Principal

Coliques

Inflammation rénale

Les premières manifestations de l'insuffisance rénale passent souvent inaperçues. De temps en temps, presque chaque personne peut être dérangée par le bas du dos, une augmentation de la pression artérielle ou des maux de tête. Ces symptômes disparaissent généralement d'eux-mêmes..

Les gens n'y prêtent pas attention, tandis que le processus pathologique dans les reins est aggravé. Un médecin est consulté lorsque la fonctionnalité normale de l'organe est déjà altérée. Pour éviter cela, vous devez savoir quelle inflammation des reins, symptômes et traitement de cette affection douloureuse.

Jade: quel genre de maladie et ses types

En médecine, tous les processus inflammatoires qui se produisent dans les reins et recouvrent complètement l'organe ou surviennent sous forme de foyers séparés sont appelés néphrite. Il peut être unilatéral (couvre un rein) ou bilatéral.

En fonction de la localisation de l'inflammation et de sa propagation, plusieurs types de maladies se distinguent:

  1. La pyélonéphrite est le diagnostic le plus courant. On l'observe davantage chez les jeunes femmes. La cause en est des agents pathogènes infectieux. Le plus souvent, ce sont des bactéries et des virus. Le processus pathologique couvre le calice, le bassin et le parenchyme d'organe.
  2. Glomérulonéphrite - rarement diagnostiquée. Cette condition est dangereuse avec des complications, car l'inflammation se propage rapidement. La plupart du temps, les glomérules rénaux sont touchés, parfois les tubules. Peut provoquer une insuffisance rénale. Elle est observée plus souvent chez les garçons de moins de 10 ans..
  3. La forme interstitielle est une espèce dangereuse. L'inflammation se produit dans le tissu intermédiaire de l'organe et affecte également les tubules. Aggrave considérablement le travail des reins. Au stade initial, il est facile à traiter, avec un cours de course à pied, un coma et une issue fatale sont possibles.
  4. Rayonnement - la cause est l'impact négatif des rayonnements ionisants. Les premiers symptômes n'apparaissent qu'après 2-3 mois. Forme rare.
  5. Shunt - se produit dans le contexte d'autres maladies systémiques. Il peut s'agir de polyarthrite rhumatoïde, de lupus érythémateux ou de pathologies auto-immunes.

L'évolution clinique de la maladie produit une inflammation rénale aiguë et chronique.

Si la pathologie se produit dans le contexte de la santé générale, elle est primaire. Dans 80% des cas de néphrite, une personne n'a jamais rencontré de maladie rénale auparavant. Les dommages aux organes secondaires se produisent en raison d'une inflammation déjà existante dans le corps dans d'autres organes voisins.

Manifestations de la maladie

L'apparition de la maladie se produit souvent sous une forme aiguë. Les symptômes suivants sont caractéristiques de cette période:

  • douleur de ceinture dans la région lombaire;
  • décoloration de l'urine;
  • fatigue générale et malaise;
  • miction rare;
  • hypertension;
  • gonflement du visage et du corps;
  • miction rare.

Avec une aggravation de la condition, la soif, la bouche sèche et la douleur en urinant peuvent déranger. Si une inflammation du rein droit se produit, la douleur se fera sentir du côté droit, juste en dessous du bas du dos.

Si pendant cette période vous ne consultez pas de spécialiste et ne commencez pas de traitement, la maladie acquiert une évolution chronique. Elle se caractérise par des périodes d'exacerbation et de rémission. Les symptômes sont moins prononcés, pendant la période de retour de la maladie, les manifestations sont similaires à la forme aiguë.

Une évolution prolongée de la maladie conduit au fait que le rein est de taille réduite. Elle ne peut pas travailler à pleine puissance, ce qui entraîne une intoxication. Une complication courante est l'urémie. Il s'agit d'une affection grave dans laquelle les toxines s'accumulent dans le corps en raison d'une insuffisance rénale..

Les exacerbations fréquentes ont un effet négatif sur l'état du système cardiovasculaire. Chez les femmes, les symptômes de la maladie rénale peuvent souvent ressembler à des maladies gynécologiques. Il est important de subir un examen approfondi pour identifier la véritable cause de la maladie..

Avec la maladie rénale, l'inflammation se produit souvent sous une forme latente. Surtout chez les enfants. Si l'enfant a eu peur d'aller aux toilettes, une miction spontanée a commencé à apparaître ou des impuretés étranges sont apparues dans l'urine - une consultation avec un urologue pédiatrique est nécessaire.

Causes de l'inflammation rénale

Un pathogène du processus inflammatoire sont les micro-organismes pathogènes. Le plus souvent, les entérocoques, les staphylocoques et également les bactéries intestinales. Infection mixte observée dans 15 à 20%.

L'agent causal dans le rein peut passer par les voies urinaires, par la circulation sanguine ou par la voie lymphogène. L'activation du processus pathologique est déclenchée en raison d'une hypothermie générale, une maladie infectieuse. Surtout si une personne a eu une maladie.

Le groupe à risque pour les maladies rénales comprend les personnes qui ont:

  1. Rétrécissement congénital ou acquis (à la suite d'un traumatisme) des voies urinaires.
  2. Diabète, troubles métaboliques.
  3. Des interventions chirurgicales ou des études liées à la pénétration dans le canal urinaire ont été réalisées. Ceci est l'installation d'un cathéter, l'introduction d'outils de diagnostic.

Elle augmente également le risque d'utilisation prolongée de certains médicaments dont l'action vise à supprimer le système immunitaire. Par exemple, en transplantation d'organes. Le plus souvent, la maladie rénale affecte les femmes. Cela est dû aux caractéristiques structurelles du système urinaire féminin.

Les causes de lésions rénales secondaires sont:

  • processus infectieux et inflammatoire dans d'autres organes;
  • l'abus d'alcool
  • empoisonnement par des produits chimiques industriels ou ménagers; dépendance;
  • forte dose de rayonnement;
  • tuberculose.

Rendez-vous chez le médecin: diagnostic et traitement

En cas de symptômes, consultez un urologue. Le médecin vous prescrira un examen qui comprend:

  1. Scanner des organes pelviens. Si nécessaire, avec contraste.
  2. Échographie rénale.
  3. Analyse générale de l'urine et du sang.
  4. Culture d'urine en réservoir, qui vise à déterminer le type d'agent pathogène.

Pour clarifier la pathologie, il est recommandé à une femme de subir un examen par un gynécologue pour exclure une inflammation des organes pelviens.

Thérapie conservatrice

La forme aiguë ou l'exacerbation de l'inflammation chronique nécessite une hospitalisation. Il est impératif de fournir au patient du repos au lit et de la chaleur sèche dans la région lombaire. Ce n'est qu'en position horizontale que l'apport sanguin aux vaisseaux sanguins du rein s'améliore, ce qui contribue à une récupération rapide. L'activité physique dans la période aiguë est strictement contre-indiquée.

Le médecin prescrit des analgésiques, des antispasmodiques, des diurétiques et des antibiotiques (si nécessaire). Il est important de suivre un régime sans sel. Les protéines animales doivent également être temporairement exclues de l'alimentation..

Le régime hydrique est établi par le médecin en fonction de la forme et de l'évolution de la maladie.

Méthodes chirurgicales

Si le traitement médicamenteux n'améliore pas l'état du patient, ainsi que dans les troubles sévères du système urinaire, une néphrectomie est recommandée. Il s'agit d'une opération dans laquelle un rein partiellement ou complètement affecté est retiré. Cette méthode est le seul traitement efficace pour détecter les tumeurs malignes sur l'organe ou s'il existe un risque de développer un abcès ou une septicémie..

Après la chirurgie, un traitement antibactérien d'entretien est prescrit au patient..

Dans les cas graves, une hémodialyse à vie et une transplantation d'organe ultérieure sont nécessaires..

Remèdes populaires

Pendant la rémission, vous pouvez maintenir la santé rénale avec des remèdes à base de plantes. Cela aidera à consolider l'effet du traitement. Mais le choix doit être fait avec le médecin traitant.

Pour diverses formes de jade, les herbes suivantes sont recommandées:

  • bourgeons de bouleau;
  • feuilles de sauge et de busserole;
  • camomille;
  • soie de maïs;
  • queue de cheval;
  • feuilles d'airelle rouge;
  • genévrier.

