Principal

Kyste

Quel est le danger de la pyélonéphrite en début ou en fin de grossesse, comment elle peut nuire au bébé et si elle peut être guérie ou prévenue

faire un bébé en bonne santé et vous protéger de la pyélonéphrite, nous en parlerons plus loin dans l'article.

Pyélonéphrite sans conséquences. Ce que vous devez savoir femme enceinte?

En raison de la structure anatomique du système urinaire, la belle moitié de l'humanité est plus sensible aux maladies rénales. Chez les femmes enceintes, la pyélonéphrite est souvent diagnostiquée. L'infection dans le corps doit être immédiatement éliminée. Les conséquences sont lourdes de complications graves pour la mère et le fœtus..

Maladie rénale pendant la grossesse: à quel point est-ce dangereux?

Le développement de pathologies rénales pour une femme enceinte est aussi courant que les maladies du système cardiovasculaire. Le processus de changement dans le corps féminin provoque la survenue de maladies latentes qui dégénèrent avec le temps en un stade actif aigu ou chronique.

L'insuffisance rénale détruit activement le processus normal de porter un enfant en bonne santé, déprime la santé maternelle. Des risques:

  • avortement spontané;
  • rupture du placenta;
  • livraison anticipée;
  • l'infection infecte le fœtus;
  • la naissance d'enfants morts;
  • gestose sévère.

Pyélonéphrite chronique et grossesse: mesures de soutien avant la conception

Si la pyélonéphrite chronique n'aggrave pas et ne provoque pas d'insuffisance rénale, une grossesse est probable. La maladie elle-même n'est pas une contre-indication. Mais vous devez vous préparer à porter un bébé, car il y a des complications. En raison de la pyélonéphrite chronique, la pression artérielle augmente. L'hypertension a des conséquences graves - gestose et éclampsie. De plus, la femme enceinte commence à ressentir des changements anatomiques, l'utérus se développe et serre les canaux urinaires.

Au stade de la planification de la grossesse, une femme doit être examinée. Il comprend: un test sanguin détaillé et biochimique, une analyse d'urine générale, selon Nechiporenko, une culture d'urine pour la stérilité. Selon les résultats, le niveau de protéines et de globules rouges est examiné et la sensibilité aux agents responsables de l'infection est déterminée. En plus des diagnostics échographiques, un examen des reins et du système génito-urinaire.

En cas d'exacerbations, les urologues n'accorderont pas d'autorisation de grossesse. La présence d'une lithiase urinaire ou d'une insuffisance rénale entraîne des fausses couches.

Que faire en cas d'aggravation de la pyélonéphrite chronique pendant la grossesse

Les exacerbations pathologiques permanentes pour les femmes enceintes ne sont pas rares. La pyélonéphrite se manifeste:

  • mal de crâne;
  • douleur au bas du dos;
  • inconfort pendant l'effort physique;
  • mauvaise santé et léthargie.

La présence de tout signe dépend du trimestre. La première période est caractérisée par une douleur lombaire sévère, qui donne au bas-ventre. À une date ultérieure, ils disparaissent, cependant, un gonflement et une baisse de la pression artérielle apparaissent, la quantité de protéines dans l'urine augmente.

Est-il obligatoire de boire ou d'injecter des antibiotiques

Toute maladie provoquée par des microbes et des bactéries a besoin d'antibiotiques. Ils tuent le pathogène, inhibant ainsi le processus d'inflammation. Les néphrologues soutiennent sans équivoque que ces médicaments sont nécessaires. Sans la destruction des bactéries, il existe un risque d'infection du bébé dans l'utérus.

Traitement précoce

L'inflammation des reins aux premiers stades est très difficile. Une femme doit être sous surveillance médicale constante. La douleur dans le bas du dos provoque un ton utérin. Très souvent, des fausses couches se produisent, une infection du fœtus, des enfants naissent avec des pathologies.

Au cours du premier trimestre, le processus de traitement est compliqué par le fait que tout le groupe de médicaments n'est pas autorisé pour une femme enceinte. De nombreux antibiotiques constituent une menace pour le fœtus. Dans cette situation, le médecin doit choisir la bonne tactique de traitement, mais tout le monde n'y parvient pas. Les pénicillines naturelles sont principalement utilisées. En cas d'inflammation légère, l'ampicilline est prescrite, pour un cours complexe - securopen.

Traitement tardif

À partir du 2e trimestre, les médicaments d'un plus large éventail d'actions sont autorisés. Le fœtus est déjà formé et le placenta remplit la fonction de protection à ce stade. Le choix du groupe médicamenteux dépend de l'évolution de la maladie..

Pyélonéphrite aiguë chez une femme enceinte: ce qui menace la mère et l'enfant

La pyélonéphrite dans toutes ses manifestations affecte négativement le cours de la grossesse. Souvent, une gestose tardive se développe chez la mère et le fœtus est infecté par une infection intra-utérine. Des problèmes plus graves, tels qu'un choc anaphylactique, peuvent également survenir..

Cette maladie présente des symptômes de survenue primaire ou se développe immédiatement rapidement et sous une forme aiguë. La pyélonéphrite chez une femme enceinte peut être détectée à n'importe quel stade de la grossesse à partir de 12 semaines. Dans ce cas, le patient doit être hospitalisé immédiatement..

Symptômes et manifestations

Il existe deux formes de la maladie: chronique et légère. Pour la pyélonéphrite aiguë, les symptômes sont les suivants:

  • apparition soudaine d'une température corporelle élevée;
  • la pression artérielle augmente, ce qui est particulièrement dangereux pour la grossesse au 3ème trimestre;
  • douleur au bas du dos dans les reins, une colique rénale apparaît;
  • fatigue, courbatures;
  • maux de tête et frissons, transpire fortement en sueur;
  • la gestose des premiers mois se traduit par des nausées et des vomissements, une intoxication survient aux stades ultérieurs;
  • fausse couche ou décoloration de la grossesse. Ces manifestations concernent le deuxième trimestre.

Pour les trois trimestres, une femme peut être gênée par plusieurs cycles d'exacerbation. Le patient est observé par un médecin, prescrit des tests et des tests pour détecter le nombre de leucocytes. Une augmentation des protéines montre un test sanguin pour la biochimie. Avec un processus prolongé, indépendamment de l'exacerbation, une femme enceinte s'inquiète des douleurs au bas du dos.

Traitement

Pour les patientes enceintes atteintes de pyélonéphrite, une thérapie est réalisée pour éliminer le processus inflammatoire, en observant les analyses en milieu hospitalier. L'automédication étant dangereuse. Les médecins choisissent le bon antibiotique. Options possibles:

Les anesthésiques et les antispasmodiques sont obligatoires. La gamme d'activités comprend dormir sur une position latérale. Ainsi, la pression sur les canaux urinaires est réduite..

Si cette option de traitement ne donne pas de résultats, un cathétérisme de l'uretère ou un drainage peut être effectué.

Dans les cas particulièrement difficiles, lorsqu'une suppuration est observée, une capsule fibreuse ou un organe malade est retiré. Parfois, un médecin est contraint de décider d'interrompre une grossesse.

En plus du traitement, le corps enceinte a besoin d'un soutien vitaminique et de sédatifs. Il est important de suivre un régime spécial et un régime alimentaire. Il est nécessaire de boire au moins 2 litres par jour, à condition que la femme ne souffre pas d'œdème. Pour cela, non seulement l'eau propre ordinaire convient, mais aussi les jus, les boissons aux fruits, les compotes. Les thés diurétiques et le café fort doivent être jetés.

Complications possibles de la pyélonéphrite pendant la grossesse

Pendant la grossesse, la mère héberge de la progestérone. Cette hormone affecte la fonction rénale, notamment. Les complications peuvent dépasser au cours de n'importe quel trimestre. La maladie se manifeste sous forme aiguë et chronique. Lorsque les premiers symptômes apparaissent, consultez un médecin. Assurez-vous d'être observé dans un hôpital, car cette pathologie entraîne de graves conséquences.

Pour mere

La transition d'une pyélonéphrite sévère pendant la grossesse entraîne des complications. Pour une future maman, cela s'exprime comme suit:

  • naissance prématurée;
  • risque de fausse couche;
  • saignement pendant et après le processus de naissance;
  • choc toxique;
  • prééclampsie;
  • insuffisance placentaire;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • rupture du placenta;
  • malaise général;
  • maux de tête.

Pour le fœtus

En raison de l'influence de la pyélonéphrite sur le corps de la mère, des complications dépassent le bébé à naître. La gestose précoce affecte le développement fœtal. La complication la plus dangereuse est sa mort en raison de l'insuffisance de nutriments et de l'hypoxie..

Les infections dans l'utérus conduisent à des pathologies à la naissance. Ceux-ci sont:

  1. Jaunisse. La maladie est caractéristique de nombreux nouveau-nés. Elle survient 3 à 5 jours après la fin de la vie et passe rapidement. Cependant, l'infection qui a enveloppé le corps du bébé tue le système immunitaire, des problèmes surviennent dans le contexte de la décomposition des éléments toxiques. Les enzymes du foie ne peuvent pas fonctionner pleinement. La jaunisse dure longtemps et avec des complications.
  2. Maladies purulentes-septiques. La septicémie chez les nouveau-nés se manifeste par une forte fièvre, une couleur caractéristique de la peau, une faiblesse, une dyspepsie. Le foyer de la maladie - l'infection dans le sang.
  3. Insuffisance respiratoire aiguë. Les premiers signes de la maladie sont: manque d'air, cyanose, suffocation. Au fur et à mesure que vous progressez, des crampes, une perte de conscience et un coma hypoxique sont observés. La pathologie peut entraîner la mort.

Un traitement en temps opportun augmente les chances de rétablissement de la mère et le développement sain de l'enfant.

Prévention de la pyélonéphrite

Les mesures préventives de la pyélonéphrite sont les suivantes:

  • buvez autant d'eau que le médecin vous l'a prescrit;
  • aérez la pièce. Marcher en plein air lorsque le temps le permet;
  • effectuer des exercices physiques thérapeutiques à la maison;
  • surveiller la miction régulière;
  • observer le régime du jour, la nutrition;
  • boire un complexe de vitamines pour améliorer l'immunité et le renforcement général du corps. Lors du choix des médicaments, assurez-vous de consulter un médecin.

Vous devez toujours surveiller votre état. Habillez-vous en fonction de la météo, ne gelez pas, ne chargez pas le corps avec une grande activité physique. Si vous ressentez des symptômes, contactez immédiatement la clinique.

