Principal

Hydronéphrose

Mictions fréquentes chez les femmes

La miction chez la femme est très personnelle, dont le volume et la fréquence dépendent des caractéristiques du corps.

Dans certains cas, les femmes commencent à remarquer en elles-mêmes un changement dans ce processus, la miction devient fréquente et peut être douloureuse, de faux désirs apparaissent. Malheureusement, de nombreuses femmes, honteuses d'un problème aussi délicat, vont chez le médecin lorsque la douleur devient déjà intense. Ce problème ne peut pas être résolu par lui-même, par conséquent, la cause des mictions fréquentes doit être traitée avec le médecin.

Le médecin vous dira quelles maladies présentant ces symptômes doivent sonner l'alarme.

Le concept de miction rapide

Dans quels cas devez-vous parler de mictions fréquentes? Le fait est qu'il n'y a pas de normes strictes pour la fréquence des mictions pendant la journée, il n'y a qu'un cadre conditionnel et des chiffres moyens - 2 à 6 fois par jour. La fréquence de vidange physiologique de la vessie varie en fonction d'un certain nombre de facteurs (caractéristiques physiologiques du corps, taux métabolique, alimentation, régime alimentaire, etc.), à différents jours, la fréquence des mictions est également différente.

La miction rapide est un excès du seuil de confort personnel d'une femme lorsqu'elle constate elle-même que le corps est beaucoup plus susceptible de signaler un besoin physiologique, ou plutôt, il est nécessaire de vider la vessie plus souvent que d'habitude.

En toute équité, il convient de noter que les symptômes à court terme (jour ou deux) d'un tel plan ne devraient pas susciter d'inquiétudes particulières, mais si la situation est retardée et empire, la seule bonne décision sera de consulter un médecin dès que possible.

Mictions fréquentes chez les femmes sans douleur: causes

Il existe plusieurs explications physiologiques à la miction fréquente chez les femmes sans douleur, qui n'affectent pas de manière significative la santé du beau sexe, mais provoquent des symptômes désagréables:

  1. Apport excessif de liquide. Si une femme boit beaucoup de café, de thé, d'autres types de boissons, elle ressent souvent «l'urgence pour peu de besoin»;
  2. Des situations stressantes. La dépression, les dépressions nerveuses, les stress psychologiques, si pertinents dans notre ère moderne d'urbanisation mondiale et le rythme effréné de la vie, activent excessivement le système sympathique du corps, provoquant diverses manifestations négatives, y compris des mictions fréquentes;
  3. Alimentation déséquilibrée. Une consommation excessive d'aliments salés, épicés et frits irrite un certain nombre d'organes et de systèmes, y compris la vessie;
  4. Prendre des médicaments. Un certain nombre de médicaments ont des effets secondaires sous forme de troubles du spectre urologique, parmi lesquels on peut distinguer des mictions fréquentes;
  5. Menstruation. Cet événement physiologique régulier est inextricablement lié au retrait accéléré de liquide du corps en raison de changements hormonaux;
  6. Vieillesse après 50 ans. Au début de la ménopause, le corps féminin subit une restructuration hormonale fondamentale, dont l'un des effets secondaires peut être une miction fréquente;
  7. Grossesse. Dans les premiers stades, les désirs fréquents pour peu de besoins s'expliquent par un changement des niveaux hormonaux. À partir du 2e trimestre, le fœtus en croissance lui-même vient au premier plan, ce qui appuie sur les organes individuels (y compris la vessie), ce qui provoque des mictions fréquentes.
  8. Prendre des médicaments. L'augmentation de la miction, entraînant des visites fréquentes aux toilettes, est également provoquée par des médicaments du groupe des diurétiques, qui ont un effet diurétique thérapeutique. Ces médicaments sont prescrits pour l'œdème, l'hypertension, pour le traitement de la gestose des femmes enceintes..

Les causes physiologiques susmentionnées ne sont diagnostiquées que chez 10 à 15% des patients qui se sont plaints d'uriner fréquemment chez un urologue ou un gynécologue. Une variété de pathologies - gynécologiques, urologiques, endocriniennes et autres types de maladies - provoquent des symptômes chez le reste du beau sexe..

Maladies possibles comme signe d'une miction rapide

Les raisons d'uriner plus souvent peuvent être différentes et ne sont pas toujours liées à une maladie. Cependant, en premier lieu, la cause peut résider dans des maladies du système urinaire. Ces maladies comprennent des processus inflammatoires dans le système urinaire. Sur la base des caractéristiques anatomiques, chez les femmes et les filles, la prédisposition à de telles maladies est 3 fois plus élevée que chez les hommes.

  1. Cystite. En raison des caractéristiques anatomiques chez les femmes, la maladie survient trois fois plus souvent que dans le sexe fort. Le stade initial ne provoque pas de douleur, mais une cystite ultérieure apporte un inconfort sévère à la fille. Un signe caractéristique de la maladie est que la vessie, même après avoir uriné, peut sembler vide. Avec la progression de la maladie, l'urine devient trouble.
  2. Urétrite. L'urétrite est une maladie infectieuse inflammatoire. La douleur est localisée à l'extérieur du vagin. Lors de la vidange, il y a une douleur brûlante, accompagnée de démangeaisons. Le matin, un écoulement purulent avec une odeur désagréable apparaît. Avec l'urétrite, les principaux symptômes inflammatoires n'apparaissent pas, tels que fièvre, malaise, faiblesse. Compte tenu de cela, le patient peut s'informer sur l'infection après plusieurs mois, lorsque le processus chronique est déjà en cours.
  3. Pierres de la vessie L'envie constante chez les femmes peut être un signe d'urolithiase. Le désir de vider la vessie apparaît brusquement et de manière inattendue, en règle générale, après avoir fait du sport ou tremblé pendant le transport. Pendant la miction, une femme atteinte de lithiase urinaire remarque des interruptions de jet et, dans certains cas, ressent une gêne dans le bas de l'abdomen.
  4. Pyélonéphrite. La miction fréquente chez les femmes adultes peut parler du développement d'une maladie rénale - pyélonéphrite chronique. Parfois, la maladie s'accompagne d'une sensation de traction désagréable dans la région lombaire. Si la pathologie s'aggrave, la température corporelle commence à augmenter, des nausées, une faiblesse apparaissent, dans l'urine, vous pouvez voir du sang ou du pus.
  5. Pathologie gynécologique. Un débit urinaire excessif peut être un symptôme de fibromes utérins (une tumeur bénigne qui appuie sur la vessie). Avec le développement de la maladie, le cycle des menstruations peut être perturbé. Si une femme a un trouble congénital - l'utérus est omis, les pulsions fréquentes sont dues au déplacement des organes pelviens.
  6. Maladie cardiovasculaire. Avec l'insuffisance cardiaque, en plus d'augmenter la fréquence des mictions, un œdème cutané se produit.
  7. Pathologie endocrinienne. Souvent, des déplacements constants aux toilettes indiquent un diabète. Dans le même temps, les symptômes suivants apparaissent: fatigue, démangeaisons de la peau, soif. Si une femme a constamment soif, cela peut aussi parler de diabète insipide, qui se caractérise par une augmentation du débit urinaire jusqu'à 5 litres par jour.

