Principal

Kyste

Mictions fréquentes chez les femmes sans douleur: causes et traitement

Au Moyen Âge, on croyait que chaque personne avait une quantité fixe d'urination par jour. Si une fille va trop souvent aux toilettes, quelque chose ne va pas avec elle. Peut-être qu'elle communique avec des mauvais esprits ou va tout simplement à son amant. La science moderne est loin d'être une superstition, mais même elle n'est pas en mesure de déterminer avec précision combien de fois par jour une personne devrait normalement aller aux toilettes. Apparemment, le nombre de pulsions dépend fortement des caractéristiques physiologiques de la personne et de ses conditions de vie. Les médecins disent que normalement, une personne va aux toilettes environ 8 fois par jour. La nuit, le corps fonctionne dans un mode spécial et peut supporter jusqu'à 8 heures, mais 1-2 réveils la nuit pour aller aux toilettes sont également considérés comme normaux..

Des mictions fréquentes sans douleur plus de 10 fois par jour peuvent être une cause d'alarme. Un tel symptôme peut parler de maladies du système génito-urinaire. Cependant, c'est parfois la norme, par exemple, pendant la chaleur. Par conséquent, pour faire un diagnostic précis, vous devez être examiné par un médecin.

En raison des différences anatomiques assez fortes dans la structure du corps masculin et féminin, les causes de la miction fréquente chez les femmes et les hommes diffèrent.

Quand ça n'a pas de sens de s'inquiéter

Parfois, la miction fréquente chez les femmes sans douleur peut ne pas être un trouble, mais une option normale. Cela est possible dans de tels cas:

  • Boire beaucoup de liquides. De nombreux nutritionnistes recommandent de prendre beaucoup d'eau lors d'un régime hypocalorique. L'excès d'eau qui pénètre dans le corps doit être excrété, ce qui augmente la fréquence des mictions.
  • Boire beaucoup de boissons diurétiques. Il s'agit notamment de café, de thé, de certaines boissons alcoolisées..
  • Grossesse. À ce moment, de grands changements se produisent dans le corps. Métabolisme, niveaux hormonaux et même changement d'état mental. En fin de grossesse, un élargissement de l'utérus appuie sur la vessie, ce qui augmente la fréquence d'aller aux toilettes.
  • Acceptation des herbes médicinales. En plus de leur effet direct sur un organe malade, de nombreuses plantes médicinales peuvent également avoir un effet diurétique. En appliquant des plantes médicinales, vous devez lire sur chaque plante incluse dans la collection, afin que plus tard, vous n'ayez pas à vous soucier des visites fréquentes aux toilettes.
  • Changements liés à l'âge et ménopause. Une fois atteint un certain âge dans le corps féminin, des changements hormonaux se produisent, qui dans certains cas s'accompagnent d'une augmentation de la miction.
  • Agitation psychologique. Les médecins notent que les personnes qui ont été dans des situations dangereuses (accident, catastrophe naturelle, violence, guerre) peuvent par la suite souffrir de troubles psychosomatiques pouvant affecter le fonctionnement de certains organes internes. Dans de tels cas, il vaut mieux ne pas consulter un médecin, mais un bon psychologue..

Maladies majeures

L'envie fréquente aux toilettes peut parler de trois grandes catégories de maladies:

  • maladies des voies urinaires;
  • troubles gynécologiques;
  • problèmes endocriniens.

Considérez chacun d'eux. Et indiquez brièvement les principales options de traitement..

Maladies des voies urinaires

Il y a trois malheurs principaux:

  • Cystite. Je veux aller aux toilettes très souvent. Mictions fréquentes la nuit. L'acte lui-même s'accompagne de douleurs tranchantes dans la vessie, tout en se sentant constamment comme si la vessie ne s'était pas complètement vidée. Il peut y avoir quelques gouttes de sang dans l'urine. Selon les médecins, environ 30% des femmes souffrent de cette maladie à différents stades de la vie. Le traitement médical est antibactérien. Un régime spécial est prescrit sans plats épicés et salés. Les remèdes populaires sont également bons - une décoction de thé aux reins a un effet antibactérien.
  • Pyélonéphrite. En fait, c'est une inflammation des reins. Cependant, cette maladie affecte directement la miction - elle devient fréquente et un peu douloureuse. Si vous ne vous rendez pas à l'hôpital à temps, la maladie peut évoluer avec une aggravation de l'état général: la température peut augmenter, des vomissements et des maux de dos peuvent apparaître. Traitement - la nomination d'un cours d'antibiotiques qui suppriment la reproduction des bactéries nocives dans les reins. Pour soulager la douleur, les médecins prescrivent des analgésiques et des remèdes à base de plantes..
  • Urolithiase. En raison de la stagnation de l'urine et des troubles métaboliques, des calculs peuvent se former dans la vessie. Ils irritent la muqueuse, provoquant une envie fréquente d'aller aux toilettes; en même temps, ils rendent la miction difficile et douloureuse. Avant le traitement, le patient est examiné afin que les médecins puissent déterminer avec précision la taille et la texture exactes des pierres, leur composition chimique. Après cela, des médicaments prescrits qui adoucissent les pierres. La chirurgie est moins courante.

Voici une bonne conférence

urologue sur les maladies de cette classe.

Troubles gynécologiques

Il existe deux maladies:

  • Fibromes utérins. Il s'agit d'une tumeur bénigne du tissu musculaire. Selon certains rapports, environ 70% des femmes de plus de 50 ans souffrent de cette maladie. Peut survenir après un avortement médicamenteux, d'autres maladies du système génito-urinaire, une surcharge pondérale et un stress à long terme. Traitement généralement chirurgical en combinaison avec conservateur.
  • Prolapsus utérin. C'est assez rare. Sous l'influence de la gravité, l'utérus tombe lentement de plus en plus bas, en appuyant sur la vessie. Dans les premiers stades, il se rend souvent aux toilettes sans douleur. Si la maladie dure longtemps et progresse constamment, un écoulement sanglant du vagin est possible, il y a une sensation de quelque chose d'étranger dans le bas-ventre. Le traitement principal ici est un - conservateur. La tâche du médecin est d'empêcher le prolapsus de l'utérus jusqu'à un prolapsus complet. Pour cela, des exercices physiques de renforcement spéciaux pour la presse sont prescrits. L'intervention chirurgicale est parfois acceptable. Souvent, les patients subissent une hormonothérapie.

Troubles endocriniens

Il existe deux principales catégories de maladies:

  • Diabète. Avec ce trouble, le corps cesse de synthétiser l'insuline - une hormone importante qui décompose le glucose (l'une des sources d'énergie les plus importantes du corps). Aux premiers stades de la maladie, des mictions fréquentes sont possibles. Il y a de la faiblesse et du malaise. Dans certains cas, perte de conscience à court terme. Un symptôme caractéristique est l'énurésie nocturne. Le traitement ici est complexe: prescrire des injections d'insuline, un régime spécial (tableau numéro 9) et des hypoglycémiants.
  • Diabète insipide. Maladie extrêmement rare (retrouvée chez 0,003% des personnes). Extrêmement dangereux, mais facilement diagnostiqué. Une personne boit suffisamment d'eau, mais ne s'enivre pas. Il a soif. L'envie d'aller aux toilettes est constante, environ 5 litres d'urine sont libérés par jour. Traitement - hormonothérapie.

Un peu sur les méthodes folkloriques

Les remèdes populaires ne devraient pas remplacer la médecine officielle. Le meilleur choix est de combiner des méthodes de traitement modernes et folkloriques. Voici les recettes de bons choix:

  • Il doit être pris à parts égales de millepertuis, millefeuille, bourgeons de bouleau et verser de l'eau bouillante. Laissez le bouillon infuser dans un endroit chaud. Boire un peu avant les repas et le soir.
  • Prenez également de l'achillée millefeuille, des sommets de carottes et de menthe. Versez le tout avec de l'eau tiède et couvrez. Il est conseillé de se réchauffer avant utilisation. Les guérisseurs traditionnels conseillent de boire l'infusion uniquement le matin.