Nutrition adéquat

Régime pour la pyélonéphrite, qui est basé sur la limitation de la consommation de sel et de liquide bu. Ceci est associé à une possible augmentation de la pression et à l'apparition d'un œdème..

Cependant, cette méthode est incorrecte. Avec cette maladie, il n'y a pas de retard dans l'eau et le sel dans le corps, vous ne devez donc pas limiter la consommation. Dans la forme aiguë de la maladie, vous devez boire plus de 2 litres d'eau.

Il est important de surveiller le fonctionnement normal des intestins. La constipation affecte la fonction rénale. Pour éviter les situations désagréables, il est nécessaire d'inclure des pruneaux, des fruits secs, des betteraves et d'autres produits laxatifs dans l'alimentation. Les protéines de viande et de poisson sont servies de préférence sous forme bouillie.

  1. Les premiers repas doivent être consommés en petites portions. Limitez les soupes avec des céréales et des produits laitiers. La composition comprend plus de légumes, assaisonnez avec de la crème sure faible en gras.
  2. Les produits à base de farine sont autorisés sous forme de produits de boulangerie. Craquelins de pain blanc et gris, crêpes et crêpes.
  3. Ne mangez pas de viande et de poisson plus de 200 grammes par jour. Il doit s'agir de variétés diététiques, de préférence de volaille ou de lapin, de veau. Plats à consommer bouillis, cuits au four et mijotés. Boulettes de viande cuites à la vapeur, aspic, rouleaux et ainsi de suite conviendront à la table.
  4. Oeufs autorisés 1-2 fois par semaine, consommation d'huiles, céréales, pâtes.
  5. Les bonbons sont mieux traités avec une extrême prudence. La prise de poids n'est pas souhaitable.

Aliments qui sont une contre-indication absolue:

  • toutes crèmes, pain frais et pâte feuilletée;
  • tous les bouillons sauf les légumes;
  • aliments en conserve, saucisses;
  • fromages, champignons;
  • vinaigrettes à base de mayonnaise, ketchup et moutarde;
  • caféine, chocolat;
  • raifort, radis, radis, oignon, ail, épinards, cornichons;
  • préservation;
  • boissons minérales et alcoolisées.

Parfois, vous pouvez diversifier votre alimentation. Mangez la saucisse d'un médecin, mais assurez-vous de la faire bouillir. Pour la vinaigrette, la béchamel à base de crème sure et de beurre est parfaite.

Si vous prévoyez une grossesse, mais qu'il y a probablement des problèmes rénaux, soyez prudent. Passez par le diagnostic, consultez votre médecin. Étant en position, les tactiques de traitement changeront et la probabilité que le fœtus ne souffre pas est minime.

Pourquoi les reins peuvent-ils faire mal pendant la grossesse et que faire

La grossesse est une période difficile lorsque d'énormes surcharges se produisent dans le corps féminin. Souvent, en conséquence, des échecs se produisent. Lorsque les reins sont malades pendant la grossesse, c'est un signe alarmant indiquant une violation de la fonctionnalité de l'organe. Dès le jour de la conception, les reins fonctionnent à un rythme accéléré. La santé de la femme enceinte et de l'enfant à naître dépend de leur bon fonctionnement..

Les reins peuvent-ils souffrir pendant la grossesse?

Oui, même une fille en parfaite santé. La plupart des causes de cette condition sont naturelles et inoffensives. Mais parfois, ils représentent un grave danger pour la femme et le fœtus..

Pourquoi les douleurs rénales sont-elles dangereuses?

Si les reins font mal et que la fille ne va pas chez le médecin, vous pouvez avoir des conséquences très désagréables:

  • La grossesse peut se terminer à tout moment.
  • Il existe un risque de naissance prématurée.
  • Il existe un risque d'intoxication fœtale en raison d'un nettoyage insuffisant du corps des toxines, que les reins effectuent.
Les conséquences dépendent de la façon dont la maladie est déclenchée, de la façon dont la femme se sent et par quels moyens elle est traitée. Lorsque des problèmes viennent d'apparaître, une thérapie à domicile est administrée. Avec une condition négligée, la pathologie peut entraîner la mort fœtale.

Comment comprendre que ça fait mal aux reins

Les filles enceintes se plaignent souvent de douleurs à la colonne vertébrale ou au bas du dos. Par conséquent, souvent, les douleurs de tirage dans ces domaines ne sont tout simplement pas prises en compte..

Certains signes indiquent que ce sont des organes appariés qui font mal:

  • Pendant la miction, une douleur est ressentie.
  • La fille marche plus souvent que d'habitude "un peu".
  • Il y a une douleur aiguë dans le bas de l'abdomen, sur le côté et le long du bas du dos.
  • Même lorsque la position du corps change, les reins continuent de souffrir.
  • La douleur commence à chaque contact avec le bas du dos..
  • Un gonflement se produit, une lourdeur dans les jambes.
  • La pression monte.
  • La tête fait constamment mal, la température monte, la femme frissonne. Parfois, la future mère vomit, est malade, elle perd l'appétit, se sent faible.

Si les reins font mal aux premiers stades de la grossesse, la fille a de la fièvre, des frissons, elle se plaint de douleurs abdominales de nature paroxystique.

Le plus souvent, les filles ont une douleur rénale droite pendant la grossesse. Le fait est que l'utérus appuie dessus avec une plus grande force en raison des particularités de l'emplacement. La plupart des problèmes avec le système génito-urinaire commencent à droite..

Pourquoi les reins font-ils mal pendant la grossesse?

Il existe des causes physiologiques d'une telle douleur:

  • Des troubles métaboliques se produisent, de sorte que des dépôts de sel et de pierre se forment, entraînant une douleur.
  • L'utérus est devenu plus grand, il exerce donc une pression sur les reins. Cela est particulièrement visible de la 14e à la 26e semaine de grossesse. Les uretères sont compressées, ce qui entrave la sortie d'urine en temps opportun et s'accumule dans le bassin rénal.
  • Les raisons résident dans les changements hormonaux. Pendant la grossesse, le niveau de progestérone augmente, ce qui détend les valves des muscles qui régulent le passage du fluide des différents organes.
  • L'efficacité des reins augmente, car avec leur aide, les produits de l'activité vitale de la mère et de l'enfant sont éliminés. Le volume quotidien d'urine augmente, de sorte que les reins commencent à fonctionner à un rythme accéléré.

La douleur dans les reins, qui s'est produite plus près de l'accouchement, indique souvent de graves écarts de santé.

Maladies possibles et leurs symptômes

Toute maladie rénale pendant la grossesse doit être maîtrisée et traitée avec des médicaments abordables. L'insuffisance rénale peut entraîner la mort de la femme et du fœtus.

Pyélonéphrite

Cette maladie provoque des douleurs rénales pendant la grossesse chez environ 7% des femmes. La pyélonéphrite est une inflammation bactérienne des tissus d'un organe. La maladie s'accompagne d'une détérioration rapide de l'état d'une femme:

  • La température corporelle monte souvent à 39-40 degrés.
  • Fille tremblante, ça fait mal d'aller aux toilettes "un peu".
  • Urination fréquente.
  • Changements de couleur d'urine.
  • Cela peut faire mal de chaque côté du corps ou immédiatement des deux.

Souvent, les reins sont douloureux en raison d'une immunité affaiblie, qui diminue naturellement chez les femmes enceintes..

La maladie dans les derniers mois de gestation se produit souvent en raison de l'accumulation d'urine dans les uretères.

Urolithiase

Il est formé en raison de défaillances du métabolisme du phosphore et du calcium. Des pierres et du sable apparaissent dans les reins. Les signes de la maladie sont les suivants:

  • Des impuretés sanguines apparaissent dans l'urine.
  • Une femme ressent une douleur aiguë à gauche ou à droite.

Si le rein gauche fait mal pendant la grossesse, la pierre ou le sable sort de l'uretère gauche. Il en va de même pour le côté droit. Après la sortie des calculs, la douleur cessera. Mais vous devez consulter un médecin.

Si des formations solides ne sortent pas, elles s'accumuleront progressivement dans la vessie, ce qui finira par conduire à une cystite.

Glomérulonéphrite

Si une femme enceinte souffre de douleurs rénales, cela peut être un symptôme de glomérulonéphrite, un processus auto-immun qui conduit souvent à une inflammation des organes. Parfois manifesté en raison d'une grippe antérieure ou d'un mal de gorge pendant la grossesse.

La glomérulonéphrite se produit avec les symptômes suivants:

  • néphrotique, accompagnée d'un gonflement des membres, du visage;
  • hypertonique, qui ne se manifeste que par une augmentation de la pression;
  • hématurique, dans laquelle une femme enceinte remarque des traces de sang dans l'urine;
  • mixte, qui se manifeste par un œdème, du sang dans l'urine et une pression artérielle élevée;
  • latent - détecté uniquement dans l'analyse de l'urine, lorsque des globules rouges y sont détectés.

Si vous ne consultez pas un spécialiste à temps, il existe un risque d'insuffisance rénale chronique, le fœtus peut se développer avec des pathologies.

Les conséquences les plus dangereuses sont les fausses couches spontanées au stade initial, la mortinaissance à la fin de la grossesse.

Autres maladies

Les sensations désagréables dans la zone arrière ne sont pas toujours associées au fait que la femme enceinte a des reins malades. Il y a des raisons complètement différentes:

  • La fille a des problèmes de colonne vertébrale. Souvent diagnostiqué avec ostéochondrose, hernies, protubérances.
  • Il peut y avoir des calculs biliaires, un ulcère duodénal, une pancréatite.
  • Inflammation ovarienne.
  • Il existe un risque de fausse couche. Ce phénomène s'accompagne souvent de douleurs spasmodiques, d'écoulement sanglant, de forte fièvre..

Les reins peuvent être malades pour diverses raisons. Si vous ressentez de la douleur, vous devez consulter un médecin.

Comment la maladie rénale est-elle diagnostiquée?

La grossesse s'accompagne souvent de problèmes rénaux. Pour exclure des pathologies graves, vous devez d'abord contacter votre gynécologue, qui orientera un urologue ou un néphrologue. Une analyse d'urine sera certainement prescrite, ce qui montrera s'il y a une pathologie. Vous devez également subir une échographie des reins, grâce à laquelle vous pouvez identifier les maladies cachées.

Que faire si les reins font mal pendant la grossesse

Pas besoin d'être traité seul. Le médecin établit le diagnostic après avoir réussi les tests. Il prescrit une thérapie appropriée. Si le problème n'est pas très grave, il est recommandé à la femme enceinte un régime alimentaire, ainsi que la prise de préparations à base de plantes sans danger pour l'enfant. Ils améliorent l'excrétion urinaire des reins et ont un effet anti-inflammatoire. Lorsque la maladie est déjà en état de négligence, le médecin vous prescrira des antibiotiques. Dans certains cas, vous devrez suivre un traitement à l'hôpital.

