Les informations le concernant sur le World Wide Web sont plutôt rares, selon la reconnaissance du "professeur" et de ses frères, il est capable de guérir l'adénome de la prostate avec un seul processus de pensée. Dans le même temps, Oris recommande d'écouter ses séances au moins sept fois. Le même traitement est proposé par G. N. Sytin avec sa «guérison divine». Leur efficacité - il n'y a pas d'informations médicales, il est donc impossible d'évaluer un tel traitement.

  • Frais de prostate

Avec l'adénome de la prostate, l'exercice est utilisé comme l'une des méthodes de traitement supplémentaires. La charge permet de suspendre le processus pathologique et de contribuer à la guérison. Il y a beaucoup de mouvements («vélo», «ciseaux», etc.), dont le complexe de thérapie par l'exercice consiste. Pour que la charge soit efficace, vous ne devez pas inventer vous-même des mouvements, vous devez consulter un médecin et effectuer le complexe recommandé, qui peut inclure des exercices tels que «vélo», «bouleau», «ciseaux, etc..

Des exercices correctement sélectionnés aident à accélérer le traitement de la prostatite.

  • Séance de massage

De nombreuses publications décrivent une séance de massage avec un adénome de façon très précise, mais est-il possible d'utiliser un effet manuel sur la prostate avec un adénome? Selon la plupart des experts, une séance de massage avec un adénome à n'importe quel stade ne peut qu'aggraver le processus pathologique et provoquer la progression du processus inflammatoire.

Thérapie médicamenteuse

Un médecin vous expliquera comment traiter l'adénome de la prostate dans une version détaillée dans un cas spécifique de la maladie et, si nécessaire, il vous conseillera également des médicaments qui aideront à arrêter le développement de la maladie et à éviter la chirurgie.

Les inhibiteurs de la 5-alpha réductase, médicaments utilisés dans le traitement des adénomes, réduisent l'effet sur la glande des hormones mâles, ce qui entraîne la suspension de la croissance de la prostate. Les inhibiteurs de la 5-alpha réductase (Avodart, Proscar) aident à atténuer les symptômes de la maladie, mais ils ne doivent pas toujours être pris, les médicaments sont le plus souvent recommandés lorsque l'inflammation est petite et que la taille de la glande est petite. Les inhibiteurs de la 5-alpha réductase aident à soulager les symptômes au moment de l'administration, avec le retrait du médicament, toutes les manifestations cliniques et toutes les tailles reviennent.

En général, la thérapie conservatrice comprend les moyens suivants:

  1. Hygiène et alimentation.
  2. Traitement médical.
  3. Physiothérapie.
  4. Méthodes folkloriques.

Vous devrez également éviter l'exposition au froid du corps, ne pas rester longtemps assis (œdème congestif), ne pas supporter longtemps, afin que l'urine ne stagne pas et que la vessie ne s'étire pas excessivement. La prévention de la constipation et des hémorroïdes, un rejet complet de l'alcool et des cigarettes sont également inclus dans la liste obligatoire des recommandations pour l'adénome de la prostate.

Les médicaments et les procédures topiques soulagent l'inflammation et réduisent la taille de la prostate. Le plus souvent, les médicaments ne sont pas utilisés pour traiter l'adénome lui-même, mais pour arrêter les affections communes:

  • Avec dysurie, bougies Papaverine, Amidopyril, microclysters chauds avec antipyrine aide.
  • Des hémorroïdes utilisent des onguents, des suppositoires.
  • Le massage est utilisé uniquement pour alourdir le processus de prostatite chronique..
  • Les agents antibactériens (antibiotiques) et les sulfonamides sont utilisés en présence de cystite et de pyélonéphrite.
  • Pour la cystite compliquant l'HBP, un cathétérisme est effectué (du nitrate d'argent, de la furaciline, du rivanol sont administrés).
  • Méthode palliative - utiliser des agents hormonaux. L'androgénothérapie n'est recommandée que dans les premiers stades de l'adénome de la prostate, dans le cas où l'opération n'a pas encore été démontrée ou ne peut pas être réalisée pour des raisons de l'état général du patient.
L'utilisation de la papavérine peut faciliter considérablement le processus de miction.

Une amélioration temporaire avec de petites et moyennes doses d'oestrogène peut être obtenue dans le traitement des patients après 65-70 ans, mais ils utilisent des cours de Microfollin et Chlortrianisen et avec une surveillance constante du SVC, ils provoquent un dysfonctionnement du cœur et des vaisseaux sanguins.

Techniques radicales et paiement

Une opération est un traitement chirurgical et consiste en une ablation complète de la prostate, lorsque sa taille avec adénome a atteint sa valeur maximale et que l'évolution de la maladie est compliquée par l'OZM, une infection persistante, une hématurie, la présence de calculs dans l'espace prostatique, etc..

Les contre-indications de l'opération sont temporaires, il suffira de traiter les complications, mais dans certains cas de cystite ou de pyélonéphrite chronique, l'EPR est retardée indéfiniment, même dans le centre médical israélien avec le meilleur équipement ils ne sont pas toujours pris pour les cas difficiles.

Pour éviter le développement d'une embolie postopératoire, un bandage est appliqué sur les membres inférieurs, le bandage peut être effectué à l'aide d'un bandage élastique. Il est également nécessaire de traiter les veines des jambes étendues à temps.

Méthodes de correction chirurgicale:

  1. Thérapie endourologique transurétrale.
  2. Électrovaporisation transurétrale de la prostate.
  3. Électrochirurgie de l'adénome de la prostate.
  4. Vaporisation laser.
  5. Énucléation des ganglions adénomateux de la prostate.

Combien coûte la guérison d'un adénome et à quoi un homme devrait-il s'attendre après s'être séparé d'un organe vital?

Une opération d'élimination de l'adénome donne un résultat rapide, mais les effets secondaires ne sont pas exclus.

Le prix de la chirurgie dépend de plusieurs facteurs:

  • Le statut de la clinique et sa politique tarifaire.
  • Combien de kilomètres jusqu'à la partie centrale de la ville (au centre du prix est plus élevé).
  • Qualification du personnel médical.
  • Type de chirurgie.
  • Stade de la maladie.

Il convient de garder à l'esprit que le prix final peut différer considérablement de celui indiqué à l'origine, tout dépend du nombre et du type de tests nécessaires au stade du diagnostic et de la préparation à la chirurgie.

Combien en coûte-t-il pour retirer l'adénome de la prostate - le prix d'une opération en Russie et dans les pays de la CEI.