Des mictions fréquentes peuvent parler de maladies chroniques des reins et du système génito-urinaire. Le traitement des mictions fréquentes chez la femme consiste à diagnostiquer la maladie, suivi de la nomination d'un traitement approprié. Un bon effet est fourni par un traitement complexe avec des médicaments et des remèdes à base de plantes.

Mictions fréquentes la nuit sans douleur chez les femmes

La miction fréquente chez les femmes est généralement associée à diverses maladies (aiguës et chroniques). En moyenne, une personne ressent l'envie 5 à 10 fois par jour. Mais en même temps, il peut normalement contrôler le processus. Si le nombre de visites aux toilettes n'augmente pas beaucoup, cela ne signifie pas une pathologie - la cause peut être l'hypothermie, le stress, la consommation excessive d'alcool, la prise de médicaments antihypertenseurs, la consommation de certains aliments (pastèque et fraises). Cependant, si la fréquence des mictions augmente fortement et que le processus devient plus difficile à contrôler, vous devriez consulter un médecin. Pour le traitement de ces conditions, des médicaments et des remèdes populaires sont utilisés..

La quantité de miction et le volume des sécrétions sont affectés par l'âge, l'état physiologique, le climat dans la zone de résidence, en particulier la nutrition. Théoriquement, la norme est de 5 à 10 déplacements par jour aux toilettes. Dans ce cas, on pense que la nuit, l'envie d'uriner ne se produit qu'une seule fois.

Pour les déplacements plus fréquents aux toilettes, dans lesquels le volume de décharge augmente, le terme «polyurie» est utilisé. Si la miction se produit plusieurs fois pendant la nuit, la violation est appelée nycturie.

Les principales causes de polyurie, pour lesquelles vous n'avez pas besoin de consulter un médecin, sont les suivantes:

  1. 1. Menstruation. Avant de commencer, les changements hormonaux entraînent une rétention hydrique dans le corps, mais dès les premiers jours du nouveau cycle, ils commencent à être excrétés intensivement dans l'urine.
  2. 2. La ménopause. Avec l'extinction de la fonction reproductrice, des changements hormonaux se produisent également. En conséquence, des substances sont produites dans le corps qui augmentent la fréquence des mictions. Par conséquent, la vieillesse est considérée comme l'un des facteurs de risque de la maladie, mais en tant que tel, il n'y a pas de traitement dans ce cas.
  3. 3. Grossesse. Également associé à des changements hormonaux entraînant une polyurie. Souvent, cette situation persiste pendant un certain temps après l'accouchement..
  4. 4. Sous-refroidissement des membres inférieurs. Dans ce cas, la polyurie est une réaction absolument naturelle du corps..
  5. 5. Surcharge psycho-émotionnelle. Le plus souvent, la situation conduit à une privation d'oxygène. Cela affecte le flux sanguin, la fonction rénale, donc des mictions fréquentes sont également associées au stress..

L'abus de café et de boissons contenant de la caféine (thé, diverses boissons énergisantes), de bière et d'autres types d'alcool provoque également une polyurie. Dans tous ces cas, la miction rapide se déroule sans douleur. Le problème est le plus souvent résolu en corrigeant le régime alimentaire, en éliminant les facteurs irritants (en évitant l'hypothermie).

Parfois, des mictions fréquentes, y compris la nuit, sont associées à diverses maladies des reins et du système urinaire. Cependant, ils surviennent rarement sans douleur, par exemple avec une pyélonéphrite, une urolithiase (CIM), une urétrite et une cystite, une gêne est observée.

En plus de l'ICD, toutes ces pathologies sont de nature inflammatoire. Habituellement, ils sont associés à une infection bactérienne et manifestent des symptômes similaires, dont les plus importants sont des démangeaisons, des brûlures et des douleurs dans le contexte d'une miction rapide. L'apparition de l'urine change - elle devient trouble, sort souvent avec du sang (avec une lithiase urinaire). Les pierres peuvent endommager la membrane muqueuse de l'urètre, entraînant des saignements.

L'urétrite, la pyélonéphrite et la cystite s'accompagnent également de fièvre, de frissons, de signes d'intoxication générale. L'incontinence urinaire est également caractéristique de ces maladies, mais elle survient à des stades avancés..

Certaines maladies du système urinaire s'accompagnent de nycturie, mais se déroulent sans douleur, par exemple, l'atonie de la vessie, dans laquelle le ton de ses parois diminue. Cette maladie se manifeste par une envie fréquente d'uriner, mais la quantité de décharge n'augmente pratiquement pas. Syndrome inverse appelé vessie hyperactive.

Ils affectent également la pathologie du système endocrinien. Ce symptôme est observé dans le diabète sucré, qui est associé à un manque d'insuline dans le corps. Pour cette raison, le niveau de glucose dans le sang et l'urine augmente et il a la capacité de transférer des molécules d'eau sur lui-même. Lorsqu'il est excrété par le corps, le glucose prend de l'eau, provoquant une augmentation de la miction, y compris la nuit. Une augmentation de la diurèse quotidienne est également associée au diabète insipide, qui se manifeste par une forte soif et est causé par des dysfonctionnements du système hypothalamo-hypophyse.

La nocturie survient dans les maladies du système cardiovasculaire. La partie nocturne de l'urine représente le double du volume de la journée. Parfois, le problème est observé avec des pathologies qui se produisent sans altération de la circulation sanguine et de la fonction rénale - ulcère gastroduodénal, hépatite, anémie (en particulier pendant la grossesse et la ménopause), maladie thyroïdienne.

L'insuffisance cardiaque se manifeste le plus souvent par la miction nocturne. Il existe d'autres symptômes - essoufflement associé à la stagnation du sang veineux et à des stades ultérieurs - gonflement, car même avec une augmentation de la miction nocturne, un muscle cardiaque affaibli ne peut pas faire face à un tel volume de liquide.

Le traitement de la nycturie dépend de la cause de la maladie. Dans le diabète insipide, des méthodes de thérapie générale de renforcement sont utilisées, car il y a épuisement du patient. La réaction pathologique du corps est caractéristique - tout d'abord, une diminution de la production d'hormone antidiurétique (ADH), puis, lorsque la soif apparaît, la production de cette substance augmente. Il y a une absorption inverse de liquide dans les tubules rénaux, en raison de laquelle la miction se produit plus souvent, mais en plus petites quantités.

Dans le diabète insipide, la vasopressine, une hormone responsable du contrôle de la réabsorption d'eau dans les néphrons rénaux, est également insuffisamment produite. Pour cette raison, l'urine est excrétée en quantités accrues. La polyurie et la nycturie sont également observées dans le diabète.

L'augmentation de la miction la nuit avec des maladies du système endocrinien est traitée avec un traitement hormonal substitutif. Avec une production insuffisante de vasopressine, son analogue synthétique Desmopressin est pris à la posologie indiquée par le médecin.

Avec un manque d'ADH, ils boivent des médicaments qui stimulent sa production - le chlorpropamide. Il est également nécessaire d'ajuster l'équilibre eau-sel en introduisant un grand volume de solutions salines. Avec le diabète insipide, des diurétiques peuvent être prescrits. C'est le stade où la production d'urine est réduite. Il s'agit notamment de l'hypothiazide..

