Principal

Kyste

Comment déterminer si une vessie fait mal

L'organe creux dans lequel l'urine s'écoule à travers les uretères et sert à l'évacuer à travers l'urètre s'appelle la vessie. Il est situé dans le petit bassin, derrière l'os pubien. La plupart des douleurs vésicales chez les femmes et les hommes sont concentrées dans le bas-ventre. Cependant, la douleur dans ce domaine n'est pas toujours révélatrice de ses maladies, car elle peut être le résultat d'une altération du fonctionnement des reins, des uretères et des organes génitaux.

La vessie fait mal en raison de diverses maladies, seul le spécialiste peut déterminer la cause profonde de cette condition, il n'est donc pas recommandé de pratiquer l'auto-diagnostic et l'auto-traitement.

Douleurs vésicales: symptômes

Comme mentionné ci-dessus, diverses maladies peuvent être à l'origine de douleurs dans la vessie. Le plus souvent, la vessie fait mal en raison de la cystite - une maladie inflammatoire qui indique des calculs rénaux ou une vessie, des tumeurs, des maladies chroniques des organes génitaux, etc..

En plus de la douleur dans la vessie, les symptômes de la cystite sont:

  • Augmentation de la miction;
  • La présence de pus ou de sang dans l'urine;
  • Une sensation de brûlure et une douleur pendant la miction, qui disparaissent à la fin du processus;
  • Fièvre;
  • Forte odeur d'urine;
  • La nausée;
  • Douleur dans le bas du dos et détérioration du bien-être général du patient.

Chez les enfants et les personnes âgées, ces symptômes peuvent ne pas être aussi prononcés, le diagnostic de la maladie est un peu plus difficile que chez les adolescents et les adultes.

Les patients atteints de cystalgie peuvent se plaindre que la vessie fait mal, les symptômes de cette maladie sont similaires à ceux qui surviennent avec la cystite, cependant, il existe certaines différences, à savoir:

  • La membrane muqueuse de la vessie est légèrement ou pas du tout enflammée;
  • Il n'y a pas de pus dans l'urine.

En présence de calculs, en plus de la douleur ondulatoire dans la vessie, les symptômes suivants sont observés:

  • Un changement dans la couleur de l'urine en raison de la teneur élevée en globules blancs et en globules rouges;
  • Envie fréquente et aiguë d'uriner, accompagnée d'une douleur caractéristique dans les organes génitaux;
  • Douleur dans le bas du dos et les hanches;
  • Priapisme (chez les enfants).

Une autre raison pour laquelle la vessie fait mal est la rupture de l'organe lui-même. Le patient a des douleurs aiguës dans le bas-ventre et une envie insupportable d'uriner, ce qui ne peut pas être effectué, au lieu de l'urine, le sang peut couler.

Douleurs vésicales chez les femmes et les hommes

Selon les statistiques, les maladies de la vessie sont beaucoup plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes, en raison de la structure du sexe faible. Surtout souvent, la vessie fait mal chez les femmes enceintes, car le fœtus en croissance commence à exercer une pression sur l'organe.

Chez l'homme, la vessie fait le plus souvent mal en raison de maladies de la prostate (adénome de la prostate, prostatite), ainsi qu'en cas de problèmes avec le système excréteur. Si des calculs sont trouvés dans les reins ou la pyélonéphrite chez un homme, en plus des douleurs intenses, des frissons, de la fièvre et une augmentation de la température corporelle.

Chez les femmes, les principales raisons pour lesquelles la vessie fait mal sont une grossesse extra-utérine et des maladies des organes génitaux internes telles que:

  • Endocervicite;
  • Salpingoophorite;
  • Apoplexie ovarienne;
  • Endométrite.

La vessie fait mal: diagnostic et traitement

Si vous ressentez de la douleur et d'autres symptômes caractéristiques des maladies des reins, des organes génitaux ou de la vessie, le patient doit consulter un médecin dès que possible. À l'hôpital, pour poser le bon diagnostic, le patient sera soigneusement interviewé et examiné, des tests appropriés (urine et sang) seront prescrits, des tests urologiques (chez l'homme), des échographies de la vessie et une cystoscopie seront effectuées.

