Principal

Hydronéphrose

Démangeaisons vaginales et mictions fréquentes

Le problème des appels fréquents aux toilettes est familier à de nombreuses femmes. Mais le plus souvent, ce symptôme est isolé et n'apporte pas d'inconfort. S'il y a des démangeaisons dans le vagin et des mictions fréquentes, il est nécessaire de consulter un gynécologue. Ces symptômes peuvent indiquer une maladie dangereuse qui nécessite un traitement..

Les raisons

Il existe de nombreuses conditions associées à des mictions fréquentes, des démangeaisons ou des brûlures dans le vagin. Chaque maladie présente certains signes, grâce auxquels vous pouvez reconnaître la pathologie d'une femme..

Infection des voies urinaires (IVU). La cystite et l'urétrite sont caractérisées par un processus inflammatoire. Les principaux symptômes de ces pathologies sont des démangeaisons dans le vagin et des mictions fréquentes. Avec la cystite, des douleurs abdominales et lombaires apparaissent également, et avec l'urétrite, la température corporelle augmente et il y a des douleurs lorsque la vessie est vide.

Infection vaginale par des levures. La cause de cette maladie dans la plupart des cas est un champignon vivant dans le vagin appelé Candida. Des démangeaisons dans le vagin apparaissent en raison de sécrétions qui ressemblent à du fromage cottage. Des mictions fréquentes sont associées au processus inflammatoire qui, dans les formes graves de la maladie, passe à d'autres organes pelviens.

Le reflux vésico-urétéral est un écoulement anormal d'urine de la vessie vers les reins par les uretères. Une telle maladie est plus souvent observée chez les enfants, mais chez les femmes adultes, elle ne doit pas être exclue. Le reflux vésico-urétéral se caractérise non seulement par des mictions fréquentes et des démangeaisons dans le vagin. Avec cette pathologie, il y a du sang dans l'urine, des douleurs au bas du dos, de la diarrhée, de la fièvre et des brûlures lors de la vidange de la vessie.

L'acidocétose diabétique entraîne une peau sèche et des muqueuses dans tout le corps, entraînant des démangeaisons. Avec une augmentation de la glycémie due à un manque d'insuline, des mictions fréquentes apparaissent également. Les autres symptômes de l'acidocétose diabétique comprennent: soif, bouche sèche, odeur d'acétone buccale, faiblesse, somnolence, nausées et vomissements, changement de la fréquence respiratoire.

L'hydronéphrose est une affection des reins et provoque des douleurs au bas du dos. Les patients atteints de cette maladie souffrent de mictions fréquentes, de fièvre. Une telle maladie se prolonge pendant longtemps. Ensuite, des douleurs lombaires sourdes apparaissent, aggravées après avoir levé des poids. Si du pus apparaît dans l'urine, la femme peut avoir une hydronéphrose infectée.

L'insuffisance rénale polykystique peut provoquer des douleurs abdominales, des maux de tête et des douleurs sur les côtés et le dos. Cette pathologie entraîne également des démangeaisons dans le vagin et des mictions fréquentes.

La trichomonase est une maladie sexuellement transmissible. Elle se caractérise par des pertes vertes, des douleurs abdominales basses, des démangeaisons vaginales et une utilisation fréquente des toilettes.

La cervicite, la gonorrhée, la vaginite et la chlamydia peuvent également entraîner de tels symptômes. Une consommation excessive de liquide peut également provoquer de tels symptômes. L'hyponatrémie entraîne des maux de tête, de l'irritabilité, des nausées, des vomissements, des appels fréquents aux toilettes et une brûlure dans le vagin.

Groupe de risque

Des démangeaisons dans le vagin et une miction rapide peuvent survenir lorsque certains aliments sont consommés. Par exemple, avec une consommation excessive de café, d'alcool et de thé, ces symptômes peuvent apparaître..

Pendant la grossesse, les démangeaisons et les mictions fréquentes ne sont généralement pas prises en compte. Le plus souvent, les médecins considèrent cela comme une condition normale, car de tels signes indiquent une fonction rénale accrue, une augmentation de la quantité de liquide dans le corps et une pression utérine sur les organes voisins.

Ces signes sont considérés comme normaux lorsqu'une femme est stressée ou a souvent trop froid. De ce fait, la vessie se contracte, son volume diminue et, en conséquence, la femme court plus souvent aux toilettes.

Traitement

Malheureusement, le traitement à domicile est presque impossible. Vous devez d'abord faire un diagnostic. Le traitement médicamenteux dépend de la maladie de la femme. Les médecins effectuent de nombreux tests, examinent l'urine et les reins, établissent des antécédents médicaux, effectuent une échographie pelvienne et ne prescrivent que des médicaments.

À la maison, vous pouvez essayer quelques remèdes avant de consulter un médecin. Les recettes populaires ne nuiront pas au corps, mais peuvent réduire la gravité des démangeaisons dans le vagin et restaurer la miction.

Les bains, préparés sur la base de décoctions cicatrisantes, soulageront les démangeaisons. La camomille et la succession aident bien. Ces herbes sont en pharmacie, elles sont très bon marché et se traitent bien. Une cuillère à soupe de la plante médicinale est brassée dans un litre d'eau. Laisser la solution pendant 30 minutes, puis filtrer et utiliser pour prendre des bains. Ces procédures peuvent être effectuées 3 à 4 fois par jour..

Des mictions fréquentes peuvent être soignées avec une décoction de menthe poivrée. Vous devez prendre 20 grammes de menthe sèche broyée et verser 1,5 litre d'eau bouillante.Le mélange est bouilli pendant 10 minutes, pris 3 fois par jour dans 1 verre.

Vous pouvez brasser les bourgeons de peuplier et de bouleau, ainsi que les racines broyées de l'élécampane.

La prévention

Il est toujours possible de prévenir les démangeaisons dans le vagin et les mictions fréquentes en suivant des règles simples..

  • Respect de l'hygiène personnelle. Il faut prendre une douche 2 fois par jour, par temps chaud le même nombre de fois et changer le linge.
  • Habillez-vous plus chaud par temps froid, en raison de l'hypothermie, le corps s'affaiblit et les infections sont plus faciles à progresser..
  • Si les relations sexuelles sont irrégulières et qu'une femme a de nombreux partenaires, vous devez utiliser un préservatif. Il protégera contre les maladies telles que la gonorrhée, la trichomonase, la chlamydia.

Si ces symptômes réapparaissent encore et encore, un médecin doit être consulté. Seul un médecin expérimenté et compétent peut soulager les démangeaisons dans le vagin et les mictions fréquentes.

Causes de mictions fréquentes chez les femmes souffrant de douleur, de brûlure, de sang, de douleur, de fausse envie la nuit, le matin. Traitement

La miction fréquente chez les femmes peut être un problème douloureux à tout âge. Pour établir la cause, vous devez analyser - combien de liquide est bu par jour, s'il y a eu du stress, quel type de sensations sont ressenties, combien de temps une personne est capable de restreindre le désir d'uriner.