Médicaments de pharmacie

Tous les médicaments doivent être sélectionnés par un médecin. Dans les premiers stades, la pharmacothérapie est prescrite avec beaucoup de soin, car à cette période, tous les organes et systèmes de l'enfant sont formés. Après avoir déterminé la cause de la douleur à gauche ou à droite, le médecin prescrit:

  • Agents antibactériens qui bloquent la propagation de la maladie. Les médicaments approuvés de cette série sont Amoxiclav, Oxacillin, Monural, Ampicillin.
  • Phytopréparations à effet diurétique qui réduisent l'inflammation (Kanefron, Phytolysine).
  • Antipyrétiques sûrs - Le paracétamol et l'ibuprofène sont prescrits à température.

Remèdes populaires

Vous pouvez traiter les reins pendant la grossesse par des méthodes traditionnelles. Avant une telle thérapie, vous devez absolument consulter un médecin, car certaines herbes peuvent provoquer des allergies..

Voici quelques recettes populaires qui vous aideront lorsque les reins sont douloureux:

  • Décoction de stigmates de maïs. Prenez 3 cuillères à soupe. stigmatisation, versez 1 litre d'eau bouillante, faites bouillir au bain-marie pendant 30 minutes. Ensuite, le bouillon est filtré et pris jusqu'à 4 fois par jour, 50 ml.
  • Infusion de feuilles d'airelle rouge, prêle des champs, fleurs de busserole. Prenez 1 cuillère à soupe. chaque composant, versez 200 ml d'eau bouillante, insistez pendant 2 heures. Pour améliorer les propriétés curatives, vous pouvez ajouter 200 mg de momie. Le bouillon est pris trois fois par jour 30 minutes avant les repas.
  • Une décoction de cynorrhodons et de feuilles de busserole. Les ingrédients sont pris dans des proportions égales, versez un verre d'eau chaude, insistez sur un bain-marie pendant 5 minutes. Prendre une décoction le matin et avant le coucher, 100 ml.

Dans les pharmacies, des préparations urologiques spéciales à base de plantes sont vendues, que vous pouvez boire sur recommandation d'un médecin.

Nutrition adéquat

L'essentiel pendant la période de mise au monde d'un enfant est de réduire considérablement l'apport en sel. Si les reins font mal, vous devez arrêter de manger des viandes fumées et des cornichons.

Vous devez manger de façon fractionnée, boire jusqu'à 2 litres d'eau par jour. Le menu du jour devrait être du pain de seigle ou du pain brun, des pâtes à base de blé grossier, des légumes frais avec des fruits.

La prévention

Pour éviter les problèmes rénaux, vous devez suivre certaines mesures préventives:

  • Respectez les règles d'hygiène pour éviter l'infection du système génito-urinaire.
  • Jeter les sous-vêtements synthétiques.
  • Évitez l'hypothermie.
  • Buvez environ 2 litres de liquide par jour.
  • S'il y a une envie d'uriner, vous devez aller aux toilettes. Vous ne pouvez pas tolérer.
  • Assurez-vous d'avoir des aliments végétaux dans l'alimentation.
  • S'il y a des pathologies chroniques du système urinaire, vous devriez consulter régulièrement un médecin.
  • Idéal tous les jours pour faire de la thérapie par l'exercice.

Ce n'est que si à temps pour identifier et éliminer les problèmes avec les organes du système génito-urinaire, vous pouvez maintenir la santé du bébé à naître et de la mère. S'il commence à faire mal dans la région rénale, vous devez immédiatement contacter un médecin.

Rognons douloureux pendant la grossesse

Pendant la grossesse, tous les organes internes d'une femme travaillent en mode intensif. Un fardeau particulièrement lourd pèse sur les reins. C'est pourquoi les femmes enceintes sont à risque de maladie rénale. Et c'est pourquoi ils doivent être particulièrement prudents et courir chez le médecin au premier soupçon.

Bien sûr, pendant la grossesse, pourquoi ne pas faire de mal! Le reste est probablement le plus et le plus important. En effet, la colonne vertébrale a un fardeau très sérieux. Et les sensations désagréables dans le dos pendant cette période sont assez courantes. Mais comment reconnaître les douleurs rénales? Il est en fait très difficile, et souvent impossible, de diagnostiquer le problème vous-même. Par conséquent, il vaut mieux ne pas expérimenter et consulter immédiatement un spécialiste.

Quand consulter un médecin pour une douleur rénale?

  • La miction s'accompagne de douleur et d'inconfort..
  • Il y a une sensation de vidange incomplète de la vessie.
  • L'analyse d'urine montre une protéine.
  • Gonflement.
  • Hypertension artérielle.
  • Douleur dans la région juste au-dessus du bas du dos.
  • Aggravation de la douleur sur le côté et le bas de l'abdomen.
  • La douleur est constante, douloureuse. Cela ne fonctionne pas si une femme prend une position plus confortable du corps (ce qui est observé avec des douleurs musculaires).
  • Sensibilité tactile.
  • Peut être de la fièvre, des nausées, des frissons, des vomissements.

Les maladies rénales pendant la grossesse: pourquoi sont-elles dangereuses?

La grossesse dans le contexte de la maladie rénale s'accompagne toujours d'un certain nombre de problèmes. Ceux-ci comprennent le développement plus fréquent de complications et de gestose, ainsi que des problèmes de développement du fœtus, le risque d'infection des membranes et le développement d'une infection intra-utérine du bébé. De plus, la présence de pathologies entraîne des complications importantes pendant la grossesse elle-même, des problèmes de bien-être de la mère et la naissance de miettes plus tôt. Quelles pathologies et quel danger pendant la gestation?

Glomérulonéphrite.
La fréquence de la maladie est de 0,1 à 9%. La glomérulonéphrite est une maladie de nature allergique-infectieuse, qui entraîne une atteinte du complexe immunitaire des glomérules des reins. Le principal agent causal de la maladie est précisément le streptocoque hémolytique. Souvent, la glomérulonéphrite survient immédiatement après un mal de gorge, une grippe. La glomérulonéphrite sera caractérisée par des maux de tête, de la fatigue et des mictions fréquentes. Le principal symptôme pendant la grossesse sera l'apparition d'un gonflement du visage et sous les yeux, sur les jambes et la paroi abdominale antérieure. Il y a souvent une augmentation de la pression artérielle. Dans l'étude de l'analyse d'urine, les protéines, les globules rouges, les globules blancs sont déterminés et le nombre de globules rouges prévaudra de manière significative sur le nombre de globules blancs. En cas de maladie grave, une anémie peut survenir..

La glomérulonéphrite ne sera pas une indication inconditionnelle d'interruption de grossesse. Mais, il faut tenir compte du fait que les prévisions pour la mère et l'enfant peuvent être très sérieuses et tristes. En règle générale, avec la glomérulonéphrite, la gestose tardive, caractérisée par une évolution très sévère, commence à se développer tôt. Dans 11% des cas, des fausses couches spontanées sont observées, dans 29% des cas, des naissances prématurées. Les complications telles que l'encéphalopathie, l'insuffisance cardiaque et rénale, qui peuvent être la cause du décès chez la femme, sont fréquentes. Du côté du fœtus: malnutrition et hypoxie, jusqu'à la mort fœtale. Chez les nouveau-nés prématurés nés de mères atteintes de glomérulonéphrite, les statistiques de mortalité sont très élevées.

Aux premiers stades de la grossesse, il est obligatoire de se soumettre à un examen et de décider de la possibilité de prolonger la grossesse. En règle générale, la survenue d'une glomérulonéphrite aiguë pendant la grossesse sera une indication de son interruption, ainsi qu'une rechute chronique, qui se produira avec une augmentation persistante de la pression artérielle. Toute grossesse est menée par un tandem de spécialistes: obstétricien-gynécologue et néphrologue. Aux premiers stades de la grossesse, une hospitalisation primaire est indiquée, mais en cas d'aggravation de la condition, une femme doit être hospitalisée quel que soit son âge gestationnel. Plus près de la date de naissance, à 36 - 37 semaines de grossesse, une femme doit être hospitalisée dans le service de pathologie de la grossesse, afin de se préparer à l'accouchement et de choisir un mode d'accouchement. Les indications de l'accouchement prématuré comprennent l'exacerbation de la glomérulonéphrite chronique, qui s'accompagnera d'une altération de la fonction rénale, d'une augmentation de la pression artérielle, de l'ajout de formes sévères de gestose tardive et en l'absence de l'effet du traitement.

À la naissance même, ils utilisent des antispasmodiques, des analgésiques et prennent toutes les mesures pour prévenir les saignements. La gestion de la deuxième étape du travail dépendra du nombre de tension artérielle et de l'état du fœtus. La césarienne est pratiquée rarement et uniquement selon les indications obstétricales. Le traitement de la pathologie commence toujours par la nomination d'antibiotiques, il est également nécessaire de prescrire des antihypertenseurs en association avec des diurétiques. Avec la forme hypertensive de la glomérulonéphrite, des médicaments sont prescrits qui réduisent la charge sur le cœur, les vitamines, les antihistaminiques et souvent un cathétérisme urinaire est nécessaire.

Urolithiase.
Cette maladie survient dans 0,1 à 0,2% des cas chez les femmes enceintes et les femmes en couches. Dans le développement de la lithiase urinaire, un rôle énorme est joué par les changements dans le métabolisme du phosphore et du calcium, le métabolisme altéré de l'acide urique et oxalique, l'expansion des uretères ou du bassin, etc. Un rôle important appartient au processus infectieux. Il est à noter que la pyélonéphrite chronique peut être compliquée par la lithiase urinaire dans 85% de toutes les grossesses avec pathologie rénale, et en même temps, 80% des femmes enceintes atteintes de pyélonéphrite connaissent des complications sous la forme de lithiase urinaire. Un changement d'urodynamique favorisera l'avancement des calculs, précisément pour ces raisons, l'évolution de la maladie pendant la grossesse s'aggrave de manière significative. Souvent, une maladie est détectée pendant la grossesse..

