Principal

Hydronéphrose

Kyste rénal: tous les aspects importants du développement et du traitement

Le kyste rénal est une cavité remplie de liquide dans le parenchyme rénal qui provoque de la douleur ou d'autres symptômes. Les patients peuvent présenter des formations kystiques uniques et multiples. La néphrosclérose, la pyélonéphrite, la tuberculose et l'hydronéphrose périnéphrique sont des causes courantes d'un kyste solitaire. La polykystose rénale est causée par des défauts génétiques. Dans l'article, nous examinerons s'il est dangereux - un kyste sur le rein.

Attention! Dans la classification internationale des maladies de la 10e révision (CIM-10), un kyste rénal est indiqué par le code N28.1.

Kystes rénaux: tout ce qu'il est important de savoir

Un néoplasme solitaire est inoffensif, tandis que la polykystose rénale (PBP) dans la plupart des cas conduit à une insuffisance rénale. Un kyste simple est une cavité remplie de liquide entourée d'une capsule de tissu conjonctif.

Les kystes simples n'altèrent pas la fonction des organes. Les petites tumeurs rénales ne provoquent pas d'inconfort. Un kyste de la taille d'un poing peut entraîner une douleur intense dans la zone touchée. Si les symptômes sont trop prononcés, la zone anormale peut être supprimée. Les kystes rénaux passent souvent inaperçus tout au long de la vie et représentent généralement une découverte accidentelle, comme une échographie ou une tomodensitométrie (TDM). Ce n'est que dans de rares cas qu'un kyste rénal dégénère en une tumeur maligne.

En général, il existe 5 types de FSN qui se produisent à différentes fréquences. Les deux options les plus courantes sont répertoriées ci-dessous. La polykystose rénale autosomique dominante (ADPD) est la forme la plus courante de la maladie. À long terme, la pathologie entraîne une insuffisance rénale chronique. Environ 7% des patients en dialyse souffrent de TDAA.

Une autre forme relativement rare de FSN est une maladie rénale polykystique autosomique récessive (ARPD). Environ un tiers des enfants touchés meurent déjà en tant que nouveau-nés. Parmi les survivants, environ 15% développent une insuffisance rénale chronique avant l'âge de 5 ans et 50% - jusqu'à 20 ans. Cependant, chez 30% des patients survivants, les symptômes cliniques n'apparaissent qu'après 20 ans..

Étiologie et pathogenèse

Les symptômes du PBP doivent être différenciés d'un kyste rénal solitaire. Les petits kystes rénaux ne provoquent pas d'inconfort. D'un autre côté, une formation de la taille d'un poing peut entraîner une gêne dans la zone touchée des reins. Des douleurs abdominales ou des troubles des selles peuvent également être causés par un kyste rénal. Bien sûr, ces symptômes n'indiquent pas automatiquement le FSN..

Dans l'ADPD, les symptômes n'apparaissent généralement pas initialement. Cependant, à un stade ultérieur, les personnes souffrent souvent d'infections chroniques des voies urinaires, ont une douleur sourde et atroce temporaire ou permanente dans la région rénale. Parfois, les patients ont des saignements soudains, une augmentation de la pression artérielle ou de la circonférence abdominale. L'hématurie est généralement causée par des fissures dans les kystes rénaux..

Dans certains cas, des formations kystiques se produisent dans le foie, la rate ou le pancréas. Un certain nombre de patients présentent des élargissements dans la grande paroi intestinale (diverticule) et dans la zone des artères du cerveau (anévrisme), de sorte que le risque de saignement augmente. Les défauts des valves cardiaques sont également plus fréquents avec les reins kystiques. Les reins progressivement agrandis sont remplis de plusieurs kystes de tailles différentes. La fonction organique étant limitée, la maladie entraîne souvent une insuffisance rénale progressive. L'état pathologique se développe de différentes manières. Environ 25% des personnes sous dialyse tombent malades à l'âge de 50 ans et 50% à 60 ans.

Les kystes à la surface du rein sont principalement des anomalies du développement qui se produisent en raison de défauts génétiques. Certaines zones anormales sont situées dans le cortex rénal. Ils sont souvent détectés lors d'examens de routine.

Dans l'ECA, la plupart des patients (85%) ont un défaut dans le gène PKD1 sur le chromosome 16 ou, moins fréquemment (15%) dans le gène PKD2 sur le quatrième chromosome. Le gène PKD1 code pour une protéine polycystine-1. S'il y a un changement dans PKD1, l'insuffisance rénale se produit déjà à l'âge de 55 ans. Les mutations de PKD2 conduisent à la maladie en moyenne seulement 15 ans plus tard.

Avec l'ARPD, l'hérédité récessive et l'atteinte hépatique sont caractéristiques. De plus, les hépatocytes souffrent toujours de cette forme de maladie rénale kystique. Un défaut génétique est localisé sur le chromosome 6. En tant que mutation génétique responsable, des changements dans le gène PKHD1 ont été détectés. Ils entraînent une perte fonctionnelle de protéines intracellulaires (néphrocystine). Vraisemblablement, cet élément joue un rôle important dans le maintien de l'intégrité de la structure cellulaire dans les tubules rénaux..

En plus de la dysplasie faciale et du pied bot typiques, la plupart des nouveau-nés survivants ont un fort sous-développement systémique des poumons (hypoplasie pulmonaire). Ces symptômes sont collectivement appelés syndrome de Potter. Cependant, l'ARPD peut également survenir plus tard dans l'enfance ou même chez les jeunes. Les reins sont hypertrophiés et il y a beaucoup de petits kystes autour de la capsule qui proviennent du tube collecteur. Plus il y a de corpuscules rénaux (néphrons), plus le pronostic de la fonction organique est mauvais. Une augmentation du tissu conjonctif est observée dans le foie du patient.

La fréquence et la taille des kystes augmentent avec l'augmentation de la durée de la dialyse. Les reins sont généralement normaux dans le FSN, et les antécédents médicaux ne fournissent aucune preuve d'une prédisposition héréditaire. Les changements affectent l'ensemble du tissu rénal. Les infections, contrairement aux formes héréditaires, sont rares. Cependant, dans les kystes complexes, des tumeurs malignes des reins peuvent se développer, qui sont difficiles à diagnostiquer. Ils peuvent survenir simultanément dans les deux reins..

Le PBP est diagnostiqué par échographie (échographie), mais peut également être visualisé à l'aide d'autres méthodes - tomodensitométrie.

Symptômes à différents stades et classification

Avec la progression de la pathologie, les patients développent des douleurs secondaires, de la fièvre, de l'inconfort, des étourdissements et des troubles du tractus gastro-intestinal. 90% des kystes sont asymptomatiques jusqu'à ce qu'ils atteignent une taille cliniquement significative.

Les principales étapes du développement de kystes simples:

  • Stade I: kystes rénaux bénins avec une paroi invisible. En échographie, il y a une augmentation du son derrière le néoplasme, il n'y a pas de cloisons transversales. Il n'y a pas de dépôts de calcium dans le tissu kystique.
  • Stade II: kystes bénins et peu compliqués: dans ce cas, il y a une petite quantité de cloisons minces et de calcifications dans la paroi.
  • Stade II: des calcifications épaisses ou granulaires sont présentes, les parois du kyste ou du septum ont un épaississement minimal.
  • Le stade IV signifie «très suspect pour le cancer du rein (malignité kystique)», les composants tissulaires absorbent les agents de contraste.

La prescription de comprimés symptomatiques aide à réduire la probabilité de complications et à améliorer l'état du patient..