Désirs plus fréquents que d'habitude, incontinence, difficulté à uriner, évacuation incomplète de l'urine provoquent de réelles souffrances, un inconfort physique et psychologique. Si la cause n'est pas évidente ou si une douleur est présente, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Lorsque la miction est considérée comme fréquente?

Le nombre d'urinations par jour est individuel pour chaque personne. Le terme "mictions fréquentes" n'est applicable qu'à une personne spécifique par rapport à la quantité moyenne quotidienne d'uriner spécifiquement pour elle..

Normalement, le volume quotidien d'urine évacuée chez un adulte est de 1,5 à 2 litres d'un liquide jaunâtre, clair et inodore, de mucus, d'écoulement sanglant et purulent. Pour un voyage aux petits besoins d'urine, une moyenne de 200-300 ml est versée. Le taux moyen de miction pour une femme adulte est de 6 à 10 fois par jour, 1 à 2 fois par nuit.

Si le désir d'uriner au taux recommandé de consommation de liquide de 2-3 litres par jour se produit plus souvent - c'est l'occasion de penser.

Même si la miction n'est pas associée à la douleur, vous devez subir un examen pour déterminer la cause et exclure les maladies graves. Nikturia est appelée miction fréquente la nuit (plus de 5 par nuit), pollakiurie - jour (plus de 10 par jour).

L'augmentation de l'urgence du besoin urgent chez la femme, qui n'est pas une pathologie, peut s'expliquer par la vieillesse, la grossesse, les médicaments hormonaux.

Causes des mictions fréquentes chez les femmes en gynécologie

Des mictions fréquentes chez la femme peuvent indiquer la présence d'une maladie gynécologique.

Pour déterminer la cause, le gynécologue nomme un examen pour établir ou exclure les maladies suivantes:

  • Les fibromes utérins (une tumeur bénigne sur le corps de l'utérus) peuvent se manifester par des périodes prolongées (jusqu'à deux semaines) lourdes, entraînant souvent des douleurs dans la région inguinale. En expansion, le myome exerce une pression sur la vessie, provoquant un désir d'uriner durable.
  • Le prolapsus utérin est un déplacement anormal progressif de l'utérus vers le vagin, résultant de l'affaiblissement des ligaments musculaires du plancher pelvien et de l'utérus. Accompagné de recul de la douleur, pression dans l'aine, mictions fréquentes, constipation, incapacité à retenir la miction, sensation douloureuse d'un corps étranger dans le vagin.
  • Avec le début de la ménopause, le corps d'une femme diminue fortement la production d'un groupe d'hormones féminines (hormones de la jeunesse) - les œstrogènes, qui sont responsables du tonus musculaire de l'urètre et du vagin et de l'apport sanguin normal au système génito-urinaire. La sensibilité des récepteurs de l'urètre diminue, ce qui entraîne une augmentation du désir d'uriner et une miction incontrôlée (incontinence).

Maladies des reins et des voies urinaires comme cause de miction rapide

Si la miction fréquente s'accompagne de douleurs, de douleurs dans le bas du dos, de la présence d'impuretés de pus ou de sang dans l'urine, de frissons, de fièvre - cela indique l'une des maladies possibles.

Ils sont les suivants:

  • La pyélonéphrite est une lésion du bassin rénal et du tissu rénal de nature bactérienne. Douleurs, parfois perçantes, la douleur fait mal au bas du dos, il y a des malaises, des frissons, des nausées, la température corporelle peut monter à 38-40 degrés, l'urine devient trouble, un mélange de sang apparaît. Pyélonéphrite traitée avec des antibiotiques.
  • L'inflammation de la muqueuse interne de la vessie et de l'urètre (cystite) est une maladie débilitante, accompagnée de brûlures et de douleurs aiguës pendant la miction. Il inhibe la sensation constante de vidange incomplète de la vessie, la miction se produit avec des tentatives, en petites portions. L'urine est nauséabonde, sale, avec un mélange de mucus et de sang, la température augmente;.
  • L'urétrite est une lésion, une inflammation de l'épithélium de la lumière du canal urinaire, accompagnée d'une brûlure et d'une miction douloureuse. En règle générale, les infections causées par un contact sexuel non protégé en sont la cause. L'urétrite féminine est causée par une microflore vaginale perturbée (dysbiose). La raison en est une violation du système immunitaire, des rapports sexuels accidentels, une mauvaise hygiène des lieux intimes, un traumatisme lors d'un examen gynécologique, à savoir, prendre un frottis, introduire un cathéter.
  • Urolithiase (urotiliasis, diurèse saline), dans laquelle des calculs se forment dans l'uretère (calculs), bloquant la sortie vers la vessie. Pour cette raison, une évacuation incomplète de l'urine se produit, les envies d'uriner se produisent de manière brutale et inattendue. Ruisseau intermittent, poussé avec effort, douloureux à l'aine. Urotiliaz entraîne une diminution du tonus et un relâchement de la muqueuse urétérale, une difficulté à l'écoulement de l'urine.
  • La chlamydia est la maladie sexuellement transmissible la plus souvent diagnostiquée, transmise exclusivement par contact sexuel, et est causée par des parasites intracellulaires - la chlamydia. Un signe terrible de la maladie est une décharge jaune sale avec du mucus du vagin, avec une odeur nauséabonde, des démangeaisons dans le vagin, une douleur et une sensation de brûlure en urinant. Il peut y avoir de la fièvre, une faiblesse musculaire. La maladie peut être asymptomatique, ce qui provoque la détection tardive de la chlamydia, généralement par accident.
  • La trichomonase est une lésion (infectieuse) du système génito-urinaire causée par des trichomonas vaginaux (parasites unicellulaires), transmise par contact sexuel non protégé. Un signe redoutable de la maladie est une décharge abondante mousseuse jaune-vert avec une odeur aigre-nauséeuse. Ensuite, il y a une sensation de brûlure, des démangeaisons atroces du vagin, fréquentes (avec un intervalle de 10-20 min.) Envies intolérables, douleur de la miction, gonflement, inflammation de la vulve, érosion et plaies sur la muqueuse vaginale, douleur pendant les rapports sexuels, parfois une légère douleur douloureuse dans l'aine.

Causes endocriniennes de mictions fréquentes

Une miction abondante et fréquente, mais indolore, se produit également avec des troubles graves du système endocrinien:

    Selon les statistiques officielles, environ 750 millions de personnes, soit un habitant sur 10 de notre planète, souffrent de diabète. La maladie survient en raison de la pathologie fonctionnelle du pancréas et du manque d'hormone insuline qu'il produit. Les facteurs de risque comprennent une prédisposition à la génétique, un trouble du système immunitaire et des infections virales. Symptômes alarmants: sensation persistante de soif et de faim, mictions fréquentes, faiblesse, plaies et coupures qui ne guérissent pas;

Mictions fréquentes chez les femmes. Les raisons peuvent être différentes, jusqu'au diabète.