La phytothérapie ne remplacera pas le traitement médicamenteux et ne contribuera pas à l'évolution avancée de la maladie. Il ne peut être utilisé qu'en association avec une thérapie prescrite par un urologue..

La prévention des maladies

Pour préserver la santé des reins et prévenir la possibilité d'inflammation, il est recommandé de respecter les recommandations suivantes:

  1. Traiter en temps opportun les infections génitales et urinaires.
  2. N'abusez pas d'alcool, en particulier les boissons à base de bière..
  3. Limitez votre consommation de sel.
  4. N'ignorez pas les douleurs au bas du dos.
  5. Évitez l'hypothermie.
  6. Quand ARVI observe le repos au lit.
  7. Subir des examens préventifs annuels.

S'il y a déjà des problèmes rénaux, les épices et les condiments chauds sont exclus du régime. Suivez un régime alimentaire approprié. Surveillez votre système immunitaire.

Seule une attitude indépendante et responsable vis-à-vis de la santé aidera à identifier la maladie en temps opportun et à y faire face sans conséquences graves.

Inflammation rénale

L'inflammation des reins est une maladie caractérisée par la progression de l'inflammation dans le système pyélocalicéal, les glomérules, les tubules et les vaisseaux des reins. Cette maladie affecte également les femmes et le sexe fort. L'apparition d'une inflammation des reins chez les enfants de divers groupes d'âge n'est pas exclue. Les micro-organismes conditionnellement pathogènes vivant dans le corps humain agissent comme un pathogène.

Si vous ne commencez pas à traiter l'inflammation rénale avec des pilules spéciales ou des drogues injectables en temps opportun, cela peut entraîner diverses complications dangereuses. Par conséquent, il est important que vous consultiez immédiatement un médecin qualifié si vous ressentez les premiers symptômes d'une inflammation rénale chez la femme, l'homme ou l'enfant..

Étiologie

La principale cause d'inflammation du bassin rénal, des tubules et d'autres éléments de l'organe est l'activité pathogène des micro-organismes non spécifiques:

Facteurs qui augmentent le risque d'inflammation rénale:

  • hypothermie du corps;
  • hypovitaminose;
  • inactivité physique;
  • stress
  • mauvaise hygiène;
  • malnutrition.

Maladies pouvant contribuer à l'apparition d'une inflammation rénale chez les enfants et les adultes:

  • la présence de tumeurs de nature bénigne et maligne;
  • Diabète;
  • pathologies gestationnelles;
  • alcoolisme;
  • allergie;
  • conditions auto-immunes;
  • pathologie des vaisseaux sanguins;
  • pontage avec progression de l'hydrocéphalie;
  • intoxication du corps par divers métaux lourds ou produits chimiques.

Variétés

En fonction de la propagation du processus inflammatoire dans l'organe chez les femmes et les hommes, ces types de maladies se distinguent:

  • focal. Dans ce cas, seuls quelques petits foyers d'inflammation sont observés dans l'organe;
  • diffuser. Tous les glomérules rénaux sont affectés. L'apparition d'une inflammation des glandes surrénales n'est pas exclue (en raison de la propagation rapide du processus inflammatoire).

Par le terme "inflammation rénale", les médecins entendent tout un groupe de pathologies qui diffèrent les unes des autres par la localisation de l'inflammation, le mécanisme de progression et la clinique. Les cliniciens distinguent ces types de maladies:

La pyélonéphrite est une inflammation des reins qui progresse en raison de la pénétration des bactéries dans l'organe. Les tubules et le système pyelocaliceal sont affectés. Ce type d'inflammation est plus fréquent chez les femmes, les hommes et les enfants. L'hypothermie est la principale raison du développement de la pyélonéphrite. Chez la femme, elle évolue souvent avec une lithiase urinaire.

La glomérulonéphrite est une inflammation rénale auto-immune dans laquelle les glomérules s'enflamment. En conséquence, le processus physiologique de purification du sang et d'excrétion d'urine est perturbé. Si vous ne traitez pas la maladie avec des comprimés et des médicaments injectables, les glomérules commenceront bientôt à être remplacés par du tissu conjonctif. Le résultat de ce processus est un - insuffisance rénale chronique.

Néphrite interstitielle - l'inflammation affecte les tissus situés entre les glomérules et les tubules, ainsi que l'appareil tubulaire des néphrons. Le plus souvent, la pathologie progresse en raison de l'activité pathogène des bactéries ou des virus. Mais il y a des cas fréquents où ce type d'inflammation se développe à la suite d'une intoxication du corps avec des substances pharmaceutiques.

Néphrite shunt - les bactéries "attaquent" les complexes immuns situés dans les glomérules. En conséquence, ils se fixent aux vaisseaux sanguins et perturbent le fonctionnement de l'organe.

Symptomatologie

Les symptômes de l'inflammation rénale peuvent être différents selon le type de maladie qui progresse. Dans la forme aiguë, des signes d'inflammation des reins se produisent presque immédiatement et ils sont très prononcés. Il y a une hyperthermie aux nombres élevés, des frissons, des maux de tête. La forme chronique de la maladie se caractérise par une alternance de périodes d'exacerbation et d'affaissement. Leur changement fréquent provoque la mort des glomérules. En conséquence, l'insuffisance rénale chronique progresse..

  • gonflement;
  • transpiration accrue;
  • augmentation de la pression artérielle (il peut y avoir une augmentation des valeurs critiques);
  • écoulement douloureux d'urine;
  • la faiblesse;
  • douleur dans le bas du dos;
  • la nycturie;
  • une urine trouble est libérée, qui peut contenir des flocons (un signe caractéristique de la pyélonéphrite);
  • douleurs musculaires et articulaires;
  • nausée et vomissements;
  • la soif;
  • peau sèche.

Pyélonéphrite

La clinique de pyélonéphrite est toujours très prononcée. Le patient présente les symptômes suivants:

  • hyperthermie;
  • pus dans l'urine (avec la pyélonéphrite, le processus inflammatoire se développe rapidement et le pus s'accumule dans les tissus affectés, excrété avec l'urine);
  • trouble d'excrétion urinaire;
  • douleur dans la zone de projection des reins;
  • des flocons et des caillots sanguins apparaissent dans l'urine - un signe caractéristique de la pyélonéphrite.

Il convient de noter que plus souvent cette pathologie se manifeste chez les femmes et les enfants. La pyélonéphrite peut être détectée par échographie et analyse d'urine. Dans la forme aiguë, des dommages à un rein sont généralement observés. Avec un processus chronique, l'inflammation se propage aux deux reins. La pyélonéphrite doit être traitée le plus tôt possible pour éviter le développement de complications dangereuses.

Glomérulonéphrite

La glomérulonéphrite est une pathologie complexe qui nécessite un traitement rapide et adéquat. En raison de l'inflammation, les glomérules vasculaires de l'organe sont remplacés par du tissu conjonctif, ce qui entraîne une insuffisance rénale. Les symptômes de ce type d'inflammation rénale chez les enfants et les adultes sont les suivants:

  • gonflement
  • l'accumulation de liquide dans la cavité abdominale est possible;
  • dans l'urine, une augmentation de la concentration en protéines est déterminée.

L'inflammation avec glomérulonéphrite affecte 2 reins en même temps. Cette pathologie est plus souvent diagnostiquée chez les représentants du sexe fort du groupe d'âge de 20 à 40 ans..

Inflammation des reins et porter un enfant

Une inflammation des reins est souvent observée pendant la grossesse. Il est important, dès l'apparition des premiers signes d'une maladie, d'envoyer immédiatement la femme à l'hôpital pour traitement. Les facteurs suivants contribuent à l'apparition d'une maladie pendant la grossesse:

  • compression des organes pelviens chez une femme, ce qui est observé en raison d'une augmentation de la taille de l'utérus;
  • modification du fond hormonal habituel;
  • la présence de maladies chroniques chez une femme.

L'inflammation des reins pendant la grossesse menace non seulement la santé de la femme, mais aussi celle de son enfant à naître. Si le fœtus est infecté in utero, la progression de l'entérocolite ou de la pneumonie n'est pas exclue. Par conséquent, il est important que vous consultiez immédiatement un médecin qualifié lorsque vous voyez les premiers signes d'une maladie pendant la grossesse..