Les conséquences menaçantes d'une condition pathologique

Un traitement intempestif peut entraîner la mort du patient. Parfois, le PBP est asymptomatique jusqu'à ce qu'un nombre suffisant de kystes se forment. L'emplacement du néoplasme peut varier. Ils peuvent croître pendant plusieurs années et atteindre 3 à 5 cm À un stade précoce, la FSN est un trouble traitable. Les médicaments sur ordonnance aident à prévenir d'autres complications..

Examen diagnostique

Tout d'abord, une anamnèse est prélevée et un examen physique du patient est effectué. Le diagnostic est confirmé par échographie. Les kystes dont la taille varie de 1 à 1,5 cm sont clairement visibles à l'échographie. Chez les personnes ayant une prédisposition familiale à la formation de kystes, la pathologie peut être confirmée par échographie à partir de 20 ans. Si une personne de plus de 30 ans n'a pas de kystes, la maladie peut être prévenue à 95%, malgré la présence d'hérédité.

Selon les soupçons, d'autres méthodes d'imagerie sont également utilisées avec une résolution plus élevée (taille du kyste à partir de 0,5 cm) et une meilleure qualité d'image - l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomodensitométrie (TDM). Une autre façon de clarifier le diagnostic consiste à retirer les tissus rénaux et hépatiques (biopsie) pour un examen histologique. Sur des questions spéciales, une analyse génétique moléculaire non invasive est effectuée, avec laquelle il est possible d'identifier les gènes affectés.

La caractéristique du processus de guérison

Les touffes de rein ne nécessitent un traitement que si elles provoquent une gêne. Il est obligatoire de traiter les zones anormales aux stades III et IV. Ils doivent être retirés chirurgicalement..

En cas de douleur intense sur le côté, des analgésiques doivent être prescrits. Pour les gros kystes mécaniquement douloureux, le drainage du néoplasme peut être utile..

Le taux de filtration glomérulaire diminue d'année en année jusqu'à ce que, finalement, une défaillance d'organe terminal apparaisse. Ensuite, il est nécessaire d'effectuer une thérapie de remplacement rénal: transplantation ou dialyse.

Dans ce cas, le receveur atteint d'une maladie rénale sévère utilise l'organe donneur fonctionnel du défunt. Cependant, il y a un problème en ce qu'il y a plus de receveurs potentiels que d'organes donneurs. Une autre possibilité est un don vivant d'un rein. Cependant, dans les deux cas, il existe une probabilité de réaction de rejet du nouvel organe, qui devrait être évitée par des médicaments. Les lymphocytes T sont des composants importants de la structure immunitaire. Ces «gardes» sont dans le système sanguin et lymphatique et détruisent toutes les cellules qui peuvent être dangereuses pour le corps..

Les cellules d'un rein de donneur sont généralement reconnues comme étrangères. Conséquence: réaction de rejet avec destruction d'organes. Afin d'éviter la destruction des structures cellulaires, il est nécessaire d'effectuer à l'avance ce que l'on appelle le typage tissulaire: pour chaque patient éligible à la transplantation, les caractéristiques du tissu sont déterminées - signes HLA (antigène leucocytaire humain). Plus les indicateurs des structures du donneur et du receveur sont similaires, plus le système immunitaire est faible face à l'organe transplanté.

L'usage de drogues

Le receveur du corps doit constamment prendre des médicaments appelés immunosuppresseurs. Ils suppriment le système de défense. Malheureusement, le risque de développer une infection augmente donc. Un traitement similaire est administré avec des médicaments tels que la cyclosporine A, les corticostéroïdes et l'azathioprine à une dose initialement élevée. Comme les immunosuppresseurs et le traitement des complications se sont améliorés ces dernières années, les taux de rejet ont diminué.

La dialyse est utilisée pour nettoyer le sang des toxines, maintenir l'équilibre des minéraux et réduire le volume d'eau. Il existe deux procédures de filtration artificielle: l'hémodialyse (HD) et la dialyse péritonéale (PD). Les deux méthodes sont équivalentes et ont leurs avantages et leurs inconvénients. Dans le deuxième cas, le patient reçoit une injection de liquide de dialyse dans la cavité abdominale plusieurs fois par jour via un cathéter attaché.

Solution chirurgicale au problème

Avec la maladie kystique, une intervention chirurgicale est parfois nécessaire du côté droit ou gauche. Il n'est pas recommandé de traiter la FSN par des interventions strictement invasives. Un kyste simple peut être retiré chez un patient adulte sans conséquences. La chirurgie est également contre-indiquée pendant la grossesse..

Dans la période postopératoire, vous devez suivre les recommandations des spécialistes et lorsque de nouveaux symptômes apparaissent (anémie, nausées, douleur d'une localisation différente), consultez un médecin. Le principal danger de la chirurgie est la rupture du rein.

Caractéristiques de puissance

Il n'y a actuellement aucun régime qui puisse guérir complètement ou prévenir la maladie. Cependant, la douleur aiguë peut être réduite. Les patients atteints de FSN ne doivent pas manger des aliments pauvres en protéines. Mais vous ne devez pas absolument exclure les produits contenant des protéines de l'alimentation.

L'efficacité des méthodes folkloriques

Les herbes amères (thé de bardane, chélidoine, absinthe), le genévrier, le miel, les noix, le persil ne sont pas recommandés comme médicaments pour les néoplasmes. Il est strictement interdit de se débarrasser des polykystiques à la maison.

L'efficacité de l'hirudothérapie (traitement par les sangsues), des changements de régime (refus du lait, utilisation de la racine de gingembre) et d'autres moyens alternatifs n'a pas été prouvée. Il est recommandé que les hommes et les femmes soupçonnant la présence, même d'un petit kyste solitaire dans le tissu parenchymateux, consultent un médecin.

Faisabilité de la prévention

Les kystes rénaux congénitaux ne peuvent pas être évités. Avec FSN hérité, vous ne pouvez que ralentir la diminution de la fonction des organes. Plus tôt la maladie est détectée, plus grandes sont les chances de guérison complète.

Le médecin peut déterminer l'insuffisance rénale à l'aide de tests de laboratoire simples. La situation est très différente de la polykystose rénale acquise. Ils doivent être évités en utilisant des mesures préventives générales - normalisation de la pression artérielle et des lipides sanguins. Il est également recommandé de subir des examens préventifs continus..

Pronostic pour le patient après le traitement

Avec un kyste solitaire, le pronostic est relativement favorable. La plupart des patients ne présentent pas de symptômes graves tout au long de leur vie. La polykystose est caractérisée par un très mauvais pronostic global: beaucoup ont une insuffisance rénale. Environ 40% des personnes à l'âge de 50 ans souffrent de néphropathie progressive, qui se termine souvent par la mort.

Avec FSN, le diagnostic rapide et l'initiation précoce de la thérapie jouent un rôle important. Avec un traitement tardif, le pronostic est pire: les patients décèdent des conséquences de l'insuffisance rénale terminale. Normalement, pour toute manifestation clinique, il est nécessaire de consulter un médecin qualifié.

Kyste sur le rein - est-il dangereux, comment est-il traité, traitable ou non

Les kystes rénaux sont une constatation assez courante que les médecins font. Ces changements sont diagnostiqués chez les femmes et les hommes.

Le plus souvent, les kystes du rein gauche sont visualisés, moins souvent de tels néoplasmes des deux reins sont détectés.

Ce que c'est?

Un kyste du rein est appelé un néoplasme de nature bénigne, qui est une cavité remplie de liquide, ayant une membrane de tissu conjonctif. Ce compactage est l'une des conditions les plus courantes en urologie..

Référence! On pense que des néoplasmes kystiques de degrés divers se trouvent dans environ 25% de la population de plus de 45 ans.