Si la nycturie est causée par une cystite, une urétrite, d'autres maladies infectieuses, des antibiotiques sont prescrits - Norfloxacine. Lorsque des pathologies sont associées à une infection fongique, des médicaments antimycotiques sont prescrits, y compris la nystatine ou le clotrimazole. Ces médicaments avec une nycturie sévère et la présence de l'agent pathogène peuvent être prescrits pendant la grossesse et la ménopause.

À la ménopause, un traitement hormonal substitutif avec des préparations d'œstrogènes est souvent utilisé, ce qui résout également les problèmes de miction accrue. Pour l'anémie qui survient pendant la grossesse ou la ménopause, des suppléments de fer sont pris..

Pour le traitement de certaines pathologies, une thérapie conservatrice ne suffit pas. Avec la lithiase urinaire, lorsqu'il n'est pas possible d'enlever la pierre qui crée le problème, une intervention chirurgicale est nécessaire. L'insuffisance cardiaque est également souvent traitée chirurgicalement..

Immédiatement avec la polyurie et la nycturie causées par des troubles du système nerveux central, vous pouvez prendre des médicaments comme le hopantenate de calcium. C'est un médicament nootrope, mais parfois il est prescrit pour de tels syndromes. Pantogam a des propriétés similaires. Ne prenez ces médicaments que sur prescription de votre médecin. Dans les maladies rénales, elles sont contre-indiquées.

Mictions fréquentes et indolores chez les femmes

La miction fréquente, autrement appelée pollakiurie, est incluse dans le concept de syndrome dysurique. De plus, ce syndrome comprend des symptômes d'incontinence urinaire, de jour comme de nuit, des douleurs dans diverses zones de la cavité abdominale, des changements dans la quantité et les propriétés de l'urine, des faux désirs fréquents, une rétention urinaire. Dans chaque situation spécifique, le complexe de troubles dysuriques peut être différent, en fonction à la fois de facteurs congénitaux et acquis.

Dans ce cas, une augmentation de la miction n'est pas accompagnée de douleur

La miction fréquente chez les femmes sans douleur est due à de nombreuses raisons. Chez certains patients, ce symptôme apparaît déjà dans la petite enfance et est présent tout au long de la vie. Dans d'autres, il se forme dans un contexte de maladies concomitantes ou lorsqu'il est exposé à certains facteurs externes. Par conséquent, il est possible de classer les causes de cette manifestation de la dysurie comme suit:

Les facteurs congénitaux comprennent une variété de malformations et d'anomalies dans la structure du système urinaire. En particulier, une sténose des valves urétrales ou une contracture du col vésical conduit à une pollakiurie, qui n'est pas accompagnée de douleur. Mais l'ajout d'un facteur infectieux provoque souvent le développement d'urétrite, de cystite, de pyélonéphrite, qui ont un tableau clinique caractéristique, y compris la douleur.

Les causes acquises de mictions fréquentes chez les femmes sans douleur sont beaucoup plus importantes et ce n'est pas toujours une manifestation de la maladie. Dépasser la quantité quotidienne de liquide consommée ou prendre un seul diurétique entraîne nécessairement des envies fréquentes et une augmentation du débit urinaire, mais cette situation sera physiologique, ne nécessitant pas de correction. Dans tous les cas, si la fréquence des mictions dépasse la quantité habituelle pendant plusieurs jours ou plus, il est nécessaire de connaître la raison.

Les plus courants sont:

  • utilisation régulière de grandes quantités d'eau, de jus, de tisanes, y compris de diurétiques, afin de se débarrasser de l'excès de poids;
  • boire beaucoup de liquides ou prendre des diurétiques pour diverses maladies;
  • habitude quotidienne de boire du café ou du thé de toute nature (la caféine a un effet diurétique);
  • utilisation régulière de bière ou d'autres boissons alcoolisées;
  • grossesse.

Pour savoir si des mictions fréquentes sont la conséquence d'une ou de plusieurs des raisons ci-dessus, il suffit d'étudier votre routine quotidienne et votre alimentation. Une grossesse précoce aidera à découvrir non seulement l'apparition de pulsions fréquentes, mais aussi un test spécial. Une augmentation du niveau d'hormones féminines qui se produit au début de la gestation est complétée par une pression accrue sur la vessie de l'utérus. Par conséquent, la miction fréquente et indolore chez les femmes enceintes, souvent associée à une incontinence urinaire mineure, est caractérisée par le troisième semestre, au cours duquel la concentration d'hormones et le poids utérin sont maximaux..

Ainsi, une forte soif peut commencer, la quantité d'urine augmente fortement à chaque miction, des impuretés peuvent apparaître dans l'urine ou commencer à se gêner par des brûlures ou des démangeaisons dans la région des organes génitaux externes et l'ouverture externe de l'urètre.

Dans ces cas, vous devez contacter d'urgence la clinique. En règle générale, le thérapeute est impliqué dans le diagnostic primaire. Il écoute les plaintes du patient, procède à un examen, établit un diagnostic préliminaire et prescrit un laboratoire et, si nécessaire, un examen instrumental. Si les signes détectés de dysurie s'accompagnent de plaintes de pertes vaginales, l'examen du patient par un gynécologue est obligatoire.

En outre, en fonction des résultats de l'examen, le traitement des femmes est effectué par un thérapeute, urologue, gynécologue, néphrologue ou endocrinologue. Ces diverses spécialisations médicales indiquent que des mictions fréquentes chez les femmes sans douleur peuvent être observées avec une variété de maladies et pas seulement avec une pathologie du système urinaire.

Dans quelles maladies la miction fréquente chez les femmes est indolore

La pollakiurie, non associée à la douleur, peut se développer avec les groupes de pathologies suivants:

  • maladies de diverses parties des voies urinaires;
  • les maladies génitales;
  • violations dans le travail des glandes endocrines;
  • changements liés à l'âge.

Les lésions infectieuses des muqueuses des voies urinaires se manifestent plus souvent de façon aiguë, avec le développement d'un tableau clinique turbulent. L'urétrite, la cystite, la pyélonéphrite au stade aigu ont toujours un syndrome douloureux caractéristique. Mais souvent, il y a une évolution prolongée ou chronique du processus inflammatoire, au cours de laquelle pendant les périodes de rémission, les symptômes cliniques brillants semblent être lissés. L'intensité des manifestations d'intoxication diminue, le syndrome douloureux disparaît et des troubles dysuriques, des mictions fréquentes restent.

Les pathologies des organes urinaires d'origine non infectieuse comprennent un dysfonctionnement de la vessie neurogène, c'est-à-dire qui s'est développé à la suite de changements dans sa régulation neuro-réflexe. De plus, le besoin fréquent de vider la vessie provoque une forme de la maladie - l'hyperréflexe. Dans le tableau clinique de cette pathologie, avec la pollakiurie, il y a une incontinence urinaire jour et nuit, de forts faux désirs, une diminution d'une seule quantité d'urine excrétée. Le syndrome douloureux est inhabituel.

Les maladies infectieuses des muqueuses de la vulve, du vagin ou du col de l'utérus peuvent provoquer la propagation du processus inflammatoire vers l'urètre et au-dessus. Ils se manifestent généralement par une décharge caractéristique du vagin, une sensation de brûlure et des démangeaisons, et l'urine acquiert des impuretés en raison de l'ingestion de pus ou de mucus des voies génitales. La présence de douleur dans ces cas n'est pas nécessaire et une irritation réflexe des muqueuses provoque également une augmentation de la miction.

Parmi les autres maladies gynécologiques dans lesquelles apparaissent des envies fréquentes d'origine réflexe, on peut noter des pathologies caractérisées par un effet physique sur la vessie. Tout d'abord, ce sont les néoplasmes de l'utérus et sa ptose, ou omission. Un myome ou un utérus en croissance, comme s'il «tombait» sur la vessie en raison de l'affaiblissement des ligaments, ne peut que provoquer une irritation constante des terminaisons nerveuses passant dans les parois de la vessie. En conséquence, un symptôme dysurique se développe sous forme de mictions fréquentes. Ce symptôme est souvent indolore, mais dans certains cas il s'accompagne de douleur et n'est pas précoce du tout, il est déjà caractéristique des stades avancés des fibromes et du prolapsus utérin.