Tout au long de la grossesse, il est important de ne pas trop refroidir le corps, de normaliser la nutrition. Vous devez également prendre régulièrement de l'urine, car c'est en elle que vous pouvez identifier les premiers signes que tout n'est pas en ordre avec les reins. Pendant la grossesse, une femme doit surveiller attentivement son hygiène.

Inflammation rénale chez un enfant

Une maladie chez un enfant peut survenir sans symptômes graves. Il arrive souvent que l'inflammation puisse évoluer dans le temps sous une forme latente. Les symptômes d'une maladie chez un enfant sont les suivants:

  • hyperthermie. L'enfant a une augmentation de la température à des nombres élevés;
  • vomissement
  • incontinence urinaire. Mais il est également possible que l'enfant ne puisse pas uriner;
  • décoloration de l'urine, l'apparition de flocons en elle;
  • le processus d'allocation d'urine est douloureux. Le bébé pleure pendant la miction;
  • douleur dans le bas du dos.

Si de tels symptômes apparaissent chez un enfant, un besoin urgent d'appeler une ambulance. Avant son arrivée, aucune pilule ne doit être donnée. L'inflammation des reins chez un enfant peut entraîner des conséquences désastreuses, une thérapie complète est donc nécessaire.

Diagnostique

Si vous soupçonnez une maladie chez un enfant ou un adulte, vous devez immédiatement vous rendre à l'hôpital afin que le médecin puisse effectuer un diagnostic complet, qui comprend:

Mesures thérapeutiques

L'inflammation des glandes surrénales et des reins ne doit être traitée qu'en milieu hospitalier. La principale méthode de traitement est la pharmacothérapie. Les médicaments suivants sont prescrits au patient:

  • antibactérien. Ces produits pharmaceutiques peuvent être prescrits sous forme de comprimés ou d'injections. Avec prudence, ils sont prescrits pendant la grossesse;
  • antihistaminiques;
  • diurétiques;
  • glucocorticostéroïdes;
  • préparations de calcium (généralement sous forme de comprimés);
  • immunostimulants;
  • cytostatiques (prescrits pendant la grossesse dans des situations extrêmement difficiles);
  • vitamines
  • médicaments antihypertenseurs;
  • médicaments qui normalisent la circulation sanguine dans les reins.

Si la nomination des comprimés et des injections n'a pas donné le bon résultat, l'hémosorption et la plasmaphérèse sont incluses dans le plan de traitement. Si le traitement a été choisi correctement, l'état du patient commencera progressivement à s'améliorer dans une semaine.

Régime

Un régime pour l'inflammation des reins est l'une des principales conditions de récupération. Si le patient n'a pas d'œdème, on lui montre une boisson abondante. Le principe principal de l'alimentation est de minimiser la charge sur l'organe malade. Par conséquent, le régime alimentaire doit comprendre des fruits, des légumes, des céréales. Ne consommez pas de produits de viande frits, épicés, salés.

Recettes folkloriques

Les remèdes populaires ne peuvent être utilisés qu'en parallèle avec le cours principal du traitement. Aucune teinture de grand-mère ne peut remplacer l'efficacité des pilules modernes ou des drogues injectables. Le traitement avec des recettes alternatives n'est effectué qu'avec l'autorisation du médecin traitant.

Les remèdes populaires pour le traitement de l'inflammation rénale sont préparés à partir de:

  • stigmates de maïs;
  • sauge;
  • fleurs de bleuet;
  • fleurs de camomille;
  • bourgeons de bouleau.

Comment reconnaître l'inflammation rénale: symptômes et traitement complexe avec des médicaments de différents groupes

Inflammation des reins ou néphrite - comprend un groupe de maladies inflammatoires qui affectent les reins. Ils ont des causes, des mécanismes de développement et des symptômes différents. Avec l'inflammation des reins, les calices et le bassin, les tubules et les glomérules de l'organe sont affectés. Le jade peut se développer en tant que maladie indépendante ou être le résultat d'autres pathologies..

Avec un diagnostic et un traitement intempestifs, l'inflammation rénale peut entraîner de graves conséquences qui menacent la vie du patient. Dès que possible, le médecin doit prescrire un traitement complet, le rôle principal étant attribué aux médicaments.

Types d'inflammation rénale

Le processus inflammatoire dans les reins peut se produire sous le couvert de plusieurs maladies:

  • La pyélonéphrite est l'inflammation rénale la plus courante. Dans la plupart des cas, il est de nature bactérienne. Le système pyelocaliceal et le parenchyme organique sont affectés. Les enfants et les jeunes femmes en âge de procréer sont plus sujets à la pyélonéphrite..
  • La glomérulonéphrite est une pathologie auto-immune dans laquelle le système de filtration sanguine est perturbé. Les glomérules vasculaires des reins, où des substances nocives sont libérées par le sang et le processus de formation d'urine, meurent et sont remplacés par du tissu conjonctif. La glomérulonéphrite peut être primaire et secondaire.
  • Néphrite interstitielle - inflammation des tubules rénaux et des tissus interstitiels, à la suite de laquelle la fonction rénale est altérée.

Causes d'occurrence

Le processus inflammatoire dans les reins se développe à la suite de leur infection par la microflore pathogène, qui pénètre dans l'organe de différentes manières (par le sang, la lymphe). Les principaux agents responsables de la néphrite sont Escherichia coli, les streptocoques, les staphylocoques.

L'inflammation des reins peut se produire séparément ou être une complication d'autres maladies:

Les symptômes de l'inflammation rénale

Articles d'experts médicaux

En raison de sa polyvalence, les reins sont sensibles à de nombreuses maladies. Examinons plus en détail les maladies les plus courantes - inflammation des reins, ainsi que les symptômes de l'inflammation des reins, sous forme de manifestations de pyélonéphrite, urolithiase, glomérulonéphrite, inflammation de la vessie.

Les fonctions des reins dans la vie du corps humain sont d'une importance capitale, car elles sont toutes associées au sang. Chacun d'une paire de reins - pesant environ 200 grammes, contient environ 160 kilomètres de vaisseaux sanguins, à travers lesquels, pendant la journée, environ 150 litres de sang sont filtrés ou environ 50 cycles complets de filtration de tout le sang humain. Et ce n'est que pour une journée, par la méthode de calculs mathématiques simples, il est possible de calculer le volume de liquide filtré par les reins pour toute la vie d'une personne. Exécution de la fonction principale des reins - le nettoyage du sang des substances inutiles pour le corps et de l'excès de liquide, bien sûr, dépend directement de l'état général des reins, car la performance de la filtration du sang est associée à l'accumulation de substances nocives et souvent à un stress élevé sur les reins. Par exemple, à partir d'une centaine de litres de liquide filtré par les reins, il est transformé en urine - un litre. Le nettoyage du sang des substances toxiques et nocives par les reins est directement lié au fonctionnement complet du corps et si les reins échouent, un excès de liquide, des substances inutiles s'accumuleront dans le sang, modifiant ainsi sa composition et empoisonnant le corps.

En règle générale, des processus inflammatoires affectant le système pyélocalicéal des reins, des tubules rénaux et d'autres dommages aux vaisseaux et aux glomérules des reins se produisent en raison de l'hypothermie et des rhumes saisonniers. Les médecins notent une augmentation du nombre de maladies rénales inflammatoires précisément pendant les périodes de contre-saison - printemps, automne, lorsque le corps humain n'a pas encore eu le temps de s'adapter aux changements climatiques de température et est le plus sensible aux rhumes. Dans les maladies respiratoires aiguës, le mal de gorge, la grippe, plus de 85% des micro-organismes transmettant la maladie pénètrent dans les reins avec le sang et l'urine. Comme le montre la pratique, sept patients sur dix souffrant d'inflammation rénale sont des femmes. Par conséquent, l'inflammation des reins est souvent considérée comme une complication de maladies typiquement féminines, par exemple les maladies gynécologiques. L'inflammation des reins est possible en période postopératoire, pendant la grossesse. L'agent causal le plus courant de l'inflammation rénale est E. coli. Moins souvent, les agents pathogènes sont les entérocoques et les staphylocoques. Plus de 2 millions de cas d'inflammation rénale, la pyélonéphrite, sont enregistrés chaque année par des urologues américains. En Ukraine, personne n'enregistre de telles données, mais sans doute - le chiffre est plusieurs fois plus élevé. Un taux d'incidence aussi élevé s'explique par la similitude des symptômes du rhume - fièvre, malaise général, que nos concitoyens traitent le plus souvent seuls, sans recourir à des spécialistes ni utiliser des remèdes populaires. Dans ce cas, les symptômes de la douleur disparaissent vraiment jusqu'à la prochaine exacerbation, laissant à l'avenir le développement possible d'une pyélonéphrite chronique.