Au cours de la maladie, une triade spécifique de symptômes apparaît en premier: la douleur, les pertes de tartre et le sang dans l'urine. L'attaque elle-même commence soudainement - une douleur aiguë dans le bas du dos et la région inguinale, qui peut irradier vers le périnée, la jambe et l'épigastre. La femme va essayer de trouver une position forcée - coude-coude, de son côté. Chez les femmes enceintes, le plus souvent, elle développe des coliques du côté droit (dues au déplacement de l'utérus vers la droite). L'attaque elle-même peut devenir une menace d'interruption de grossesse ou de développement d'une naissance prématurée. Parfois, selon des indications strictes, la stimulation du travail est effectuée - accouchement précoce, si l'attaque n'a pas pu être arrêtée. Le traitement chirurgical d'une manière planifiée pendant la grossesse n'est pas effectué. Seule la chirurgie d'urgence est indiquée pour les coliques rénales prolongées sans arrêt, sans écoulement d'urine, avec attaque simultanée de pyélonéphrite aiguë et sans effet des mesures prises.

Bactériurie asymptomatique.
Selon certains auteurs, elle peut survenir dans 45 à 80% des cas. La bactériurie se caractérise par la libération d'un grand nombre de micro-organismes virulents dans l'urine, sans aucun symptôme clinique et le développement de processus infectieux.
Il est habituel de parler de bactériurie asymptomatique dans les cas où 100 000 micro-organismes ou plus se trouvent dans un millilitre d'urine, qui est collecté à l'aide d'un cathéter. Les représentants typiques incluent E. coli, Klebsiella, Proteus et bien d'autres..

Toutes les femmes enceintes avec un diagnostic similaire doivent être soumises à une étude approfondie, afin d'exclure la pathologie latente du système urinaire. Juste dans le contexte de la bactériurie, environ 30% des femmes enceintes développent une pyélonéphrite aiguë. Conformément à cela, un traitement rapide est indiqué, y compris des antibiotiques, avec une détermination préliminaire de leur sensibilité.
Il est prouvé qu'une antibiothérapie opportune, qui vise à éliminer la bactériurie asymptomatique, aidera à réduire l'incidence de la pyélonéphrite à 1 - 2%. L'efficacité du traitement, dans ce cas, sera contrôlée en semant de l'urine sur la flore..

Pourquoi les reins font-ils mal pendant la grossesse? Causes, diagnostic et moyens de soulager les symptômes désagréables

Questions fréquemment posées

Causes de la douleur rénale pendant la grossesse

Pendant la grossesse, il y a une charge accrue sur tous les organes, en particulier sur les reins. Afin d'éliminer à temps les produits métaboliques finaux nocifs du corps de la mère, y compris ceux retirés par le cordon ombilical du corps fœtal, les reins doivent être en bonne santé. Pendant la grossesse, le flux sanguin rénal, c'est-à-dire la quantité de sang que les reins passent, augmente plusieurs fois. Les reins et les voies urinaires subissent des modifications anatomiques (structurelles), hormonales et hémodynamiques (liées à la circulation sanguine). Dans certains cas, le corps d'une femme peut difficilement s'adapter à de nouvelles conditions, il y a donc un dysfonctionnement dans divers organes, y compris les reins.

Les reins eux-mêmes ne peuvent pas faire de mal, car ils manquent de récepteurs de la douleur (terminaisons nerveuses sensibles), c'est-à-dire qu'avec des dommages aux tissus rénaux, il n'y a pas de douleur.

Que quelque chose ne va pas avec le rein, la femme découvre souvent quand les changements affectent la capsule dans laquelle se trouve le rein, ou le bassin, c'est-à-dire le collecteur dans lequel l'urine est collectée avant d'être excrété par les uretères. Ces deux structures ont des récepteurs de la douleur, donc lorsqu'elles sont étirées, les reins commencent à faire mal. En outre, des impulsions de douleur dans la région rénale se produisent si la fibre périnéphrique est enflammée. Les autres maladies des reins, qui détruisent le tissu rénal, mais n'irritent pas la capsule ou le bassin, ne provoquent pas de douleur.

Les changements suivants dans le corps féminin contribuent à l'apparition de douleurs dans les reins pendant la grossesse:

  • L'élargissement utérin. À mesure que l'utérus se développe, les organes situés à côté sont comprimés, à savoir la vessie et les uretères. La compression de l'organe viole sa mobilité, ce qui entraîne à son tour une stagnation de l'urine dans les voies urinaires, c'est-à-dire que son mouvement des reins vers la vessie et plus loin dans l'urètre (urètre) ralentit fortement. En augmentant, l'utérus dévie généralement légèrement vers la droite, donc le rein droit dérange plus souvent les femmes enceintes. La compression des voies urinaires survient le plus souvent entre 6 et 7 mois de grossesse, lorsque l'utérus est au-dessus du niveau du bassin.
  • Reflux vessie-uretère. Le reflux fait référence au mouvement passif du fluide dans la direction opposée au naturel. Le reflux de l'uretère à bulles est le mouvement de l'urine de bas en haut, c'est-à-dire de la vessie à travers les uretères jusqu'aux reins. Le danger de cette condition est qu’avec l’urine de la vessie, un grand nombre de bactéries pénètrent dans les voies urinaires supérieures et les reins, qui ont encore le temps de se multiplier dans l’urine stagnante jusqu’à ce qu’elles atteignent les reins..
  • Expansion des voies urinaires et du bassin rénal. Sous l'influence de l'hormone progestérone, nécessaire au maintien de la grossesse, tous les organes musculaires se détendent. Les uretères, la vessie et l'urètre ont une paroi musculaire. Leur expansion contribue à ralentir l'excrétion d'urine et la congestion, et le bassin rénal (une partie des reins où l'urine s'accumule et s'accumule) se dilate progressivement. Les uretères deviennent également plus longues et plus larges chez les femmes enceintes. Ces changements commencent au deuxième trimestre et culminent à la semaine 30. L'expansion du bassin rénal et de la partie supérieure des uretères chez la femme enceinte est appelée hydronéphrose physiologique de la femme enceinte (hydro-eau, néphrose - atteinte rénale). L'hydronéphrose est également caractérisée par une augmentation de la taille des reins et un gonflement des tissus. L'expansion maximale du bassin et de l'uretère est observée à 5 - 8 mois de grossesse. En raison de l'expansion des voies urinaires, environ 150 ml d'urine s'accumulent dans les reins (normalement 3 à 5 ml). Cette urine est appelée «résiduelle». L'urine qui n'a pas été éliminée du corps à temps devient un bon environnement pour la croissance des bactéries, augmentant ainsi le risque d'infection des voies urinaires et des reins.
  • Augmentation du flux sanguin vers les organes pelviens. La grossesse provoque une vasodilatation dans le bassin, y compris les vaisseaux des reins. Cela provoque une pléthore de reins, c'est-à-dire une augmentation de l'apport sanguin aux vaisseaux, principalement les veines rénales et la stagnation du sang à l'intérieur. Premièrement, il peut augmenter légèrement la taille des reins, conduisant à une capsule étirée, et deuxièmement, les bactéries s'accumulent autour de petites veines dilatées, ce qui augmente le risque d'infection rénale.
  • Modification des propriétés physiques et chimiques de l'urine pendant la grossesse. Chez les femmes enceintes, l'urine devient plus alcaline. Il y a une explication à cela. Pendant la grossesse, l'échange de gaz augmente dans les poumons. Ce phénomène est appelé hyperventilation. Plus le dioxyde de carbone est éliminé des poumons, plus l'environnement interne du corps devient alcalin. L'alcalinisation du sang est appelée alcalose. En réponse à l'alcalose, les reins commencent à éliminer les substances alcalines (bicarbonates) du sang avec l'urine. Ainsi, l'urine devient alcaline et l'équilibre acido-basique du sang est rétabli. Une réaction alcaline de l'urine augmente les chances de bactéries de s'y reproduire, c'est-à-dire que le risque d'infection des voies urinaires et l'apparition de douleurs dans les reins augmentent.
  • Mobilité accrue des reins. Même au tout début de la grossesse, l'hormone féminine relaxine est libérée dans le corps féminin, ce qui provoque un ramollissement et un affaiblissement des ligaments, y compris l'appareil ligamentaire des organes abdominaux. En conséquence, le rein devient plus mobile. Un changement de sa position peut altérer l'apport sanguin au rein, provoquant une tension et une douleur de la capsule..

Après une activité physique excessive ou si la femme enceinte a bu une grande quantité de liquide à la fois, une douleur dans les reins peut survenir, car ces facteurs stimulent les reins, augmentant le flux sanguin vers elle. En conséquence, la capsule rénale et le bassin peuvent s'étirer, provoquant des douleurs dans les reins.

Des douleurs rénales pendant la grossesse peuvent également indiquer une pathologie sévère..

Toutes les maladies rénales pendant la grossesse sont réparties dans les groupes suivants:

  • les maladies rénales qui ont été diagnostiquées chez une femme avant la grossesse;
  • maladie rénale, qui a été détectée pour la première fois pendant la grossesse;
  • maladie rénale chronique (IRC), qui se développe lors du port d'un enfant.

Maladie rénale avant la grossesse

De nombreuses maladies rénales pendant une longue période (années) surviennent au stade dit latent (caché), c'est-à-dire lorsqu'il n'y a pas de plaintes, et la maladie ne peut être détectée qu'en laboratoire. Mais chez les femmes enceintes, le stade latent passe rapidement au stade de manifestations cliniques - le stade de l'apparition de symptômes typiques de lésions rénales, dont l'une est une douleur dans la région lombaire. Si une femme avant la conception souffrait d'une maladie rénale chronique, pendant la grossesse, il y a une forte probabilité d'exacerbation ou de nouveaux dommages au tissu rénal. La principale différence entre ce groupe de causes de douleurs rénales pendant la grossesse est qu'elles incluent des formes chroniques de maladies qui ont déjà entraîné des changements importants dans les reins, car elles existent depuis au moins 6 mois.

Des douleurs rénales pendant la grossesse peuvent survenir avec les maladies suivantes qu'une femme avait avant la conception:

  • La glomérulonéphrite chronique est une inflammation des glomérules rénaux de nature immunitaire, qui conduit progressivement au remplacement des glomérules filtrant le sang par du tissu cicatriciel. Ce processus est toujours à double sens, souvent observé chez les personnes atteintes de maladies rhumatismales et de troubles immunitaires..
  • La polykystose rénale est une maladie à prédisposition génétique, caractérisée par le remplacement du tissu rénal par de nombreuses cavités remplies d'un liquide incolore et non inflammatoire (kystes).
  • La pyélonéphrite chronique est une inflammation des calices rénaux, du bassin et des tissus qui forment le cadre rénal. Contrairement à la glomérulonéphrite, avec la pyélonéphrite, l'appareil du glomérule rénal ne filtrant pas le sang est affecté, mais l'appareil recueillant l'urine qui a déjà passé le filtre.
  • Néphropathie par reflux - destruction progressive et cicatrisation des reins en raison du flux urinaire inversé.
  • Néphropathie analgésique - dommages aux reins, causés par une utilisation prolongée d'analgésiques (aspirine, paracétamol, analgine) à forte dose;
  • Néphroptose - prolapsus du rein (rein vague), en particulier souvent provoque une douleur unilatérale dans les reins chez les femmes ayant des naissances multiples.