La nécessité d'un vidage fréquent de la vessie en tant que symptôme est souvent administrée par un endocrinologue. C'est l'apparition de pulsions fréquentes, bien que non accompagnées de douleur, qui peut être le premier phénomène désagréable qui amènera une femme à être examinée. L'identification d'autres symptômes caractéristiques (augmentation de la soif et augmentation du volume de liquide quotidien à plusieurs reprises, démangeaisons de la peau et des muqueuses, augmentation de la fatigue) et des modifications de l'analyse sanguine aideront un spécialiste à déterminer le type de diabète. Le diabète sucré et le diabète insipide se manifestent par une miction indolore tout aussi fréquente, mais la polyurie est caractéristique de la deuxième pathologie. Il s'agit d'une forte augmentation de la quantité d'urine excrétée, qui est associée à une violation de la capacité des reins à concentrer l'urine.

Les femmes âgées se plaignent souvent de pulsions fréquentes, parfois associées à une incontinence urinaire. En règle générale, ils ne remarquent pas l'apparition de douleur. Les raisons de cette condition peuvent être non seulement des changements liés à l'âge, mais aussi des maladies précédemment transférées. Parmi ceux-ci, les coupables les plus probables sont:

  • négligé ou non traité à un jeune âge cystite, urétrite;
  • conséquences des blessures des organes urinaires;
  • conséquences des césariennes, ainsi que d'autres opérations sur les organes pelviens, sous forme d'adhérences formées ou de déformations cicatricielles de la vessie ou de l'urètre;
  • conséquences des AVC.

L'augmentation progressive des changements liés à l'âge dans le corps féminin ne signifie pas que toutes les femmes âgées souffrent de mictions fréquentes ou d'incontinence. Ces symptômes peuvent commencer à 40 et à 60 ans et leur gravité est très individuelle. La raison principale est un changement des niveaux hormonaux, une diminution de la production d'oestrogène. De plus, avec l'âge, la production d'élastine et de collagène diminue et la régénération des structures des tissus conjonctifs ralentit. En conséquence, les valves et les sphincters du canal urinaire s'affaiblissent, le tonus de la vessie et de l'urètre diminue et la fréquence des mictions devient inévitable dans la plupart des cas.

Comment traiter une miction fréquente indolore

Si les causes de cette condition ne sont que des facteurs physiologiques, il suffit de limiter leur effet sur le corps. Aucun autre traitement n'est requis, sauf si d'autres symptômes sont notés. Par exemple, une augmentation de l'apport de liquide par le patient ou l'apparition d'impuretés dans l'urine. Ensuite, il est nécessaire de procéder à un diagnostic différentiel par un médecin et de clarifier la maladie, dont la manifestation est devenue une miction fréquente.

De plus, un spécialiste du profil approprié prescrit une thérapie conservatrice ou radicale. Des médicaments de différents groupes sont utilisés, des exercices thérapeutiques (y compris des exercices de Kegel pour renforcer les muscles pelviens), de la physiothérapie, de la phytothérapie. Une intervention chirurgicale est nécessaire pour les omissions de l'utérus ou de la tumeur.

Si la thérapie est efficace et a conduit à une récupération ou à un ralentissement de la progression de la pathologie, une miction fréquente et indolore peut être éliminée. Malgré le fait que le traitement puisse être long, les patients doivent suivre strictement tous les rendez-vous médicaux.

Miction rapide chez les femmes

Un adulte va en moyenne aux toilettes 5 à 10 fois par jour, et il est libre de contrôler le processus de miction. Si cette norme augmente, il y a une raison de consulter un médecin pour un examen du système génito-urinaire. La miction fréquente chez les femmes, en règle générale, n'est pas un signe de pathologie. Avec l'hypothermie, la consommation excessive d'alcool, la prise de certains groupes de médicaments ou dans des situations stressantes, les envies peuvent survenir beaucoup plus souvent que d'habitude.

Causes de mictions fréquentes sans douleur

Les causes profondes du fait qu'une femme souhaite très souvent aller aux toilettes un peu peuvent être différentes, souvent elles ne sont pas associées à des maladies. Il existe 4 principaux facteurs expliquant les envies fréquentes. La première place est occupée par la pathologie du système urinaire. De plus, une envie constante peut être un signe secondaire du développement d'une maladie. Ils peuvent également être stimulés par des médicaments ou la mise en œuvre de tout processus physiologique dans le corps féminin. Considérez les causes les plus courantes de miction copieuse et indolore chez les filles:

  • Cystite. En raison des caractéristiques anatomiques chez les femmes, la maladie survient trois fois plus souvent que dans le sexe fort. Le stade initial ne provoque pas de douleur, mais une cystite ultérieure apporte un inconfort sévère à la fille. Un signe caractéristique de la maladie est que la vessie, même après avoir uriné, peut sembler vide. Avec la progression de la maladie, l'urine devient trouble.
  • Pyélonéphrite. La miction fréquente chez les femmes adultes peut parler du développement d'une maladie rénale - pyélonéphrite chronique. Parfois, la maladie s'accompagne d'une sensation de traction désagréable dans la région lombaire. Si la pathologie s'aggrave, la température corporelle commence à augmenter, des nausées, une faiblesse apparaissent, dans l'urine, vous pouvez voir du sang ou du pus.
  • Pierres de la vessie L'envie constante chez les femmes peut être un signe d'urolithiase. Le désir de vider la vessie apparaît brusquement et de manière inattendue, en règle générale, après avoir fait du sport ou tremblé pendant le transport. Pendant la miction, une femme atteinte de lithiase urinaire remarque des interruptions de jet et, dans certains cas, ressent une gêne dans le bas de l'abdomen.
  • Corset musculaire faible de la vessie. Le principal symptôme est une miction fréquente avec une petite quantité d'urine excrétée. Les femmes ressentent un vif désir urgent de courir aux toilettes. Cette pathologie est de nature congénitale, donc la seule façon de résoudre le problème est d'exercer les muscles abdominaux.
  • Hyperactivité vésicale. L'amplification des signaux nerveux fournis est interprétée par le cerveau comme l'envie d'uriner. La thérapie de la maladie vise à supprimer l'excitabilité pathologique du système nerveux.
  • Pendant la grossesse. Dans les premiers stades, l'augmentation de l'envie d'uriner est causée par un changement du fond hormonal d'une femme et une augmentation de la taille de son utérus. Au deuxième trimestre, la volonté de vider constamment la vessie n'est pas physiologiquement justifiée, mais peut indiquer le développement de pathologies. À la fin du terme, la pression de la tête du bébé et l'utérus élargi sur la vessie augmentent, de sorte que le désir de vidange se produit plus souvent que d'habitude.
  • Pathologie gynécologique. Un débit urinaire excessif peut être un symptôme de fibromes utérins (une tumeur bénigne qui appuie sur la vessie). Avec le développement de la maladie, le cycle des menstruations peut être perturbé. Si une femme a un trouble congénital - l'utérus est omis, les pulsions fréquentes sont dues au déplacement des organes pelviens.
  • Pathologie endocrinienne. Souvent, des déplacements constants aux toilettes indiquent un diabète. Dans le même temps, les symptômes suivants apparaissent: fatigue, démangeaisons de la peau, soif. Si une femme a constamment soif, cela peut aussi parler de diabète insipide, qui se caractérise par une augmentation du débit urinaire jusqu'à 5 litres par jour.
  • Maladie cardiovasculaire. Avec l'insuffisance cardiaque, en plus d'augmenter la fréquence des mictions, un œdème cutané se produit.
  • Facteurs physiologiques. Les causes courantes de l'augmentation de la production d'urine chez les femmes sont le régime alimentaire, l'anxiété, le stress et la famine.
  • Acceptation des médicaments. Une miction excessive est parfois déclenchée par l'utilisation de diurétiques prescrits pour le traitement de la gestose, de l'hypertension ou de l'œdème.