Quels sont les symptômes de l'inflammation rénale??

Plus en détail, considérons les symptômes de l'inflammation rénale - pyélonéphrite - inflammation du bassin rénal. La partie la plus vulnérable du rein, l'urine est filtrée à travers le bassin rénal. La pyélonéphrite a une origine infectieuse. La pyélonéphrite est également affectée par les adultes et les enfants. Il s'agit d'une pathologie assez courante de l'inflammation des reins, dont le rôle principal dans le développement est joué par des bactéries pathogènes qui pénètrent dans les reins par la circulation sanguine à partir de foyers infectieux ou en pénétrant d'autres parties du système urinaire. Les principaux facteurs de risque de pyélonéphrite comprennent l'hypothermie, une immunité diminuée, un écoulement urinaire altéré, des maladies infectieuses du système urinaire, une diminution de l'apport sanguin au tissu rénal et toutes sortes de lésions rénales. Les urologues classent la pyélonéphrite:

  • par la nature du cours - aigu et chronique;
  • selon le type d'occurrence, on distingue le primaire, dont le développement n'est pas accompagné d'autres maladies et secondaire, dont le développement se produit dans le contexte de pathologies et de diverses maladies du système urinaire et des reins;
  • selon l'état du système urinaire, il y a non obstructif, se développant sans perturbation dans l'écoulement de l'urine des reins et obstructif, se développant avec une violation de l'urodynamique.

Les symptômes de l'inflammation rénale, à savoir la pyélonéphrite:

  • intoxication générale dans le contexte de malaises, soif, faiblesse, fatigue, maux de tête, nausées, vomissements, frissons, douleurs musculaires et douleurs articulaires, fièvre, sueurs abondantes;
  • augmentation de la température corporelle, hypertension artérielle;
  • douleur et tension dans la région lombaire et la paroi abdominale antérieure;
  • mictions excessives fréquentes, opacification dans l'urine.

Il convient de noter que les symptômes de l'inflammation rénale sont déterminés par le stade et le cours du processus pathologique. Dans certains cas, la pyélonéphrite s'accompagne de symptômes aigus, dans d'autres cas, les plaintes sont légères ou inexistantes. La pyélonéphrite aiguë est caractérisée par la voie hématogène d'infection, lorsque des bactéries douloureuses pénètrent dans les reins avec du sang. Parfois, l'infection pénètre dans le rein en remontant des foyers infectieux du système urinaire. Pour l'apparition de la pyélonéphrite aiguë, une maladie aiguë avec des symptômes prononcés est caractéristique - fièvre, fièvre, transpiration, faiblesse grave, vomissements, nausées, douleur dans l'abdomen et le bas du dos. La pyélonéphrite chronique peut être à la fois une conséquence de la pyélonéphrite aiguë et se produire indépendamment. L'origine bactérienne de cette maladie se caractérise par des périodes alternées de rémissions et d'exacerbations. Les symptômes caractéristiques de la pyélonéphrite chronique sont des douleurs dans le bas du dos, de la fièvre jusqu'à 38 ° C, des maux de tête, une faiblesse grave, de la fatigue. Lors d'une exacerbation, le tableau clinique du processus chronique, lors d'exacerbations, est pleinement compatible avec les symptômes de la pyélonéphrite aiguë.

Les symptômes de l'inflammation rénale

Malheureusement parents et médecins, les symptômes de l'inflammation rénale chez les enfants sont assez courants. Le développement rapide de la maladie rend impossible le diagnostic aux premiers stades de développement. Dans la plupart des cas, après une échographie, un spécialiste peut poser un diagnostic. Quels sont les premiers symptômes de la maladie, à quoi les parents doivent-ils prêter attention?

Tout d'abord, un changement de comportement habituel, l'enfant devient léthargique, léthargique, un manque d'intérêt absolu pour les choses qui l'intéressaient auparavant, il y a une fatigue rapide, des maladies fréquentes des rhumes, une amygdalite. La maladie au stade de développement actif fera état de symptômes plus évidents - pâleur de la peau, gonflement des paupières inférieures et supérieures, manque d'appétit, plaintes de maux de tête et de douleur dans le bas du dos, augmentation de la miction nocturne, décoloration et odeur d'urine. Le diagnostic de l'inflammation rénale chez l'enfant repose sur les mêmes méthodes que chez l'adulte, avec des caractéristiques mineures des symptômes généraux de la maladie caractéristiques des enfants. Dans le diagnostic de l'inflammation rénale chez les enfants, il est important de mener des études quantitatives sur les sédiments urinaires, la valeur du nombre microbien. La détection des symptômes ci-dessus signale la nécessité d'un conseil spécialisé urgent. Dans ce cas, il est nécessaire d'effectuer des tests sanguins détaillés, des tests d'urine et des ultrasons. Afin de prévenir de tels cas, les parents ont besoin d'une surveillance et de soins attentifs de l'enfant. À savoir, il est particulièrement nécessaire de surveiller attentivement le régime de température de l'environnement, afin d'éviter la moindre hypothermie de l'enfant. C'est l'hypothermie qui provoque l'apparition d'une inflammation rénale chez l'enfant. L'hygiène personnelle n'est pas moins importante, ce qui est plus important pour les bébés que pour les adultes, en raison de la sensibilité du corps aux infections et au sous-développement du système immunitaire. Si l'hygiène de base n'est pas observée, des infections peuvent pénétrer dans l'urètre et plus loin dans les reins de l'enfant. Toutes sortes de parasites, sous forme de vers ou oxyures, peuvent également provoquer des symptômes d'inflammation rénale chez les enfants. Les symptômes de l'inflammation rénale chez les enfants peuvent être déterminés par les parents, il suffit d'observer le comportement de l'enfant. Si, en observant un enfant, de tels symptômes sont détectés, une consultation urgente d'un spécialiste et un diagnostic plus poussé de la maladie sont nécessaires.

Les symptômes de l'inflammation rénale chez les femmes

Le plus souvent, en raison de la structure anatomique du corps, les spécialistes enregistrent les symptômes de l'inflammation rénale chez la femme. Ce fait s'explique par la petite longueur de l'urètre chez la femme, contrairement aux hommes, qui contribue à une pénétration plus rapide et sans entrave de l'infection dans la vessie et les reins. De plus, la proximité immédiate du vagin contribue à la propagation rapide de l'infection. Les symptômes de l'inflammation rénale chez les femmes sont observés 7 fois plus souvent que dans la moitié masculine. Comme le montre la pratique, les jeunes femmes de moins de 30 ans tombent malades avec un risque accru de diverses infections du système génito-urinaire, en raison, par exemple, du début de l'activité sexuelle, de la grossesse et de l'accouchement. En tant que complication pendant la grossesse, en raison de la charge croissante sur les reins, il existe des symptômes d'inflammation rénale chez les femmes. À l'âge adulte, les symptômes de l'inflammation rénale chez les femmes se produisent le plus souvent en raison d'une diminution des fonctions protectrices du corps, d'une immunité affaiblie après le rhume, la grippe et le SRAS, une maladie chronique, une fatigue excessive systématique, le stress, des carences en vitamines. En règle générale, les symptômes de l'inflammation rénale chez les femmes ont des signes caractéristiques - manque d'appétit, soif systématique, bouche sèche, fatigue, maux de tête persistants et douleur dans le bas du dos. Avec le début du processus pathologique, la quantité d'urine diminue, l'estomac gonfle, la diarrhée commence, des nausées et des vomissements apparaissent, les jambes et le visage gonflent. La composition des changements d'urine - le niveau de lipides augmente, la protéine est contenue. L'inflammation prolongée des reins se caractérise par l'apparition d'une sensation de picotement et d'engourdissement de la peau, une diminution de la force, des douleurs musculaires et des crampes, ce qui s'explique par une forte perte de potassium et de chlorure. Dans des cas exceptionnels, il est possible que la dyspnée se développe dans un état calme. Avec un gonflement des membres, une limitation de l'activité normale est possible. Une pâleur de la peau, une baisse de la température corporelle, une desquamation de la peau, une fragilité accrue des cheveux et des ongles sont observées..