  • le trouble édocrinien le plus rare associé à une perturbation grave de l'hypophyse est le diabète insipide. Signes de diabète insipide: faiblesse, perte de poids soudaine, langue sèche, tachycardie, perturbations du cycle menstruel, hypotension artérielle. Une caractéristique est l'allocation de 5 à 16 litres d'évacuation quotidienne d'urine non concentrée (polyurie). Une soif insupportable et non naturelle se produit (polydipsie).
  • Brûlures, sang, douleur, douleur, dans quelles pathologies ces symptômes surviennent

    La miction fréquente chez la femme, dont les causes résident dans les maladies infectieuses ou gynécologiques du système génito-urinaire, s'accompagne généralement de manifestations douloureuses.

    Le tableau ci-dessous montre les pathologies qui les provoquent:

    brûlantMaladies sexuellement transmissibles - trichomonase, gonorrhée purulente, candidose (mycose fongique), cystite, chlamydia infectieuse, urétrite
    du sanglésions des organes MVS, tumeurs malignes du MVS, urolithiase, candidose (mycose fongique), chlamydia infectieuse, gonorrhée purulente, cystite
    douleurmaladies infectieuses et inflammatoires du MPS, tumeurs des organes génito-urinaires, cystite
    Coupercandidose, urolithiase, maladies sexuellement transmissibles, urétrite, goutte

    Quand la miction fréquente est la norme?

    La miction fréquente chez la femme, dont les raisons sont dues à l'influence de facteurs physiologiques, n'est pas un signe de la maladie dans certains cas.

    Ils sont les suivants:

    • si l'apport hydrique pendant la journée dépasse 3 l;
    • dans l'alimentation, il y a des aliments à effet diurétique;
    • consommation d'alcool;
    • si une femme a été stressée ou souffre d'une tension nerveuse;
    • avec une hypothermie froide ou sévère;
    • pendant la grossesse, l'utérus augmente rapidement de taille et la compression de la vessie commence. De plus, au début de la grossesse, le corps produit l'hormone hCG, qui provoque des mictions fréquentes;
    • prendre des médicaments à effet diurétique, prescrits par un médecin pour l'œdème, l'hypertension;
    • chez les patients liés à l'âge (femmes âgées et âgées) en raison de l'affaiblissement des muscles de connexion de la vessie;
    • avec une vessie hyperactive dans un état de désir permanent d'uriner.

    Quel médecin devrais-je consulter avec une envie fréquente?

    En cas de problèmes d'augmentation de la miction, de sensations pathologiques douloureuses, une femme doit immédiatement demander l'aide d'un thérapeute. Il procédera à un examen préliminaire et à une enquête auprès de la femme, identifiera le problème, établira un diagnostic préliminaire, prescrira tous les tests nécessaires. Et sur la base des données obtenues, le thérapeute se référera au bon spécialiste.

    Le principal spécialiste des problèmes de mictions fréquentes et douloureuses est un urologue. Mais dans cette situation, une approche intégrée est nécessaire, par conséquent, le thérapeute se référera très probablement à un urologue, gynécologue, neuropathologiste, psychologue, néphrologue.

    Méthodes de diagnostic

    S'il y a des problèmes de miction, un retard ou vice versa, une miction trop fréquente, une incontinence urinaire, une douleur, le médecin prescrit les tests nécessaires pour poser un diagnostic précis.

    Ils sont les suivants:

    • pour détecter le processus d'inflammation, un prélèvement sanguin est effectué pour une analyse clinique générale;
    • la collecte d'urine du matin pour une analyse clinique générale vous permet de détecter le processus d'inflammation des organes du MPS, la présence de globules rouges, de globules blancs. La pathologie est évidente lorsque des protéines, du mucus et des sels se trouvent dans l'urine..
    • culture d'urine pour déterminer la résistance des micro-organismes aux antibiotiques;
    • cystométrie pour mesurer la pression vésicale;
    • prélèvement de sang pour analyse biochimique afin de déterminer la présence de créatinine et d'acide urique. Lorsque la norme pour ces indicateurs est dépassée, le développement de l'urolithiase ou de la pyélonéphrite du patient est évident. La même analyse diagnostique le diabète en dépassant la concentration de glucose dans le sang;
    • test rénal Zimnitsky (collecte et analyse d'urine quotidienne) pour étudier la fonction de concentration des reins (isosténurie);
    • le diagnostic échographique des organes du MPS vous permet de vérifier l'état de la vessie, des reins, du canal urinaire, de l'utérus, des ovaires et des uretères;
    • prendre un frottis par un gynécologue vous permet d'identifier les maladies transmises par contact sexuel et les infections urogénitales.

    Ces méthodes de recherche sont généralement suffisantes pour établir un diagnostic..

    Options de traitement en fonction du problème

    Des mictions fréquentes chez les femmes, dont les raisons s'expliquent par des changements liés à l'âge, l'affaiblissement des parois et les muscles de la vessie qui leur sont associés, sont traitées avec des exercices spéciaux. Il y a une excellente technique de Kegel.

    Mais l'utilisation de ces exercices n'est efficace qu'en combinaison avec des médicaments qui augmentent le tonus des muscles lisses et la contractilité de l'urètre et du sphincter (midodrine, clenbutérol, éphédrine, duloxétine) prescrits par le médecin. Les maladies infectieuses et inflammatoires du MPS, les maladies gynécologiques sont traitées à la fois avec des médicaments et des méthodes de médecine informelle.

    Sur la recommandation d'un médecin, vous pouvez combiner un traitement médicamenteux avec d'autres méthodes.

    Si le patient présente un symptôme de vessie hyperactive, qui se caractérise par un désir fréquent, soudain et irrésistible d'uriner, le médecin prescrira des médicaments hormonaux.

    En l'absence de maladies, la principale méthode de traitement des mictions fréquentes devient des séances psychothérapeutiques, des tranquillisants ou des antidépresseurs prescrits en parallèle avec eux, aidant à calmer le système nerveux, à se détendre.

    Il est également recommandé de prendre des analgésiques pendant la phase aiguë de la maladie, accompagnés de sensations douloureuses. Dans les cas particulièrement négligés, si un traitement conservateur n'aide pas, une intervention chirurgicale est nécessaire.

    Avec la miction fréquente et l'incontinence urinaire, les couches spéciales pour adultes, les serviettes urologiques qui absorbent l'urine et éliminent les odeurs sont bonnes.

    Médicaments

    La miction fréquente chez les femmes, dont les causes sont causées par des lésions inflammatoires des organes du système excréteur, est traitée avec des médicaments antibactériens et des uroseptiques.