Le plus souvent, cette pathologie affecte les hommes qui ont des antécédents d'obésité, d'hypertension, de néphrourolithiase et de maladies infectieuses des voies génito-urinaires.

Qu'est-ce qu'un kyste rénal est décrit dans la vidéo:

Raisons de l'apparence

Les causes exactes qui conduisent à l'apparition de kystes rénaux n'ont pas été établies de manière fiable, mais la cause directe de la pathologie est une violation du rapport de la croissance de l'épithélium et du tissu conjonctif. Divers facteurs dommageables et processus infectieux et inflammatoires peuvent entraîner ce changement..

Référence! Le développement d'un certain nombre de néoplasmes kystiques peut être dû à des malformations congénitales des voies urinaires.

Les facteurs prédisposants au développement des kystes comprennent:

  • Dommages au tissu rénal. Les troubles du développement de l'épithélium néphronique peuvent être déclenchés par des maladies de genèse inflammatoire (pyélonéphrite, glomérulonéphrite), des lésions ischémiques (infarctus du rein), des tumeurs de différents degrés de malignité. À la suite de ces changements, la formation d'une cavité à paroi mince.
  • Changements liés à l'âge. La formation de néoplasmes kystiques chez les personnes de plus de 45 ans est associée à une augmentation de la charge sur les voies urinaires, un processus graduel d '"accumulation" de troubles émergents. Leur gravité peut être insignifiante, mais leur nombre et leur effet les uns sur les autres peuvent entraîner des modifications de la structure des tissus..
  • Troubles congénitaux Dans certains cas, les kystes sont le résultat de troubles de la croissance intra-utérine. Le plus souvent, ils sont diagnostiqués dans l'enfance. Des mutations dans un certain nombre de gènes augmentent la probabilité de formation de cavités kystiques dans les reins.

La maladie est-elle dangereuse??

Habituellement, les kystes rénaux ont une évolution bénigne et ne manifestent aucun symptôme clinique pendant une longue période de temps, mais dans certains cas, ils peuvent être malins.

Le plus souvent, les kystes qui ont une structure complexe sont sensibles à cela. Le danger est que souvent les symptômes de la maladie sont absents, en conséquence - diagnostic aux stades ultérieurs.

Important! S'il n'y a pas de traitement opportun et adéquat, même un kyste avec une évolution bénigne peut être une menace pour la santé - le développement d'une maladie rénale chronique.

Les manifestations de cette pathologie sont:

  • l'apparition d'un œdème;
  • violation de la miction (envies fréquentes, douleur);
  • violation de l'état général (faiblesse, léthargie, somnolence);
  • sensation de soif;
  • augmentation de la pression artérielle (hypertension artérielle rénale).

Lorsque le kyste atteint une taille importante, il est possible de comprimer les uretères, les vaisseaux sanguins, à travers lesquels les structures tissulaires du rein sont nourries.

Cela mène à:

  • violation de la miction;
  • stagnation d'urine;
  • la survenue de complications infectieuses secondaires;
  • ischémie des structures tissulaires du rein;
  • dysfonctionnement organique.

Méthodes de diagnostic

Le diagnostic des kystes rénaux est compliqué en raison de l'absence prolongée des symptômes de cette pathologie. Dans la plupart des cas, ces néoplasmes sont une découverte accidentelle..

Les premiers signes sont représentés par des changements non spécifiques dans l'analyse clinique de l'urine (par exemple, l'apparition de protéines, de globules blancs, de globules rouges) et une augmentation de la pression artérielle qui ne diminue pas sous l'influence des antihypertenseurs..

Grâce à diverses méthodes d'examen instrumentales, un spécialiste - un urologue - peut à la fois confirmer la présence de ce néoplasme et déterminer les paramètres, l'emplacement et le type de néoplasme, ainsi qu'évaluer le degré de fonctionnement des voies urinaires.

Afin de diagnostiquer les kystes rénaux, les méthodes de recherche instrumentales suivantes sont utilisées:

  • Examen échographique (échographie) des reins. L'une des études les plus couramment utilisées pour visualiser les kystes. Ces structures sont aehogenic, ont une "piste sonore" localisée derrière les néoplasmes. Dans certains cas, les calcifications (dépôts de sels de calcium) et les septa peuvent être déterminés.
  • Tomodensitométrie (TDM) des reins. Cette méthode de diagnostic est utilisée pour clarifier le diagnostic et le diagnostic différentiel des formations qui ont une évolution maligne. Les kystes à chambre unique sont définis comme des formations qui ont une forme arrondie, ont des contours clairs qui sont remplis de contenu liquide.

En introduisant un agent de contraste spécial par voie intraveineuse, il est possible de distinguer les kystes des néoplasmes de nature tumorale, car ces derniers sont capables d'accumuler des substances radio-opaques.

Référence! L'évaluation du fonctionnement des voies urinaires peut se faire par urographie (excrétoire), scintigraphie, imagerie par résonance magnétique (IRM). Les données de ces études fournissent des informations sur le débit de filtration glomérulaire (DFG), pour identifier les anomalies du système pelvien-pelvien et des voies urinaires supérieures.

Quelles méthodes de diagnostic peuvent détecter un kyste rénal et comment cette maladie est traitée est décrite dans la vidéo:

Comment traiter sans chirurgie?

Souvent, les patients posent une question sur la façon de traiter ce processus pathologique sans chirurgie..

Si le néoplasme kystique est unique et qu'il est localisé à l'intérieur du parenchyme rénal ou sous la capsule, et que sa taille ne dépasse pas 5 cm, alors ils ne recourent pas au traitement.

Dans ce cas, une surveillance périodique par un spécialiste et une échographie des reins est indiquée. Un traitement est nécessaire si un tableau clinique caractéristique apparaît (douleur dans le bas du dos, en urinant et autres symptômes).

Médicament

La thérapie conservatrice des kystes rénaux est utilisée en cas de complications et comme traitement symptomatique.

Il est conseillé d'attribuer:

  1. antihypertenseurs pour réduire la pression artérielle (inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine - Captopril, Énalapril; diurétiques - Furosémide, Hydrochlorothiazide);
  2. antispasmodiques pour soulager la douleur (par exemple, papavérine, drotavérine, spazmaline);
  3. médicaments antibactériens lors de l'attachement d'une infection secondaire (par exemple, Norfloxacin, Amoxiclav).

Traitement avec des remèdes populaires à la maison

Il existe de nombreuses préparations à base de plantes qui ont des effets bénéfiques sur l'état des reins..

Ceux-ci inclus:

  • décoctions à base de prêle des champs et de busserole, qui ont un effet anti-inflammatoire;
  • infusions d'avoine utilisées dans les poches;
  • décoctions à base de millefeuille, de bourgeons de bouleau, soulageant les symptômes de l'inflammation.

L'effet diurétique est possédé par:

Les méthodes traditionnelles de traitement des kystes rénaux sont décrites dans la vidéo:

Que faire pour dissoudre l'éducation?

Une résorption spontanée du kyste ne peut pas se produire. Mais vous pouvez empêcher ou ralentir sa croissance.

Régime

La nutrition diététique est la base du traitement de toutes les pathologies de n'importe quel endroit.

Du régime devrait être exclu:

  • aliments frits, épicés, salés, trop acides;
  • boissons alcoolisées;
  • thé et café trop forts.

Important! Assurez-vous d'exclure le tabagisme..

Recommander d'utiliser des plats:

  • Sans sel;
  • cuit dans un bain de vapeur;
  • avec une quantité réduite de protéines animales;
  • contenant des produits laitiers fermentés;
  • à base de céréales.