Dans la plupart des cas, à l'âge de 55 ans, 85% des femmes développent une inflammation des reins, tandis que la maladie se poursuit sans symptômes graves. Une exacerbation de la maladie survient souvent pendant la grossesse, en raison de la compression des uretères, d'une hypertrophie de l'utérus et d'une altération de l'écoulement d'urine par les reins. C'est pendant la grossesse qu'une exacerbation de la pyélonéphrite chronique se produit, qui se déroulait auparavant sans symptômes évidents et n'a pas été guérie en temps opportun.

Les symptômes de l'inflammation rénale chez les hommes

Les caractéristiques de la structure anatomique du corps permettent aux premiers stades de développement de la maladie de déterminer les symptômes de l'inflammation rénale chez l'homme. En règle générale, des mictions douloureuses fréquentes, des douleurs dans l'urètre, une lourdeur dans le périnée, des difficultés à uriner vous obligent à consulter immédiatement un spécialiste, ce qui contribue en fait au traitement rapide de la maladie. Il y a des cas très fréquents où à l'âge adulte chez les hommes avec un diagnostic d'adénome de la prostate, ce qui perturbe l'écoulement de l'urine et provoque le développement d'une inflammation des reins. Les symptômes de l'inflammation rénale chez l'homme sont caractérisés par une fièvre allant jusqu'à 38 ° C, des symptômes de douleur dans la région lombaire, au site de la localisation de la douleur. Par type, la douleur peut être aiguë ou douloureuse avec des attaques périodiques aiguës. Des nausées aiguës qui se transforment en vomissements sont possibles. En règle générale, une baisse de la température à 35 ° C, accompagnée d'une transpiration abondante et de fièvre. Dans l'inflammation rénale chronique, les symptômes sont généralement légers. La maladie se déroule sous une forme latente et il n'est possible de la diagnostiquer que dans des conditions de laboratoire. Le patient ne ressent que les symptômes caractéristiques de la plupart des maladies chroniques, à savoir le malaise général, la fatigue, la léthargie, une légère augmentation systématique de la température corporelle.

L'inflammation des reins entraîne une affection douloureuse générale de tout le corps, des muscles et des articulations, des os et des muqueuses - la douleur se propage dans tout le corps. Si nous parlons de symptômes locaux - une manifestation de la tension du muscle lisse de la cavité abdominale, l'apparition de symptômes de douleur dans la région lombaire est nécessaire. L'état général d'une personne est aggravé par une augmentation de la température. Eh bien, le dernier symptôme déterminant est la présence de flocons, un changement dans la couleur et l'odeur de l'urine. Il existe de nombreuses causes d'inflammation rénale, mais la plus courante est l'hypothermie. Souvent, l'inflammation rénale se développe dans un contexte d'immunité affaiblie.

Les symptômes de l'inflammation rénale pendant la grossesse

Les symptômes de l'inflammation rénale pendant la grossesse sont caractérisés par des frissons sévères avec une augmentation simultanée de la température corporelle, des maux de tête. Les douleurs musculaires s'accompagnent de nausées et de vomissements, d'une accélération du rythme cardiaque et d'un essoufflement. Une transpiration accrue s'accompagne d'une stabilisation de la température corporelle. Dans les intervalles entre les frissons, un état léthargique, l'adynamie, est caractéristique. La douleur lombaire correspond au côté de la maladie. Les sensations de douleur s'intensifient la nuit, lorsque le patient est allongé sur le dos ou sur le côté opposé à l'organe malade. Douleur possible avec une respiration profonde ou une toux. La palpation bimanuelle montre une tension douloureuse dans les muscles abdominaux. L'inflammation rénale chronique est caractérisée par une douleur sourde dans la région lombaire, qui est aggravée par la marche ou un léger effort physique, des maux de tête, une faiblesse générale. Il convient de prêter attention à la possibilité d'une évolution asymptomatique de l'inflammation rénale..

Lors du diagnostic, en règle générale, ils effectuent une gamme complète de tests de laboratoire sur le sang et l'urine. Mais il existe un certain nombre de limites dans les méthodes de diagnostic. Ainsi, l'utilisation de méthodes de radiographie est contre-indiquée, par conséquent, les femmes enceintes sont soumises à des études échographiques et endoscopiques, un examen clinique. Si l'on considère l'évolution de la grossesse et de l'accouchement des femmes atteintes d'une inflammation rénale, on peut noter le fait d'un effet indésirable moins prononcé sur la grossesse en général. Avec une inflammation à long terme des reins, une fausse couche ou une naissance prématurée est possible. La principale raison de la fausse couche est une forme grave de gestose, se développant avec une inflammation des reins. Récemment, l'inflammation gestationnelle aiguë des reins n'est pas un facteur déterminant pour l'avortement, s'il n'y a pas d'autres facteurs.

Quels sont les symptômes les plus inquiétants de l'inflammation rénale??

Les symptômes de la maladie sont assez prononcés littéralement au cours du premier jour d'exacerbation. La manifestation caractéristique la plus courante est une température corporelle élevée, accompagnée de fièvre et de maux de tête. Les symptômes de l'inflammation des reins suggèrent une augmentation significative de la transpiration, et indépendamment du froid ou de la chaleur, le patient éprouve également des sensations inconfortables. Le système génito-urinaire du patient fonctionne avec des anomalies évidentes - des mictions fréquentes s'accompagnent de douleurs. Le fait que la miction douloureuse n'a pas besoin d'être tolérée même pour une journée est un fait indéniable - c'est un signe certain de la maladie. L'apparence de l'urine varie selon le degré de développement de la maladie. La couleur de l'urine devient sombre avec des flocons et une odeur âcre. Souvent, l'inflammation des reins s'accompagne de nausées, se transformant en vomissements.

L'inflammation des reins entraîne une affection douloureuse générale de tout le corps, une fatigue rapide, des crises d'apathie, des maux de tête. Comme pour la plupart des maladies, il y a un manque d'appétit, ce qui est positif dans le cas d'une inflammation rénale. En parlant de symptômes locaux, il convient de noter la tension des muscles lisses de la cavité abdominale et de la région lombaire. Une température corporelle élevée avec une inflammation des reins aggrave considérablement l'état général du patient. L'inflammation chronique des reins a des symptômes similaires, vous pouvez toujours noter la présence d'une couleur terreuse de la peau, l'apparition d'un teint ictérique, des troubles du sommeil.

Après la détection de tels symptômes, en règle générale, un complexe de tests nécessaires suit, vous permettant d'établir le bon diagnostic et de commencer le traitement. Avec l'inflammation rénale - des tests de haute qualité et un diagnostic rapide aideront à un traitement efficace de la maladie.

Symptômes d'inflammation du rein droit ou gauche

En fait, les symptômes de l'inflammation du rein droit ou gauche sont similaires aux symptômes d'autres maladies, par exemple les coliques biliaires, le dysfonctionnement intestinal, les crises d'appendicite. Par conséquent, il est assez difficile même pour les spécialistes de diagnostiquer une inflammation du rein droit ou gauche, sans parler du patient lui-même. Parmi les symptômes les plus courants de l'inflammation rénale, on peut noter une augmentation des douleurs de tiraillement dans la cavité abdominale inférieure gauche ou droite, des douleurs dans le bas du dos, une sensibilité accrue pendant la palpation, une augmentation de la température corporelle accompagnée d'une miction fréquente et abondante, de la fièvre, des nausées et des vomissements. Très souvent, une douleur dans le rein gauche ou droit peut indiquer une maladie qui n'est pas directement liée aux reins. Aux fins d'un diagnostic rapide, en présence de symptômes similaires, une consultation spécialisée aidera à déterminer la cause de la douleur dans le rein droit.