Maladie rénale chronique qui se développe pendant la grossesse

L'insuffisance rénale chronique est un terme utilisé pour désigner les modifications structurelles du tissu rénal, ou uniquement une altération de la fonction rénale, d'une durée supérieure à 3 mois, ce qui peut être confirmé par des études en laboratoire ou instrumentales. Le principal indicateur de la fonction rénale est le taux de filtration glomérulaire (DFG). Cet indicateur pendant la grossesse augmente de 35 à 50%. La maladie rénale chronique fait référence à une condition dans laquelle le DFG est inférieur à 60 ml / min / 1,73 m 2. Cette valeur de cet indicateur indique la mort de plus de 50% des néphrons (cellules rénales).

Pendant la grossesse, une femme subit un examen approfondi, passe de nombreux tests. Ces tests ne sont pas toujours effectués avant la conception lors de la planification de la grossesse, donc parfois une femme découvre une pathologie pour la première fois pendant la grossesse. Ce sont toutes les mêmes pathologies chroniques qui existaient avant la grossesse, mais qui n'ont pas été diagnostiquées. Ces maladies sont distinguées dans un groupe distinct parce qu'une femme n'a jamais reçu de traitement pour ces maladies, ce qui signifie qu'il existe un risque que le processus chronique ait réussi à endommager les reins davantage.

Pathologies rencontrées pour la première fois chez la femme enceinte

La maladie rénale, qui a commencé à déranger une femme pendant la grossesse, est attribuée à une insuffisance rénale aiguë. Ces lésions rénales aiguës spécifiques à la grossesse sont divisées en pathologies qui surviennent aux premiers stades de la grossesse et en pathologies qui se produisent aux stades ultérieurs..

Pendant la grossesse, les maladies rénales suivantes peuvent survenir ou se manifester pour la première fois:

  • Pyélonéphrite aiguë - diffère de la chronique en ce qu'elle se produit dans le contexte de la stagnation de l'urine et de la multiplication des bactéries en elle chez une femme enceinte. Cette forme de la maladie est appelée pyélonéphrite gestationnelle (portant la gestation). Il peut se développer à n'importe quel stade de la grossesse. Cette condition provoque une infection des voies urinaires qui se propage aux reins, provoquant un processus d'infection aiguë. La cause de l'infection rénale aiguë est la bactériurie. Ce terme fait référence à la présence de suffisamment de bactéries dans l'urine pour provoquer une infection des reins et des voies urinaires. Toutes les femmes enceintes ont un risque potentiel de développer une bactériurie. Les bactéries pénètrent dans les reins, généralement par les voies urinaires inférieures.
  • Urolithiase - caractérisée par la formation de calculs dans les reins et les voies urinaires. La grossesse elle-même ne contribue pas à la formation de calculs rénaux, car les changements physico-chimiques de l'urine pendant la grossesse protègent les reins de la formation de calculs. Cependant, si même avant la grossesse, la femme présentait les premiers stades de la lithiase urinaire ("sable dans les reins") qui ne la dérangeait pas, la grossesse crée des conditions supplémentaires pour que les calculs augmentent de taille et provoquent des douleurs. Certains médecins pensent que des niveaux élevés de calcium dans le sang des femmes enceintes peuvent déclencher la formation de calculs rénaux. Pendant la grossesse, le niveau de calcium dans le sang augmente (cela est nécessaire pour la formation des os du fœtus), de plus, de nombreuses femmes enceintes se voient également prescrire des préparations de calcium. Cela peut entraîner une augmentation des niveaux de calcium dans l'urine et favoriser la croissance de calculs. Il faut du temps pour que les pierres se forment, donc l'urolithiase est plus souvent enregistrée en fin de grossesse
  • Lésion rénale. Une chute de hauteur pendant la grossesse ou un coup direct sur la région lombaire peut provoquer une rupture d'un vaisseau sanguin et une hémorragie sous la capsule rénale. Pour cette raison, la fibre périnéphrique peut devenir enflammée, des abcès peuvent se former en elle et dans le rein lui-même (abcès).
  • Infarctus du rein Pendant la grossesse, l'apport sanguin au rein peut être gravement altéré, entraînant une crise cardiaque. L'infarctus du rein dénote une condition où une certaine partie du rein, sans recevoir la nutrition d'un vaisseau sanguin, devient morte. La mort provoque une réaction inflammatoire, étirant la capsule et la douleur.

Pour la première fois pendant la grossesse, des malformations congénitales des reins et des voies urinaires, ainsi que des tumeurs, peuvent apparaître (toute tumeur pendant la grossesse peut commencer à augmenter de taille). Les malformations congénitales elles-mêmes ne provoquent pas de symptômes, mais leur présence augmente le risque de développer une lithiase urinaire, une pyélonéphrite et une hydronéphrose aiguë. Contrairement à l'hydronéphrose physiologique pendant la grossesse, l'hydronéphrose aiguë a des symptômes plus prononcés et une cause pathologique (tumeur, pierre, etc.). Le plus souvent, une telle hydronéphrose est exprimée d'un côté.

Où et comment les reins font-ils mal??

Les reins sont situés dans la région lombaire, près des muscles du dos, au niveau de l'intersection des vertèbres thoracique inférieure et lombaire supérieure. Le rein droit est situé un peu plus bas, il est beaucoup plus mobile que le gauche. Pour cette raison, la douleur dans les reins se fait sentir dans la région lombaire ou dans l'hypochondre..

Il est parfois difficile de faire la distinction entre la douleur dans les muscles lombaires et la douleur dans les reins. En règle générale, la douleur musculaire lombaire est située plus bas, tandis que la douleur rénale se fait davantage sentir sous les côtes derrière.

Selon le type de douleur, vous pouvez déterminer approximativement quelle maladie a causé des dommages aux reins. Si la douleur est causée par un spasme des parois des voies urinaires, la soi-disant colique rénale se développe - il s'agit d'une attaque soudaine de douleur aiguë qui se propage de la région lombaire vers l'avant et vers l'aine (le long des uretères). La cause des coliques rénales est le plus souvent une pierre qui obstrue les voies urinaires. Les coliques rénales sont plus caractéristiques pendant le premier trimestre de la grossesse et les 4 dernières semaines, c'est-à-dire pendant les périodes de fond hormonal instable, quand il y a une tendance au spasme des uretères (en présence de calculs, cela peut provoquer une crise de douleur). La douleur paroxystique aiguë provoque de petites pierres, tandis que les grosses pierres provoquent des entorses dans le bassin et des douleurs lombaires sourdes mais persistantes.

L'inflammation du bassin rénal (pyélonéphrite) et de l'uretère provoque une extension du bassin et un gonflement de la muqueuse de l'uretère. Ces processus provoquent des douleurs assez intenses qui augmentent et diminuent progressivement, situées dans la région lombaire..

D'autres maladies rénales, telles que la glomérulonéphrite, les tumeurs rénales et autres, provoquent une extension progressive de la capsule rénale, de sorte que la douleur dans les reins peut être légère. Souvent, une telle douleur est appelée sourde et douloureuse. La douleur due à l'étirement chronique de la capsule persiste longtemps, parfois constamment. Plus la capsule du rein est étirée rapidement pendant la grossesse, plus la douleur est aiguë et intense dans la région lombaire. S'il y a un processus inflammatoire chronique, alors la capsule s'étire lentement, ce qui signifie que la douleur sera faible, terne.

Pour déterminer s'il s'agit d'une douleur rénale ou d'une douleur musculaire au bas du dos, le médecin utilise un test de Pasternatsky. Pour effectuer le test avec le bord de la paume, vous devez frapper légèrement la région lombaire de deux côtés. Cela entraînera des fluctuations dans les tissus et la capsule rénale. S'il y a un processus pathologique dans les reins, une frappe provoquera un étirement de la capsule et la douleur augmentera ou s'intensifiera (un symptôme positif de Pasternatsky).

La douleur dans les reins est également aggravée par la respiration, car les reins ont une certaine mobilité, en raison de la proximité du diaphragme (la plaque musculaire-tendon dans la cavité thoracique inférieure, qui est impliquée dans l'acte de respirer). La relation entre la douleur et la respiration dans un rein vague est particulièrement caractéristique..

Il est également important de savoir que la douleur dans les coliques rénales ou l'inflammation aiguë est généralement unilatérale. Alors que l'inflammation chronique se produit souvent des deux côtés, par conséquent, une douleur douloureuse de nature inflammatoire peut être ressentie à la fois à droite et à gauche (parfois plus prononcée d'un côté).

Que faire en cas de plainte?

Si les reins tombent malades pendant la grossesse, vous devez absolument consulter un médecin, passer une série de tests et subir une série d'études instrumentales. Le fait est que la présence d'une infection des voies urinaires chez la femme enceinte, ainsi que toute maladie rénale chronique, complique le déroulement de la grossesse. Les femmes enceintes atteintes d'une maladie rénale courent un risque élevé de complications telles qu'une infection intra-utérine du fœtus, une fausse couche, une fausse couche et une mortinaissance. La présence d'une infection dans le corps augmente l'excitabilité de l'utérus et les toxines formées lors de la réaction inflammatoire ont un effet néfaste sur le fœtus. Par conséquent, il est important que la douleur dans les reins fasse attention aux symptômes qui l'accompagnent. Cela aidera le médecin à poser un diagnostic..

Un médecin doit être consulté si la douleur rénale s'accompagne des symptômes suivants:

Diagnostique

Si une femme enceinte se plaint de douleurs dans les reins, le médecin doit d'abord exclure une infection des voies urinaires et des reins. Si une femme a une bactériurie, cela indique clairement que la douleur est associée à une pyélonéphrite. D'un autre côté, la bactériurie peut ne provoquer aucun symptôme, aucune inflammation, et simplement exister chez une femme enceinte comme caractéristique de l'évolution de la grossesse. Le fait de la présence d'une bactériurie ne devient important que s'il est associé à une inflammation aiguë ou chronique des reins. La bactériurie est la présence de plus de 100 000 bactéries dans 1 ml d'urine. Il est important que cette quantité soit enregistrée dans au moins deux échantillons d'urine. Si la bactériurie ne provoque pas de symptômes, elle est appelée bactériurie asymptomatique et ne nécessite pas de traitement..