Diagnostique

Ce n'est qu'après avoir recueilli un historique et un examen externe qu'un spécialiste prescrit les études suivantes:

  1. Frottis gynécologique. Il montre des infections qui pénètrent dans le corps par des rapports sexuels non protégés et peuvent provoquer des mictions fréquentes avec une douleur caractéristique. En outre, il existe de nombreux virus urogénitaux qui provoquent une inflammation non seulement au niveau génito-urinaire, mais également au niveau du système reproducteur;
  2. Chimie sanguine. Il vous permet de déterminer avec précision les marqueurs rénaux - le niveau d'acide urique, de créatinine et d'urée. Si les indicateurs obtenus sont supérieurs à la norme admissible, le patient a probablement une urolithiase ou une pyélonéphrite;
  3. Analyse générale d'urine. Aide à déterminer si une femme a des processus inflammatoires. Les globules blancs et même les globules rouges seront détectés dans l'analyse. Pour déterminer la pathologie aidera et les protéines, qui ne devraient pas être dans l'urine. Les sels et le mucus peuvent indiquer le développement d'une lithiase urinaire - diurèse saline. La microscopie aide à déterminer le type de sels afin que le médecin puisse prescrire un régime spécial au patient;
  4. Test sanguin clinique. Aide à localiser les foyers inflammatoires. Grâce à un test sanguin standard, un médecin peut identifier les infections existantes;
  5. Examen échographique des organes pelviens. Permet de vérifier l'état des uretères, des reins, de la vessie, des ovaires et de l'utérus.

À la première manifestation de la maladie, vous devez contacter un thérapeute, qui compilera le tableau clinique global et prescrira un examen initial.

Si la patiente souffrait de maladies rénales, un néphrologue s'occupera de son traitement ultérieur, si la pathologie de la vessie a été déterminée, l'urologue traitera la femme. Lorsque la miction rapide a été déclenchée par le diabète, un endocrinologue vous aidera à vous débarrasser des symptômes désagréables..

Comment traiter la miction rapide?

Si la miction rapide n'est pas une variante normale et doit être corrigée, le traitement vise à éliminer le facteur étiologique - la maladie qui l'a causé.

Le plus souvent, une antibiothérapie est prescrite pour éliminer une infection bactérienne ou une invasion des protozoaires. Parallèlement à la prise d'antibiotiques, il est recommandé de boire des médicaments antifongiques et des probiotiques. Si une femme est sujette aux allergies, le médecin prescrit des antihistaminiques avec le traitement principal.

Si le problème est associé à des sels ou à des calculs rénaux, le néphrologue prescrit des médicaments spécifiques pour modifier l'acidité de l'urine. En règle générale, ces préparations contiennent soit des sels, soit des extraits de plantes. Selon la composition des pierres, le pH de l'urine est déplacé de sorte que les calculs se dissolvent le plus rapidement possible et sortent naturellement à travers l'urine.

Si des mictions fréquentes sont associées aux spécificités d'un régime alimentaire ou d'un régime hydrique, il n'est pas nécessaire de changer quoi que ce soit. Une exception ne peut être que l'abus d'alcool, qui doit être jeté..

Les envies d'uriner qui surviennent pendant la ménopause passent indépendamment avec une hormonothérapie appropriée.

La miction régulière liée à la grossesse n'a pas besoin d'être corrigée.

Remèdes populaires

Les remèdes populaires pour les mictions fréquentes chez les femmes sont utilisés efficacement en complément du traitement principal.

Considérez les méthodes folkloriques les plus efficaces pour traiter ce problème.

  1. Bouillon de racine de rose musquée: 40 grammes de racine de rose musquée écrasée sont versés avec deux verres d'eau bouillante et bouillis pendant 15 minutes à feu doux, après quoi ils sont insistés pendant 2-3 heures et filtrés. Buvez 100 ml de médicament avant les repas 3-4 fois par jour.
  2. Bouillon d'utérus bouilli: 10 grammes d'une plante séchée sont versés avec un verre d'eau bouillante et bouillis dans un bain-marie pendant 10 minutes, après quoi ils sont infusés pendant 2-3 heures et filtrés à travers un tamis. Prendre une décoction doit être de 15 ml 3-4 fois par jour pendant 12 semaines. Une décoction de l'utérus de bore vous permet de normaliser le fond hormonal pendant la ménopause et d'éliminer l'envie fréquente d'uriner.
  3. Infusion de millefeuille: 7 à 8 grammes de plante séchée sont versés avec de l'eau bouillante et insisté pendant 30 à 40 minutes, puis filtrés et bu 50 ml 3 à 4 fois par jour avant les repas. Important! Les médicaments à base de feuilles d'airelle rouge, de racine d'églantier et de millefeuille éliminent efficacement l'inflammation de la vessie et de l'urètre.
  4. Infusion de stigmates de maïs: 10 grammes de stigmates de maïs broyés doivent être versés avec un verre d'eau bouillante, couvrir et insister pendant 15 minutes. L'infusion terminée doit être filtrée à travers un tamis. Je prends le médicament 100 ml deux fois par jour pour la lithiase urinaire.
  5. Infusion de feuilles d'airelle: 5 grammes de feuilles d'airelle fraîches ou séchées sont versées avec un verre d'eau bouillante, recouverte d'un couvercle et laissez infuser pendant 15-20 minutes. Buvez une infusion prête et tendue tout au long de la journée pendant plusieurs gorgées pendant un mois.

Tout remède populaire ne peut être utilisé pour traiter les mictions fréquentes qu'avec l'autorisation du médecin traitant. Soyez attentif à votre santé et écoutez ses signaux, dont l'un est une miction fréquente, car toute pathologie du système urinaire peut affecter la fonction reproductrice d'une femme.

La prévention

Si une femme souffre de mictions fréquentes en raison de la nature physiologique, il est recommandé de respecter les règles élémentaires suivantes:

  • pendant la miction, le corps doit être incliné vers l'avant, ce qui aidera à vider complètement la vessie;
  • limiter l'apport hydrique le soir;
  • Les médecins recommandent d'aller aux toilettes sur demande;
  • retirer les aliments qui provoquent la soif de l'alimentation (plats fumés, salés, épicés);
  • limiter l'utilisation des fluides diurétiques (bouillon d'églantier, thé vert, café).

Même une miction fréquente et indolore, qui inquiète pendant longtemps, ne doit pas être ignorée. Ne négligez pas votre santé, car seule une visite opportune chez le médecin vous aidera à découvrir les véritables causes du problème et à prescrire un traitement efficace.

Mictions fréquentes chez la femme: pathologies possibles

La miction fréquente chez les femmes peut être causée par un certain nombre de problèmes. Le plus souvent, il s'agit d'une maladie inflammatoire du système excréteur. Mais faire une supposition dans ce cas est impossible sans examens supplémentaires. Un symptôme peut indiquer des pathologies graves, par exemple le diabète ou le diabète insipide. Le traitement ne doit être prescrit qu'après un examen approfondi d'une femme.

Les experts estiment qu'il est impossible d'établir une norme concernant le nombre d'actes de miction. Pour chaque personne, ce processus est exclusivement individuel et dépend de différents facteurs. Le nombre moyen est de 5 à 10 mictions par jour.

Une personne ne peut pas vider la vessie pendant une nuit de sommeil, cet intervalle peut durer jusqu'à 8 heures, tandis que plusieurs voyages aux toilettes la nuit ne sont pas un signe de pathologie.

Si la fréquence des pulsions par jour dépasse 10, il est recommandé de demander l'aide de spécialistes.