Les symptômes de l'inflammation rénale chez les femmes - ce qu'il faut rechercher

L'inflammation des reins se produit dans le contexte d'une lésion infectieuse de cet organe jumelé. Dans le même temps, de graves dommages leur sont causés et une insuffisance rénale se développe progressivement. Tout cela peut malheureusement se terminer pour le patient. C'est pourquoi il est très important de connaître les symptômes de l'inflammation rénale afin de prendre toutes les mesures nécessaires en temps opportun..

Quel est le processus inflammatoire caractéristique des reins?

L'inflammation des reins dans le domaine médical concerné est appelée jade. Un groupe de maladies se développant dans ce contexte est le jade. Il est facile de voir que les noms de toutes les affections, d'une manière ou d'une autre affectant les reins et ayant une nature infectieuse, se terminent par ce mot.

Les maladies les plus courantes de ce type sont la pyélonéphrite et la glomérulonéphrite. Chacun d'eux a ses propres caractéristiques, qu'il est également souhaitable de connaître..

MaladieCauses d'occurrenceFuite
PyélonéphriteInfection rénale par des bactéries et des virus qui pénètrent ici par le sang et la lymphe. La source de l'infection est les organes pelviens liés au système urinaire. Par exemple, si une infection pénètre dans l'urètre, elle peut atteindre les reins si elle n'est pas guérie à temps. La pyélonéphrite secondaire peut se développer dans le contexte d'autres maladies, par exemple la tuberculose, l'arthrite, la thrombose, un certain nombre de maladies sexuellement transmissibles.Elle se déroule principalement sous une forme chronique, mais la pyélonéphrite aiguë n'est pas rare non plus. De plus, cette maladie se caractérise par des exacerbations relativement fréquentes du stade chronique, à la suite desquelles l'état du patient s'aggrave fortement.
GlomérulonéphriteLa raison principale est une lésion infectieuse. Le mécanisme est similaire à ce qui se passe pendant le développement de la pyélonéphrite. La glomérulonéphrite apparaît également souvent avec des infections streptococciques du système respiratoire. La cause peut être des toxines qui pénètrent dans le corps - poisons, produits chimiques, métaux lourds. Les personnes exposées à des radiations pour se débarrasser du cancer sont à risque.Les symptômes de l'inflammation rénale sont moins prononcés qu'avec la pyélonéphrite. Le fait est qu'avec cette maladie, seuls les glomérules rénaux sont affectés, et non l'organe entier. Mais c'est aussi le principal danger de la maladie - elle devient plus difficile à guérir. Y compris en raison du fait que l'évolution de la maladie est lente, principalement chronique.

Pourquoi les femmes

Selon les statistiques officielles, les femmes souffrent de diverses formes d'inflammation rénale presque sept fois plus souvent que les hommes. Pourquoi la nature a-t-elle permis une telle discrimination? Ce fait s'explique très simplement - le fait est que l'urètre chez la femme est beaucoup plus court et plus large que chez l'homme. Par conséquent, il est beaucoup plus facile d'entrer dans l'infection, puis de se rendre à la vessie. Cet organe est déjà à proximité des reins, donc l'apparition d'un processus inflammatoire n'est qu'une question de temps..

Les symptômes de l'inflammation rénale chez les femmes et le traitement intéressent les patients déjà à un jeune âge. Les facteurs provoquant peuvent être une vie sexuelle intense, une grossesse, un accouchement. À l'âge adulte, les femmes sont à risque de développer une néphrite en raison d'une diminution des fonctions protectrices du corps, des maladies infectieuses transférées, du stress, voire d'un surmenage banal.

Plus la femme est âgée, plus le risque que l'infection pénètre dans les reins est élevé, provoquant leur inflammation.

Près de 80% des femmes à 55 ans présentent des signes prononcés ou latents d'inflammation rénale. L'exacerbation de la néphrite se produit dans un contexte de dysfonctionnement des organes internes, de changements dans leur structure et leur position. La grossesse est d'une grande importance. C'est alors que la charge sur les reins est la plus élevée. À un jeune âge, le processus d'inflammation lancé peut être invisible, mais il se manifestera certainement chez un adulte.

Symptômes et traitement de l'inflammation rénale

Comme mentionné ci-dessus, les symptômes de la néphrite peuvent être bien exprimés ou non. Malgré le désagrément des symptômes, c'est encore mieux lorsqu'ils sont présents, car dans ce cas le processus de diagnostic est grandement facilité. Une personne souffrant d'une maladie demandera tôt ou tard de l'aide. Mais si l'inflammation est asymptomatique, elle menace d'aggraver progressivement l'état de santé et, en particulier, les reins, et il sera très difficile de corriger la situation.

Les symptômes de l'inflammation rénale sont divers, cela dépend beaucoup du type de maladie. Néanmoins, le principal signe qu'une pathologie commence à se développer, quelles que soient ses caractéristiques, sera une douleur tirante, coupante, sourde, périodique ou constante dans la région lombaire. En outre, de nombreux patients sont tourmentés par une gravité caractéristique dans ce domaine. C'est déjà suffisant pour consulter un spécialiste pour subir des tests de diagnostic appropriés, par exemple, une échographie.

Si cela n'est pas fait, à l'avenir, les symptômes ne feront qu'empirer:

  • la douleur commencera à irradier vers l'abdomen, le dos et même l'aine;
  • la miction commencera à s'accompagner de douleurs et de brûlures;
  • l'apparence de l'urine changera - elle changera de couleur, des flocons blancs caractéristiques apparaîtront;
  • probablement, l'urine contiendra du sang et du pus (pertinent pour les formes exacerbées et compliquées de néphrite);
  • l'odeur d'urine deviendra extrêmement désagréable;
  • l'envie d'uriner augmentera considérablement;
  • la température corporelle augmente. La fièvre est également possible. La température avec inflammation des reins n'est présente qu'en cas d'exacerbation de la maladie.

Les symptômes de l'inflammation rénale chez les femmes affectent non seulement l'urètre. Un malade sera tourmenté par la soif, sa bouche sera toujours sèche. L'appétit aura disparu, une faiblesse insurmontable apparaîtra. Symptômes traditionnels - gonflement des membres et maux de tête.

L'évolution chronique de la néphrite est caractérisée par une diminution de la sévérité des symptômes. Dans le même temps, il y a encore suffisamment de signes de la maladie - il vous suffit de surveiller attentivement votre corps. Par exemple, en plus de la perte d'appétit et des mictions fréquentes (avec des impuretés pathologiques dans l'urine), le problème se traduit également par une perte de poids, une détérioration significative de l'état des cheveux et des ongles, une pâleur malsaine de la peau et une transpiration accrue (principalement la nuit).

La néphrite aiguë entraîne des symptômes extrêmement désagréables tels que la diarrhée, des nausées, des vomissements, une forte augmentation de la température corporelle, une baisse de la pression artérielle, une faiblesse générale et une sensation de faiblesse. Avec une exacerbation de la maladie, le syndrome douloureux est considérablement amélioré. Parfois, la douleur est tout simplement impossible à supporter.

Avec le développement du processus inflammatoire, les symptômes peuvent disparaître et réapparaître, mais de nouveaux signes leur sont ajoutés. Par exemple, engourdissement et picotements des membres, essoufflement, crampes, douleurs musculaires fréquentes d'origine inconnue.

Il est à noter que le processus inflammatoire, en règle générale, n'affecte qu'un seul rein. L'inflammation bilatérale est rare et très bonne, car de tels cas se distinguent par leur complexité et leur imprévisibilité pour la santé du patient. Dans ce cas, il n'y a aucune différence de quel côté il y a une inflammation. En conséquence, les symptômes de l'inflammation du rein gauche seront similaires à ceux qui se manifestent dans la néphrite du rein droit.

Diagnostic et traitement

Aujourd'hui, le diagnostic du jade n'est pas difficile, même si la pathologie ne se manifeste pas. Il existe de nombreuses opportunités pour cela, et pas seulement instrumentales. Avec le processus inflammatoire, une augmentation de la taille du rein est observée. Par conséquent, vous pouvez détecter le problème par palpation ordinaire, en comparant simplement la taille des deux reins. Si l'un d'eux est agrandi, le médecin commence à soupçonner le jade.