Si la vessie fait mal à un homme ou à une femme en raison d'une cystite, le traitement dépendra des causes qui l'ont provoquée, ainsi que de la forme de la maladie. Dans la cystite aiguë, un régime spécial et un régime de boisson sont prescrits, ainsi que des agents antibactériens et des préparations à base de plantes. Ils peuvent prescrire des antibiotiques si un processus infectieux-inflammatoire a commencé..

En cas d'inflammation chronique de la vessie, le traitement commence par l'élimination des causes profondes - calculs, diverticule, sténule ou adénome de la prostate. En même temps, une thérapie par instillation locale est utilisée, dans laquelle des médicaments sous forme liquide sont injectés dans la cavité interne de la vessie.

Sur la base de ce qui précède, nous pouvons conclure que lorsque la vessie fait mal, vous devriez consulter un spécialiste dès que possible, car il est impossible de diagnostiquer et de prescrire de manière indépendante un traitement adéquat sans connaissances médicales.

Syndrome douloureux de la vessie (cystite interstitielle)

Pour le diagnostic précoce des maladies des voies urinaires inférieures, passez le test international. Cela vous aidera à déterminer si vous avez besoin de soins médicaux. Ça prend une minute!

Le syndrome de la vessie douloureuse, ou cystite interstitielle, est une maladie chronique dans laquelle les patients ressentent des douleurs dans la vessie, dans la région pelvienne, une miction rapide et forte (urgence), une miction nocturne. La cystite interstitielle (CI) survient souvent chez les femmes et entraîne une diminution significative de la qualité de vie.

Les symptômes de la cystite interstitielle

Les symptômes et les manifestations de la cystite interstitielle varient considérablement chez chaque patient. Les symptômes peuvent également changer avec l'évolution de la maladie, s'intensifiant, par exemple, pendant les menstruations, en position assise, pendant le stress ou les rapports sexuels.

Les symptômes comprennent:

douleur dans la région pelvienne ou entre le vagin et l'anus chez la femme et entre le scrotum et l'anus chez l'homme (périnée);

douleur pelvienne chronique;

envie constante et insupportable d'uriner;

mictions fréquentes, souvent en petites portions. Les patients présentant des symptômes graves peuvent uriner jusqu'à 100 fois par jour;

douleur et inconfort lors du remplissage de la vessie. Habituellement, la vidange de la vessie apporte un soulagement;

douleur pendant les rapports sexuels.

Diagnostic de la cystite interstitielle

Anamnèse et journal de miction. Le médecin vous demandera en détail vos symptômes, vous demandera de remplir un journal d'urination - il s'agit d'un enregistrement détaillé de chaque miction, de la quantité de liquide que vous buvez et d'une description des symptômes qui accompagnent la miction pendant au moins 2-3 jours..

Examen en fauteuil gynécologique. Pendant l'examen, le médecin examine la région génitale externe, le vagin, le col de l'utérus, l'ouverture externe de l'urètre, et la vessie et l'utérus sont examinés par l'estomac. Le rectum et l'anus sont également examinés..

Analyse d'urine. Une culture bactériologique d'urine avec un antibiotique est également à l'étude pour exclure une infection urinaire..

Test de sensibilité avec une solution de potassium. L'essence du test est l'introduction d'eau ordinaire et d'une solution de potassium dans la vessie. Le patient est invité à évaluer le degré de douleur et l'envie d'uriner sur une échelle de 5 points. Si la douleur survient lors de l'introduction d'une solution de potassium - c'est un signe de cystite interstitielle. Chez les personnes en bonne santé, les deux solutions de la réaction ne provoquent pas.

La cystoscopie est un examen optique de la vessie à l'aide d'un instrument de cystoscope spécial qui est inséré dans la vessie à travers l'urètre (urètre) sous anesthésie locale ou générale. Avec l'introduction d'un cystoscope à travers l'urètre, il peut également être examiné - urétroscopie. Ces études instrumentales sont l'une des plus importantes en urologie et sont utilisées pour diagnostiquer les maladies de l'urètre, de la vessie et des reins. L'urétroscopie permet de détecter des processus inflammatoires chroniques de l'urètre..