Les tentatives fréquentes de vider la vessie chez la femme (pollakiurie) sont considérées comme une déviation. Mais cela peut être dû à des raisons tout à fait naturelles:

  • boire beaucoup de liquides;
  • un changement du fond hormonal dû à la grossesse, lorsque l'utérus appuie sur les organes pelviens, y compris la vessie;
  • l'abus d'alcool, de drogues diurétiques (avec régimes) ou de suppléments à base de plantes;
  • changements dans la période d'extinction des fonctions reproductives et menstruelles chez les femmes;
  • conditions stressantes, anxiété;
  • mauvaise alimentation - aliments gras, salés, épicés, épices;
  • hypothermie du corps, en particulier des membres inférieurs, sur une longue période;
  • menstruation;
  • la présence d'infections dues à une mauvaise hygiène génitale.

Le premier signe d'échec est une augmentation du nombre de tentatives de vidange de la vessie. Ensuite, d'autres symptômes apparaissent qui indiquent des troubles pathologiques dans le corps:

  • Picotements, douleur et douleur pendant la deurination.
  • Détérioration de l'appétit ou son absence totale.
  • Irritation cutanée douloureuse et chatouillante dans le vagin et les parties génitales.
  • Fièvre.
  • Brouillard d'urine impur.
  • Douleur dans le bas-ventre.
  • Mictions fréquentes pendant les menstruations.
  • Fatigue et léthargie.

Si les déplacements fréquents aux toilettes et les symptômes énumérés ne disparaissent pas, provoquent des désagréments et de l'inconfort, il convient de contacter un spécialiste pour obtenir de l'aide..

Des mictions fréquentes peuvent être le résultat de diverses maladies. Ceux-ci inclus:

  • maladies affectant le système urinaire;
  • pathologie du système reproducteur chez les femmes;
  • troubles d'une ou plusieurs glandes endocrines;
  • maladies sexuellement transmissibles (syphilis, gonorrhée, donovanose, chancre léger).

Les problèmes les plus courants sont:

  • Pyélonéphrite. La vidange répétée de la vessie est l'un des symptômes d'une forme chronique de la maladie. Parallèlement, une femme peut ressentir des maux de dos, souvent douloureux ou ternes. La pathologie s'accompagne d'une augmentation soudaine de la température corporelle, de la léthargie, de frissons, d'une sensation douloureuse dans la gorge, qui conduit souvent à des vomissements. En l'absence de traitement approprié, la douleur dans la région lombaire devient plus sensible, des cellules sanguines ou du pus peuvent apparaître dans l'urine. Dans le cas de la pyélonéphrite, les mictions fréquentes visent principalement à éliminer la maladie principale. On prescrit au patient une cure de médicaments du groupe des antibiotiques, des antispasmodiques, des analgésiques et des tisanes pour normaliser les reins.
  • Vessie hyperactive. Les patients se plaignent de l'envie fréquente, forte et rapide d'émettre de l'urine à tout moment de la journée. Dans ce cas, le désir peut survenir même avec une petite quantité de liquide dans la vessie.
  • Cystite (inflammation de la vessie). La plupart du temps, les filles et les femmes préménopausées souffrent de cette maladie. Le principal symptôme de la cystite est une miction fréquente, qui se produit avec des sensations désagréables telles que des démangeaisons et des douleurs dans l'urètre, une sensation de vidange partielle de la vessie, une fausse envie (sans sortie d'urine), ainsi qu'un changement de couleur et un niveau de transparence. Une thérapie en temps opportun permet d'éliminer complètement la maladie. L'absence de traitement peut entraîner le développement de complications graves dans le système génito-urinaire. La thérapie est réalisée à l'aide d'antibiotiques. Une grande quantité de liquide est recommandée: décoctions à base de plantes, boissons aux canneberges ou aux airelles rouges.
  • Urétrite (inflammation de l'urètre). Des envies fréquentes sont l'un des symptômes de la maladie. De plus, le patient éprouve une sensation de brûlure et des démangeaisons au début du processus de miction, une décharge épaisse abondante apparaît. La cause de l'urétrite est la présence d'une infection génitale. La thérapie comprend un cours d'antibiotiques, après quoi le médecin prescrit des médicaments qui restaurent la microflore dans le corps.
  • Urolithiase (urolithiase). Une maladie qui se manifeste par la formation de calculs dans les organes du système urinaire. Dans ce cas, des mictions fréquentes indiquent la présence de calculs dans la vessie. Le patient peut se plaindre d'inconfort dans le bas de l'abdomen, qui est donné au bas du bassin. La maladie est grave, au stade initial ne se manifeste pas. Les hommes souffrent 3 fois plus souvent que les femmes. Pour un traitement approprié et efficace, il est d'abord nécessaire de subir un examen clinique approfondi, de passer des tests. Après les résultats obtenus, le médecin prescrit un traitement médicamenteux.
  • Vessie faible. Plus fréquent chez les femmes. En urinant, peu d'urine est libérée, et l'envie elle-même est spasmodique et forte. Pour renforcer les parois de la vessie, il est nécessaire d'effectuer des exercices de Kegel. Des décoctions de graines d'aneth, d'herbes de berger, de feuilles de plantain sont également recommandées..
  • Maladies cardiovasculaires. La violation du fonctionnement normal du cœur entraîne un gonflement et des envies fréquentes.

Les fibromes utérins sont une tumeur bénigne qui se produit dans la couche musculaire - le myomètre. Lorsque la formation augmente et commence à exercer une pression sur les organes du système génito-urinaire, le patient ressent des pulsions fréquentes. La maladie est diagnostiquée après une échographie. La thérapie consiste à prendre des médicaments hormonaux, une intervention chirurgicale pour enlever la tumeur et un traitement non invasif.

Le prolapsus de l'utérus sous une forme légère est imperceptible. Avec une pathologie sévère, une femme commence à ressentir le besoin d'uriner fréquemment. De plus, le patient ressent une douleur pendant les menstruations, qui devient abondante, une gêne pendant les rapports sexuels, une pression et une sensation de corps étranger dans le vagin.

Aux premiers stades du prolapsus utérin, la thérapie se limite à la prise de médicaments dont l'action vise à renforcer les parois du vagin. Ils pratiquent des exercices de massage et de physiothérapie, portant un bandage. Dans les cas graves, recourir à la chirurgie.

La candidose est un type d'infection fongique. Les causes de la maladie peuvent être considérées comme une faible immunité, la conséquence de la prise d'antibiotiques et autres. Chez les femmes atteintes de cette pathologie, des envies fréquentes se produisent, qui s'accompagnent de douleurs. Un traitement médicamenteux est indiqué (suppositoires, comprimés, pommades).

Normalement, des mictions fréquentes chez les femmes peuvent survenir après l'accouchement. Dans le même temps, une incontinence urinaire ou une décharge aiguë se produit, accompagnée d'un manque total de besoin.

L'un des symptômes du diabète est la miction fréquente, qui inquiète généralement le patient la nuit. De plus, le patient ressent une sensation de brûlure dans la région génitale. La thérapie comprend des recommandations pour une nutrition appropriée et équilibrée, l'activité physique, l'élimination du stress.

Diabète insipide. Une maladie très rare associée à un dysfonctionnement de l'hypothalamus. Ses symptômes sont une polyurie, des mictions fréquentes, la soif et une diminution de la densité relative de l'urine. La thérapie est menée tout au long de la vie, un analogue de l'hormone antidiurétique est prescrit, des diurétiques, des anti-inflammatoires sont utilisés.