    Parmi ceux-ci, le plus efficace:

    • L'amoxicilline du groupe des pénicillines semi-synthétiques à activité bactéricide est l'antibiotique comprimé le plus populaire. Les femmes atteintes d'infections gynécologiques devraient prendre le médicament pendant 2 jours, 2 g trois fois par jour.
    • La ciprofloxacine est efficace pour inhiber la croissance et la reproduction des bactéries gram-négatives et gram-positives. En cas de pathologies infectieuses des voies urinaires, les comprimés sont prescrits à raison de 0,25 g deux fois par jour (ou 0,5 g, si prescrit par un médecin), quel que soit l'heure du repas, arrosés à l'eau. Le temps de traitement est d'environ 7-14 jours.
    • La ceftriaxone est un médicament puissant avec un effet antibactérien, elle agit de manière destructrice sur la paroi cellulaire d'un micro-organisme pathogène, tuant les bactéries pathogènes et aide à se débarrasser de la pyélonéphrite, de la gonorrhée et de la syphilis. Le médicament est disponible sous forme de solutions injectables. La thérapie est strictement recommandée dans un hôpital. Dose pour adultes, enfants à partir de 12 ans, 1 g (ou 2 g, si prescrit par un médecin) une fois par jour, ou de 0,5 g à 1,0 g avec un intervalle de 12 heures.
    • «Cyston» est disponible en comprimés, contient un extrait de dix herbes médicinales et a un fort effet anti-inflammatoire et antimicrobien. "Cyston" est attribué au taux de 2 onglets. 3 fois par jour, dans le traitement des infections du MPS, le cours est de 3 mois. En cas de lithiase urinaire diagnostiquée, prendre 2 comprimés deux fois par jour, pendant une période de 6 mois.
    • "Kanefron" est une préparation à base de plantes contenant un extrait de romarin, de livèche, de centaurée, qui a des effets anti-inflammatoires, diurétiques, antispasmodiques, antimicrobiens, est utilisée pour traiter les maladies chroniques du MPS. Disponible sous forme de dragées et en gouttes. Les adultes prennent 2 comprimés en une seule dose (sans mâcher, boire avec de l'eau) ou trois fois par jour trois fois 50 gouttes. Le médecin détermine la durée du cours. Lorsque la phase d'inflammation aiguë passe, il est recommandé de prendre le médicament pendant 2 à 4 semaines supplémentaires..

    Méthodes alternatives de traitement

    La miction fréquente chez les femmes, les raisons pour lesquelles le médecin doit établir après un diagnostic approfondi, peut être traitée avec la médecine traditionnelle:

    1. Une poignée de bourgeons de bouleau récoltés au printemps, tremper 250 ml d'eau bouillante, couvrir, laisser reposer 2 heures. Utiliser 3 fois par jour pour un demi verre.
    2. Herbe de menthe poivrée hachée sèche 30 g, versée avec de l'eau bouillante 1,5 l, garder à feu doux pendant 12 à 15 minutes. Buvez 250 ml trois fois par jour, cours - 2 semaines.
    3. Une compresse d'oignons crus râpés est placée sur le bas-ventre, vieillie environ 40 minutes. La procédure est recommandée avant le coucher, la durée du cours est de 1 semaine..
    4. Un bon effet est donné par des bains chauds avec une décoction de séné commun ou de branches de pin. Après un bain (20 min. Assez), allongez-vous, couvrez-vous avec une couverture chaude.
    5. La pelure de grenade est séchée, la poudre en est fabriquée dans un moulin à café. Trois fois par jour, prenez une pincée, arrosé d'eau tiède, la durée du cours est d'une semaine.
    6. Mélanger un œuf de poule avec 30 ml d'alcool médical, bien battre, boire. Boire tous les jours le matin, cours - semaine.
    7. Un mélange d'herbe moulue de millepertuis et de centaurée infusée comme du thé. Boire 2 semaines, le matin et l'après-midi, une demi-heure avant un repas. Il n'est pas recommandé de boire le soir, le thé est excitant.
    8. Prendre 100 g de persil, de carottes, hacher finement, verser de l'eau bouillante, couvrir, insister pendant environ 2 heures, boire une grosse gorgée trois fois par jour, pendant une semaine. Le cours peut être répété avec une pause de 2 semaines.
    9. Le moyen le plus simple et le plus abordable pour n'importe quelle femme, c'est ainsi que nos grands-mères ont été traitées. Remplissez une bouteille d'eau chaude, vous pouvez utiliser une bouteille en plastique, mettez entre vos jambes la nuit, trois procédures suffisent pour soulager la condition.
    10. Mélanger la poudre de graines de fenugrec avec du miel et du gingembre râpé (1 cuillère à soupe. De chaque composant), prendre ce mélange deux fois par jour, après 7 jours, la condition s'améliore sensiblement;

    Le traitement avec des méthodes de médecine informelle à domicile n'est strictement recommandé qu'après examen par un médecin, toujours en combinaison avec un traitement médicamenteux.

    Il est également recommandé de tenir un journal où noter le nombre de mictions, la quantité d'urine versée et les sensations ressenties..

    Exercices efficaces d'incontinence urinaire

    La physiothérapie (exercices de Kegel), visant à renforcer les muscles du MVS, est recommandée:

    • les femmes qui ont accouché de manière naturelle, surtout si le travail a été difficile et prolongé.
    • les femmes pendant la ménopause, les patients dits "d'âge".
    • consolider l'effet après le traitement médicamenteux et le traitement avec des méthodes alternatives.

    Les exercices quotidiens les plus efficaces et requis:

    • Comprimez et détendez lentement les muscles qui régulent le processus de miction. Au début, il suffit de maintenir la compression pendant 3 secondes et de se détendre, d'augmenter progressivement le temps de compression et de relaxation jusqu'à 20 sec.
    • Rapide et aussi intensément que possible alterner contraction et relaxation des muscles du périnée.
    • Faites un mouvement de poussée avec les muscles du périnée, simulant des tentatives, comme avec les selles et l'accouchement.

    Vous devriez commencer par 10 répétitions de 5 séries de chaque exercice pendant la journée. Le nombre de répétitions devrait être augmenté chaque semaine de 5, ce qui les porterait à 30.

    Important: ces exercices ne sont efficaces que si des mictions fréquentes ne sont pas le résultat d'une maladie grave. Le complexe sera efficace lorsque le complexe sera réalisé régulièrement et sans interruption. Pendant la durée des exercices du complexe, vous devez limiter au maximum la quantité de liquide que vous buvez.

    Complications possibles

    Pour tout symptôme pathologique dérangeant, vous devez immédiatement consulter un médecin généraliste. Il y a des chances de guérison complète avec un diagnostic précoce et un traitement rapide..

    Refus d'examen, retard de traitement entraînera une forme chronique de la maladie, le système reproducteur peut en souffrir. Il existe un grand danger de complications graves pouvant mettre la vie en danger: septicémie, insuffisance rénale, jusqu'à la mort d'un rein.