Biopsie vésicale. Elle est réalisée lors d'une cystoscopie sous anesthésie. Le médecin prélève un morceau de tissu de la vessie ou de l'urètre pour un examen histologique au microscope. Cela élimine le cancer de la vessie et d'autres causes de douleur dans la vessie..

Traitement de la cystite interstitielle

À ce jour, il n'existe aucun schéma thérapeutique unique accepté pour la cystite interstitielle adapté à chaque patient. Le plus souvent, le traitement est complexe. Et cela peut prendre du temps avant qu'une thérapie individuelle avec un bon effet soit sélectionnée.

Physiothérapie

Peut aider à réduire la douleur si elle est causée par des spasmes des muscles du plancher pelvien. Elle est réalisée sur l'appareil Urostim - une thérapie de biofeedback avec stimulation électrique des muscles du plancher pelvien.

Thérapie médicamenteuse

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme l'ibuprofène, aident à réduire la douleur.

Les antidépresseurs tricycliques, tels que l'amitriptyline et l'imipramine, aident à détendre la vessie et à soulager la douleur..

Les antihistaminiques tels que Claritin aident à réduire les symptômes de la miction rapide et à soulager les fortes envies - urgence.

Le pentosane polysulfate (Elmiron) est un médicament approuvé par la FDA pour le traitement de la cystite interstitielle. Le mécanisme d'action du médicament n'est pas entièrement compris, mais il restaure la surface interne de la vessie - l'urothélium, protégeant ainsi la vessie des substances irritantes toxiques contenues dans l'urine. Le traitement avec ce médicament se poursuit généralement pendant 2 à 4 mois avant que l'amélioration ne se produise..

Stimulation nerveuse

Neurostimulation percutanée. Réalisé avec des électrodes cutanées. Les impulsions électriques augmentent le flux sanguin dans la vessie, renforcent les muscles, ce qui vous permet de mieux contrôler votre vessie, de restreindre la miction. Les électrodes sont installées soit dans la région lombaire, soit au-dessus du sein - la durée et la durée du traitement sont sélectionnées individuellement.

Neuromodulation sacrée. Les plexus du nerf sacré relient les nerfs de la vessie à la colonne vertébrale. La stimulation de ces plexus nerveux aide à réduire la miction urgente. À cette fin, un appareil électronique spécial est installé près du plexus du nerf sacré, dont les impulsions électriques affectent les nerfs. Si ce type de thérapie est efficace, alors cet appareil électronique est implanté chirurgicalement dans la région sacrée et fonctionne plus tard de manière similaire aux stimulateurs cardiaques..

Hydrodistension (hydrobrushing) de la vessie

Certains patients notent un effet temporaire de cette procédure, dont l'essence est d'étirer la vessie avec l'introduction de liquide sous pression. La procédure est réalisée sous anesthésie générale et permet une augmentation de la capacité de la vessie. L'hydrodistension peut être répétée plusieurs fois s'il y a un effet positif.

Instillation vésicale

L'essence des instillations est l'introduction de solutions médicinales directement dans la vessie - le soi-disant traitement local de la vessie.

Chirurgie

Le traitement chirurgical de la cystite interstitielle est extrêmement rare. Cependant, il est indiqué pour les patients pour lesquels les méthodes thérapeutiques de traitement ne sont pas efficaces, la douleur entraîne une forte diminution de la qualité de vie.

Les traitements chirurgicaux comprennent:

Électrocoagulation ou coagulation au laser d'un ulcère de la vessie (avec forme ulcéreuse de cystite)

Résection. Chirurgie mini-invasive, dont l'essence est de retirer un ulcère de la vessie.

Plastique d'augmentation de la vessie. Remplacement de la vessie par une partie de l'intestin. Cependant, le résultat ne conduit pas toujours à un soulagement de la douleur. Souvent, après cette opération, les patients sont sur l'auto-cathétérisme..