La pathologie est essentiellement la réponse du corps à la maladie.

Le diagnostic opportun d'une miction abondante doit commencer par une visite chez le gynécologue et d'autres spécialistes: psychologue, psychothérapeute, néphrologue, endocrinologue. Ensuite, des tests et des examens sont prescrits - une analyse clinique du sang et de l'urine, des méthodes de laboratoire, des ultrasons, etc..

La pathologie peut être traitée non seulement avec des méthodes conservatrices, mais aussi avec des remèdes populaires. Pour se débarrasser rapidement des symptômes et récupérer complètement, il est recommandé de prendre des décoctions d'herbes maison tous les jours tout au long du traitement.

Vous pouvez manger des bleuets séchés avec du sucre, des fraises fraîches, des solutions de miel, surtout la nuit. Les remèdes populaires suivants sont également populaires:

  • Prendre 50 g de rognons de tremble, verser 500 ml de vodka ou d'alcool (40˚), le mélange pendant 8 jours, puis filtrer. Prendre jusqu'à 30 gouttes 3 fois par jour avant les repas.
  • Diluez 1,5-2 g de poudre de feuilles de chêne avec beaucoup d'eau. A consommer 3 fois par jour une demi-heure avant les repas.
  • 1 cuillère à soupe. l verser la mûre ou le bleuet dans un verre d'eau bouillante, garder à feu doux pendant 20 minutes, filtrer la composition résultante. Prendre 1/3 tasse jusqu'à 4 fois par jour une demi-heure avant les repas.
  • Prenez 1 cuillère à soupe. l graines d'aneth, versez un verre d'eau bouillante, mettez dans un endroit chaud. Après avoir insisté, utilisez le médicament tout au long de la journée.
  • 1 cuillère à café de bourgeons de bouleau versez un verre d'eau bouillante, laissez reposer environ une heure. Prenez 1 tasse de médicament 3 fois par jour.
  • Brasser de la menthe et consommer jusqu'à 3 tasses par jour.
  • Hacher finement les sommets des carottes et du persil, verser de l'eau bouillante (1 cuillère à soupe. L. à 0,5 l). Insistez quelques heures. Prendre jusqu'à 4 fois par jour avant les repas. Au cours de la semaine, la fréquence des envies va diminuer.
  • 1 cuillère à café verser les stigmates de maïs avec de l'eau bouillante, insister pendant 20 minutes, filtrer, ajouter du miel et boire comme du thé toute la journée.

Le problème s'accompagne d'une sensation constante d'inconfort. Par conséquent, la prévention est basée sur la prévention et la réduction des symptômes..

  • N'ignorez pas les premiers signes, consultez immédiatement un médecin pour éviter la transition de la maladie vers une forme chronique et lente. Examens annuels recommandés par un gynécologue et d'autres spécialistes.
  • Contrôler le poids, éviter de trop manger, ils peuvent conduire à des maladies endocriniennes.
  • Respectez l'hygiène personnelle. Les spécificités de la structure et de l'emplacement du système génito-urinaire chez la femme nécessitent une surveillance et des soins obligatoires, ce qui aidera à protéger les organes contre les infections et les infections qui provoquent le développement d'une pathologie.
  • Portez des sous-vêtements en matières naturelles. Lorsque vous utilisez des joints, remplacez-les toutes les 4 heures, cela aidera à prévenir la propagation et la croissance des bactéries.
  • Boire beaucoup. Il est recommandé de boire jusqu'à 2 à 2,5 litres de liquide par jour. Pas besoin de remplacer l'eau par des boissons contenant de la caféine ou de l'alcool.
  • Maintenez une alimentation saine et équilibrée. L'apport de vitamines dans le corps aidera à établir le fonctionnement de tous les systèmes, à éviter le développement d'infections et à augmenter l'immunité..
  • Pour refuser de mauvaises habitudes. Fumer et boire de l'alcool entraîne des scories du corps, l'accumulation de substances toxiques dans les tissus et peut provoquer des processus inflammatoires du système génito-urinaire.
  • Passez plus de temps au grand air, marchez plus souvent, pratiquez l'aérobic léger, visitez les piscines, les saunas.

Miction douloureuse

Une envie douloureuse d'uriner est l'une des plaintes les plus fréquentes qu'un patient adresse à un médecin traitant d'urologie. Un symptôme similaire apporte une grande gêne à la vie du patient. Cela réduit la qualité de vie, il n'est donc pas surprenant qu'une personne visite un médecin.

Pourquoi les envies douloureuses d’uriner sont-elles fréquentes et quels autres symptômes peuvent-elles accompagner, demandent souvent les gens dans le cabinet du médecin. Comment les différentes pathologies sont-elles diagnostiquées et quels moyens thérapeutiques sont utilisés dans la pratique?

  • Miction douloureuse: ce qui est normal
  • Causes de la miction douloureuse
    • Miction douloureuse avec douleur lombaire
    • Mictions fréquentes et inconfort dans le bas-ventre
    • Manque de douleur et de miction
  • Miction physiologique
  • Symptômes supplémentaires pouvant déranger
  • Miction douloureuse: méthodes de diagnostic
  • Approches de traitement pour la miction douloureuse
  • Remèdes populaires pour la miction douloureuse

Miction douloureuse: ce qui est normal

Pour savoir s'il existe des envies douloureuses fréquentes d'uriner chez les femmes ou les hommes, il est nécessaire de déterminer quelle est la norme et ce qui doit être considéré comme un écart.

Tout d'abord, il est important de se rappeler que la douleur lors du soulagement de la vessie est toujours une pathologie. Tous les processus physiologiques du corps devraient se produire sans douleur. Et son apparence est un signe alarmant qui ne peut être ignoré..

La fréquence est un indicateur légèrement différent, qui devient plus difficile à évaluer. Lors de l'évaluation de la fréquence, il est nécessaire de prendre en compte le sexe d'une personne, son âge et les caractéristiques environnementales. Ainsi, par exemple, un homme adulte visite en moyenne les toilettes de 4 à 6 fois par jour. Une femme peut aller aux toilettes de 4 à 8 fois CA pendant la même période.

Les enfants sont une autre affaire. Les enfants du premier mois de vie peuvent alléger la vessie jusqu'à 30 fois par jour. Mais dès la première année, le nombre est considérablement réduit et se fige pendant quelque temps à environ 10 fois. Il est important de comprendre que de telles normes ne sont physiologiques que sous certaines conditions. Parmi eux:

  • normalité de l'indicateur de température corporelle (jusqu'à 36,9 ° C inclus);
  • température ambiante basse (jusqu'à 30ºC);
  • une personne a consommé de 30 à 40 ml de liquide par kilogramme de son poids;
  • aucun médicament favorisant l'élimination des liquides du corps, ainsi que la décoction d'herbes à effet diurétique, n'ont été pris;
  • essoufflement et respiration rapide absents.

Il est important de se rappeler que la nuit, les voyages aux toilettes doivent être complètement absents. L'écart maximal autorisé est de 1 fois par nuit. Plus d'une fois est un panneau d'avertissement.

Causes de la miction douloureuse

Aujourd'hui, les médecins travaillent beaucoup sur le problème du soulagement rapide et douloureux de la vessie. Cela s'explique par le fait qu'un symptôme similaire est très répandu et caractéristique d'un grand nombre d'une grande variété de maladies. Il est presque impossible de déterminer les causes des problèmes sans médecin.