Mais afin de comprendre avec précision quel jade particulier a frappé le corps du patient, il est nécessaire de subir des études et des analyses diagnostiques appropriées. Chaque patient a les éléments suivants:

  • analyse générale de l'urine;
  • une étude de l'urine pour le sang, le pus et les globules rouges (ces cellules sanguines apparaissent en présence d'un processus inflammatoire);
  • échographie ou examen aux rayons X - dans ce cas, ce sont des procédures auxiliaires plus probables, car tout sera déjà clair à partir des analyses. Des ultrasons et des radiographies sont prescrits s'il est nécessaire de vérifier l'absence de processus tumoraux et de kystes.

Quel que soit le type de jade, vous devez comprendre qu'il est en tout cas causé par une sorte d'agent infectieux. En conséquence, un antibiotique sera le traitement le plus efficace. Aujourd'hui, la pyélonéphrite et la glomérulonéphrite sont traitées par une antibiothérapie basée sur des antibiotiques..

Les plus courants sont:

  • Ciprofloxacine;
  • Ampicilline
  • Lévofloxacine;
  • Cotrimoxazole.

Un tel traitement ne sera pas toujours efficace. Dans de nombreux cas, cela est dû au fait que la maladie est déjà en cours d'exécution. Des processus inflammatoires graves, accompagnés de symptômes et de complications graves, peuvent nécessiter une hospitalisation du patient. Ici, nous parlerons déjà d'un traitement plus agressif, ainsi que de l'administration intraveineuse de médicaments antibiotiques.

Des tâches telles que l'identification des symptômes et le traitement de l'inflammation du rein droit (ou gauche) ne doivent être effectuées que par des spécialistes spécialisés. On ne peut parler d'automédication, car ce n'est absolument pas le cas. Blaguer ou sous-estimer le jade est lourd de conséquences graves pour la santé. Par conséquent, si vous présentez au moins l'un des symptômes décrits ci-dessus, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Insuffisance rénale inflammatoire chez l'adulte

L'inflammation des reins (synonyme: jade) est le facteur le plus courant de survenue d'une insuffisance rénale. Les principales causes de la maladie comprennent les troubles immunologiques. La néphrite peut également être la conséquence d'une autre maladie sous-jacente. Les patients atteints d'hépatite B et C, de VIH, de syphilis ou de carcinome pulmonaire développent souvent cette pathologie. Les méthodes de traitement dépendent de l'état de santé du patient et des complications associées. Dans l'article ci-dessous, nous examinerons comment traiter l'inflammation rénale.Dans la classification internationale des maladies de la 10e révision (CIM-10), ce diagnostic est indiqué par le code N28.9.

Inflammation rénale

Les patients souffrent d'une inflammation des glomérules rénaux (glomérulonéphrite) ou des voies urinaires et de l'espace environnant (néphrite tubulo-interstitielle). Avec cette maladie, les faisceaux vasculaires deviennent enflammés, dans lesquels la soi-disant urine primaire est formée. Après la néphropathie diabétique et l'hypertension artérielle, la glomérulonéphrite est la troisième cause d'insuffisance rénale chronique..

Les glomérules forment l'urine primaire: un liquide non concentré qui, en traversant les tubules rénaux, change et est finalement excrété par la vessie. Des glomérules, l'eau, certaines protéines, sels et autres substances, comme les globules rouges, sortent des vaisseaux sanguins et pénètrent dans l'urine principale. Si les glomérules deviennent enflammés et endommagés, la fonction rénale de filtrage est altérée.

L'inflammation rénale avec une étiologie inconnue est appelée primaire. Si la néphrite est le résultat d'une autre maladie à l'extérieur des reins, il s'agit d'une forme secondaire. On distingue également le type de pathologie aiguë ou chronique..

Signes pathologiques

Les symptômes de l'inflammation rénale dépendent du type de maladie, de ses causes et de son évolution. Dans certains cas, les patients ne présentent aucun signe pendant longtemps. Souvent, la phase asymptomatique est associée au fait que chez de nombreux patients, le tissu rénal sain restant peut compenser le trouble pendant plusieurs années..

Les patients présentent du sang et des protéines dans l'urine (hématurie, protéinurie). Les deux proviennent de reins endommagés. L'urine très riche en protéines est souvent blanchâtre et mousseuse. L'urine sanglante a une couleur rougeâtre ou brunâtre (macrohématurie). Parfois, cependant, la quantité de sang dans l'urine est si faible qu'elle n'est pas visible à l'œil nu (microhématurie).

L'inflammation du rein chez les hommes et les femmes peut provoquer des symptômes tels que la rétention d'eau dans les tissus (gonflement), en particulier sur le visage et les paupières. L'hypertension artérielle (hypertension) est l'un des symptômes possibles. L'inflammation rénale et un changement de la pression artérielle sont souvent associés à plusieurs mécanismes, car le rein peut également réguler la pression artérielle avec des hormones..

L'inflammation des reins chez l'homme et la femme peut entraîner une détérioration du fonctionnement de l'organe (insuffisance aiguë), qui s'accompagne de symptômes supplémentaires: crise hypertensive ou œdème sévère. Chez certains patients, en revanche, le rein perd sa fonction lentement et sur plusieurs années, ce qui conduit à une insuffisance rénale chronique nécessitant une dialyse.

Provoquer les facteurs et les causes

La forme la plus courante de glomérulonéphrite primaire est la néphropathie à IgA, causée par des processus immunologiques. De plus, des complexes d'anticorps formés par l'organisme, mais légèrement modifiés, se déposent dans les reins. En conséquence, des changements inflammatoires se produisent qui peuvent endommager les tissus et altérer leur fonction..

De plus, une inflammation des reins peut survenir après ou pendant une infection bactérienne. Les déclencheurs peuvent être, par exemple, des streptocoques, qui incluent les agents pathogènes de l'amygdalite ou de l'otite moyenne.

Dans certaines maladies, des anticorps peuvent se former contre les structures des reins, qui attirent ensuite les cellules inflammatoires. Cependant, chez une partie impressionnante des patients atteints de glomérulonéphrite primaire, la cause de l'inflammation rénale est inconnue..

La glomérulonéphrite secondaire survient à la suite d'autres pathologies majeures, par exemple le lupus érythémateux disséminé (LED). De plus, diverses maladies infectieuses (syphilis, hépatites B et C, VIH), ainsi que des néoplasmes malins peuvent conduire à une néphrite. De même, certains médicaments contenant de la pénicillamine, de l'or ou du mercure peuvent provoquer cette maladie. Une autre cause de la maladie est la consommation d'héroïne..

Principes de classification et pathogenèse

Par localisation, l'inflammation des glomérules (glomérulonéphrite) et du bassin rénal (pyélonéphrite) est isolée. Les glomérules rénaux (corps de Malpighi) se composent d'une capsule et d'un vaisseau sphérique, le soi-disant "glomérule", d'où le nom de cette forme de jade.

Le travail des glomérules est de filtrer les déchets du sang. Avec la glomérulonéphrite, qui affecte généralement les deux reins, cette fonction de filtre est altérée.

La glomérulonéphrite est souvent causée par des processus immunologiques. Souvent, les anticorps formés pendant l'infection ou les complexes antigène-anticorps se déposent sur les corps rénaux. Cela provoque une réaction inflammatoire. Le système immunitaire produit rarement des anticorps spécifiques contre les structures rénales (auto-anticorps).

Selon la cause, les médecins distinguent deux formes de glomérulonéphrite: primaire et secondaire. Le primaire survient si l'inflammation n'est pas due à une maladie sous-jacente sous-jacente. Un exemple de ceci est la néphrite dite IgA, également appelée maladie de Berger..

Si les glomérules deviennent enflammés en raison d'une maladie à l'extérieur du rein, ils parlent du type secondaire. Les principales raisons du développement:

  • certaines maladies du tissu conjonctif (auto-immunes) - lupus érythémateux disséminé (LED);
  • VIH
  • inflammation de la muqueuse du cœur causée par certaines bactéries (streptocoques);
  • hépatite;
  • médicaments agissant sur les récepteurs opioïdes du cerveau;
  • défauts génétiques.