    Méthodes de prévention des problèmes après 30, 40, 50 ans

    La prévention se réduit au rejet des dépendances, à une bonne nutrition et à la relaxation, au respect d'un mode de vie sain et correct.

    Les recommandations suivantes ne sont pas du tout difficiles à suivre, mais leur mise en œuvre aidera à maintenir la santé du système génito-urinaire jusqu'à un âge très avancé:

    • vidange rapide de la vessie (vous ne pouvez pas tolérer longtemps avec envie d'uriner);
    • après 18 heures, essayez de boire moins de liquides;
    • éviter la consommation d'aliments et de boissons causant l'urine;
    • porter des sous-vêtements confortables et non serrés;
    • avec la miction, il est recommandé de se pencher en avant, il sera donc complètement libéré;
    • abandon des relations sexuelles avec promiscuité, utilisation de contraceptifs.

    La miction fréquente chez la femme, qui ne s'explique pas par des causes physiologiques qui provoquent de l'anxiété par des sensations douloureuses, devrait vous faire consulter immédiatement un médecin pour examen et traitement. Une recommandation obligatoire reste l'examen préventif annuel par un gynécologue.

    Conception de l'article: Oleg Lozinsky

    Vidéo sur les mictions fréquentes chez les femmes

    Causes et traitement des mictions fréquentes chez les femmes:

    Brûlure et douleur après la miction chez les femmes

    Les brûlures pendant la miction chez les femmes sont l'une des principales plaintes lors de la prise de contact avec un médecin. La douleur et la sensation de brûlure pendant ou après la miction surviennent avec une inflammation de l'urètre, de la vessie, des organes génitaux, des reins ou des uretères. Chez les femmes, ces symptômes sont plus fréquents que chez les hommes, en raison des caractéristiques anatomiques de la structure de l'urètre féminin. Pour déterminer la cause de la douleur et des brûlures pendant la miction, les médecins de l'hôpital Yusupov procèdent à un examen complet des patients en utilisant les derniers équipements et méthodes de diagnostic de laboratoire.

    Pour le traitement des maladies qui se manifestent chez les femmes souffrant de douleur et de sensation de brûlure pendant la miction, les derniers médicaments enregistrés en Fédération de Russie sont utilisés. Les médecins abordent individuellement le choix de la méthode de traitement pour chaque patient, utilisent des médicaments très efficaces et ont un spectre minimal d'effets secondaires. Avec la demande opportune d'une femme pour une aide médicale, vous pouvez rapidement vous débarrasser de ces symptômes désagréables qui nuisent à la qualité de vie.

    Causes de la douleur et des brûlures pendant la miction

    Chez les femmes, des brûlures et des douleurs pendant la miction peuvent survenir pour les raisons suivantes:

    • Inflammation des parois de la vessie (cystite);
    • Maladies infectieuses sexuellement transmissibles;
    • Changements hormonaux;
    • Urolithiase;
    • Urétrite
    • Pyélonéphrite;
    • Violations de la microflore vaginale.

    Avec la cystite, une infection descendante pénètre dans la vessie par les reins, une infection ascendante des organes génitaux et des intestins à travers l'urètre. Il existe des voies lymphogènes et hématogènes de propagation des agents pathogènes des infections de la vessie. Les patients s'inquiètent des mictions et des brûlures fréquentes, de la présence de petites portions d'urine, d'une sensation de satiété même après avoir vidé la vessie. Pendant et après la miction chez la femme, une douleur de nature différente peut être observée dans le bas de l'abdomen - forte, forte, douloureuse, coupante ou aiguë. En plus des troubles de la miction, les patients s'inquiètent de la faiblesse générale, des frissons, de la fièvre, des malaises, de la léthargie;

    La chlamydia, la gonorrhée, la trichomonase sont transmises sexuellement. Les lésions infectieuses de l'urètre et de la vessie chez la femme provoquent une croissance pathologique de la microflore conditionnellement pathogène et pathogène du vagin. Dans de tels cas, les patients présentent les plaintes suivantes:

    • Douleur et brûlure en urinant;
    • Gonflement, brûlure, sécheresse, démangeaisons et organes génitaux;
    • Écoulement vaginal qui a une odeur, une couleur et une texture désagréables.

    La douleur après la miction est un symptôme courant qui survient chez les femmes pendant la ménopause. En raison d'une diminution de la quantité d'oestrogène, la muqueuse vaginale devient plus sèche et des microfissures s'y forment. Le processus inflammatoire se propage à travers l'urètre jusqu'à la paroi de la vessie. Les patients ressentent de la douleur et des brûlures pendant et après la miction.

    Le sable, les petites et les grosses pierres peuvent se former dans la vessie, les uretères et les reins. Cela est dû à des perturbations métaboliques, à des maladies chroniques du système génito-urinaire et à une nutrition déséquilibrée. Avec le passage des calculs, les femmes ressentent une douleur intense pendant la miction, du sang peut apparaître dans l'urine. Parfois, des envies douloureuses fréquentes d'uriner n'apportent pas de satisfaction. Les sensations douloureuses s'intensifient lors de la marche, pendant l'activité physique, avec un changement de position corporelle.

    L'urétrite est une inflammation du canal urinaire. L'infection peut se propager en direction de la vessie et des reins, leur causant des dommages supplémentaires. Le risque de développer une infection ascendante, une inflammation des organes pelviens augmente. L'inflammation de l'urètre chez la femme se manifeste rarement par des symptômes vifs, contrairement à l'urétrite masculine. Les patients peuvent être dérangés par des douleurs pendant et après la miction, l'apparition d'écoulement de l'urètre.

    La pyélonéphrite est une inflammation du tissu rénal. La maladie se manifeste par les symptômes suivants:

    • Douleur pendant la miction;
    • Douleur douloureuse dans la région lombaire;
    • Fièvre;
    • Réduire le volume d'urine excrété;
    • Diminution de l'appétit;
    • Maux de tête;
    • Diarrhée, vomissements;
    • Transpiration excessive.

    Normalement, un environnement acide est maintenu dans le vagin (de 3,8 à 4,4). En cas de déséquilibre hormonal dans une hygiène intime inappropriée, le lavage avec l'utilisation de gels inappropriés et la microflore vaginale modifie la réaction de l'environnement dans le vagin à alcaline. Cela conduit à la formation de microfissures et de rayures qui se produisent en raison de démangeaisons, de brûlures dans les lèvres et le vagin. En pénétrant dans les zones endommagées de la muqueuse vaginale, l'urine provoque leur irritation et leur douleur en urinant.