Souvent, les patients se demandent quel médecin contacter lorsqu'un tel symptôme désagréable se produit. Le chemin des hommes, comme disent les médecins, doit tout d'abord incomber à l'urologue. Les femmes devraient également consulter un urologue ou, s'il n'y a pas la possibilité d'obtenir un rendez-vous avec ce médecin, un gynécologue. Vous pouvez également avoir besoin de l'aide d'un dermatovénérologue.

Miction douloureuse avec douleur lombaire

La douleur peut être localisée dans différentes parties du corps. Après avoir demandé au patient exactement où cela fait mal, le médecin peut déjà comprendre approximativement quelle est la cause possible des problèmes. L'envie douloureuse d'uriner chez les hommes et les femmes avec localisation de sensations désagréables dans la région lombaire peut parler de l'une des maladies suivantes:

La pyélonéphrite est toujours un processus très aigu qui offre un grand nombre d'inconvénients à un patient de tout sexe. Surtout les femmes en souffrent, mais on le trouve également chez les hommes. Il y a des plaintes de douleur dans la région rénale, qui peuvent se répandre dans le bas-ventre. Lors de déplacements fréquents aux toilettes, qui n'apportent pas de soulagement, une augmentation de la température corporelle, etc. La couleur de l'urine reste le plus souvent standard.

Avec la lithiase urinaire, des calculs commencent à se former, ce qui interfère avec l'écoulement normal de l'urine. Le patient peut ne rien ressentir pendant un certain temps. Mais si la pierre commence à passer le long de l'uretère, tout sera accompagné de douleurs intenses. De plus, la douleur sera présente pendant la miction. Souvent, le patient va aux toilettes principalement pendant la journée, mais des envies nocturnes sont également possibles. Le traitement de la miction douloureuse chez les femmes sanguines, comme les hommes, commence principalement par le fait que le médecin s'assure qu'il n'y a pas de calculs rénaux.

Mictions fréquentes et inconfort dans le bas-ventre

Des mictions douloureuses fréquentes chez les femmes et les hommes peuvent se développer à la suite de dommages à la vessie et au système urinaire inférieur.

De nombreuses raisons peuvent expliquer l'apparition de symptômes désagréables..

  • l'urétrite (un processus inflammatoire dans l'urètre), qui s'accompagne de symptômes caractéristiques, un changement de la couleur de l'urine (un mélange de pus, de sang, de trouble, etc. est possible);
  • la cystite (un processus inflammatoire dans la vessie, qui affecte principalement les femmes) est une maladie caractérisée par des déplacements fréquents aux toilettes, tandis que l'urine peut avoir une couleur rougeâtre, des impuretés purulentes peuvent être ajoutées;
  • diverses tumeurs du système urinaire peuvent également être accompagnées de problèmes de soulagement de la vessie, surtout si la tumeur bloque le flux dans l'un des uretères;
  • la miction douloureuse fréquente chez les hommes est le plus souvent associée à un adénome de la prostate, qui est une tumeur bénigne (presque le principal symptôme est le désir de visiter les toilettes la nuit);
  • l'hyperactivité de la vessie est une maladie neurogène dans laquelle un fort désir de soulager s'accompagne généralement d'une douleur intense;
  • le rétrécissement de l'urètre pour une raison quelconque peut également entraîner l'apparition de symptômes désagréables caractéristiques.

Manque de douleur et de miction

La combinaison d'une miction douloureuse et fréquente n'est pas du tout nécessaire pour soupçonner la présence de problèmes.

Les médecins recommandent de ne pas ignorer le simple désir accru de visiter les toilettes. Pour l'apparition d'un tel désir, il existe un grand nombre de raisons non physiologiques. Parmi eux:

  • la présence de problèmes avec le cœur et les vaisseaux sanguins, dans lesquels le liquide peut s'accumuler dans le corps et être excrété en une quantité plus importante que d'habitude;
  • une maladie avec toute forme de diabète, qui se caractérise par une augmentation de la consommation d'eau et, par conséquent, des déplacements fréquents aux toilettes;
  • le diabète insipide, dans lequel le besoin d'humidité est également augmenté, mais il n'y a pas de bouche sèche et de démangeaisons;
  • cystocèle - un prolapsus pathologique de la vessie, caractéristique des femmes qui ont eu un accouchement, s'accompagne non seulement de fréquents déplacements aux toilettes, mais également d'incontinence urinaire;
  • la faiblesse des muscles de la vessie est une autre raison courante pour laquelle une personne urine souvent mais sans douleur en petites portions, car l'organe n'est pas capable de retenir l'urine en soi;
  • fibromes utérins - une prolifération pathologique dans l'utérus qui peut agrandir un organe à une taille telle qu'il commence à exercer une pression sur la vessie, provoquant un désir de le soulager plus souvent.

En résumé, on peut dire que l'absence de douleur lors de fréquents déplacements aux toilettes n'est pas toujours synonyme de santé.

Miction physiologique

L'absence de douleur, combinée à un désir plus fréquent de visiter les toilettes, peut indiquer non seulement une pathologie. Mais aussi sur la réaction physiologique du corps à toute influence extérieure. Chez les adultes et les enfants, une condition similaire peut être observée avec:

  • manger des aliments vifs, salés, trop acides, ainsi que de l'alcool (dans ce cas, la couleur de l'urine peut devenir assez pâle et son volume augmentera également par rapport à la norme);
  • exposition au stress, à la tension nerveuse (le volume d'urine est maintenu ou augmenté légèrement, un signe très caractéristique est le désir d'uriner à nouveau, bien que le patient vienne de se rendre aux toilettes);
  • la période de grossesse chez la femme (un utérus élargi commence à exercer une pression sur la vessie, raison pour laquelle il ne peut plus contenir l'urine en elle-même dans les mêmes quantités qu'auparavant);
  • la période de menstruation d'une femme peut également être accompagnée d'un désir d'aller plus souvent aux toilettes (la douleur peut également être présente pendant la menstruation, mais ils indiquent principalement une pathologie gynécologique ou des caractéristiques individuelles);
  • le gel peut également conduire à l'apparition d'un symptôme, et dans certains cas au développement d'une maladie à part entière.

Symptômes supplémentaires pouvant déranger

Avant de commencer le traitement de la miction douloureuse chez les femmes ou les hommes, il est nécessaire d'établir quelle est la cause de l'état pathologique. Des symptômes supplémentaires pouvant survenir chez le patient peuvent aider le médecin. Souvent, en plus des problèmes de soulagement de la vessie, des plaintes apparaissent concernant:

  • une augmentation de la température corporelle, qui peut être à la fois très longue et à très court terme;
  • diminution de la qualité du bien-être général, faiblesse, découragement, état dépressif;
  • l'apparition d'une éruption cutanée dans la région génitale ou d'autres changements suspects;
  • l'apparition de démangeaisons, de brûlures et d'autres sensations désagréables, qui réduisent considérablement la qualité de vie;
  • l'apparition dans l'urine d'impuretés qui y étaient auparavant absentes;
  • changer le mode des sorties nocturnes aux toilettes;
  • problèmes d'érection chez l'homme et de libido chez la femme, etc..

La présence de certains symptômes dans diverses combinaisons peut inciter le médecin à penser à toute maladie. Il est important que le médecin écoute attentivement le patient et l'examine..