Assurez-vous d'observer le régime de consommation - au moins 3 litres d'eau par jour.

La prévention

Il n'y a pas de mesures préventives spécifiques pour l'apparition des kystes rénaux, mais afin d'éviter leur apparition, il est recommandé:

  • traitement rapide des pathologies infectieuses et inflammatoires des voies urinaires;
  • maintenir le poids corporel au bon niveau;
  • contrôler le niveau de la pression artérielle et, si nécessaire, la corriger;
  • examen préventif périodique par un urologue à l'âge de 45 ans.

Chirurgie

Une intervention chirurgicale est effectuée si:

  • il existe une symptomatologie de la maladie;
  • il y a une augmentation de la taille du néoplasme kystique;
  • kyste à plusieurs chambres;
  • le néoplasme est localisé à la porte ou dans la région du bassin rénal.

L'ablation d'un kyste rénal n'est pas toujours effectuée.

Il est produit à l'aide des méthodes suivantes:

  1. Aspiration percutanée de ponction. Une aiguille est insérée dans la cavité kystique, à l'aide de laquelle le contenu est retiré. En conséquence, une diminution du volume d'un néoplasme kystique avec sa sclérose subséquente (remplacement par du tissu conjonctif). C'est la méthode de choix en présence d'un kyste à chambre unique, dont les paramètres ne dépassent pas 6 cm.
  2. Sclérothérapie. Il s'agit d'une technique modifiée d'aspiration percutanée de ponction. Après avoir retiré le contenu du kyste dans la cavité, une solution d'éthanol ou des préparations spécialisées à base d'iode sont introduites. Ces substances irritent les structures tissulaires, stimulent les processus de sclérose..
  3. Excision. C'est une intervention radicale. Une élimination complète du néoplasme kystique est effectuée, suivie d'une suture des tissus rénaux. Il est indiqué pour les kystes multi-chambres, le développement de complications (par exemple, suppuration), la rupture de la membrane kystique. Plus souvent réalisée par méthode endoscopique.

De nombreux patients demandent: «Kyste sur le rein - est-ce dangereux? Comment est-il traité et traitable? " Tous les processus pathologiques présentent un danger pour le corps, ce changement peut être de nature bénigne pendant une longue période de temps et ne présenter aucun symptôme..

Le traitement des kystes rénaux est possible, le plus souvent une intervention chirurgicale est nécessaire.

Pour éviter les effets indésirables, il convient de surveiller régulièrement un spécialiste.

Kyste rénal

Kyste - un néoplasme pathologique bénin.

Il a toujours une membrane fibreuse avec un contenu liquide de diverses compositions à l'intérieur. La composition du fluide dépend du site de formation des kystes. Ces tumeurs peuvent se développer dans différents organes. Ils sont diagnostiqués sur la peau, la muqueuse buccale, dans le cerveau, dans les glandes mammaires. Très souvent, un kyste affecte les organes du système génito-urinaire - chez les hommes et les femmes.

De toutes les tumeurs bénignes, le kyste rénal occupe l'une des premières places en épidémiologie.

Ce que c'est?

Un kyste rénal est un néoplasme bénin, qui est une cavité sphérique remplie de contenu liquide. Cette maladie se retrouve assez souvent dans la pratique des urologues et néphrologues.

Selon les statistiques, environ 25% des adultes de plus de 45 ans ont différents degrés de gravité des changements kystiques. Les hommes tombent malades plusieurs fois plus souvent que les femmes.

Chez les enfants, les kystes rénaux sont généralement congénitaux.

Classification

Tous les kystes rénaux sont divisés en simples et complexes.

À leur tour, les plus simples sont:

  1. Acquis ou congénital,
  2. Multiple ou unique,
  3. Simple ou double face,
  4. Infecté, hémorragique ou séreux,
  5. Corticale, intraparenchymateuse, sous-capsulaire, multiloculaire ou péri-pelvienne.

Les kystes complexes se distinguent par le fait que le kyste est non lisse, de forme arrondie, il a des parois épaissies. Souvent, ces kystes dégénèrent en tumeurs malignes..

Selon la classification, tous les kystes sont répartis dans les catégories suivantes:

  • 1ère catégorie: formations simples et bénignes détectées par échographie ou tomographie. Ce sont des formations très courantes. S'ils sont petits, ne présentent pratiquement pas de symptômes.
  • 2e catégorie: kystes avec un petit nombre de changements, bénins avec les membranes, calcifiés, infectés, ainsi que ceux qui contiennent des résidus sanguins (hyper-intensifs). Ce dernier, généralement d'un diamètre allant jusqu'à 3 centimètres. Avec l'introduction d'un agent de contraste, il n'est pas tenu.
  • 3ème catégorie: ce sont des kystes sujets à malignité. Lors d'une échographie ou d'un examen aux rayons X, ils sont mal définis, les membranes et les membranes sont épaissies, elles ont différentes épaisseurs d'accumulation de calcium. Ces kystes sont généralement retirés chirurgicalement.
  • 4ème catégorie: kystes à surface inégale, comprenant une abondance de liquide. Lors de radiographies avec contraste, un contraste est collecté, ce qui indique la présence de cellules malignes. Ces kystes sont toujours opérés..

Cette classification permet de distinguer les kystes par le degré de malignité. Selon certains rapports, la première catégorie est maligne dans 2% des cas, la seconde dans 18% des cas, la troisième dans 33% des cas. Les kystes de la quatrième catégorie sont malins dans 92% des cas.

Causes d'occurrence

Les kystes rénaux sont un groupe assez hétérogène de conditions pathologiques. La cause directe de l'apparition de la maladie est considérée comme une violation de la croissance des tissus épithéliaux et conjonctifs (interstitiels) en raison de dommages ou de processus inflammatoires. Le développement de certaines excroissances kystiques est dû à des anomalies congénitales du système urinaire ou aux caractéristiques génétiques du corps.

Les principaux facteurs prédisposants sont:

  1. Changements liés à l'âge. L'apparition de kystes chez les personnes de plus de 45 ans s'explique par une augmentation de la charge sur le système excréteur et du mécanisme «d'accumulation des troubles». Ce dernier est dû à une gravité insignifiante, mais à de multiples processus pathologiques qui se renforcent mutuellement..
  2. Dommages au tissu rénal. Les processus inflammatoires (glomérulo- ou pyélonéphrite), la tuberculose, les lésions ischémiques (crise cardiaque) et les tumeurs peuvent provoquer des troubles du développement du tissu épithélial des tubules du néphron. En conséquence, une cavité à paroi mince se forme principalement dans la médullaire des reins..
  3. Facteurs congénitaux. Parfois, les kystes sont le résultat de violations du développement intra-utérin des bourgeons des reins. Ces néoplasmes se produisent généralement dès l'enfance, ont souvent un caractère multiple. Les mutations de certains gènes augmentent la sensibilité aux cavités kystiques des reins.

Les conditions systémiques (hypertension artérielle, obésité, diabète sucré) contribuent à la progression de la maladie. Ils conduisent à une violation de l'approvisionnement en sang et de la nutrition du système urinaire et, par conséquent, à la prolifération de tissu conjonctif moins exigeant pour l'accès à l'oxygène. Certains types de pathologie sont causés non pas par l'apparition et la croissance de la formation de kystes, mais par le processus localisé de destruction du tissu rénal (avec abcès, anthrax).

Symptômes

Avec la formation d'un kyste rénal chez l'adulte, la douleur se produit dans la région lombaire. Il est si fort et douloureux qu'il oblige le patient à consulter un médecin..