Douleurs vésicales - causes, manifestations, traitement

Si la vessie fait mal, il y a un certain inconfort, les raisons peuvent être différentes, et pas seulement la cystite, que beaucoup entendent.

Il existe un certain nombre d'autres dysfonctionnements du système urinaire qui nécessitent une attention particulière et un traitement, et leurs symptômes se traduisent par des douleurs d'intensité et de localisation différentes.

Caractérisation de la vessie

Les fonctions principales de l'urée sont d'accumuler une certaine quantité d'urine et de la retirer du corps en temps opportun. Tous ces processus se produisent en raison du tissu musculaire, des récepteurs envoyés au cerveau par des impulsions traversant les fibres de la moelle épinière.

L'organe se compose de plusieurs couches - muqueuse, musculaire, contribuant à la contraction et à l'étirement, y compris le détrusor et le séreux.

Le confinement de l'urine et la vidange de l'organe sont effectués à l'aide d'une sorte de valve ou sphincter, qui se détend lorsque l'urine est libérée, et est réduit lorsqu'il est conservé et accumulé..

La chaîne est relativement complexe, accompagnée de diverses réactions au niveau physique et neurologique. Si, à un certain stade, des défaillances se produisent, des signes apparaissent qui caractérisent certains processus pathologiques.

Manifestation de douleur

L'inconfort et la douleur dans le système génito-urinaire peuvent survenir avec une intensité et une fréquence variables. Cela est dû aux différents symptômes des maladies progressives et des foyers d'apparition. Les fonctions d'autres organes du système urinaire ou du bassin peuvent être altérées et les perturbations affectent le processus de sortie de l'urine, accompagnées de douleur.

La spécificité de la douleur chez l'homme et la femme

Étant donné que tous les organes du bassin sont interconnectés, les hommes et les femmes présentent des différences dans les signes et les symptômes associés de douleur dans la vessie. Parmi les principaux, on peut distinguer:

  1. Chez les femmes, en plus de la douleur directement dans la région de la vessie, des sensations désagréables dans l'utérus et le vagin peuvent se rejoindre. Cela vient de la structure spéciale des organes pelviens, de la relation de tous les organes. Souvent, la douleur vésicale rejoint les signes concomitants de maladies inflammatoires gynécologiques, les reins.
  2. Les hommes sont susceptibles de localiser la douleur dans le pénis, le scrotum, qui fait parfois peur aux patients, car les symptômes sont similaires à certaines infections sexuellement transmissibles. L'attachement des sensations désagréables associées à la pathologie de la prostate, l'adénome est caractéristique.

En plus de la douleur spécifique, il existe une liste des symptômes typiques des maladies de la vessie diagnostiqués chez les patients, quel que soit leur sexe..

Les principales causes de douleur

Les causes de la douleur dans la vessie peuvent être nombreuses, du rhume, des processus inflammatoires et se terminant par une lithiase urinaire, l'oncologie. C'est pourquoi il est important de consulter un spécialiste en temps opportun, même avec des symptômes pas intensément exprimés.

Parmi les maladies les plus courantes dont les symptômes sont des douleurs dans la vessie, on peut distinguer les suivantes:

Cystite

Violation de l'intégrité de l'épithélium ou de l'organe muqueux. Les inflammations diffèrent par la profondeur de la lésion, la structure et le nombre de foyers. La cystite est classée par type aigu et chronique, par facteurs provoquants..

La pathologie se produit en raison d'une infection infectieuse apportée de l'extérieur ou «descendue» d'autres tissus, de réactions allergiques et de certains autres facteurs provoquants. Comme symptômes, il y a:

  • douleur dans le bas-ventre, y compris périodique;
  • crampes, brûlures, inconfort pendant la miction, en particulier au début et à la fin du processus;
  • envie fréquente de vider l'urine, mais une petite quantité d'urine sort ou l'action n'est généralement pas concluante;
  • un changement dans la structure de l'urine, des caillots sanguins, du pus, du mucus peut apparaître.