Les femmes devront également subir un examen gynécologique. Pour que le médecin s'assure qu'elle n'a aucun problème avec les parties génitales.

Miction douloureuse: méthodes de diagnostic

Pour que le diagnostic et les tests soient correctement attribués, le médecin discute d'abord avec le patient, identifiant les principales plaintes. Sur la base d'une combinaison de symptômes et de signes visuels, le médecin peut déjà choisir les meilleures façons de diagnostiquer la cause des problèmes. Parmi les méthodes instrumentales, par exemple, l'échographie, la radiographie avec et sans contraste peut être recommandée. À l'aide de l'échographie, il devient possible d'évaluer l'état des reins, de la vessie et de l'utérus chez la femme. Si une déviation y est constatée, c'est son médecin qui soupçonnera la cause du développement des symptômes.

Chez l'homme, une échographie transrectale de la prostate est souvent réalisée. Il aide à identifier les changements dans le corps qui peuvent conduire à des plaintes. En plus des méthodes de recherche instrumentale, des méthodes de diagnostic en laboratoire peuvent être utilisées. Donc, si l'on soupçonne une urétrite infectieuse, une prostatite, une cystite, il est nécessaire de déterminer quel micro-organisme a causé la pathologie. Pour ce faire, appliquez la microscopie des frottis ou de l'urine, l'inoculation des sécrétions, l'évaluation des sécrétions en utilisant la réaction en chaîne par polymérase. L'utilisation de ces techniques est particulièrement pertinente en cas de suspicion de maladies sexuellement transmissibles. Si les données diagnostiques obtenues ne sont toujours pas suffisantes pour choisir le traitement des mictions douloureuses fréquentes chez les hommes ou les femmes, une IRM supplémentaire, un scanner peut être prescrit. Si des processus tumoraux sont suspectés, une étape obligatoire de la recherche diagnostique est une biopsie..

Approches de traitement pour la miction douloureuse

Le traitement des mictions douloureuses fréquentes est une tâche difficile. Seul un professionnel de la santé compétent devrait s'en occuper..

Le patient doit être correctement diagnostiqué et, sur cette base, choisir la thérapie. Dans la plupart des cas, des méthodes de traitement conservatrices sans intervention chirurgicale sont utilisées. Les médicaments suivants sont utilisés:

  • différents groupes d'antibiotiques, dont le choix est fait en fonction des résultats de l'inoculation avec la détermination de la sensibilité (Amoxiclav, Gentamicine, Ceftriaxone, etc. peuvent être utilisés), la fréquence d'administration et la posologie sont déterminées par le médecin en fonction de l'infection;
  • antispasmodiques qui aident à faire face aux spasmes du corps, par exemple, avec la lithiase urinaire (le plus souvent, ils utilisent No-shpu pour les attaques, Drotaverin, Spazmalgon, etc.);
  • uroantiseptiques qui interfèrent avec la propagation de la microflore pathogène à travers les voies urinaires (Urolesan, Fradonin, etc.);
  • insulinothérapie (en cas de diabète sucré, l'utilisation de préparations d'insuline sur recommandation d'un médecin résout généralement le problème des visites fréquentes aux toilettes).

Le schéma thérapeutique peut être complété par d'autres médicaments, en fonction de la maladie spécifique qui sera détectée chez une personne. Si une tumeur, un rétrécissement de l'urètre ou une autre pathologie qui ne peut pas être corrigée avec des médicaments est détecté, une intervention chirurgicale peut être recommandée..

Remèdes populaires pour la miction douloureuse

Le traitement de la miction douloureuse en plus des médicaments classiques peut être complété par des recettes de médecine traditionnelle.

La principale chose à retenir en même temps est que la décoction d'herbes et d'autres remèdes ne sont pas un traitement de base. Et ils n'ont qu'un effet auxiliaire. Après avoir consulté un médecin, vous pouvez utiliser les recettes suivantes en complément du traitement principal:

  • une décoction de racine de rose musquée, préparée à partir de 40 g de racine de la plante, versée avec de l'eau bouillante et maintenue au feu pendant 15 minutes (100 ml du bouillon se boivent plusieurs fois par jour avant les repas);
  • infusion de feuilles d'airelle rouge, pour la préparation de laquelle 5 g de feuilles de plantes sont versées avec un verre d'eau bouillante et infusées pendant 15 à 20 minutes, après quoi elles se boivent par petites gorgées tout au long de la journée;
  • avec la lithiase urinaire, une infusion de stigmates de maïs est préparée, qui en une quantité de 10 g est versée avec de l'eau bouillante et, après avoir infusé pendant 10 à 15 minutes, ils boivent 100 ml avant les repas.

Il existe un grand nombre de recettes folkloriques pour la douleur pendant la miction. Mais ils doivent être utilisés avec prudence. Afin de ne pas développer de rechute après le traitement, toutes les recommandations médicales doivent être soigneusement observées.

La douleur et la miction fréquente ne sont pas seulement des symptômes très désagréables en soi. Mais indiquant également souvent de graves violations dans le corps. Si de telles plaintes apparaissent, il est recommandé de consulter immédiatement un médecin pour obtenir de l'aide. Pour éviter le développement de complications. Si le traitement commence à l'heure, se débarrasser des symptômes sera assez simple..

Si vous avez une envie douloureuse d'uriner, contactez des urologues et vénéréologues compétents..

Mictions fréquentes chez les femmes

La miction fréquente chez les femmes est un symptôme urologique ou gynécologique classique, qui se manifeste le plus souvent chez le beau sexe avec une variété de maladies, de pathologies et d'autres problèmes avec le corps. Ce n'est que dans un certain nombre de cas qu'elle est causée par des mécanismes physiologiques. Quelles sont toutes les principales causes d'un symptôme? Comment identifier un problème à temps? Quelle est l'efficacité des médicaments et est-il possible de se débarrasser des mictions fréquentes avec des remèdes populaires? Vous en lirez à ce sujet et bien plus dans notre article..

Causes des mictions fréquentes

Il existe plusieurs explications physiologiques à la miction fréquente chez les femmes, qui n'affectent pas de manière significative la santé du beau sexe, mais provoquent des symptômes désagréables:

  • Apport excessif de liquide. Si une femme boit beaucoup de café, de thé, d'autres types de boissons, elle ressent souvent «l'urgence pour peu de besoin»;
  • Des situations stressantes. La dépression, les dépressions nerveuses, les stress psychologiques, si pertinents dans notre ère moderne d'urbanisation mondiale et le rythme effréné de la vie, activent excessivement le système sympathique du corps, provoquant diverses manifestations négatives, y compris des mictions fréquentes;
  • Alimentation déséquilibrée. Une consommation excessive d'aliments salés, épicés et frits irrite un certain nombre d'organes et de systèmes, y compris la vessie;
  • Prendre des médicaments. Un certain nombre de médicaments ont des effets secondaires sous forme de troubles du spectre urologique, parmi lesquels on peut distinguer des mictions fréquentes;
  • Menstruation. Cet événement physiologique régulier est inextricablement lié au retrait accéléré de liquide du corps en raison de changements hormonaux;
  • L'âge des personnes âgées. Au début de la ménopause, le corps féminin subit une restructuration hormonale fondamentale, dont l'un des effets secondaires peut être une miction fréquente;
  • Grossesse. Dans les premiers stades, les désirs fréquents pour peu de besoins s'expliquent par un changement des niveaux hormonaux. À partir du 2e trimestre, le fœtus en croissance lui-même vient au premier plan, ce qui appuie sur les organes individuels (y compris la vessie), ce qui provoque des mictions fréquentes.