L'augmentation de la miction chez les femmes est un signe clair de la maladie

La norme de la fréquence des envies d'uriner par jour chez les femmes est une caractéristique très individuelle, différente pour chaque personne. En fonction de facteurs externes (température, quantité et type de liquide bu, etc.) et à différentes périodes de vie, cet indicateur peut varier considérablement. Cependant, si soudain le nombre de miktsii a fortement augmenté sans raison apparente, il est préférable de ne pas reporter la visite chez le médecin - cela peut être la conséquence de maladies graves et dangereuses.

Le taux de miction par jour

Mélanger, ou uriner, est le processus de vidange de la vessie. Les personnes en bonne santé commencent à ressentir la première envie d'uriner lorsqu'elles accumulent de l'urine avec un volume d'environ 150 ml. Avec une augmentation de la quantité de contenu dans la vessie, les envies commencent à se faire sentir plus fortement et deviennent prononcées.

En règle générale, chez une femme adulte sans pathologies du système génito-urinaire, le nombre de miktsii varie de 4 à 10 fois par jour (bien sûr, les indicateurs moyens sont pris en compte sans tenir compte de l'état psychologique, des fluctuations de température et des caractéristiques de l'activité du système urinaire de chaque patient).

Causes de miktsy douloureux et indolore chez les femmes

L'acte physiologique normal d'uriner se produit à la suite de l'activation du centre du même nom dans la moelle épinière en réponse à un étirement excessif de la paroi de la vessie. Il est important que le miktsia chez une personne adulte et mentalement adéquate soit contrôlable - le cerveau est capable à la fois de supprimer l'acte de vider la bulle et de la renforcer.

Facteurs de mictions fréquentes sans douleur

Chez les femmes, les envies fréquentes et indolores d'uriner peuvent être dues à des raisons physiologiques - alors que les cas suivants sont généralement indolores, disparaissent indépendamment après une certaine période de temps et ne nécessitent pas de mesures supplémentaires de la femme pour les éliminer. Le plus souvent, cela est observé avec:

  • consommation excessive d'alcool, de boissons gazeuses sucrées, de café et de boissons énergisantes;
  • manger des pastèques, des melons et d'autres aliments à forte teneur en eau en grande quantité;
  • exposition prolongée au froid;
  • prendre du thé pour perdre du poids (dans la plupart des cas, c'est un diurétique);
  • prendre certains médicaments pour les reins (diurétiques, etc.), infusions à base de plantes;
  • grossesse;
  • activité physique intense;
  • changements liés à l'âge (diminution de l'élasticité des tissus, changements hormonaux);
  • caractéristiques anatomiques de la structure de l'urètre (rétrécissement);
  • la ménopause et d'autres changements liés à l'âge;
  • maladies endocriniennes (diabète, diabète insipide).

Facteurs de miction douloureuse et rapide

Le groupe le plus important est occupé par les maladies des systèmes génito-urinaire et excréteur, unies par une similitude commune - une douleur intense qui se produit lors de la vidange. Parmi eux, il est de coutume de distinguer les pathologies d'étiologie infectieuse et non infectieuse. La manifestation de sensations douloureuses et désagréables se produit pour des raisons telles que:

  1. Maladies infectieuses:
    • l'urétrite;
    • cystite;
    • vaginite;
    • MST
    • maladie de la lithiase urinaire;
    • chlamydia urogénitale;
    • blennorragie;
    • candidose;
    • uréoplasmose;
    • trichomonase;
    • infections herpétiques;
    • vaginose bactérienne;
    • vulvovaginite atrophique.
  2. Les maladies non transmissibles:
    • négligence de l'hygiène intime ou de sa mauvaise conduite;
    • l'utilisation de produits cosmétiques au mauvais pH pour l'hygiène intime;
    • hypersensibilité aux contraceptifs chimiques;
    • l'utilisation de tampons ou de serviettes hygiéniques;
    • déséquilibre hormonal;
    • caractéristiques structurelles du système génito-urinaire;
    • maladie cardiovasculaire;
    • lésions urétrales (urolithiase, insertion incorrecte du cathéter, rapports sexuels grossiers).
    • infestations helminthiques;
    • abus d'aliments ou de médicaments irritants pour la vessie.

Symptômes de la maladie du système génito-urinaire chez la femme

Les causes des mictions fréquentes ont déjà été indiquées, mais il existe des symptômes qui peuvent donner un tableau clinique plus clair et signaler des maladies:

  1. Déséquilibre hormonal. Elle se caractérise par des envies fréquentes qui surviennent dans les deux types de diabète sucré, un dysfonctionnement des glandes surrénales et des pathologies de la glande thyroïde (par exemple, la thyroïdite auto-immune). La miction dans ces cas n'est pas accompagnée de douleur, de brûlure et d'irritation des muqueuses.
  2. Vaginite. La vaginite se caractérise par des pertes vaginales, qui s'accompagnent de douleurs, de brûlures et d'irritations des organes génitaux externes pendant la miction.
  3. Insuffisance cardiovasculaire. Elle s'accompagne de pulsions nocturnes fréquentes en raison de l'apparition d'un œdème latent pendant la journée et de l'excrétion active de l'excès de liquide la nuit. En même temps, le mickle est abondant, indolore, de couleur claire, sans odeur brillante..
  4. Malformation congénitale La quantité d'urine excrétée augmente en raison de la faiblesse de la paroi des organes urogénitaux, et avec un diagnostic de «vessie hyperactive», il y a une augmentation de l'envie d'uriner en réponse à des situations stressantes. Ces deux conditions n'apportent au patient aucune gêne sous forme de douleur, ne causant que des inconvénients purement pratiques.
  5. Cystite. L'inflammation de la vessie se produit, causée, en règle générale, par Escherichia coli - un micro-organisme pathogène conditionnel - il y a des douleurs aiguës et aiguës dans le bas de l'abdomen et dans l'urètre, une sensation de brûlure et l'excrétion d'urine en petites portions jusqu'à quelques gouttes. Dans ce cas, les femmes peuvent ressentir une sensation de satiété de la vessie. Une terrible complication de la cystite est sa transition vers une forme hémorragique (avec un mélange de sang dans l'urine), et une maladie qui n'est pas correctement traitée risque de passer du stade aigu au stade chronique avec des rechutes fréquentes et douloureuses (de 2 exacerbations en six mois à 1 fois par mois).
  6. Urétrite. Il y a une légère augmentation des indicateurs de température, l'apparition de muqueuses dans l'urine, qui devient très concentrée et corrode progressivement les parois de l'urètre.
  7. Pyélonéphrite. Il provoque une condition dans laquelle le bien-être d'une femme empire fortement - la température augmente, la douleur capture non seulement l'abdomen, mais passe également au bas du dos, des pertes purulentes et sanglantes se trouvent dans l'urine.
  8. Glomérulonéphrite. L'urine d'une nuance de «morceaux de viande» (rouge bordeaux saturé) est considérée comme un signe spécifique en raison de l'abondance de pus, de sang et de protéines, des douleurs de ceinture et une augmentation persistante de la pression artérielle.
  9. MST. Il provoque une sensation de brûlure, des démangeaisons, des douleurs, un écoulement purulent avec du sang. Ces symptômes peuvent survenir individuellement ou collectivement 2 à 3 jours après l'infection.