Urolithiase

La formation de sable, puis de pierres dans l'urée, se produit moins fréquemment que dans les reins, mais ce phénomène est néanmoins diagnostiqué. La cristallisation des sels se produit dans l'organe lui-même ou le sable descend des reins. Initialement, le processus est asymptomatique, mais après une augmentation de la taille des pierres au cours de leur progression, certains signes apparaissent, par exemple:

  • douleurs dans le bas-ventre, passant parfois dans le bas du dos;
  • mictions fréquentes, avec l'avancement des pierres, la sortie de sable est douloureuse;
  • douleur intense et perçante lorsque l'uretère est obstrué par de la pierre.

Le traitement de la lithiase urinaire consiste à utiliser des médicaments qui contribuent à l'élimination des fractions solides de la vessie, des reins.

Processus oncologiques

La tumeur se manifeste déjà symptomatiquement au stade de néoplasmes élargis, germination profonde dans le tissu. Les types de douleur dans l'urine varient selon le stade de développement, la localisation.

Chez certains, les symptômes sont similaires à l'apparition de la cystite, dans d'autres, la douleur survient après un effort physique. Il est difficile d'établir des symptômes de cancer sans équivoque et typiques; des études et des analyses spéciales doivent être effectuées.

Adénome de la prostate

Une maladie spécifique chez l'homme, dont la manifestation se caractérise par des problèmes de miction. Il se présente sous la forme d'un nodule (bénin), constitué d'un cluster d'épithélium et d'autres tissus. La formation bloque ou comprime l'urètre, ce qui provoque l'excrétion fréquente, parfois douloureuse, de l'urine. Douleur dans l'urée, descendant dans le périnée.

Période de grossesse

Pendant la période de portage d'un enfant, l'urée subit une double charge, et avec le temps, une compression. Modification de l'apport sanguin aux tissus, entorse des ligaments pelviens, compression de l'urine due à une augmentation de l'utérus, ainsi que des voies urinaires, douleur.

Si des pathologies concomitantes surviennent pendant la grossesse, par exemple une cystite, les symptômes de ces maladies s'ajoutent. Pour réduire la charge sur l'urine, il est recommandé de porter un pansement, pour d'autres causes de douleur, un traitement approprié est prescrit.

Paramétrite

Maladie purulente-inflammatoire des tissus entourant une partie de l'utérus. L'infection peut passer dans la vessie, ce qui entraîne de graves conséquences pour tous les organes impliqués. La vessie commence à souffrir gravement, il est difficile de faire face aux attaques sans analgésiques. Habituellement, la situation se produit avec un avortement chirurgical, un nettoyage gynécologique.

Rupture de la paroi de la bulle

Elle survient avec des blessures, des effets physiques sur les organes pelviens. Il peut être diagnostiqué à l'extérieur et à l'intérieur de la rupture péritonéale. Accompagné d'une douleur intense, d'une absence partielle ou totale de débit urinaire, d'une perte de sang.

Cystalgia

Altération spécifique de l'approvisionnement en sang et des échanges lymphatiques dans la région pelvienne. Cela conduit à un dysfonctionnement de l'ensemble du système génito-urinaire, bien qu'au stade initial, les tests d'urine puissent être normaux. Un symptôme de douleur pelvienne chronique chez la femme se produit pour diverses raisons, car la vessie se manifeste sous la forme:

  • douleurs tiraillantes, douleurs périodiques dans le bas-ventre;
  • l'apparition d'une sensation d'organe débordant;
  • inconfort pendant la miction.

La cystalgie nécessite un diagnostic minutieux et un traitement complexe.

Vessie neurogène

Pathologie résultant de défaillances du système nerveux, de la relation des impulsions de la moelle épinière, du cerveau. Les problèmes apparaissent sous forme d'incontinence ou de mictions fréquentes, de fuites, de pulsions rapides.

Par rapport à ces dysfonctionnements, un syndrome douloureux se forme au niveau de la vessie. La maladie est traitée avec des médicaments neurologiques si nécessaire..