    Examen des patients souffrant de douleur et de sensation de brûlure pendant la miction

    Les urologues de l'hôpital Yusupov, lors de l'examen initial des patients qui se plaignent de douleurs et de brûlures pendant la miction, mènent une enquête pour savoir quand ces symptômes sont apparus, comment ils ont évolué et quelle est, selon la femme, leur cause. Le médecin procède à un examen visuel. Pour déterminer la cause de la douleur et de la sensation de brûlure pendant la miction, les médecins prescrivent des tests de laboratoire:

    • Test sanguin clinique;
    • Analyse générale d'urine;
    • Analyses sanguines biochimiques;
    • Culture d'urine bactérienne.

    Si le médecin suggère que la cause de la douleur et des brûlures lors de la miction chez une femme est une infection sexuellement transmissible (IST), il nomme un examen par PCR (amplification en chaîne par polymérase). Cette méthode de recherche identifie les infections causées par la chlamydia, les mycoplasmes, les trichomonades, les gonocoques, le virus de l'herpès simplex de type 1,2, le cytomégalovirus, le papillomavirus humain à haut risque oncogénique. Les assistants de laboratoire déterminent la charge virale lors de l'analyse.

    Si les agents responsables des IST ne sont pas détectés et qu'une inflammation dans les organes du système urinaire est présente, la croissance de la flore conditionnellement pathogène est déterminée à l'aide d'une culture bactérienne pour identifier le pathogène du processus inflammatoire. Le laboratoire de l'hôpital Yusupov dispose de différents systèmes de test qui peuvent déterminer la croissance excessive des principaux représentants de la flore urogénitale et leur sensibilité aux médicaments antibactériens. À l'aide de tests précis, les médecins diagnostiquent la syphilis, l'hépatite et l'infection à VIH. Le laboratoire réalise également une étude de la sensibilité aux antibiotiques du matériel vaginal..

    Les patients subissent une échographie du système urinaire, une thérapie par ordinateur et par résonance magnétique. Ces méthodes de diagnostic sont nécessaires si vous soupçonnez la nature tumorale de la douleur et de la sensation de brûlure pendant la miction chez la femme ou la présence d'une lithiase urinaire. Les femmes qui se tournent vers l'hôpital de Yusupov pour des brûlures et des douleurs pendant la miction doivent être examinées par un gynécologue. Un endocrinologue doit être consulté si un taux élevé de glucose est détecté dans un test sanguin ou si l'on soupçonne que la cause des symptômes est un déséquilibre hormonal..

    Traitement de la douleur et des brûlures pendant la miction chez les femmes

    Les médecins de l'hôpital de Yusupov ne traitent pas le symptôme, mais le patient. Afin d'éliminer la douleur et la sensation de brûlure lors de la miction chez la femme, une thérapie est réalisée visant à traiter la maladie sous-jacente. Avec la nature infectieuse du processus inflammatoire, des antibiotiques à large spectre sont d'abord prescrits, puis la thérapie antibactérienne est corrigée, en fonction des résultats de la détermination de la sensibilité des micro-organismes aux antibiotiques.

    Avec la cystite infectieuse, qui est la cause de la douleur et des brûlures pendant la miction chez les femmes, les urologues prescrivent les médicaments antibactériens suivants:

    1. Monural est un antibiotique qui a un effet antibactérien efficace contre la plupart des infections des voies urinaires. Il est prescrit jusqu'aux résultats d'une étude bactérienne de l'urine. Monural est produit sous forme de granulés, mais il peut également être acheté sous forme de suspension ou de poudre. Le médicament est pris une fois et n'est pas utilisé pour la cystite chronique;
    2. La nolicine est un médicament antibactérien à large spectre, un antibiotique fluoroquinolone de deuxième génération. Le médicament est prescrit pour la douleur et les brûlures pendant la miction, lorsque l'agent pathogène est résistant à d'autres antibiotiques;
    3. La nitroxoline est un antibiotique efficace contre la plupart des types de bactéries, ainsi que les champignons tels que le candida. Il est prescrit pour diverses maladies du système urinaire, dans lesquelles les femmes sont gênées par la douleur pendant ou après l'acte d'uriner;
    4. Furagine - la substance active de cet antibiotique est un dérivé du nitrofurane. Les micro-organismes développent lentement une résistance à la furagine dans les micro-organismes;
    5. Nevigramon est un agent uroantiseptique dont l'ingrédient actif est l'acide nalidixique. Il a un effet bactéricide prononcé, il est utilisé pour les lésions infectieuses et inflammatoires des reins, de l'uretère et de la vessie;
    6. Rulid appartient au groupe des macrolides, est un antibiotique à large spectre, peut être utilisé dans le traitement de la cystite;
    7. La furadonine est un médicament à effet antimicrobien. Il est utilisé dans le traitement et la prévention des infections bactériennes du système urinaire.

    Pour le traitement des maladies inflammatoires du système génito-urinaire, qui se manifestent par des douleurs et des brûlures pendant la miction, des préparations à base de plantes sont utilisées:

    1. Le cyston se compose d'extraits aqueux de nombreuses plantes médicinales. Le médicament aide à réduire progressivement la taille des calculs et à réduire l'inflammation des voies urinaires. Il a un effet bactéricide et bactériostatique, inhibe la reproduction des micro-organismes dans le canal urinaire, améliore l'effet de la prise d'antibiotiques;
    2. Les feuilles d'airelle rouge contiennent de nombreuses substances utiles. Leur effet positif sur le système urinaire est dû à la forte teneur en glycosides phénologiques. Lorsque vous prenez une décoction de feuilles d'airelle rouge, l'inflammation dans le corps diminue, les micro-organismes présents dans les organes du système urinaire sont détruits;
    3. Le remède naturel le plus célèbre pour la cystite est le jus de canneberge. Pour un effet antimicrobien prononcé, les canneberges sont communément appelées antibiotiques naturels. Les canneberges sous forme de boissons ou d'extraits de fruits sont largement utilisées pour prévenir la récurrence et l'exacerbation de la cystite chronique. Monurel - un extrait de canneberge hautement concentré, se réfère à des antibiotiques à large spectre d'origine végétale.

    Si la douleur et les brûlures pendant la miction sont une manifestation de la lithiase urinaire, des analgésiques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens et des antispasmodiques sont prescrits. Pendant le traitement de la douleur avec des mictions fréquentes, il est conseillé aux patients de suivre un régime alimentaire et de suivre le régime alimentaire approprié. 1,5 2 litres d'eau purifiée non gazéifiée bue pendant la journée, aide à laver la microflore pathogène de la vessie et à réduire l'inflammation.

    Pour éliminer l'inconfort qui se produit avec la miction douloureuse, il est recommandé aux femmes d'utiliser un gel réparateur intime. Les ingrédients qui composent sa composition (huile d'arbre à thé, extrait de camomille, acide lactique et panthénol) ont un effet régénérant, antiseptique, anti-inflammatoire. Chez la femme, la douleur et les démangeaisons dans le vagin sont plus rapides, la miction devient indolore.