Un urologue raconte en détail les causes de la cystite chez les femmes qui se plaignent de sang dans l'urine, en particulier en urinant.

Quels tests doivent être réussis et comment s'y préparer correctement

En cas de changements dans le régime d'urination habituel de la femme qui ne sont pas associés à des facteurs externes externes, vous devez consulter un spécialiste - urologue dès que possible.

Habituellement, pour un diagnostic précis, en plus de recueillir une anamnèse et un examen général, les tests suivants sont prescrits:

Au moins 24 heures avant d'effectuer des tests d'urine, il est nécessaire d'éviter l'utilisation de boissons alcoolisées, de diurétiques, de produits qui peuvent changer de couleur. Il est recommandé d'exclure lors de la visite du gymnase et des saunas. Il n'est pas souhaitable de passer des tests pendant les menstruations et immédiatement après - cela peut nuire aux résultats. Le sang, en plus des instructions ci-dessus, est administré strictement le matin et l'estomac vide.

Conséquences possibles d'une pollakiurie fréquente

Avec une thérapie insuffisamment efficace, un accès prématuré à un médecin et des tentatives de traitement indépendant de la maladie, la principale cause de mictions fréquentes peut se présenter sous des formes incurables chroniques, accablées par de multiples complications. Par conséquent, il est si important de ne pas retarder un voyage chez l'urologue lorsque les premiers signes d'une violation de la fonction urinaire se produisent.

Recommandations pour le traitement du mycélium fréquent

Le choix du traitement dépend entièrement de la source principale de la maladie. En présence d'infection, des médicaments antibactériens sont prescrits, ainsi que des analgésiques, des antispasmodiques et des anti-inflammatoires à base de plantes, les troubles hormonaux sont corrigés avec des produits de soutien de l'endocrinologue, les tumeurs et les calculs doivent être supprimés en cas d'opérabilité. Des procédures physiothérapeutiques sont nécessairement prescrites et le régime alimentaire du patient est corrigé. Traitement spa recommandé.

La miction fréquente chez les femmes apporte beaucoup d'inconvénients, perturbant le rythme de vie normal. Cependant, le développement de toute maladie peut être évité à temps - ne tardez pas avec une visite chez le médecin. Seul un spécialiste compétent sera en mesure de déterminer le diagnostic exact et de prescrire le traitement approprié, ce qui donnera au patient la possibilité de mener une vie antérieure sans inconfort ni restrictions.

Mictions fréquentes chez les femmes

La miction rapide chez les femmes est un problème courant. Il existe différentes causes de ce symptôme. Parmi eux se trouvent des conditions physiologiques et pathologiques. En fonction du facteur étiologique qui provoque une envie fréquente d'uriner, les méthodes de traitement appropriées sont distinguées. L'une des causes les plus courantes de ce symptôme chez les femmes est les fibromes utérins. Les spécialistes de nos cliniques ont de nombreuses années d'expérience dans le traitement des ganglions myomateux. Un équipement moderne permet dans les plus brefs délais de faire un diagnostic précis des causes de la miction rapide. Sur la base des données reçues, les médecins prescrivent un traitement individuel..

Causes fréquentes de mictions fréquentes chez les femmes

La miction fréquente chez les femmes se produit pour diverses raisons. Ils peuvent être physiologiques et pathologiques. L'identification des facteurs étiologiques exacts est nécessaire pour déterminer les tactiques de traitement..

Facteurs pathologiques

Parmi les facteurs pathologiques de la miction rapide figurent:

  • Fibromes utérins. C'est un néoplasme bénin. Aux premiers stades de développement, les fibromes utérins n'ont pas de tableau clinique spécifique. À mesure que les nœuds myomateux se développent, des signes de compression des organes voisins apparaissent. Cela se traduit par une envie fréquente d'uriner. De plus, les fibromes utérins s'accompagnent de douleurs dans le bas-ventre et de saignements utérins abondants. Le choix du traitement des ganglions myomateux dépend de leur taille. Il existe plusieurs méthodes d'intervention chirurgicale, ainsi que des techniques non chirurgicales. L'embolisation utérine est parmi les plus populaires.
  • Prolapsus utérin. L'utérus tombe en dessous de la frontière normale, exerçant une pression sur les organes voisins. Ils changent également leur emplacement. Les symptômes du prolapsus utérin sont des mictions fréquentes, une possible incontinence urinaire, des douleurs dans le bas-ventre et des saignements utérins. La thérapie dépend du degré d'omission. Le traitement conservateur et chirurgical de cette condition est distingué..
  • Cystite. L'inflammation de la vessie chez les femmes se produit beaucoup plus souvent que chez les hommes. Cela est dû à des caractéristiques anatomiques. L'urètre féminin est plus court et plus large, ce qui est un environnement favorable à la pénétration des bactéries. La cystite se caractérise par des mictions fréquentes, l'apparition d'impuretés dans l'urine. Les uroantiseptiques, les antibiotiques et les anti-inflammatoires sont utilisés pour traiter l'inflammation de la vessie..
  • Diabète. La violation de la production d'insuline dans le corps s'accompagne d'une augmentation du niveau de glucose. Les premiers symptômes du diabète sont une soif accrue, une bouche sèche et des mictions fréquentes. Le traitement du diabète dépend de son type. Les comprimés hypolipidémiants et l'insulinothérapie sont isolés. De plus, vous devez suivre un régime.
  • Urolithiase. Cette maladie est caractérisée par la formation de calculs dans l'uretère. Lorsque les calculs atteignent de grandes tailles, il y a un blocage des conduits. Cliniquement, cela se traduit par un syndrome douloureux aigu, des mictions fréquentes, de la fièvre. Le traitement dépend de la taille des pierres. On distingue la thérapie conservatrice et l'intervention chirurgicale..
  • Pyélonéphrite. Fait référence à l'une des pathologies courantes du système urinaire. L'inflammation des reins se produit en raison de la fixation d'une infection bactérienne. Les symptômes de la pyélonéphrite sont des douleurs dans la région lombaire, des mictions fréquentes, de la fièvre, l'apparition d'une odeur âcre et des impuretés pathologiques dans l'urine. Le traitement consiste à prendre des médicaments antibactériens, antipyrétiques et anti-inflammatoires.
  • Pathologie cardiovasculaire. La violation de la microcirculation dans les pathologies du système cardiovasculaire s'accompagne d'une accumulation de liquide. Cliniquement, cela se traduit par le syndrome œdémateux. Le corps procède au retrait de l'excès de liquide par des mictions fréquentes.
  • Vessie hyperactive. C'est une complication des maladies des systèmes urinaires et autres. Les terminaisons nerveuses de la vessie sont trop sensibles, ce qui se manifeste par une miction rapide. Peut provoquer une incontinence urinaire.
  • Atony de la vessie. Cette maladie se caractérise par une diminution du tonus de la vessie. Dans ce cas, la miction devient fréquente, mais avec une petite quantité d'urine.