Le processus de diagnostic de la cause de la douleur rénale commence toujours par un interrogatoire et un examen général de la femme enceinte.

En faveur de la pyélonéphrite, les données suivantes obtenues par un médecin lors d'un interrogatoire d'une femme enceinte témoignent:

  • première grossesse - chez de nombreuses femmes, le corps s'adapte moins bien lors de la première grossesse, de sorte que le risque de lésions rénales est plus élevé;
  • la femme a donné naissance à de nombreux enfants - l'affaiblissement et l'épuisement progressifs des mécanismes d'adaptation contribuent également à une diminution de l'immunité;
  • il existe des facteurs contribuant à l'apparition d'infections des voies urinaires - violation des règles d'hygiène personnelle, inflammation chronique des organes génito-urinaires;
  • il existe des facteurs qui réduisent l'immunité d'une femme enceinte - hypovitaminose, surmenage, hypothermie.

En faveur de la glomérulonéphrite sont les données suivantes:

  • processus inflammatoire chronique (amygdalite fréquente, présence de maladies inflammatoires de la cavité buccale);
  • douleur bilatérale dans les reins;
  • tendance à une réaction allergique;
  • douleurs articulaires, dommages aux muscles et à la peau;
  • altération de la fonction cardiaque.

Méthodes de diagnostic des causes des douleurs rénales pendant la grossesse

Méthode de recherche

Comment est?

Ce qui révèle?

Analyse sanguine générale

Une numération globulaire complète est donnée le matin à jeun. En laboratoire, le sang est prélevé du doigt et le nombre d'éléments sanguins cellulaires (globules blancs, globules rouges, plaquettes), ainsi que les indicateurs qui leur sont associés (ESR, hémoglobine) y sont déterminés.

L'analyse est prescrite afin d'identifier la réaction inflammatoire du corps, ainsi que les changements caractéristiques de la pathologie des reins (diminution du taux de globules rouges et d'hémoglobine, augmentation de l'ESR et des globules blancs).

Chimie sanguine

Un test sanguin biochimique nécessite plus de matériel pour la recherche, donc le sang est prélevé dans une veine. L'analyse vous permet de déterminer la concentration de produits chimiques dans le sang.

Dans le sang, déterminez le niveau de substances qui devraient normalement être excrétées par les reins (créatinine, urée) et le niveau de substances que les reins commencent à manquer si elles sont endommagées (protéines).

Analyse générale d'urine

Pour une analyse générale, l'urine doit être collectée dans un flacon stérile le matin après le réveil. Chez les femmes enceintes à une date ultérieure, la clôture est réalisée à travers un cathéter inséré dans l'urètre.

L'analyse est nécessaire pour évaluer les propriétés physiques de l'urine, le niveau de produits chimiques et de substances qui forment les sédiments urinaires. Une analyse générale révèle des éléments inflammatoires dans l'urine, le sang (globules rouges), ainsi que de grandes quantités de protéines, qui ne devraient normalement pas être excrétées par les reins.

Analyse d'urine pour bactériurie

L'urine est collectée de la même manière que pour l'analyse générale. Il existe 2 façons de diagnostiquer la bactériurie - méthode express et bactériologique. La méthode express est basée sur les propriétés des bactéries pour transformer divers réactifs qui sont ajoutés à l'urine. La méthode bactériologique consiste à semer l'urine sur un milieu nutritif et à détecter la croissance d'une colonie de microbes. Cette dernière méthode est préférable, car elle vous permet également de déterminer la sensibilité des bactéries aux antibiotiques.

L'analyse est prescrite pour identifier l'infection comme facteur de risque de pyélonéphrite - la cause la plus fréquente de douleur rénale pendant la grossesse, ainsi que pour clarifier un pathogène spécifique et sélectionner le bon antibiotique pour le traitement.

Échantillon Zimnitsky

L'urine est collectée pendant la journée, à partir de 6 heures du matin, toutes les 3 heures dans 8 conteneurs séparés (cet échantillon est également appelé huit tasses).

L'analyse d'urine selon Zimnitsky vous permet d'évaluer la fonction rénale, la présence d'une insuffisance rénale, parfois la cause de lésions rénales.

Analyse d'urine selon Nechiporenko

L'urine est collectée de la même manière que pour l'analyse générale. Cette analyse est prescrite s'il y a des écarts dans l'analyse générale de l'urine..

L'essence de l'analyse de l'urine selon Nechiporenko est de compter le nombre d'éléments cellulaires (globules rouges, globules blancs, cylindres) dans 1 ml d'urine. Cela vous permet de déterminer le diagnostic..

Chromocystoscopie et cathétérisme de l'uretère

La chromocystoscopie est une méthode pour examiner la fonction de perméabilité des voies urinaires en introduisant un cystoscope (un outil pour examiner les voies urinaires de l'intérieur) et un colorant. La matière colorante (carmin d'indigo) est administrée par voie intraveineuse, et après un maximum de 5 minutes, elle doit être excrétée par les reins. Le cathétérisme urétéral implique l'insertion d'un mince conducteur dans la lumière de cet organe.

L'étude est menée pour évaluer la fonction urinaire des reins. Si la libération du colorant est retardée, cela signifie une violation de la fonction rénale ou la présence d'une obstruction à la sortie de l'urine. Chez la femme enceinte, le carmin d'indigo est excrété tardivement, mais son retard important indique déjà une pathologie, surtout s'il est excrété d'un uretère et non d'un autre. Le cathétérisme vous permet également de déterminer le niveau auquel la stagnation de l'urine s'est produite, par exemple, détecter une pierre.

Échographie rénale

L'échographie des reins est la méthode la plus sûre et la plus informative pour diagnostiquer la pathologie rénale pendant la grossesse. Un capteur qui envoie et reçoit des échos réfléchis est placé au-dessus de la zone rénale, tandis que la femme enceinte se trouve alternativement sur les côtés gauche et droit.

L'échographie vous permet de voir les calculs rénaux, les changements caractéristiques de la pyélonéphrite, la glomérulonéphrite, les pathologies congénitales, l'hydronéphrose et d'autres troubles des reins. Dans la plupart des cas, cette étude est suffisante pour le diagnostic..

Imagerie par résonance magnétique des reins

L'IRM rénale pendant la grossesse n'est pas contre-indiquée, car cette méthode n'affecte pas le fœtus. L'essence de l'étude est l'impact sur le tissu d'un champ magnétique et l'enregistrement de la réponse sous la forme de signaux à partir desquels l'image est formée. L'étude est réalisée à l'intérieur du tunnel du tomographe, où la femme enceinte se déplace sur la table de diagnostic.

L'IRM rénale est réalisée en cas de suspicion de tumeur ou d'insuffisance rénale sévère, ce qui entraîne une progression de l'insuffisance rénale. L'IRM est également indiquée si un diagnostic précis ne peut être établi, car les douleurs lombaires peuvent ne pas être liées aux reins (des douleurs dans la pathologie vertébrale se produisent dans la même zone).

Habituellement, en cas de pathologie rénale, une étude de contraste aux rayons X est nécessaire, mais pendant la grossesse, l'exposition aux radiations est contre-indiquée, par conséquent, toutes les méthodes de diagnostic radiologique (urographie, scintigraphie, tomodensitométrie) sont prescrites après l'accouchement.

Les tests ci-dessus permettent non seulement d'identifier la pathologie des reins, mais également d'évaluer le degré d'insuffisance fonctionnelle, et donc de résoudre la question de la nécessité, de l'urgence et de la méthode de traitement de la maladie rénale chez une femme enceinte.

L'indicateur le plus important pour évaluer la fonction rénale est le taux de filtration glomérulaire (DFG). Le DFG est le volume de filtrat sanguin qui se forme dans les reins par minute ou dans l'urine dite primaire. Cela dépend du nombre de néphrons, ainsi que du volume de sang qui pénètre dans les reins et de la pression dans les vaisseaux des reins. Plus cette vitesse est élevée, plus les produits nocifs sont éliminés du corps par minute et, inversement, plus la vitesse est faible, plus le sang est filtré. Ce paramètre est calculé après avoir détecté les niveaux de créatinine dans l'urine et le sang..

Comment traiter les reins?

Si la cause de la douleur rénale est une infection insuffisante rénale (pyélonéphrite), il n'est pas nécessaire d'hospitaliser une femme enceinte à l'hôpital. Mais avec une tendance à augmenter la pression artérielle, avec une douleur accrue, une aggravation des résultats des tests, une femme ne doit être observée et traitée qu'en milieu hospitalier. Il est conseillé qu'une femme soit examinée non seulement par un gynécologue, mais aussi par un urologue ou un néphrologue.

Si une femme enceinte souffre de douleurs rénales, le traitement a les objectifs suivants:

  • éliminer l'infection ou la bactériurie;
  • rétablir un débit urinaire normal (éliminer la congestion);
  • surveiller la fonction rénale, prévenir le développement d'une insuffisance rénale.

Le traitement de la douleur rénale comprend les méthodes suivantes:

  • traitement non médicamenteux;
  • traitement médical;
  • chirurgie.

Traitement non médicamenteux

Le traitement non médicamenteux est davantage une mesure préventive ou une partie supplémentaire, mais non moins importante, du traitement général des maladies rénales chez la femme enceinte.

Le traitement non médicamenteux de la pathologie rénale pendant la grossesse comprend les éléments suivants:

  • Régime alimentaire: Un régime alimentaire doit comprendre une quantité suffisante de protéines, en particulier si une maladie rénale provoque une perte d'urine, mais trop de protéines dans la glomérulonéphrite chronique peuvent provoquer une exacerbation. Si vous avez des calculs rénaux, vous devez savoir de quoi ils sont issus. La correction de l'alimentation peut arrêter la croissance des calculs. Vous devez manger beaucoup de fruits et légumes, qui contiennent de nombreuses vitamines (pastèque, raisins, concombres, poires, melon, carottes, betteraves, cassis, pêches, groseilles à maquereau);
  • Soulagement du flux d'urine. Pour cela, il est recommandé aux femmes enceintes de prendre une pose genou-coude pendant 15 minutes. Cette position peut également être prise lors d'une crise de douleur. De plus, pour que l'utérus ne serre pas les vaisseaux sanguins des reins, ce qui les rend pleins, les femmes enceintes doivent dormir sur le côté et non sur le dos. Un médecin peut insérer un cathéter dans les voies urinaires, à travers lequel l'urine quittera le corps plus facilement et plus rapidement, arrêtant ainsi la congestion urinaire et la douleur associée à l'étirement de la capsule ou du bassin rénal, aussi.
  • Boire beaucoup. Si une femme enceinte n'a pas tendance à gonfler et à l'hypertension artérielle, ainsi qu'avec une fonction rénale préservée, buvez plus de 2,5 litres de liquide par jour pour stimuler le passage des calculs, nettoyer les voies urinaires de l'infection et arrêter la stagnation de l'urine.
  • Physiothérapie. L'utilisation de méthodes de physiothérapie est particulièrement indiquée si la douleur est causée par une glomérulonéphrite chronique. La physiothérapie comprend des méthodes telles que l'électroanalgésie, l'électrophorèse, le rayonnement ultraviolet. Toutes ces méthodes réduisent la douleur et l'inflammation. De plus, la physiothérapie vous permet de normaliser le tonus des muscles des uretères, soulageant ainsi les spasmes ou, inversement, stimulant la contraction musculaire lors de la stagnation de l'urine.