Les processus pathologiques ci-dessus ne sont pas les seuls à souffrir de la vessie. Les dysfonctionnements d'organes peuvent être différents, il est important de les détecter en temps opportun, de prendre des mesures de traitement pour exclure les effets irréversibles sur la santé.

Comment est le traitement?

Pour la douleur dans la vessie, un diagnostic est posé et ce n'est qu'ensuite qu'un traitement est utilisé pour éliminer la cause. Pour cela, des analyses d'urine et de sang, des études de matériel (échographie, urographie, IRM, cystoscopie et autres) sont nécessairement utilisées..

Chaque cas nécessite un cours thérapeutique approprié. Souvent, cela implique l'utilisation d'agents antibactériens spécialement sélectionnés, car c'est l'infection des tissus qui entraîne une inflammation, des violations ultérieures du système génito-urinaire.

Selon le tableau clinique, des médicaments à spectre d'action différent sont prescrits. Il peut s'agir de puissants diurétiques et de dissolvants de pierres, de sédatifs pour normaliser le système nerveux, etc..

Une certaine position dans le traitement des problèmes urologiques est occupée par les infusions et les décoctions d'herbes, les frais et les préparations à base de plantes prêtes à l'emploi. Ils sont activement utilisés comme moyen de stimuler le retrait de l'urine, anti-inflammatoire, réparateur.

Le traitement vise principalement à éliminer le facteur provoquant, mais la nécessité de soulager la douleur est également prise en compte. Pour ce faire, sont affectés:

  1. Antispasmodiques. Les médicaments aident à faire face à la douleur, à réduire la contraction musculaire. Il n'est pas recommandé de prendre avant le diagnostic principal, car les symptômes peuvent être déformés.
  2. AINS. Des analgésiques élevés en peu de temps réduisent les signes d'inflammation. Ne pas appliquer aux médicaments, déconseillé pour une utilisation prolongée.
  3. Diurétiques Des composants stimulants spéciaux aident à prévenir la stagnation de l'urine, ce qui est particulièrement nécessaire pour les réactions inflammatoires, lorsque la stagnation de l'urine entraîne un risque accru de suppuration.

Le traitement de chaque maladie qui a provoqué des douleurs dans la vessie est effectué selon un programme individuel, est prescrit exclusivement par un médecin.

Comment prévenir l'apparition de la maladie?

Après avoir restauré la fonctionnalité normale de l'urée ou comme avertissement pour le développement d'une maladie, les règles suivantes doivent être suivies:

  1. Essayez d'ajuster votre alimentation en évitant les aliments nocifs.
  2. Surveiller la miction régulière, la stagnation de l'urine provoque un certain nombre de pathologies.
  3. Un volume suffisant de liquide, en l'absence d'effort physique sérieux d'au moins 1,5 à 2 litres par jour.
  4. Bonne hygiène intime, contrôle de la protection contre les infections sexuellement transmissibles, ne pas trop refroidir le corps.
  5. Examen préventif périodique par une néphrologue, urologue, gynécologue chez la femme, notamment avec une prédisposition aux maladies du groupe urogénital.

L'urée fait référence à l'un des organes importants du système excréteur - les violations de son travail se reflètent dans tout le corps. Ignorer les symptômes de dysfonctionnements, qui se manifestent sous la forme de douleurs diverses, ne devraient absolument pas l'être, car les conséquences peuvent être graves.

En cas d'inconfort dans le bas de l'abdomen, de problèmes de miction, vous devez contacter un thérapeute ou prendre immédiatement rendez-vous avec un urologue. Pour les femmes, une visite chez un gynécologue peut être recommandée. Le problème est mieux résolu aux étapes initiales, ce qui ne fera qu'augmenter les chances de réussite de la récupération, réduire le risque de conséquences négatives.

Douleur vésicale chez la femme: symptômes, méthodes de traitement

Peu de gens peuvent répondre immédiatement aux douleurs de la vessie. Les symptômes chez les femmes peuvent varier considérablement. Mais cela vaut la peine de remplacer ce concept par un plus familier - la cystite, et tout de suite devient clair. Il s'agit d'une maladie aiguë ou chronique dans laquelle les patients ressentent une douleur intense. Le plus souvent, cette pathologie se développe spécifiquement chez le beau sexe.