Les symptômes cliniques typiques d'un kyste rénal sont:

  • augmentation de la pression artérielle;
  • circulation sanguine pendant la miction;
  • coloration de l'urine de couleur rougeâtre;
  • douleur et inconfort pendant la miction;
  • le développement et la progression de l'anémie ferriprive, qui survient à la suite d'une macrohématurie;
  • douleur dans la région lombaire en tapant sur le bord d'une paume.

Un examen de palpation de la région lombaire par un médecin révèle un déplacement du rein affecté de son lit, ainsi qu'une augmentation de la taille des organes.

Complications

Lors du diagnostic des kystes rénaux à un stade avancé de la maladie, les complications suivantes peuvent évoluer:

  1. Diminution de la fonction rénale. Un gros kyste exerce une pression sur les vaisseaux du rein, ce qui entraîne une détérioration de son travail. Il peut évoluer vers une insuffisance rénale chronique..
  2. Hypertension artérielle.
  3. Rupture de kyste, lorsque son contenu pénètre dans la cavité abdominale et que commence l'inflammation (péritonite). Chirurgie urgente requise.
  4. Suppuration du contenu du kyste.
  5. La dégénérescence d'un kyste bénin en une tumeur maligne, qui peut entraîner une ablation d'organe.

Une péritonite est une conséquence très dangereuse de la rupture d'un kyste. Cette inflammation du péritoine, qui entraîne une maladie grave du corps, constitue une menace pour la vie et nécessite une hospitalisation d'urgence. Dans la péritonite aiguë, une intervention chirurgicale urgente est effectuée. Le résultat de l'opération dépend de la rapidité de l'assistance. Si l'opération est réalisée dans les premières heures d'exacerbation, 90% des patients survivent, le premier jour - 50%, après le troisième jour - seulement 11%.

L'insuffisance rénale chronique est une conséquence grave des kystes rénaux volumineux. Elle se caractérise par l'extinction des fonctions du rein jusqu'à la terminaison complète de l'organe. La diurèse diminue (la quantité d'urine libérée pendant une certaine période de temps), dans les derniers stades, une insuffisance cardiaque, un œdème pulmonaire et un coma urémique se développent. Hémodialyse ou greffe de rein.

Diagnostique

À un stade précoce de développement, il est assez difficile d'identifier un néoplasme en raison de l'absence de symptômes. Un kyste est souvent détecté par accident. Les patients consultent généralement un médecin pour des événements dysuriques (troubles urinaires) ou pour une élévation inexpliquée de la pression artérielle.

De tels signes sont présents si le kyste a déjà atteint une taille significative. L'urologue effectue une enquête et un examen du patient et prescrit nécessairement des examens de laboratoire et instrumentaux, car les plaintes des patients et les données d'examen ne contiennent pas d'informations diagnostiques complètes - elles ne sont pas spécifiques.

Méthodes de diagnostic matériel pour les kystes rénaux:

  1. L'échographie est une composante essentielle des mesures diagnostiques. Grâce à l'échographie, vous pouvez non seulement confirmer la présence de l'éducation, sa taille et sa localisation, mais également déterminer ses caractéristiques - remplissage interne, septum ou calcifications. L'échographie est souvent réalisée en combinaison avec la dopplerographie, c'est-à-dire une étude des vaisseaux rénaux.
  2. Scanner. Il est utilisé pour clarifier le diagnostic et la différenciation des kystes avec d'autres formations. Dans les images, un kyste simple est un objet arrondi avec des contours clairs et un contenu liquide.

Méthodes de diagnostic en laboratoire:

  1. Analyse générale d'urine. Dans la plupart des cas, avec un petit kyste simple, le résultat est inchangé. Une augmentation de la densité urinaire, la présence de globules rouges et de protéines indiquent une altération de la fonction rénale due à une formation importante de kystes.
  2. Biochimie sanguine. Les niveaux de créatinine et d'urée sont examinés pour déterminer dans quelle mesure l'activité fonctionnelle de l'organe endommagé a diminué..

Dans certains cas, des études fonctionnelles supplémentaires sont utilisées:

  1. Urographie excrétoire, qui permet de découvrir les capacités excrétoires des reins. La méthode consiste à introduire un produit de contraste par voie intraveineuse suivie d'une série de rayons X.
  2. Scintigraphie dynamique - étude des fonctions rénales en fixant le processus d'accumulation rénale d'une préparation radiologique spéciale, préalablement injectée dans une veine.

Le diagnostic différentiel des kystes rénaux est effectué avec de telles pathologies:

  • néoplasme malin;
  • hydronéphrose - une expansion pathologique du bassin rénal;
  • lésions tuberculeuses des reins;
  • abcès rénal - la formation d'une cavité purulente entourée d'une coquille de capsule est l'une des complications possibles de la pyélonéphrite - inflammation des reins;
  • malformations congénitales.

Traitement du kyste rénal

La tactique la plus courante pour gérer les kystes rénaux chez l'adulte est attendue. Cela implique une surveillance dynamique constante du néoplasme. Si au cours d'un tel contrôle, une augmentation du kyste est détectée, un traitement chirurgical est utilisé. Ce dernier est également utilisé lorsque le kyste interfère avec le fonctionnement normal du rein..

Le volume de l'intervention chirurgicale dans la plupart des cas implique l'ablation des kystes rénaux avec la capsule. Si le néoplasme est situé profondément dans le parenchyme de l'organe, alors la possibilité de retirer le rein lui-même est possible. Dans les cliniques étrangères, les techniques mini-invasives sont largement utilisées, qui consistent à retirer le contenu du kyste par une petite perforation de la peau dans la région lombaire.

En plus de l'intervention chirurgicale, un traitement conservateur est également utilisé pour un kyste rénal, qui comprend l'utilisation d'antibiotiques et d'analgésiques dans la période postopératoire. Parmi les médicaments antibactériens, les céphalosporines et les pénicillines peuvent être utilisées. En termes d'analgésiques, l'analgin traditionnelle pour l'administration intramusculaire est bien adaptée.

Opération

Même un kyste rénal solitaire, qui ne dérange pas le patient, nécessite un traitement chirurgical si sa taille dépasse 5 cm.La chirurgie est également nécessaire pour les patients souffrant d'hypertension persistante, de débit urinaire altéré et d'apparition de pus et de sang. Les formations avec plusieurs caméras et situées dans le bassin rénal doivent être retirées immédiatement lorsqu'elles sont trouvées. Plus tôt cela est fait, plus les chances de sauver un rein sont élevées. La médecine moderne offre les options suivantes pour les opérations:

  • aspiration percutanée de ponction;
  • sclérothérapie;
  • excision laparoscopique;
  • résection ou néphrectomie;
  • greffe de rein (au dernier stade de l'insuffisance rénale).

Traitement de ponction

Le chirurgien insère une fine aiguille à travers la peau dans la cavité kystique et effectue l'aspiration (aspiration) du contenu. L'éducation diminue et reste collée. La ponction peut être effectuée sur des kystes d'une taille de 5 à 10 cm et avec une seule caméra. Inconvénient - des rechutes se produisent souvent. Des infections peuvent survenir. La procédure est réalisée sous la supervision d'une échographie ou d'un scanner et sous anesthésie locale. La ponction ne peut pas être effectuée chez les patients présentant:

  • saignement rénal;
  • parasites dans la masse kystique.