Le traitement non médicamenteux comprend également la dialyse, c'est-à-dire la purification du sang des toxines à l'aide de l'appareil "rein artificiel". La dialyse est prescrite aux femmes enceintes si les reins cessent de fonctionner normalement et qu'un niveau très élevé de substances azotées est détecté dans le sang.

Traitement médical

Il est strictement contre-indiqué pour les femmes enceintes d'essayer de soulager les douleurs rénales en prenant des analgésiques. Les médicaments efficaces contre la douleur causée par le spasme n'auront aucun effet si la douleur dans les reins est causée par l'étirement de la capsule et l'infection, ou si l'effet n'est pas significatif. De plus, vous ne pouvez pas essayer de prendre vous-même des médicaments antibactériens pour traiter l'infection. Cela est particulièrement vrai pour les femmes qui ont reçu un traitement pour une infection chronique avant la grossesse. Par conséquent, une femme doit se rappeler que les médicaments prescrits par le médecin avant la grossesse peuvent être absolument contre-indiqués pendant la gestation.

Médicaments pour traiter les douleurs rénales chez les femmes enceintes

Groupe de médicaments

Une fois appliqué?

Analgésiques

Parmi les médicaments contre la douleur rénale, la baralgin reste préférée. D'autres analgésiques, tels que le paracétamol, ne sont pas recommandés pour la douleur dans les reins en raison de leur potentiel de causer des dommages aux tissus non rénaux.

Antispasmodiques

Les antispasmodiques tels que le no-shpa ne peuvent être efficaces qu'en cas de crise de coliques rénales, mais leur utilisation n'est pas recommandée sans diagnostic précis. Par exemple, dans l'hydronéphrose aiguë, les antispasmodiques ne sont pas prescrits, car cela aggrave la congestion dans les voies urinaires, ce qui est la raison de l'extension du bassin et de la capsule rénale.

Des vitamines

Obligatoire est la nomination de vitamines qui ont un effet anti-inflammatoire, augmentent l'immunité (vitamines des groupes A, B) et empêchent également la formation de calculs rénaux (vitamine C).

Antibiotiques

Le choix de l'antibiotique est effectué après obtention des données d'analyse d'urine pour la bactériurie. De nombreux antibiotiques sont dangereux pour le fœtus (ils peuvent provoquer des malformations, en particulier au début de la grossesse). Même avec de la fièvre, la douleur dans la région rénale n'est pas toujours le signe d'une infection qui doit être traitée avec des antibiotiques. Parfois, c'est le signe d'un processus auto-immun dans le corps qui affecte les reins..

Diurétiques

Attribué principalement en présence d'un œdème. Les médecins préfèrent prescrire des préparations à base de plantes (remèdes à base de plantes), moins souvent pendant une courte période avec une maladie rénale sévère, vous pouvez prescrire un diurétique (la plupart des diurétiques sont strictement contre-indiqués pendant la grossesse, d'autres sont utilisés avec grand soin).

Phytopréparations

Certaines préparations à base de plantes ont des effets diurétiques, antispasmodiques et anti-inflammatoires. Ce sont généralement des médicaments qui contiennent des extraits de plantes tels que le cysténal, l'avisan. Leur caractéristique est également qu'ils agissent de manière sélective sur les uretères, relaxant leurs muscles et soulageant les spasmes, qui sont souvent la cause de la douleur.

Chez les femmes enceintes, les plantes médicinales suivantes peuvent être utilisées:

  • citrouille (le jus de citrouille est particulièrement utile);
  • framboises (peuvent être sous forme de thé);
  • airelle (les feuilles d'airelle sont utilisées pour la décoction);
  • camomille (pour décoction);
  • busserole (pour décoction);
  • prêle (pour décoction).

Les herbes ci-dessus ont des effets anti-inflammatoires et diurétiques. Leur utilisation facilite également le passage des pierres. Le bouillon est préparé comme suit. Ils prennent des matières premières (généralement quelques herbes ensemble), versent de l'eau bouillante et bouillent au feu pendant 5 à 10 minutes. Après quoi le bouillon refroidit, il est décanté et bu pendant la journée. La méthode d'administration exacte dépend du type de recette populaire. Dans tous les cas, comment et quel type d'herbe vous pouvez boire doivent être vérifiés avec votre médecin, car tant d'herbes dans leur composition contiennent des substances toxiques qui peuvent affecter le fœtus.

Si la douleur rénale est causée par une crise cardiaque ou une thrombose vasculaire, des agents antiplaquettaires sont prescrits - anticoagulants.

En cas de maladie rénale grave, une femme enceinte peut avoir besoin de médicaments dangereux pour le fœtus. Dans ce cas, à risque élevé de fausse couche, le médecin suggère un avortement artificiel, car de nombreuses pathologies des reins ne permettent pas de porter et de donner naissance à un bébé en bonne santé, menaçant également la vie de la mère.

La grossesse est interrompue par une maladie rénale dans les cas suivants:

  • inflammation du rein (pyélonéphrite ou glomérulonéphrite), qui est associée à une pression artérielle élevée ou à une augmentation du niveau d'azote (urée, créatinine) dans le sang;
  • inflammation d'un seul rein;
  • progression de l'insuffisance rénale pendant la grossesse.

Chirurgie

La chirurgie des maladies rénales chez la femme enceinte peut être nécessaire soit en cas d'obstruction des voies urinaires par des calculs, soit avec le développement de complications purulentes d'infection des voies urinaires et des reins. La bonne nouvelle pour les femmes enceintes atteintes de lithiase urinaire est que dans certains cas, pendant la grossesse, les pierres peuvent s'éloigner seules (avec leur petite taille). Les médecins expliquent cela par une expansion prononcée des uretères et du bassin. Cependant, si les pierres ne se sont pas éloignées au milieu de la grossesse, vous ne devez pas attendre leur départ à une date ultérieure.

Le traitement chirurgical des causes des douleurs rénales pendant la grossesse peut aider à maintenir la grossesse en vie. Par exemple, l'élimination des pierres qui entravent la circulation sanguine après 15 à 18 semaines de grossesse augmente les chances qu'une femme puisse porter un bébé. Si l'opération doit être effectuée à une date antérieure, alors souvent la grossesse est interrompue.

En présence d'une inflammation purulente sévère, d'un abcès, de blessures et d'hémorragies, une partie du rein est retirée, car le pus ne peut pas se dissoudre seul et des substances toxiques pénètrent périodiquement dans le sang, ce qui présente un danger potentiel pour le fœtus.

Pourquoi pendant la grossesse, le rein droit est plus souvent inquiet?

De nombreuses femmes enceintes se plaignent plus souvent de douleurs dans le rein droit que de douleurs dans le gauche. Cela est dû à la fois aux particularités de la localisation du rein droit et à la particularité de l'évolution de la grossesse. Le rein droit est situé en dessous de la gauche (car le foie est à droite), il est plus mobile, c'est-à-dire qu'il a tendance à légèrement changer de position. Cette condition s'appelle un rein vague. Pendant la grossesse, la mobilité du rein augmente en raison du ramollissement des ligaments (cela est facilité par le fond hormonal de la grossesse). Une modification de la position du rein entraîne une modification de l'emplacement des vaisseaux sanguins, ainsi que de l'uretère qui y est associé, ce qui peut provoquer une stagnation de l'urine et une distension du bassin ou de la capsule du rein (ces éléments du rein provoquent des douleurs lorsqu'ils sont irrités).

Un autre facteur qui endommage le rein droit plus souvent que le gauche est la tendance de l'utérus à dévier vers la droite à mesure qu'il se développe pendant la grossesse. Penché vers la droite, l'utérus serre l'uretère, le flux d'urine à travers l'uretère ralentit, l'uretère se dilate et une stase urinaire se développe. L'urine stagnante est le début d'une pyélonéphrite (inflammation des reins causée par une infection) ou d'une hydronéphrose (expansion des cupules et du bassin des reins et compression progressive du tissu rénal, où le sang est filtré). Presque toutes les femmes enceintes développent une hydronéphrose physiologique, qui est particulièrement prononcée à droite et peut provoquer des douleurs rénales. Mais la pyélonéphrite n'est jamais normale pendant la grossesse. Les deux pathologies nécessitent un traitement sous la supervision de médecins spécialisés dans le traitement des maladies rénales (urologue, néphrologue).

Pourquoi les femmes enceintes ont des douleurs rénales aux premiers stades?

La grossesse précoce est une période pouvant aller de 18 à 20 semaines, c'est-à-dire avant le mouvement du fœtus, que la femme enceinte commence à ressentir. Avant cette période, un changement de statut hormonal et immunitaire est observé dans le corps de la femme enceinte. Le corps de la femme s’adapte pour que le système immunitaire ne réponde pas aux protéines du fœtus en croissance, qui sont étrangères. Cependant, une telle diminution de l'activité immunitaire peut provoquer une exacerbation de l'inflammation chronique des reins (pyélonéphrite) ou faciliter le développement d'une inflammation aiguë, en particulier dans le contexte de stagnation de l'urine, qui est presque toujours observée dans une certaine mesure chez une femme enceinte (en raison des mêmes changements hormonaux). Aux premiers stades de la grossesse, à savoir à partir de 10 à 12 semaines, des douleurs rénales surviennent à la suite de changements hormonaux qui affectent le tonus des muscles des voies urinaires et provoquent une stagnation de l'urine.