Les causes physiologiques susmentionnées ne sont diagnostiquées que chez 10 à 15% des patients qui se sont plaints d'uriner fréquemment chez un urologue ou un gynécologue. Une variété de pathologies - gynécologiques, urologiques, endocriniennes et autres types de maladies - provoquent des symptômes chez le reste du beau sexe..

Maladies gynécologiques

Une raison typique de la miction excessive, en raison du travail mutuel trop serré des systèmes urinaire et reproducteur des femmes. Le plus célèbre dans ce contexte est le prolapsus et les fibromes utérins..

  • Prolapsus utérin. L'omission de l'organe génital principal d'une femme provoque des conditions problématiques des muscles du plancher pelvien, de la cavité abdominale et de l'abdomen. Ils peuvent être à la fois physiologiques (prolapsus postnatal) et pathologiques. Dans ce cas, l'effort physique excessif, la constipation chronique et une augmentation de la pression intra-abdominale sont les facteurs provoquants. Le plus souvent, des mictions fréquentes se produisent en raison d'un prolapsus de la paroi antérieure du vagin et de la section correspondante de l'utérus - elles pressent la vessie avec l'urètre, provoquant des pathologies avec la miction;
  • Fibromes utérins. Les tumeurs bénignes dans la couche interne du muscle lisse féminin de l'organe génital peuvent également provoquer une détérioration du système urinaire.

Maladies des reins et des voies urinaires

La cause la plus fréquente de troubles urinaires chez la femme, quel que soit son âge. Les pathologies les plus courantes:

  • Urolithiase. L'urrolithiase est la formation de calculs dans le système urinaire. Le plus souvent diagnostiqué chez des patients âgés de 20 à 50 ans, alors qu'à l'état aigu (avec obstruction de l'uretère), dans certains cas il nécessite une intervention chirurgicale;
  • Cystite. Inflammation classique de la vessie. Elle peut être aiguë et chronique, causée par des micro-organismes pathogènes (la grande majorité des cas), et des tumeurs, calculs dans le système génito-urinaire. Chez les femmes, cette maladie est beaucoup plus fréquente que dans le sexe fort en raison de l'urètre large et court, à travers lequel l'infection pénètre rapidement dans la vessie;
  • Urétrite. Le processus inflammatoire de l'urètre. Le plus souvent causé par des bactéries ou des virus qui affectent les parois internes de l'urètre;
  • Pyélonéphrite. Le processus inflammatoire dans le système tubulaire des reins, la maladie la plus courante du spectre néphrologique, indépendamment de l'âge et du sexe. Le beau sexe est malade de pyélonéphrite six fois plus souvent que les hommes.

Maladies endocriniennes

Les problèmes endocrinologiques provoquent souvent un syndrome de polyurie - mictions fréquentes et abondantes, lorsque la dose quotidienne de liquide libéré atteint parfois 2 à 3 litres. La mécanique de ce processus est associée à une détérioration de la réabsorption d'eau dans les tubules rénaux, entraînant une diminution de son absorption par l'organisme dans son ensemble. Cette pathologie est caractéristique du diabète et du diabète insipide..

  • Diabète insipide. Un syndrome rare associé à une hypophyse ou un hypothalamus. Le mécanisme de la pathologie est lié à une diminution de la production de vasopressine (une hormone peptidique antidiurétique), ce qui entraîne la formation de conditions préalables à une miction fréquente et abondante. Le diabète sucré est causé par des tumeurs et des métastases dans le cerveau, des troubles circulatoires de l'hypothalamus, de l'hypophyse et des voies hypophysaires-hypophysaires, une tubulopathie primaire, une prédisposition génétique;
  • Diabète. Maladie endocrinienne associée à un manque absolu ou relatif de production d'insuline. L'un de ses symptômes de base est la miction fréquente..

Symptômes et signes de mictions fréquentes

La miction fréquente, comme mentionné ci-dessus, est un symptôme de nombreuses maladies et conditions physiologiques. Dans certains cas, cette manifestation s'accompagne de:

  • Syndrome douloureux lors de la miction. La douleur est souvent aiguë, perçante, s'étendant au rectum et aux organes adjacents;
  • Vidange incomplète de la vessie. Cela peut être subjectif (selon les sentiments) ou vrai, quand après le processus de miction, une femme ressent toujours le besoin de prendre un événement, alors que l'urine elle-même n'est plus excrétée même avec un effort;
  • Gêne dans le bas-ventre. Peut s'accompagner d'une douleur de localisation peu claire, le plus souvent légère ou modérée, disparaissant 10 à 20 minutes après l'acte;
  • Taches dans l'urine. Habituellement, ils caractérisent le cours aigu de la pathologie de la sphère génito-urinaire. Aux stades initiaux de la maladie, ils ne sont présents qu'à l'état de traces, avec des complications avancées ils s'expriment en gros caillots visibles à l'œil nu;
  • Diminution du désir sexuel. En règle générale, les processus inflammatoires de la sphère génito-urinaire entraînent un affaiblissement du désir sexuel et une diminution de la libido;
  • Complexe de symptômes néphrologiques. Lorsque les reins sont impliqués dans le processus pathologique, le patient peut ressentir un complexe de symptômes caractéristiques des manifestations de ce type - intoxication générale, faiblesse, nausées avec vomissements, convulsions, démangeaisons, décoloration de la peau, arythmie, etc.
  • Complexe de symptômes de type endocrinologique. Les manifestations classiques du diabète se caractérisent par des symptômes primaires sous la forme de polyurie, de polydipsie, de polyphagie et d'une forte variation du poids corporel;
  • Autres symptômes non spécifiques associés à l'évolution particulière d'une maladie particulière, dont l'une des manifestations est une miction fréquente.

Incontinence chez la femme après 50 ans

Comme le montrent les statistiques médicales modernes, avec l'augmentation de l'âge d'une femme, les mictions fréquentes deviennent un problème régulier pour elle, ce qui est parfois très difficile à éliminer. Cela est dû à un certain nombre de raisons objectives:

  • Accumulation de maladies chroniques au fil des ans. Les maladies chroniques au fil du temps en l'absence d'une thérapie adéquate ne peuvent pratiquement pas être traitées même de manière complexe, ce qui a pour conséquence qu'elles affectent considérablement la qualité de vie et le développement de formes persistantes de pathologies;
  • De nombreuses années de travail physique. Si un représentant du beau sexe a mené une vie active pendant des décennies et que son travail a été associé à un effort physique régulier, alors après 50 ans, une femme a des problèmes spécifiques provoquant un prolapsus de l'utérus et une altération du fonctionnement des muscles du plancher pelvien, ce qui entraîne une pression mécanique sur l'urine la bulle et provoque la pathologie;
  • Vieillissement physiologique. Au fil des ans, les cellules des organes se rétablissent plus lentement, les tissus mous perdent leur élasticité, les muqueuses perdent progressivement leur fonction protectrice, ce qui entraîne une augmentation du risque de lésions infectieuses même dans des conditions hygiéniques et épidémiologiques favorables;
  • Climax Les changements hormonaux graves sur une base continue sont un facteur de risque supplémentaire pour le développement d'un certain nombre de syndromes, de pathologies, de maladies qui provoquent des mictions fréquentes;
  • Autres raisons qui créent directement ou indirectement les conditions préalables au développement de la pathologie.