Laparoscopie

Une méthode dans laquelle la pathologie est complètement supprimée. Le chirurgien y accède par ponction de 5 mm. Ils n'ont besoin que de 3 - par le nombre d'outils. L'opération est réalisée sous anesthésie générale. Avec ce traitement, aucune rechute ne se produit. La méthode est recommandée pour les kystes volumineux et multi-chambres, les saignements, la suppuration. Après la chirurgie, le patient est traité avec des antibiotiques et des analgésiques. La procédure se déroule comme suit:

  1. Le médecin injecte du gaz pour élargir la vue..
  2. L'excision des parois de la formation kystique est réalisée. S'il se trouve à l'extérieur du rein ou a une taille supérieure à 3 cm, une partie de l'organe lui-même est également prélevée..
  3. Tissu sain suturé.

Résection et ablation rénale

Si l'organe est gravement endommagé ou de grandes formations, effectuez une chirurgie abdominale classique. L'ablation d'un rein malade (néphrectomie complète) ne peut se faire qu'avec un deuxième organe sain. Souvent, cela est nécessaire avec la menace du cancer, une suppuration étendue. Pour les autres cas, une résection ou une ablation partielle des tissus est indiquée. Le chirurgien accède à l'organe par une incision dans la région lombaire. L'opération est réalisée sous anesthésie générale selon le schéma suivant:

  1. Le chirurgien coupe la peau et les tissus mous.
  2. Tâtonne l'endroit de la formation de kystes, fait une aiguille une piqûre.
  3. Supprime le contenu d'une cavité, excise un rein.
  4. Nettoie les tissus des organes affectés.
  5. Une fois les points appliqués. Ils sont retirés après 1,5 semaine. En moyenne, la réhabilitation après une telle opération dure un mois. Six mois plus tard, le patient subit un examen de suivi..

Sclérose

Cette méthode est similaire au traitement par ponction. Toujours sous le contrôle de la TDM ou de l'échographie dans la région lombaire, le médecin insère une aiguille et perce la capsule kystique. Tout d'abord, le contenu est aspiré, puis le médicament est administré. Ce sont souvent des substances contenant de l'iode ou de l'alcool. Le produit est retiré de la cavité après un certain temps, puis l'aiguille est retirée. Les cellules de la paroi de la formation meurent. La cavité commence à envahir, donc les rechutes avec ce traitement sont rares. La méthode a des contre-indications:

  • épaississement et contour flou des murs;
  • la taille de la formation est supérieure à 5 cm;
  • plusieurs chambres dans la cavité kystique;
  • hétérogénéité du contenu.

Nutrition et alimentation

Avec une maladie rénale telle qu'un kyste, en plus des médicaments et de la chirurgie traditionnels, le patient reçoit également un régime spécial.

Il implique les principes de base de la nutrition, parmi lesquels:

  1. Contrôle du liquide bu. Limitez la quantité de liquide consommée par les patients chez lesquels un kyste rénal s'accompagne d'un œdème périphérique, de symptômes d'insuffisance cardiaque (gonflement des jambes, essoufflement), d'hypertension artérielle. Si un néoplasme dans le rein n'est pas soutenu par de tels symptômes, vous ne devez pas limiter la quantité d'eau que vous buvez et d'autres liquides.
  2. Limitez votre consommation de sel. Ce principe convient aux patients chez lesquels un kyste d'un ou des deux reins provoque un dysfonctionnement d'organe, conduisant ainsi à son insuffisance. C'est pour ces patients qu'il est nécessaire de minimiser ou d'abandonner complètement l'utilisation d'aliments salés. Si l'insuffisance rénale ne menace pas le patient, il n'a pas à refuser cet assaisonnement.
  3. Limitez l'apport en protéines. Les patients atteints d'une maladie rénale sont conscients des dangers des aliments protéinés pour leur corps. Si une grande partie de cette substance pénètre dans le corps du patient avec de la nourriture, les produits du métabolisme de l'azote seront libérés en grandes quantités: guanidine, créatinine, acide urique, acide guanidine succinique, polyamine, méthylguanidine. Ces produits sont particulièrement toxiques, donc un patient qui a un kyste du rein droit et gauche doit limiter soigneusement la quantité de protéines protéinées utilisées pour faciliter le fonctionnement des organes. Ainsi, la libération de toxines est réduite, ce qui est particulièrement important aux derniers stades de l'insuffisance rénale..
  4. Refus de nourriture "interdite". En plus du régime spécial de l'eau et de la limitation de la consommation de sel, les patients atteints d'un kyste du rein droit ou gauche doivent être exclus de l'alimentation de nombreux produits. Ceux-ci comprennent: des plats épicés (assaisonnement au chili, par exemple), frits et salés, toutes les boissons alcoolisées et en particulier la bière. Vous devez également abandonner le chocolat, les fruits de mer, le café et d'autres plats qui peuvent être irritants. De plus, le tabagisme, actif et passif, a un effet extrêmement négatif sur les maladies rénales..

Le respect d'un régime spécial pour les maladies des voies urinaires, y compris en présence de kystes rénaux, est l'un des composants importants du traitement de ces pathologies. Cela ne signifie pas qu'un régime peut guérir de telles maladies. Par conséquent, en observant systématiquement le régime alimentaire, le patient doit également se conformer à toutes les recommandations du médecin et contrôler la maladie.

Remèdes populaires

Je voudrais désigner séparément le traitement des kystes rénaux avec des remèdes populaires.

Il est important de comprendre qu'un tel traitement est non seulement inefficace dans la lutte contre la maladie considérée, mais qu'il peut également être dangereux (en fonction du degré de dommage, du type de kyste et du stade du processus pathologique réel et d'autres caractéristiques associées au processus pathologique). En plus de l'absence de résultats positifs, un tel traitement peut non seulement faire perdre du temps au patient dans un traitement inutile, mais, au contraire, en raison d'une exposition trop active aux méthodes de traitement utilisées, une rupture de kyste peut être déclenchée..

Comme déjà indiqué, dans ce cas, son contenu sera versé dans la cavité abdominale, ce qui provoquera une péritonite, dans laquelle une intervention chirurgicale urgente et des conséquences encore plus graves ne peuvent être évitées. Le maximum qui peut être utilisé parmi ces mesures est quelques décoctions d'herbes.

La prévention

Un kyste rénal survient pour de nombreuses raisons et il est complètement impossible de se protéger de cette maladie. Mais pour réduire la probabilité de complications causées par un kyste, chaque personne est capable de.

Facteurs qui réduisent le risque de complications:

  • nutrition nutritive et saine;
  • prévention de l'obésité;
  • suivre un régime;
  • le traitement de toutes les infections existantes du système génito-urinaire;
  • arrêter l'abus d'alcool;
  • absence de blessures au dos et à la colonne vertébrale;
  • échographie une fois par an;
  • refus des méthodes de guérison douteuses.

Une bonne nutrition aidera à accélérer le processus de guérison et à prévenir les rechutes. Il est recommandé de réduire la consommation de sel, de refuser les aliments frits et gras. À pression élevée, le volume de fluide consommé est réduit..

Prévoir

Le pronostic de la maladie est déterminé par la nature du néoplasme, sa localisation, sa taille.

Avec de petites formations monocellulaires à croissance lente, elle est favorable. Avec les kystes polykystiques et multicamères, il s'aggrave, car il existe un risque de développer une insuffisance rénale chronique et une tumeur maligne.

Cependant, avec un traitement chirurgical rapide, la probabilité de telles complications est minime..

Kystes rénaux: qu'est-ce que c'est et comment les traiter correctement?

Lorsqu'une personne a un kyste sur un rein, elle se préoccupe principalement de la dangerosité de celui-ci et de sa guérison. Les kystes eux-mêmes sont des formations bénignes: ils ne donnent pas de métastases et ne sont pas agressifs envers les tissus voisins..