Pendant la grossesse, les reins eux-mêmes fonctionnent «pour deux», car ils sont obligés d'éliminer du corps non seulement les toxines formées dans les organes de la femme enceinte, mais aussi celles qui se forment chez le fœtus. Pour assurer une élimination rapide et efficace des substances, le flux sanguin rénal sous l'influence des hormones augmente. Surtout dans les premiers mois de la grossesse, lorsque le flux sanguin vers tous les organes du petit bassin augmente, une stagnation des veines rénales peut survenir. De ce fait, les reins deviennent légèrement plus gros, ce qui entraîne un étirement de la capsule rénale et peut provoquer des douleurs.

Pourquoi les reins d'une femme font-ils mal aux derniers stades de la grossesse??

Aux stades ultérieurs, la douleur rénale est le plus souvent associée à une augmentation de la taille de l'utérus, qui comprime fortement les voies urinaires, provoquant une violation de l'écoulement de l'urine. Il s'agit d'un facteur mécanique qui, contrairement aux changements hormonaux dans le corps féminin au cours des premiers mois de gestation, devient plus prononcé avec l'augmentation de l'âge gestationnel. La compression mécanique de l'uretère et de la vessie est une stagnation dangereuse de l'urine non seulement dans l'uretère, mais aussi dans les reins. Les changements hormonaux à 30 à 32 semaines, qui provoquent une forte expansion des uretères, y contribuent également. Dans la seconde moitié de la grossesse, les uretères sont dilatées au maximum, par conséquent, l'urine, s'accumulant dans le rein, provoque un étirement du bassin (c'est la partie du rein dans laquelle l'urine est collectée) et des douleurs lombaires d'un caractère douloureux terne. La douleur peut s'intensifier à l'inspiration, qui est associée au mouvement du rein avec le diaphragme.

Que faire si une femme enceinte a des douleurs aux reins et de la fièvre?

Si pendant la grossesse, la douleur dans les reins est combinée à une augmentation de la température corporelle, alors c'est un signe clair d'infection. Le plus souvent, l'infection pénètre dans les reins de manière ascendante (de la vessie à l'uretère). Ceci est assez fréquent chez les femmes enceintes, surtout s'il y a eu une infection du système génito-urinaire avant la grossesse. La température corporelle n'augmente pas si l'infection affecte uniquement la vessie (cystite), car les bactéries à travers la paroi de la vessie ne pénètrent pratiquement pas dans le sang et ne provoquent pas d'intoxication corporelle. Si l'infection atteint les reins, puis, en raison du fait que les tubules rénaux sont situés à côté des vaisseaux sanguins des reins (ils sont littéralement entrelacés), les toxines microbiennes pénètrent facilement de l'urine dans le sang, provoquant une augmentation de la température corporelle.

S'il y a de la fièvre ou même une légère augmentation de la température corporelle, la femme enceinte devrait consulter un médecin, passer un test d'urine pour détecter une bactériurie (un terme qui indique la concentration de bactéries dans l'urine pouvant provoquer un processus infectieux), et également subir une échographie des reins. Souvent, ces études suffisent pour déterminer la cause de la douleur et de la fièvre (en outre, le médecin prescrira également des analyses de sang).

Si le processus n'est pas arrêté aux stades initiaux de l'infection rénale, il existe un risque de complications purulentes, c'est-à-dire la formation d'un abcès (abcès). Le traitement de cette condition n'est que chirurgical. Au début de la grossesse, les chances de maintenir une grossesse dans une inflammation purulente sont faibles.

Qu'est-ce qui fait mal exactement dans la région lombaire - les reins ou les muscles?

Il est connu qu'avec la pathologie rénale, le bas du dos commence à faire mal, car ils sont situés au niveau des premières vertèbres lombaires, mais si le bas du dos fait mal pendant la grossesse, la cause n'est pas toujours une maladie rénale. Très souvent, le bas du dos commence à faire mal chez la femme enceinte en raison de changements dans les ligaments. Lors du portage de l'enfant dès les premiers mois, les ligaments qui soutiennent les os dans une certaine position se ramollissent quelque peu. En conséquence, les os deviennent plus mobiles. Cela est nécessaire pour que les os pelviens (deux os pelviens et le sacrum) n'interfèrent pas avec le fœtus pendant l'accouchement (le bassin de la femme s'élargit pendant la grossesse). Cependant, chez certaines femmes, cela provoque un spasme des muscles du bas du dos et une compression des plexus nerveux du sacrum. En conséquence, des maux de dos apparaissent. Presque la même douleur se produit avec une maladie rénale. Vous pouvez distinguer la douleur rénale de la douleur musculaire par certains symptômes concomitants, ainsi que si vous faites attention au moment où cette douleur survient.

Si une femme a des douleurs au bas du dos associées à une miction rapide, du sang urinaire, une décoloration des urines, de la fièvre, un gonflement, la douleur est probablement rénale, surtout si le bas du dos ne fait mal que d'un côté.

Si des douleurs au bas du dos surviennent avec un mouvement maladroit, lorsque vous essayez de vous lever d'une position allongée ou assise, lorsque vous vous pliez, il s'agit probablement d'un spasme des muscles du dos. De même, la pathologie de la colonne vertébrale pendant la grossesse se manifeste (ostéochondrose, hernie discale).

Enfin, si la douleur au bas du dos est combinée à une douleur dans le bas de l'abdomen, s'intensifie progressivement et que des écoulements sanguins du vagin sont également observés, il est possible que ce soient les premiers signes d'un avortement menaçant (avortement).

Afin de savoir exactement à quoi est liée la douleur dans le bas du dos et à quel point elle est dangereuse, vous devez passer un certain nombre de tests, examiner les organes pelviens à l'aide d'une échographie.

Si la douleur est causée par des changements naturels pendant la grossesse, le médecin vous conseillera de porter un bandage, d'effectuer des exercices pour renforcer les muscles et d'autres moyens de soulager la douleur. La douleur causée par une pathologie rénale ne doit être traitée que par des spécialistes étroits qui observent une femme enceinte avec un obstétricien-gynécologue. Ce sont des médecins tels que néphrologue, urologue et rhumatologue.

Pourquoi les reins font mal au premier, au deuxième et au troisième trimestre?

Si une femme avait une pathologie rénale avant la conception, le début de la grossesse peut provoquer une exacerbation du processus chronique. L'inflammation des cupules et du bassin du rein dans lequel l'urine est collectée est appelée pyélonéphrite. La pyélonéphrite est la maladie rénale la plus courante diagnostiquée chez les femmes enceintes. Cette maladie peut se développer à n'importe quel stade de la grossesse, en particulier en présence d'urolithiase, de malformations congénitales des reins et d'autres pathologies des reins. L'urrolithiase elle-même pendant la grossesse est également souvent diagnostiquée, en particulier aux stades avancés. Cela signifie généralement que même avant la grossesse, la femme avait des calculs rénaux, qui sont devenus plus gros en raison de la stagnation de l'urine et des infections des voies urinaires.

Si une femme avait un taux élevé de glucose dans le sang (diabète sucré) avant la grossesse ou que cette condition s'est développée temporairement pendant la grossesse (diabète sucré gestationnel), le risque de développer une pyélonéphrite est considérablement augmenté. En effet, le sucre contribue à la propagation rapide de l'infection, endommage les vaisseaux sanguins, altère la circulation rénale.

Des douleurs rénales peuvent survenir au cours des deuxième et troisième trimestres en raison d'une augmentation de l'utérus, qui commence à comprimer les vaisseaux sanguins et l'uretère.

Il est important de savoir que la douleur unilatérale est le plus souvent associée à une infection, tandis que des douleurs rénales des deux côtés des femmes enceintes sont observées avec une glomérulonéphrite (inflammation immunitaire des reins) ou une lithiase urinaire. La glomérulonéphrite s'aggrave le plus souvent au cours des deuxième et troisième trimestres, se manifestant non seulement par des douleurs dans les reins, mais également par un œdème, une augmentation de la pression artérielle, qui est indiquée par le terme gestose (toxicose tardive des femmes enceintes).

Quelles sont les causes des douleurs rénales au cours de la 20-21 semaine de grossesse?

20 à 21 semaines de grossesse est la période où l'immunité d'une femme est dans l'état le plus `` déprimé '', c'est-à-dire que la priorité de la grossesse fait que le corps réagit moins aux substances étrangères, car les cellules fœtales peuvent être perçues par le système immunitaire comme des cellules microbiennes qui pénètrent dans le corps. C'est pourquoi, à ce moment, une exacerbation de l'inflammation rénale chronique se produit le plus souvent ou un processus inflammatoire aigu dans un rein précédemment sain est déclenché. Ceci est particulièrement favorisé par l'hypothermie et la stagnation de l'urine dans les uretères, qui commencent déjà à ressentir la pression d'un utérus élargi à ce moment.

Pourquoi un rein fait-il mal à 39-40 semaines de grossesse?

Les dernières semaines de naissance d'un enfant s'accompagnent presque toujours de douleurs lombaires. De nombreuses femmes sont convaincues que le bas du dos fait mal précisément à cause des reins, elles attribuent donc la douleur à cet organe. Cependant, si la douleur au bas du dos n'est pas associée à une violation du processus de miction (rétention urinaire ou augmentation de la miction, douleur pendant la miction, apparition de sang ou de flocons dans l'urine), alors, très probablement, la douleur n'est pas causée par une pathologie rénale, mais pour une autre raison. Au cours du dernier mois de grossesse, l'activité contractile de l'utérus commence à être activée, car il doit se préparer à l'accouchement. Cela provoque de fausses contractions (contractions de Braxton-Hicks), qui sont ressenties dans le bas-ventre. Comme les fausses contractions se transforment en vraies (elles peuvent provoquer la décharge d'eau et le début du travail), la région du bas du dos commence également à faire mal, où les reins font souvent mal. Cette douleur s'explique par une irritation des nerfs sensoriels, qui sont associés à la colonne lombaire et provoquent des spasmes des muscles de la partie inférieure lorsque l'utérus se contracte.

Dans le même temps, on ne peut ignorer qu'au cours du dernier mois de grossesse, une femme peut subir une véritable crise de coliques rénales - une douleur soudaine, généralement unilatérale, qui se propage de la région lombaire à l'aine, oblige la femme enceinte à rechercher constamment une position corporelle qui pourrait atténuer la douleur.. S'il s'agit vraiment de coliques rénales, les changements de position corporelle ont peu d'effet sur l'intensité de la douleur, contrairement aux cas où la cause de la douleur est un spasme des muscles du dos. Une attaque de coliques rénales au cours du dernier mois de grossesse est causée par une tendance au spasme des muscles, y compris des uretères. Par conséquent, si une pierre pénètre dans l'uretère par les reins ou se forme dans l'uretère lui-même, la fixation d'un spasme provoquera une douleur intense.