    En cas de douleur et de brûlure pendant ou après la miction, appelez le téléphone de contact du centre et prenez rendez-vous avec un urologue. Si la douleur est causée par une crise de lithiase urinaire, elle ne s'arrête pas aux analgésiques et antispasmodiques, venez à l'hôpital de Yusupov quelle que soit l'heure de la journée ou le jour de la semaine. Les médecins fournissent des soins d'urgence 24 heures sur 24, arrêtent le syndrome douloureux. Les urologues examineront et traiteront la maladie sous-jacente, qui a causé une douleur et une sensation de brûlure pendant la miction chez une femme.

    Miction rapide et douloureuse chez la femme

    Avec le fonctionnement normal du système urinaire, l'acte d'uriner se produit plusieurs fois par jour, et une personne en bonne santé est en mesure de contrôler la fréquence et le volume d'urine excrétés. Mais parfois, le nombre d'envies de vider la vessie augmente considérablement sous l'influence de divers facteurs. Par exemple, des mictions fréquentes accompagnées de douleurs chez les femmes appelées pollakiurie peuvent être déclenchées par des lésions inflammatoires ou infectieuses des organes urinaires.

    Mictions fréquentes et douloureuses chez les femmes

    La fréquence de vidange de la vessie est considérée comme un indicateur purement individuel et dépend des caractéristiques physiologiques du corps, de l'intensité des processus métaboliques, de la nature et de la qualité de la nutrition et du régime de consommation. Selon les normes moyennes acceptées dans la société, elle varie de 2 à 6 fois par jour pour les femmes et les hommes.

    Dans quels cas les médecins parlent-ils d'uriner rapidement? Lorsque le seuil du confort personnel d'une femme est dépassé et que l'envie constante de se vider viole le rythme habituel de sa vie.

    Symptômes primaires et concomitants

    La plupart des émissions d'urine se produisent tôt le matin et l'après-midi. Si une personne se vide plus d'une fois pendant la nuit, cela parle de nycturie. Dans les troubles physiologiques, la miction fréquente est considérée comme un symptôme subjectif, et en présence de toute pathologie, d'autres symptômes caractéristiques la rejoignent.

    1. Des coupures dans le bas de l'abdomen, des brûlures à la fin de la miction indiquent souvent une forme aiguë de cystite ou d'urétrite. Il est également considéré comme un symptôme d'une hygiène insuffisante de la zone intime..
    2. Sensation de vidange incomplète, caractérisée par des envies répétées. La sensation peut être subjective ou vraie..
    3. Isolement de couleur blanche souvent avec de petits mélanges de sang. Indique le processus inflammatoire de la sphère génito-urinaire. Une augmentation de leur nombre indique la progression de la pathologie.
    4. Une envie constante, un débit urinaire limité dans le contexte d'une température corporelle élevée peut indiquer une IST ou une tuberculose urogénitale.
    5. Douleur tiraillante dans le bas du dos, irradiant sur le côté ou la colonne vertébrale, des mictions fréquentes se produisent avec des maladies neurologiques.
    6. Si la pollakiurie, la douleur, les brûlures sont complétées par des conditions telles qu'une forte fièvre, une faiblesse, alors nous pouvons parler de pathologie dans les reins.
    7. Les troubles de type endocrinien se caractérisent par des mictions fréquentes avec libération d'une grande quantité d'urine, une sensation persistante de faim et de soif.
    8. Chez les filles, pendant les menstruations, parfois après un acte de miction, il commence à tirer, piquer ou cuire dans la région lombaire, donner douloureusement aux ovaires, ce qui indique une inflammation des appendices.

    Une augmentation de la miction est observée à la ménopause, aux premiers stades ou à la fin de la grossesse plus près de l'accouchement. L'utérus descend dans le petit bassin, l'enfant passe à la sortie, occupant une position confortable. Cela comprime la vessie et donne envie de la vider souvent.

    Provocateurs

    Les mictions fréquentes, les crampes et les brûlures chez les femmes peuvent provoquer une grande variété de causes, parfois non liées au développement de maladies. Les positions dominantes sont occupées par les infections et les processus pathologiques des organes et des structures du système urinaire. Cela est dû à la prédisposition d'une femme à ces maladies en raison de caractéristiques anatomiques.

    Cystite. L'inflammation de l'épithélium muqueux de la vessie peut être déterminée par sa vidange fréquente, accompagnée de douleurs, de douleurs et de brûlures après la fin de la myciation. Dans les cas graves, une femme développe une faiblesse, de la fièvre, une hématurie.

    Pyélonéphrite. Le processus inflammatoire dans les reins s'accompagne d'une augmentation de la température corporelle, d'une miction fréquente et douloureuse, d'un inconfort dans la région lombaire. Dans la phase aiguë, des nausées apparaissent, une faiblesse.

    Urolithiase. Envie d'uriner brusquement et de façon inattendue. Pendant la vidange, une interruption du jet peut se produire. Les douleurs sont ressenties dans le bas-ventre, zone sus-pubienne à la fois pendant les mictions et au repos. Ils sont également ressentis dans le dos à droite ou à gauche..

    Chlamydia Le développement du processus infectieux se caractérise par une hyperthermie, une miction altérée, une gêne dans le bas-ventre et la région lombaire, l'apparition de pertes mucopurulentes.

    Trichomonase Accompagné d'inconfort dans le bas-ventre, d'urine douloureuse et fréquente, d'écoulement mousseux purulent du vagin.

    En plus de ces maladies, les mictions fréquentes chez les femmes souffrant de douleur peuvent provoquer des formes spécifiques d'infections urogénitales - cystite, urétrite.

    Conditions d'urgence et complications

    Un traitement retardé ou son absence de douleur dans le bas-ventre après des mictions fréquentes entraîne presque toujours le développement de complications. La gravité de chacun d'eux dépend de la maladie qui a provoqué la pollakiurie. Tout d'abord, la conséquence sera la transition de la pathologie vers une forme chronique, dans laquelle les symptômes seront exprimés lorsqu'ils seront exposés à des facteurs provoquants.

    Complications de l'inaction du patient:

    • endométrite - inflammation de la muqueuse utérine;
    • cervicite - dommages au segment vaginal du col de l'utérus;
    • colpite - un processus inflammatoire dans le vagin;
    • développement de l'insuffisance rénale.

    La survenue d'autres maladies du système génito-urinaire est également considérée comme possible. Ignorer le problème exacerbe le cours des processus pathologiques et conduit à une thérapie plus complexe et prolongée..

    Diagnostic de pathologie

    Si l'abaissement de l'abdomen fait mal en urinant, alors aux premières manifestations de sensations désagréables, il est recommandé de consulter un urologue. Avant l'examen, le médecin recueille une longue histoire. Selon l'étiologie du trouble, une consultation avec un gynécologue ou un endocrinologue peut être nécessaire. Si vous soupçonnez une maladie du système nerveux central, vous devez consulter un neurologue.