Mais cela ne signifie pas qu'ils sont absolument inoffensifs. Lorsque les formations kystiques atteignent des tailles impressionnantes et que leur diagnostic et leur traitement sont tardifs, la pathologie entraîne des complications potentiellement mortelles. Elle est l'une des maladies les plus insidieuses des reins..

Description et classification des maladies

La détection d'un kyste sur les reins se produit le plus souvent de manière inattendue, car son développement commence sans douleur et asymptomatique et ne donne pas lieu à un médecin. Une machine à ultrasons vous permet de voir ce qu'est un kyste sur un rein: une formation arrondie et clairement définie est visualisée sur les tissus d'un organe.

Un kyste est une cavité remplie d'un liquide clair et entourée d'une capsule de tissu conjonctif. Elle atteint parfois une tumeur de 10 cm, ce qui est comparable à la taille du rein lui-même.

La pathologie peut être congénitale et acquise:

  • dans le premier cas, la formation d'un embryon sur le rein se forme dans la première moitié de la grossesse sous l'influence de facteurs défavorables ou a une cause génétique, pendant la vie, elle peut se résoudre en toute sécurité. Les pathologies congénitales représentent 5% des cas de cette maladie,
  • les néoplasmes acquis sur les reins sont le plus souvent trouvés après 40 ans, tout aussi souvent chez les hommes que chez les femmes. Avec l'âge, la probabilité de maladie augmente, après 70 ans, une pathologie est retrouvée chez 75% des patients examinés.

Selon la structure interne, une forme simple et complexe se distingue:

  • un kyste simple est recouvert d'une capsule sphérique de tissu mince, ne contient pas de cloisons internes. Elle survient le plus souvent et ne dégénère presque jamais en tumeur maligne.,
  • dans les kystes complexes, il y a des septums internes épaissis qui les divisent en segments. La surface de ces formations est vallonnée et inhomogène. S'ils sont également tressés avec des vaisseaux sanguins, toutes les conditions sont créées pour la dégénérescence maligne d'un tel foyer kystique.

Les maladies sont également classées selon la nature de la lésion, la localisation et le contenu interne de la cavité:

  • parapelvical (sinus) - détecté chez 2% des patients âgés, principalement chez les femmes. Il s'agit d'une formation simple et simple située dans le bassin ou le sinus du rein et remplie de lymphe. Le kyste des sinus provoque des troubles de la miction, provoque une augmentation de la pression. A gauche de ce type de pathologie est plus courante qu'à droite,
  • solitaire (célibataire) - souvent trouvé chez les hommes, situé à la périphérie du rein droit ou gauche. Sa capsule est simple, remplie de liquide séreux, parfois de sang ou de pus. Ce type de capsule kystique atteint rarement de grandes tailles, mais ne peut être traité que chirurgicalement,
  • la multicystose est une pathologie congénitale rare (présente chez 1% des nourrissons), qui se développe le plus souvent sur un rein. Dans cette maladie, de petites formations recouvrent presque complètement l'organe, leur contenu est un liquide dont la composition est proche du plasma sanguin. La zone de tissu pouvant former de l'urine est réduite et l'organe perd pratiquement sa fonction urinaire,
  • la maladie polykystique est une maladie héréditaire qui peut être détectée déjà à l'âge adulte. Le parenchyme des deux reins est affecté, de multiples formations kystiques le recouvrent, à l'intérieur duquel s'accumule un liquide similaire à l'urine primaire. Les processus pathologiques se développent simultanément dans d'autres endroits: dans l'estomac, le foie,
  • parenchyme - situé dans le parenchyme de l'organe, peut être solitaire (simple) ou multiple, à la fois sur un et sur les deux reins. Dans sa cavité - contenu séreux, parfois avec des impuretés de sang. La pathologie se forme plus souvent chez les hommes,
  • le kyste dermoïde est une formation rare qui apparaît au stade de développement de l'embryon, avec lequel les enfants sont déjà nés. Sa cavité n'est pas remplie de liquide, mais d'un autre tissu (peau, ongles, cheveux, graisse).

Les pathologies sont également divisées en fonction du danger qu'elles représentent pour le corps:

  • capsules purulentes - une source possible d'empoisonnement du sang, d'abcès rénal,
  • formation dangereusement en croissance rapide qui peut accidentellement éclater et provoquer une inflammation du péritoine,
  • les kystes segmentés à haut risque de développer une tumeur maligne préoccupent particulièrement les médecins et les patients.

Toutes les formations présentant de tels signes doivent être supprimées en premier.

Pourquoi un kyste apparaît-il sur le rein

Les scientifiques et les médecins ont une idée du mécanisme général par lequel un kyste rénal est formé, les raisons de commencer ce processus ne sont pas encore complètement établies.

Mécanisme de formation

La formation de la pathologie commence dans les tubules rénaux. Ici, l'urine primaire est concentrée: l'eau contenant des substances bénéfiques est absorbée dans le sang et tout ce qui n'est pas nécessaire sous forme d'urine finale est évacué.

Un kyste sur le rein apparaît dans les endroits où la stagnation de l'urine primaire se produit dans les tubules, ce qui augmente leur taille à 2 mm.

Le système immunitaire répond à cette pathologie: les cellules épithéliales du tubule expansé commencent à se développer, il est isolé des autres structures par une capsule de tissu conjonctif.

Les spécialistes distinguent trois groupes de facteurs de l'apparition de formations pathologiques.

Facteur héréditaire

Maladies héréditaires, les mutations chromosomiques entraînent l'apparition de formations kystiques dans les reins pendant la période prénatale. Multicystose, polycystose - certains enfants ont déjà de telles maladies à la naissance.

Les malformations congénitales (dermoïde, la plupart des kystes parenchymateux) ne sont pas héréditaires; elles se forment dans l'embryon à la suite d'une évolution défavorable de la grossesse. Les facteurs déclenchants les plus dangereux sont le tabagisme, l'alcool, les radiations et l'exposition au soleil, l'empoisonnement, les infections..

Les maladies comme facteur provoquant

Les causes de l'apparition de kystes rénaux acquis comprennent diverses maladies:

  • La tuberculose rénale, dans laquelle l'infection est focalisée, le système immunitaire peut isoler et localiser sous la forme d'un kyste.
  • L'urine stagnante, suivie de la formation de kystes, provoque les maladies suivantes:
  • pyélonéphrite - provoque une maladie chez les femmes,
  • L'adénome de la prostate est souvent la cause de cystoses chez les hommes de plus de 50 ans. La situation est aggravée par un dysfonctionnement hormonal dans le corps d'un homme: il a une augmentation du nombre d'hormones féminines (œstrogènes), qui stimulent la production d'épithélium pour les capsules kystiques,
  • maladie de la lithiase urinaire,
  • la glomérulonéphrite provoque le développement d'une multicystose avec des dommages au rein droit ou gauche,
  • hématomes et autres pathologies des voies urinaires.

L'hypertension en tant que maladie systémique peut créer un foyer d'ischémie rénale, suivie de la formation d'un kyste. Les personnes souffrant d'hypertension artérielle ont souvent des formations kystiques sur leurs organes urinaires.

Lésion rénale

Un autre facteur qui provoque l'apparition d'une formation de kystes dans les reins est la blessure. La circulation sanguine est perturbée au site de l'impact, suivie d'une stagnation de l'urine primaire dans les tubules, de son accumulation et de la formation d'une capsule autour d'elle.

Un tel mécanisme pour le développement de la pathologie est assez fréquent, donne toujours des complications si vous n'aidez pas le rein blessé à temps et restaurez sa fonction.

Signes cliniques de la maladie

Les symptômes des kystes rénaux apparaissent au stade où la formation atteint une taille de 5-6 cm et commence à exercer une pression sur les tissus, les vaisseaux et les organes voisins.