Résoudre le problème de la miction après 50 ans est beaucoup plus difficile que d'être à un jeune âge, mais avec une visite opportune à un gynécologue, un urologue et d'autres spécialistes spécialisés, les chances de récupération augmentent considérablement. En plus de la pharmacothérapie complexe, une correction du mode de vie, des exercices de physiothérapie réguliers, une bonne nutrition et d'autres activités prescrites par les médecins seront nécessaires..

Traitement des mictions fréquentes

Il n'y a pas de traitement spécifique pour les mictions fréquentes, car la pathologie est un symptôme d'un certain nombre de maladies du spectre génito-urinaire, néphrologique, endocrinologique. Le schéma thérapeutique exact n'est prescrit par le médecin traitant qu'après avoir établi un diagnostic final avec sa confirmation par des tests de laboratoire et des méthodes de recherche instrumentale..

L'automédication dans ce cas est inacceptable et ne peut qu'aggraver l'état du patient, ce qui complique la tâche de base des spécialistes spécialisés!

Les schémas thérapeutiques possibles peuvent inclure des médicaments, la physiothérapie, la chirurgie, la thérapie par l'exercice.

Thérapie conservatrice

  • Antibiotiques. Étant donné que la plupart des maladies, dont l'une des manifestations est la miction fréquente, sont causées par une infection bactérienne dans le contexte d'une diminution de l'immunité locale ou générale, ce sont précisément les agents antibactériens qui, plus souvent que d'autres médicaments, constituent la base du traitement de la femme. Des médicaments spécifiques sont prescrits après avoir identifié le type et le type d'agent pathogène. Les groupes typiques de médicaments sont les pénicillines, les céphalosporines, les aminoglycosides, les fluoroquinolones;
  • Agents antifongiques. Parfois, l'agent pathogène du processus inflammatoire est la microflore fongique pathogène. Dans ce cas, des médicaments antifongiques sont utilisés - nystatine, lévorine, nitrofungines, urosulfan;
  • Modulateurs immunitaires. Ils peuvent être inclus dans le schéma de toute thérapie, mais ils sont toujours prescrits pour la nature virale de l'infection. Prescrire habituellement des médicaments à base d'interféron et de ses dérivés;
  • Médicaments de désintoxication. Le plus souvent prescrit en cas de formes aiguës de la maladie, en présence de complications et d'infections sévères avec intoxication sévère. Habituellement, ce groupe de médicaments est administré par voie parentérale. Les représentants typiques sont le glucose, le chlorure de sodium, l'hémodèse, la réopoliglyukine, la néocompensation, etc..
  • Complexes de vitamines et de minéraux. Introduit dans les schémas thérapeutiques comme support pour la thérapie primaire. Un médicament d'association spécifique est sélectionné en fonction de la maladie identifiée, alors qu'il contient nécessairement des éléments des groupes B, C, P, PP, calcium, zinc et d'autres composants;
  • Antispasmodiques. Affecté pour soulager les spasmes de la périphérie des vaisseaux sanguins et des tissus mous. Les représentants typiques sont la papavérine, la drotavérine, la mébévérine;
  • Anti-inflammatoires. On utilise à la fois des versions non stéroïdiennes de médicaments (aspirine, kétorolac, nimésulide) et des médicaments à base d'hormones (corticostéroïdes sous forme de dexaméthasone, prednisolone);
  • Antihistaminiques. Utilisé avec la nature allergique de la pathologie, pour réduire la réaction auto-immune du corps, et également en complément de l'effet anti-inflammatoire d'autres groupes de médicaments. Les représentants typiques sont la clémastine, la loratadine, le zyrtec, la suprastine;
  • Analgésiques. Conçu pour soulager temporairement la douleur et soulager les attaques sévères. Les représentants typiques sont l'analgine, le paracétamol, l'ibuprofène, le dimexide. Dans les cas graves, des analgésiques à spectre narcotique peuvent être prescrits - morphine, butorphanol, promedol, pentazocine, fentonil;
  • Autres groupes de médicaments pour les indications vitales et symptomatiques, des agents cardiovasculaires, probiotiques / prébiotiques et angioprotecteurs aux anticoagulants, inhibiteurs calciques et antiplaquettaires.

La physiothérapie comprend une longue liste de techniques classiques utilisées dans la période post-réactive des maladies pour accélérer la récupération du corps. Les activités typiques sont le drainage sous vide, le bloc sympathique périneural, l'oxygénation hyperbare, l'irradiation IR, l'UHF, les ultrasons, l'électrophorèse, la biogalvanisation, etc..

En présence de complications et d'indications particulières, une intervention chirurgicale peut être prescrite au patient. La liste d'actions spécifique dépend de la gravité de la maladie identifiée, ce qui provoque des mictions fréquentes et des caractéristiques de son évolution. Options typiques pour les mesures chirurgicales - cathétérisme, nécrectomie, fasciotomie, pyélostomie, décapsulation, etc..

D'autres procédures comprennent des exercices de physiothérapie, un régime alimentaire et une correction du mode de vie développés séparément, ainsi que l'abandon de mauvaises habitudes..

Traitement de l'incontinence urinaire chez les femmes à la maison avec des remèdes populaires

L'incontinence d'urine ou des mictions fréquentes dans la grande majorité des cas est l'une des manifestations d'une maladie grave, d'une pathologie, d'un syndrome qui ne peut être guérie par la médecine traditionnelle. De tels remèdes ne sont envisagés que dans le cadre d'un ajout à la thérapie principale convenu avec le médecin traitant..

Les remèdes populaires les plus célèbres sont considérés comme des infusions de renouée, de busserole, de prêle, de chélidoine, de camomille, d'airelles et de canneberges, utilisées à la fois en interne comme prise orale et localement pour les douches vaginales. La composition spécifique, la concentration, le mode d'utilisation et d'autres caractéristiques sont indiqués par un phytothérapeute qualifié avec la participation obligatoire au processus d'un urologue, gynécologue et autres spécialistes spécialisés impliqués dans le traitement du patient.

Exercices d'incontinence

La physiothérapie de l'incontinence urinaire est incluse dans le schéma thérapeutique de base au stade de la période post-réactive de la maladie lors de la rééducation des patients ou en présence de rémission persistante d'une maladie chronique. L'exercice est interdit en cas de processus inflammatoire, ainsi que dans toute condition aiguë.

Les mesures de base visent principalement à prévenir l'abaissement de l'utérus, ainsi qu'à entraîner les muscles du bassin et d'autres systèmes de soutien liés au système génito-urinaire. Procédures possibles:

  • Compression et relaxation du sphincter vaginal. 5-8 approches avec un intervalle de 20 secondes (périodes de repos);
  • Extension et compression des jambes sur les côtés. Il est effectué couché. 10-15 fois en 2 sets.
  • Le "pont" classique. L'exercice connu depuis l'époque soviétique doit être effectué 5 à 7 fois, avec un répit en 10 à 15 secondes;
  • Extension du "chat". Elle est réalisée à partir d'une position, à genoux, 10-12 fois dans plusieurs approches;
  • Squats À partir de 5 fois ou plus (selon l'état du corps et la forme physique de la femme);

Autres procédures prescrites par un physiothérapeute.