Facteurs physiologiques

Ce groupe de causes de mictions fréquentes chez les femmes comprend:

  • Nutrition. Certains produits peuvent provoquer une rétention d'eau dans le corps et irriter les terminaisons nerveuses de la vessie. Ces plats comprennent des aliments épicés, épicés, gras et salés. Une consommation excessive de ces produits contribue à l'apparition d'une envie fréquente d'uriner, ainsi que d'un syndrome œdémateux. Afin d'éviter les symptômes désagréables, il est recommandé de limiter l'utilisation de ces plats. Le respect d'une alimentation rationnelle et équilibrée normalise la fréquence des mictions.
  • Prendre des diurétiques. La nomination de diurétiques se produit pour diverses indications. Ils sont utilisés pour traiter le syndrome de l'œdème dans les pathologies des systèmes cardiovasculaire et urinaire. En plus d'éliminer l'excès de liquide du corps, les diurétiques contribuent à des mictions fréquentes.
  • Stress émotionnel. Le rythme de vie moderne affecte négativement l'état psycho-émotionnel des femmes. Le stress et la tension provoquent des symptômes de privation d'oxygène. L'un d'eux est la miction fréquente. Pour réduire l'anxiété, des sédatifs sont prescrits, dont la posologie est déterminée par le médecin traitant.
  • Cycle menstruel. Le syndrome de l'œdème, la labilité émotionnelle, une augmentation de la taille de l'abdomen et des mictions fréquentes sont caractéristiques de la période prémenstruelle. Cela est dû aux changements hormonaux dans le corps. Après le début des menstruations, les symptômes énumérés disparaissent.
  • Ménopause. Les changements hormonaux caractéristiques de la ménopause affectent le métabolisme. L'une des manifestations de la ménopause est l'envie fréquente d'uriner. Pour soulager les symptômes de la ménopause, il existe des médicaments spéciaux. Ils sont prescrits par le médecin traitant après diagnostic et détermination des indications de leur admission.
  • Boire beaucoup de liquides. Malgré les recommandations de consommation, une consommation excessive d'eau potable entraîne des mictions fréquentes. De plus, le liquide qui n'a pas eu le temps de sortir du corps s'y accumule. Cela se traduit par l'apparition d'un œdème. Les boissons caféinées (café, thé vert et noir) et l'alcool ont un effet diurétique. L'ajustement à la consommation réduit le risque d'uriner fréquemment.
  • Hypothermie. Un séjour prolongé dans une chambre froide ou dans la rue entraîne une hypothermie. Tout d'abord, les membres inférieurs gèlent. Dans ce cas, des mictions fréquentes apparaissent, qui disparaissent après avoir réchauffé le corps..
  • Grossesse. Des mictions fréquentes pendant la grossesse sont considérées comme normales. Pendant cette période, une femme augmente la quantité de sang en circulation, ce qui crée une charge supplémentaire sur le système urinaire. De plus, à mesure que le fœtus grandit, la taille de l'utérus augmente. Elle commence à faire pression sur la vessie, lui causant une irritation. En conséquence, les femmes urinent pour uriner plus souvent.

Causes de mictions fréquentes chez les femmes sans douleur

Les facteurs physiologiques de la miction fréquente chez la femme ne sont pas accompagnés de douleur. Les principales causes de miction rapide sans douleur comprennent:

  • Nutrition. Certains aliments peuvent irriter les terminaisons nerveuses de la vessie. Cette catégorie comprend les plats épicés, salés, gras et épicés. Le respect d'une alimentation rationnelle et équilibrée normalise la fréquence des mictions.
  • Prendre des diurétiques. Il existe différentes indications pour la prise de diurétiques. L'action principale des médicaments diurétiques est d'accélérer l'élimination des fluides du corps. Il en résulte des mictions fréquentes..
  • Stress émotionnel. Le stress, le surmenage nerveux affectent négativement l'état du corps. La privation d'oxygène qui survient après un stress psycho-émotionnel, provoque des mictions fréquentes.
  • Cycle menstruel. Au cours de la période prémenstruelle, le liquide s'accumule dans le corps de la femme. Par conséquent, il existe un syndrome œdémateux. Avec le début de la décharge, l'œdème disparaît, des mictions fréquentes apparaissent. Cela est dû à l'élimination de l'excès de liquide du corps..
  • Ménopause. La ménopause s'accompagne de changements hormonaux. Ils affectent le taux métabolique. L'une des manifestations de la ménopause est l'envie fréquente d'uriner.
  • Boire beaucoup de liquides. Ce groupe de facteurs physiologiques comprend de grands volumes d'eau pure, ainsi que l'abus de boissons contenant de la caféine. Le café, le thé vert et le noir ont un effet diurétique. C'est l'une des raisons des mictions fréquentes chez les femmes. Les boissons alcoolisées, en particulier la bière, ont également un effet diurétique..
  • Hypothermie. Dans un environnement où les membres inférieurs sont dans le froid, il y a de fréquentes envies d'uriner. Ils passent après avoir réchauffé le corps..

La miction fréquente sans douleur chez les femmes est causée par des facteurs physiologiques. Lorsqu'elles sont éliminées, le nombre de déplacements aux toilettes est normalisé. En cas de syndrome douloureux, ainsi que d'une odeur âcre ou de diverses impuretés dans l'urine, il est nécessaire de consulter un médecin.

Mictions fréquentes chez les femmes souffrant de douleur

L'apparition de douleur avec des mictions fréquentes indique l'ajout d'un processus pathologique. Il existe différentes raisons menant à cette condition. Parmi eux:

  1. Fibromes utérins. Appartient aux néoplasmes bénins. Pendant longtemps, il peut exister sans symptômes cliniques spécifiques. Avec une augmentation de la taille des nœuds myomateux, la compression des organes voisins se produit. La vessie est le plus souvent exposée. Le myome le presse, provoquant des douleurs et des mictions fréquentes. De plus, une femme s'inquiète des saignements utérins.
  2. Prolapsus utérin. Dans ce cas, l'utérus est déplacé sous la bordure normale. Les organes pelviens changent également leur localisation. Cliniquement, le prolapsus utérin s'exprime souvent par des mictions, des saignements utérins abondants, des douleurs dans le bas-ventre. Incontinence urinaire.
  3. Cystite. L'inflammation de la vessie chez les femmes se produit beaucoup plus souvent que chez les hommes. Cela est dû à des caractéristiques anatomiques. L'urètre féminin est plus court et plus large, ce qui est un environnement favorable à la pénétration des bactéries. Avec la cystite, en plus des mictions fréquentes, il y a des crampes et des démangeaisons, une sensation de vessie débordante, une fausse envie d'uriner et des douleurs dans le bas-ventre. Dans ce cas, l'urine acquiert une odeur âcre et des impuretés pathologiques.
  4. Urolithiase. Les pierres situées dans l'uretère provoquent un syndrome douloureux aigu. Mictions fréquentes, impuretés pathologiques dans l'urine, fièvre sont des manifestations cliniques de la CIM.
  5. Pyélonéphrite. L'inflammation bactérienne des reins est l'une des causes fréquentes de mictions fréquentes. La femme est également préoccupée par la douleur dans la région lombaire, les impuretés sanguines et une odeur piquante d'urine. La pyélonéphrite s'accompagne souvent de fièvre..
  6. Atony de la vessie. Elle se caractérise par une diminution du tonus de la vessie. Dans ce cas, la miction devient fréquente, mais avec une petite quantité d'urine.
  7. Vessie hyperactive. Appartient au nombre de complications des maladies des systèmes urinaires et autres. Les terminaisons nerveuses de la vessie sont trop sensibles, ce qui se manifeste par une miction rapide. Peut provoquer une incontinence urinaire.

Qu'est-ce qui peut exercer une pression sur la vessie chez la femme?

De nombreuses femmes éprouvent un symptôme de pression sur la vessie. Ce symptôme peut se produire pour diverses raisons. Les principaux sont:

  • Fibromes utérins. Il s'agit d'un néoplasme bénin, survenant le plus souvent chez les femmes de 30 à 40 ans. Aux premiers stades de développement, les ganglions myomateux ne sont pas accompagnés de symptômes cliniques. Avec une augmentation de la taille des fibromes, la compression des organes voisins se produit. La vessie est le plus souvent atteinte. De cela, une femme ressent une pression dans sa région.
  • Maladies inflammatoires du système urinaire. La cystite, la pyélonéphrite peuvent s'accompagner d'une sensation de pression sur la vessie. De plus, il y a une odeur âcre et des impuretés pathologiques dans l'urine, des douleurs dans le bas-ventre ou dans la région lombaire, peut-être une augmentation de la température corporelle.
  • Néoplasmes. Ils peuvent être situés dans la vessie et les organes pelviens. À mesure que le néoplasme se développe, la sensation de pression augmente..
  • Tabouret irrégulier. Les selles irrégulières peuvent provoquer une sensation de pression sur la vessie. La constipation nécessite de diagnostiquer les causes et de prendre des médicaments spéciaux pour l'éliminer..