Avec la néphrite interstitielle, le «tissu intermédiaire» (en particulier conjonctif et de soutien), qui englobe les corpuscules rénaux et le système associé des tubules urinaires les plus minces, devient enflammé. S'ils sont en outre affectés, une néphrite tubulo-interstitielle se produit.

La néphrite interstitielle aiguë se produit généralement en raison d'une allergie aux comprimés. Parfois, la maladie est causée par un empoisonnement chimique. Dans les deux cas, les deux néphrites interstitielles bactériennes sont dites..

Selon la cause, la néphrite tubulo-interstitielle peut être divisée en forme primaire et secondaire. Le primaire est le résultat direct d'une infection ou de réactions médicamenteuses. Le secondaire apparaît en raison d'autres maladies qui se propagent au tissu interstitiel du rein.

Complications potentielles

L'infection du bassin rénal (pyélonéphrite), qui est une condition complètement différente de la néphrite, provoque une douleur intense sur le côté. Ils augmentent pendant les sports ou lors de la marche. Le plus souvent, des douleurs ou des brûlures apparaissent lors de la miction. Une dorsalgie ou une abdominalgie est souvent observée. Le jade est également souvent accompagné de symptômes peu clairs - fatigue, nausées ou maux de tête. La fièvre est également un signe d'inflammation rénale..

Les dommages aux reins par les patients ne sont pas toujours visibles. Un précurseur de la pathologie est la protéinurie asymptomatique ou l'hématurie, dans laquelle l'urine contient plus de protéines et de globules rouges. Un signe est une décoloration blanchâtre, rougeâtre ou brunâtre de l'urine..

La glomérulonéphrite aiguë (une forme courante d'inflammation rénale) ne devient perceptible qu'après quelques semaines. Les patients se sentent malheureux, se plaignent de maux de tête, d'inconfort dans le bas du dos et autour des vertèbres lombaires.

La suspicion de dysfonctionnement rénal est confirmée si les symptômes suivants surviennent simultanément:

  • diminution du débit urinaire (par exemple, seulement un demi-litre au lieu d'un ou deux par jour);
  • gonflement (accumulation d'eau) sur les paupières ou sur les jambes;
  • urine rouge;
  • transpiration la nuit;
  • hypertension artérielle.

La glomérulonéphrite aiguë primaire survient souvent après une pathologie infectieuse. Un exemple de ceci est l'amygdalite purulente causée par les streptocoques. Si, après un certain temps après une telle maladie, certains symptômes se développent, il est recommandé de subir un examen.

Dépistage d'une suspicion d'inflammation rénale

Bien qu'il soit souvent difficile d'identifier et de classer les symptômes de l'inflammation rénale, un médecin peut utiliser certains tests. Tout d'abord, le médecin recueille une anamnèse: il pose des questions sur les éventuelles maladies antérieures ou sous-jacentes du patient. Ces informations aident le médecin à réduire la gamme des causes probables et à évaluer la progression de la maladie..

Un examen physique approfondi suit. Le médecin palpe et évalue la douleur et la raideur du rein. La peau est également examinée, car une infection rénale s'accompagne souvent d'une éruption cutanée. De plus, le médecin mesure la tension artérielle et cherche à voir si le patient présente une accumulation de liquide dans les tissus (œdème).

Analyses importantes

Pour un diagnostic plus approfondi de la néphrite, les tests sanguins et urinaires sont importants. Dans les études de laboratoire sur la circulation sanguine, les niveaux de créatinine sont particulièrement importants: si elle augmente, cela indique une fonction rénale limitée. L'urine est principalement analysée pour les protéines et, pour la glomérulonéphrite, pour le sang (protéinurie, hématurie). Normalement, les substances ci-dessus sont absentes dans l'urine..

Diagnostic instrumental

Les techniques d'imagerie, telles que l'échographie (échographie), peuvent être utilisées en urologie pour déterminer la cause et la physiopathologie des troubles néphritiques. Ils aident à évaluer l'état des reins. Parfois, le médecin prélève également un échantillon de tissu (biopsie) pour découvrir la cause de la maladie..

Directions du processus de traitement

Le traitement de l'inflammation rénale dépend de la cause et de la gravité de la maladie, ainsi que de sa forme et de son type de développement (aigu ou chronique) Un traitement efficace comprend l'élimination des symptômes ou de l'étiologie de la néphrite. Si le système immunitaire est impliqué dans la formation d'une pathologie, il peut être utile de prescrire des médicaments immunosuppresseurs. Ces médicaments sont, par exemple, les glucocorticoïdes (cortisone). Antibiotiques prescrits aux patients atteints de glomérulonéphrite streptococcique.

Médicament

Une température corporelle élevée peut être éliminée avec des médicaments anti-inflammatoires et antipyrétiques. Vous ne pouvez pas faire d'injections sans ordonnance d'un médecin, car des conséquences imprévues peuvent survenir. Les antibiotiques aident à éliminer les germes.

Les médecins recommandent de traiter l'inflammation rénale avec des mesures thérapeutiques générales. Ceux-ci incluent une activité physique réduite et un régime pauvre en protéines. Si de l'eau s'accumule dans les tissus (un gonflement apparaît), un régime pauvre en sel et, éventuellement, des diurétiques aident. L'inflammation rénale peut augmenter la pression artérielle, les patients doivent donc prendre des antihypertenseurs.

Si la glomérulonéphrite ne provoque pas d'inconfort et que la fonction rénale et la pression artérielle sont normales, il suffit généralement que le patient soit examiné régulièrement par un médecin (y compris un test sanguin et urinaire systématique).En cas d'inflammation rénale sévère, une insuffisance rénale terminale peut survenir. Dans cette situation, une purge sanguine (dialyse) est effectuée ou, en dernière option, une greffe de rein.

Chirurgical

La chirurgie est prescrite pour le stade terminal de l'insuffisance rénale ou de la lithiase urinaire. En cas de nécrose rénale, une néphrectomie unilatérale ou bilatérale est réalisée. Avec la lithiase urinaire, une chirurgie ouverte ou une laparoscopie est prescrite pour éliminer le tartre. La lithotripsie extracorporelle par ondes de choc (ESWT) est une méthode efficace de fragmentation des petits calculs rénaux.

Régime alimentaire et remèdes populaires

Il faut prendre au moins 2 litres de liquide par jour et l'apport quotidien en protéines doit être limité. D'autres recommandations dépendent de la maladie causale et de l'état de santé du patient..

Prévention de l'inflammation rénale

La cystite est un facteur de risque de calculs rénaux dans le corps masculin et féminin. Les patients doivent boire beaucoup d'eau et bien manger. L'essentiel est de consommer au moins 2 litres d'eau. Pour éviter un kyste solitaire du côté gauche ou droit, il est recommandé de bouger plus.

Certaines infections sont contagieuses, il est donc recommandé de rester à l'écart des personnes malades. Il est important que les filles utilisent une contraception barrière pendant les rapports sexuels. Avec les calculs biliaires, vous devriez consulter votre médecin, surtout si le côté commence à faire mal.

Le pronostic après traitement

Le pronostic de guérison d'une néphrite varie en fonction du type, de la gravité et du type de maladie sous-jacente. Grossesse, allaitement ou jeune âge (adolescents) - groupes à risque qui développent le plus souvent des conséquences potentiellement mortelles.

Dans de nombreux cas, la néphrite aiguë peut être guérie avec un traitement rapide. Cependant, en l'absence d'intervention médicale, la pathologie peut conduire à une insuffisance rénale complète dans des situations compliquées. Le diagnostic et le traitement précoces de la pyélonéphrite à évolution rapide sont particulièrement importants. La maladie peut être difficile et entraîner assez rapidement de graves problèmes rénaux..

Un traitement approprié est également important pour les infections du système génito-urinaire: il empêche souvent une nouvelle altération de la fonction rénale, ou du moins la ralentit. Cela peut retarder le temps du patient pour une transplantation de sang ou de rein..

De nombreux patients se rétablissent rapidement d'une néphrite à droite ou à gauche, mais certains nécessitent beaucoup plus de temps. Pour détecter une hématurie latente et prévenir les rechutes, des examens préventifs réguliers doivent être effectués.