Il interfère avec l'apport sanguin normal, provoque une stase sanguine et une inflammation du tissu rénal. Le développement des kystes s'accompagne de signes caractéristiques:

  • lombalgie d'une part - où se trouve l'organe malade. Les dommages aux deux reins sont un phénomène rare, de sorte que les plaintes des patients se résument à une douleur d'un côté du dos. Le kyste rénal chez la femme provoque des sensations similaires aux symptômes de l'inflammation des appendices: lors des travaux physiques, des mouvements actifs, de l'haltérophilie et également en position couchée, la douleur s'intensifie,
  • l'hypertension est un compagnon constant de la maladie kystique, et la pression artérielle basse augmente, ce qui indique une tonicité accrue des vaisseaux sanguins. Il est possible de réduire la pression uniquement à l'aide d'inhibiteurs de l'ECA,
  • macro et microhématurie - sang dans l'urine, visible d'un simple œil, ou détection de globules rouges au microscope. La miction devient douloureuse.

Les néoplasmes kystiques aux stades avancés deviennent dangereux, il est donc important de remarquer les manifestations de la pathologie à temps et de commencer un traitement adéquat.

Quelles sont les menaces d'un kyste rénal?

Qu'est-ce que la capsule kystique menace le rein et tout le corps?

Les gros kystes dans les reins sont plus dangereux que les petits, car ils peuvent éclater avec tout mouvement imprudent, ce qui conduit au développement d'une péritonite.

Souvent, après la chirurgie, dans le contexte d'un affaiblissement général du corps, les infections pénètrent dans la capsule kystique et le pus s'y accumule. Selon les statistiques, environ 60% des patients décèdent des suites d'une péritonite et d'une intoxication sanguine avec un contenu purulent de la cavité.

De plus, ces formations provoquent une rétention urinaire, en conséquence, l'hydronéphrose se développe avec une atrophie rénale et une insuffisance rénale chronique.

L'un des types dangereux de complications d'un kyste est sa dégénérescence en tumeur cancéreuse..

Méthodes de diagnostic

L'apparition de symptômes alarmants est l'occasion de consulter un médecin. Ignorant qu'il a un kyste au rein et ne sachant pas de quoi il s'agit, une personne devrait consulter un thérapeute. Sur la base des plaintes du patient, le médecin lui prescrira deux types d'examen.

  • Diagnostic instrumental - la formation sera détectée par ultrasons. Cette méthode de recherche est la principale dans le diagnostic des néoplasmes rénaux,
  • Analyse en laboratoire du sang et de l'urine:
  • une augmentation de la créatinine sanguine et de l'urée et une diminution des protéines fonctionnelles est un symptôme du développement d'une insuffisance rénale,
  • une augmentation des globules blancs et une ESR accélérée indiqueront un processus inflammatoire dans les reins et un faible niveau de globules rouges - anémie,
  • la présence de protéines, de globules blancs et de globules rouges dans l'urine est le signe d'un trouble fonctionnel des organes urinaires.

Aux premiers stades du développement des kystes, tous les paramètres de laboratoire peuvent se situer dans des limites normales, puis le thérapeute orientera le patient vers un urologue sur la base de données échographiques. Le spécialiste (urologue, néphrologue) poursuivra un examen complet:

  • lors de la collecte d'une anamnèse, il saura si la maladie est héréditaire, congénitale ou acquise,
  • la localisation, la taille et le type de formation kystique seront clarifiés,
  • si un cancer est suspecté, un scanner avec un agent de contraste est effectué. S'il est établi sur tomodensitométrie que le néoplasme présente des cloisons internes, à haute densité, est tressé par des vaisseaux sanguins, une consultation oncologue,
  • une méthode de diagnostic rare et dangereuse est la ponction du kyste et la prise de son contenu pour établir la possibilité de sa dégénérescence.

La stratégie et les tactiques de traitement deviendront claires après un diagnostic précis..

Méthodes de traitement des formations kystiques sur le rein

Lorsque le médecin détermine ce que contient le kyste rénal et où il se trouve, le traitement dépendra de sa taille.

Un traitement conservateur

Avec une taille inférieure à 5 cm, des méthodes conservatrices de traitement des kystes rénaux sont proposées, ce qui signifie des tactiques actives.

Régulièrement, 1 à 2 fois par an, le patient subit une échographie pour surveiller la dynamique de croissance de la formation. Avec une dynamique positive, le médecin attend qu'il atteigne la bonne taille pour effectuer une ponction.

Un traitement symptomatique est effectué:

  • médicaments prescrits pour réduire la pression artérielle,
  • des analgésiques sont prescrits,
  • l'écoulement d'urine est régulé,
  • une pathologie concomitante est traitée, ce qui a provoqué la formation d'un kyste.

Le patient sera transféré à un régime alimentaire (tableau n ° 7), ce qui nécessite:

  • minimiser l'apport en sel,
  • ne pas s'impliquer dans les aliments protéinés,
  • refuser l'alcool, les viandes fumées et les épices,
  • boire moins de liquide en cas d'enflure, d'essoufflement, d'hypertension.

Les méthodes conservatrices sont un moyen de contrôle médical, mais ne traitent pas la formation de kystes.

Ponction de kyste

Lorsque la formation atteint 6 cm de diamètre, le médecin peut, avec le consentement du patient, effectuer sa ponction. Une telle procédure est possible à condition que le kyste soit simple, unique, ne comporte pas de partitions. À l'aide d'une machine à ultrasons, le chirurgien trouve un endroit pour percer la cavité avec une aiguille, puis pomper le contenu.

Les parois du néoplasme vide sont cautérisées avec une solution chimique et un agent de collage est introduit, ce qui empêche la ré-accumulation de liquide dans la capsule.

Dans 70% des cas, la procédure est réussie et les rechutes de kystes sont absentes. En cas d'échec, il existe un risque d'infection et d'inflammation du rein.

Laparoscopie

La chirurgie rénale pour retirer la capsule kystique est obligatoire pour de telles indications:

  • le kyste provoque une douleur intense, appuie sur les tissus adjacents, interfère avec l'excrétion urinaire,
  • la capsule kystique peut éclater,
  • le contenu de la cavité est infecté,
  • l'éducation a dégénéré en une tumeur maligne.

Contrairement à la ponction, la chirurgie supprime toute la formation ainsi que sa coque et tout son contenu. Avec la laparoscopie, aucune incision abdominale n'est pratiquée: un endoscope est inséré à travers les piqûres pour visualiser l'intervention chirurgicale et deux trocarts (instruments chirurgicaux spéciaux).

En les manipulant, retirez la capsule et suturez les sites de ponction. Dans des cas particuliers, lorsque le kyste se développe dans le parenchyme rénal, vous devez aller retirer tout l'organe. Le patient est informé à l'avance de la possibilité d'un tel résultat de l'opération..

Une opération abdominale ouverte est effectuée lorsque le kyste est déjà percé et que le patient a besoin de soins urgents.

Prévention des complications

S'il y a un kyste sur les reins, il est dangereux de partir sans surveillance médicale. Avec la pathologie congénitale, une échographie doit être effectuée chaque année pour empêcher la croissance de néoplasmes sur les organes malades.

Avec les kystes d'étiologie génétique, le risque d'anévrismes est élevé, vous devez donc vérifier régulièrement l'état des artères du cerveau. Les kystes acquis suggèrent une échographie ou une tomodensitométrie au moins une fois par an. Les méthodes de la médecine moderne aideront uniquement ceux qui contrôlent eux-mêmes leur santé.