    Pour diagnostiquer les causes de l'excrétion urinaire fréquente et douloureuse, du matériel biologique est prélevé. Ensuite, un certain nombre de manipulations de laboratoire sont prescrites.

    1. Analyse sanguine générale. Vous permet de déterminer la présence d'un processus inflammatoire et le type d'infection.
    2. Test sanguin biochimique. Le niveau de glucose est détecté, les marqueurs de la fonction rénale sont déterminés.
    3. Analyse clinique de l'urine. Elle est réalisée afin de déterminer la présence de protéines, de sels, de mucus, le niveau de leucocytes et de globules rouges..
    4. Frottis gynécologique. Vous permet de tester la détection des IST.

    Parmi les méthodes instrumentales, les plus efficaces sont:

    • Urographie CT;
    • radiographie de la cavité abdominale;
    • échographie des organes pelviens et du système urinaire;
    • uroflowmetry.

    Il est obligatoire d'effectuer une cystoscopie - une étude de la surface interne de la vessie pour évaluer son état. La procédure est réalisée à l'aide d'un capteur spécial, qui est inséré dans la cavité de l'organe à travers l'urètre.

    Aider le patient

    Si l'excrétion urinaire rapide n'est pas une variante de la norme et doit être corrigée, des mesures thérapeutiques doivent viser à éliminer le facteur étiologique. Étant donné que la miction fréquente est considérée comme un signe subjectif de nombreuses maladies, un diagnostic élargi aidera à l'identifier..

    La médecine traditionnelle

    La thérapie médicamenteuse est la principale méthode d'élimination d'un trouble pathologique associé au processus de vidange de la vessie. Le choix des médicaments est dû à un facteur provoquant.

    1. Antibiotiques. Ce sont eux qui deviennent le plus souvent la base du traitement pour une miction rapide. Cela est dû au fait que la plupart des maladies sont causées par des agents pathogènes dans un contexte d'immunité réduite. Les groupes typiques sont les céphalosporines, les fluoroquinolones, les pénicillines, les macrolides, les aminoglycosides.
    2. Médicaments antimycotiques. Ils sont prescrits si la cause du développement de la candidose ou du muguet est la microflore fongique pathogène. Une femme peut être prescrite des pilules "Nystatine", "Urosulfan", "Levorin".
    3. Immunomodulateurs. Ils peuvent être utilisés dans n'importe quel régime de traitement, mais sont principalement prescrits pour les infections virales. L'interféron et ses dérivés sont considérés comme populaires..
    4. Médicaments anti-inflammatoires. Dans le traitement, des représentants du groupe non stéroïdien - le kétolac, le nimésulide et les médicaments hormonaux - la prednisolone et la dexaméthasone sont souvent utilisés..
    5. Antihistaminiques. Ils sont prescrits en cas de pathologies de nature allergique pour réduire la réaction auto-immune du corps et renforcer l'effet anti-inflammatoire des médicaments. Populaires sont Zirtek, Loratadin, Clemastine.

    Si nécessaire, d'autres groupes de médicaments sont prescrits en fonction d'indications symptomatiques ou vitales: pro et prébiotiques, angioprotecteurs, anticoagulants, ainsi que des médicaments pour le traitement des pathologies cardiovasculaires.

    Approches alternatives

    La thérapie non médicamenteuse comprend un large éventail de méthodes efficaces pour lutter contre la miction douloureuse et fréquente. Les procédures de physiothérapie suivantes sont utilisées dans la période post-réactive pour accélérer la récupération du corps:

    • UHF;
    • ultrason;
    • électrophorèse;
    • Irradiation IR;
    • drainage sous vide;
    • oxygénation hyperbare;
    • bloc sympathique périneural.

    Si des complications dangereuses sont identifiées et qu'il existe des indications particulières, un traitement chirurgical peut être prescrit au patient.

    Dans la lutte contre les causes des mictions fréquentes, la thérapie comportementale est populaire. Il comprend plusieurs techniques efficaces..

    1. Exercices de Kegel. Ils visent à renforcer les muscles du plancher pelvien. La formation est effectuée quotidiennement trois fois par jour pendant 1 à 6 mois. Le terme stabilisation de la position de l'urètre et de la vessie dépend de la gravité de la pathologie.
    2. Mode potable. Pendant la journée, le volume de liquide consommé et la fréquence des mictions sont enregistrés. L'optimal est de 1,5 à 2 litres par jour. Obligatoire est le rejet de l'alcool et des boissons contenant de la caféine.
    3. Entraînement de la vessie. Elle consiste en l'augmentation intentionnelle des intervalles entre la vidange du corps. Le cours de thérapie est le plus souvent de 2-3 mois.
    4. Correction nutritionnelle. Une alimentation équilibrée consiste à éliminer les aliments qui provoquent une irritation de la muqueuse de la vessie.
    5. Normalisation de l'estomac et des intestins. Prévention de la constipation, le rétablissement d'une selle normale consiste à observer le régime alimentaire, à manger des légumes, des fruits, des céréales, à prendre des laxatifs (comme indiqué).

    Non moins efficace sera le traitement à domicile avec les moyens de l'arsenal de la médecine traditionnelle. Parfois, les médecins prescrivent l'utilisation d'infusions et de décoctions avec des herbes telles que la rose musquée ou la racine de calamus, l'airelle rouge, l'achillée millefeuille, la bruyère, les feuilles de tremble, la prêle, la camomille, la sauge.

    Prévention des troubles urogénitaux féminins

    Pour prévenir les manifestations dysuriques et soulager la douleur, les médecins conseillent de respecter les règles de prévention. Ils visent à minimiser le risque de processus inflammatoires dans la sphère génito-urinaire, ainsi qu'à réduire les effets nocifs des facteurs internes et externes. La liste d'activités suivante est recommandée pour les femmes:

    • éviter l'hypothermie;
    • vider complètement la vessie, empêchant la stagnation des résidus d'urine;
    • visiter les toilettes régulièrement, et encore plus à la première envie;
    • éviter les surmenages physiques et psycho-émotionnels;
    • abandonner complètement les dépendances - arrêter de fumer et de boire de l'alcool;
    • exclure les aliments irritants de l'alimentation, ainsi que les produits à effet diurétique;
    • surveillez votre poids, ne mangez pas trop;
    • ne pas abuser des bains chauds, prendre une douche chaude;
    • utiliser des produits d'hygiène intime éprouvés et naturels.

    Toutes les femmes, quel que soit leur âge, sont encouragées à mener une vie saine, à faire de l'activité physique modérée, à se promener dans les parcs, les places et les zones forestières.

    Conclusion

    Les mictions fréquentes, la douleur et les brûlures chez les femmes sont considérées comme des symptômes non spécifiques. Pour déterminer la cause d'une perturbation physiologique ou d'une pathologie latente, il est recommandé de subir un examen complet. Une aide qualifiée peut être obtenue auprès d'un thérapeute, urologue, gynécologue, endocrinologue.