Diagnostiquer les causes des mictions fréquentes

L'identification des causes des mictions fréquentes est nécessaire pour la nomination du traitement correct. Le diagnostic dépend de facteurs étiologiques. Les méthodes suivantes pour étudier les causes de la miction rapide sont distinguées:

  • Analyse générale du sang et de l'urine. Il est effectué afin de déterminer le processus inflammatoire dans le corps..
  • Chimie sanguine. Il est nécessaire de déterminer le niveau de créatinine, de glucose et d'autres indicateurs pour détecter les lésions rénales, la présence ou l'absence de diabète.
  • Examen gynécologique. Vous permet de définir la taille des fibromes utérins. Un gynécologue fait un échantillonnage du matériel pour déterminer les infections sexuellement transmissibles (gonorrhée, trichomonase, chlamydia).
  • Ultrason En utilisant des diagnostics échographiques des organes pelviens, les tailles, la localisation et le degré de développement des fibromes utérins, ainsi que d'autres néoplasmes des organes pelviens sont déterminés. L'échographie des reins et de la vessie est nécessaire pour diagnostiquer leurs maladies inflammatoires et déterminer la présence de calculs dans les uretères.
  • Test de grossesse. Avec des mictions fréquentes, des nausées, des menstruations retardées, le moyen le plus rapide de vérifier la grossesse est un test de pharmacie.

L'apparition d'une envie fréquente d'uriner nécessite un diagnostic approfondi. Si le symptôme est causé par des facteurs physiologiques, il n'y a aucune raison de s'alarmer. Cependant, avec l'ajout d'un processus pathologique, une miction rapide peut devenir le signe d'une maladie grave. Pour un diagnostic complet des causes des envies fréquentes d'uriner, vous pouvez contacter nos cliniques. Les médecins hautement qualifiés ont de nombreuses années d'expérience avec ce problème chez les femmes. Grâce à un équipement moderne, une grande précision de recherche est atteinte. Cela vous permet de prescrire le traitement correct et individuel, ce qui vous permet de vous débarrasser rapidement d'un symptôme désagréable..

Traitement des mictions fréquentes

La thérapie de la miction rapide dépend des raisons menant à sa formation. Conformément à cela, les méthodes de traitement suivantes sont distinguées:

Facteurs physiologiques

  • Normalisation de la nutrition. Il est recommandé d'exclure les aliments épicés, épicés, salés et gras de l'alimentation. Le menu du jour doit contenir suffisamment de fruits et légumes, d'herbes et de fibres.
  • Éviter les situations stressantes. Si possible, il est nécessaire de ressentir moins de stress émotionnel. Cela réduira le risque de manque d'oxygène et, par conséquent, d'uriner fréquemment. Dans le cas où le stress ne peut être évité, il est recommandé de prendre des sédatifs prescrits par votre médecin.
  • Ajustez la quantité de liquide utilisée. Pour réduire l'envie d'uriner, il est recommandé de renoncer à l'alcool et de réduire la quantité de boissons contenant de la caféine.

Facteurs pathologiques

  • Enlèvement des fibromes utérins. Il existe différentes façons de traiter cette maladie. En fonction des indications, on distingue l'ablation laparoscopique, hystéroscopique et laparotomique des ganglions myomateux. Une méthode moderne et non chirurgicale pour le traitement des fibromes utérins est l'embolisation des artères utérines. Le choix de la méthode est effectué par le médecin traitant sur la base du diagnostic.
  • Thérapie antibiotique. Il est prescrit pour la fixation d'une infection bactérienne qui provoque une inflammation des reins et de la vessie, du système reproducteur. Le choix du médicament dépend du tableau clinique, de la présence d'une intolérance individuelle, ainsi que de la pathologie concomitante.
  • Médicaments antispasmodiques. L'urrolithiase s'accompagne de douleurs intenses dans la région lombaire. Les spasmolytiques aident à soulager la gravité de la douleur. La posologie est choisie par le médecin conformément au tableau clinique.
  • Analgésique. Certaines conditions pathologiques conduisent à une miction rapide accompagnée de douleur. Pour l'arrêter, il est recommandé de prendre des anti-inflammatoires non spécifiques. Ils ont un effet analgésique, réduisent l'inflammation.
  • Thérapie sédative. Le stress psycho-émotionnel est l'une des raisons de l'envie fréquente d'uriner. De plus, la douleur persistante en soi est stressante pour le corps. Les sédatifs sont prescrits pour réduire le stress émotionnel..
  • Uroantiseptiques. Ce groupe de médicaments est prescrit pour les dommages au système urinaire. Ils réduisent la gravité de l'inflammation, ont un effet antiseptique..
  • Thérapie hypoglycémiante. Elle est réalisée avec un diabète sucré diagnostiqué. Selon le type de maladie, un comprimé ou une insulinothérapie est prescrit.
  • Phytothérapie. Il est utilisé comme méthode supplémentaire de traitement de la miction rapide. Pour ce faire, utilisez une décoction de rose sauvage, de pinède, d'airelle rouge ou de millefeuille. La phytothérapie n'est prescrite qu'en l'absence de réaction allergique aux composants des décoctions.

Les spécialistes de nos cliniques sont impliqués dans le traitement des mictions fréquentes chez les femmes. Dans leur travail, ils utilisent de nombreuses années d'expérience pour gérer avec succès ce symptôme. La thérapie est réalisée à l'aide d'un équipement moderne qui répond à toutes les exigences de qualité..

Traitement des mictions fréquentes - à Moscou

La miction rapide chez les femmes est un problème assez courant. Pour son traitement à Moscou, vous pouvez contacter les spécialistes de nos cliniques. Des médecins hautement qualifiés effectuent toutes les mesures diagnostiques nécessaires pour déterminer les causes des mictions fréquentes. Sur la base des données obtenues, un traitement individuel est sélectionné qui permettra de se débarrasser rapidement et efficacement d'un problème délicat. Pour clarifier le coût du traitement, ainsi que pour vous inscrire à une consultation avec un spécialiste, vous pouvez appeler le numéro de téléphone indiqué sur le site. Les appels sont reçus 24h / 24..

  1. Savitsky G. A., Ivanova R. D., Svechnikova F. A. Le rôle de l'hyperhormonémie locale dans la pathogenèse du taux de croissance de la masse des ganglions tumoraux dans le myome utérin // Obstétrique et gynécologie. - 1983. - T. 4. - S. 13-16.
  2. Sidorova I.S. Fibromes utérins (aspects modernes de l'étiologie, de la pathogenèse, de la classification et de la prévention). Dans le livre: fibromes utérins. Ed. EST. Sidorova. M: MIA 2003; 5–66.
  3. Meriakri A.V. Epidémiologie et pathogenèse des fibromes utérins. Sib Honey Journal 1998; 2: 8-13.
  4. Bobrov B.Yu. Embolisation utérine dans le traitement des fibromes utérins. L'état actuel du numéro // Journal of Obstetrics and Women's Diseases. 2010. No2. 100-125
  5. B. Yu. Bobrov, S. A. Kapranov, V. G. Breusenko et al. Embolisation des artères utérines: une vision moderne du problème. «Radiologie diagnostique et interventionnelle» volume 1 n ° 2/2007