Types de cystite

Nous aborderons un peu cette question pour comprendre en quoi ce formulaire diffère de tous les autres. À ce jour, il existe:

  • Cystite infectieuse causée par une lésion bactérienne. Le plus souvent, E. coli pénètre dans la vessie.
  • Cystite virale. La cause la plus fréquente est un affaiblissement général du système immunitaire. Dans ce cas, le virus affecte le système urinaire.
  • Forme fongique. Dans ce cas, l'organe est affecté par Candida.

Mais en plus de cela, il existe des types de cystite non infectieux. Chacun d'eux peut également provoquer une plaie de la vessie. Les symptômes peuvent varier, voici donc une autre classification.

  • Cystite médicamenteuse. Cela se produit généralement si des médicaments inappropriés sont prescrits. Autrement dit, le problème n'est pas causé par une lésion bactérienne..
  • Cystite allergique. Ceci est le résultat d'une exposition à des antigènes, qui peuvent agir comme produits, préparations de savon, médicaments.
  • Pathologie interstitielle. Dans ce cas, il n'y a pas d'inflammation classique de la vessie. Chez les femmes, la vessie fait mal à l'un de ces types de maladies, donc la tâche du médecin est de trouver les vraies causes.

Signes de cystite

Afin de demander de l'aide à temps, vous devez être conscient que la situation est vraiment grave et ne pas vous attendre à ce que tout disparaisse d'elle-même. Cela est particulièrement vrai pour les femmes tendres et fragiles. Comment comprendre ce qu'est votre cystite? Vous avez juste besoin d'écouter votre corps et d'utiliser moins d'analgésiques. Dans la plupart des cas, les symptômes sont les suivants:

  • Envie constante d'aller aux toilettes. Dans ce cas, le volume de liquide libéré est minime.
  • Brûlure dans l'urètre avec de l'urine.
  • Douleurs pelviennes et pubiennes. Quelqu'un le décrit comme une lourdeur dans le bas-ventre. Pour d'autres, la douleur est brûlante et aiguë..
  • Faiblesse sévère.

Les premiers symptômes de cystite chez les filles doivent alerter. Mais en quelques jours, il est permis d'essayer de les éliminer avec des décoctions de camomille et d'airelle, des bains de pieds chauds.

Complications de la maladie

Dans le même temps, vous devez observer le processus de miction. Des signes de cystite chez la femme (une photo des résultats des diagnostics de laboratoire sont présentés ci-dessous) peuvent être visibles par la patiente elle-même. En particulier, il est assez facile d'évaluer des indicateurs physiques tels que la couleur. Avec la cystite, l'urine s'assombrit, une opacification y est clairement visible. Pour le diagnostic initial, il suffit de collecter l'urine dans un pot transparent et de la placer sur le fond d'une feuille de papier blanc. Les impuretés, la turbidité, le sang et le pus seront visibles à l'œil nu.

Parfois, les reins commencent à souffrir. Dans ce cas, la douleur du bas-ventre se propage ou passe dans la région lombaire. Les symptômes de l'inflammation rénale se manifestent non seulement par des douleurs dans le bas du dos, mais également par de la fièvre, des vomissements et des nausées.

Cystite aiguë

Parfois, les signes de la maladie accompagnent une personne pendant des années, mais ne sont pas trop prononcés. Il est difficile de dire si cela est bon ou mauvais, car la maladie dans ce cas n'est pas suffisamment prise en compte. Commençons par la douleur de la vessie avec la cystite aiguë. Les symptômes chez les femmes peuvent apparaître rapidement et augmenter rapidement. C'est douloureux, des crampes pendant la miction. Cela suffit pour voir un médecin, car aller aux toilettes est très douloureux, et l'envie d'y retourner apparaît quelques minutes après le départ..

L'état général de la cystite aiguë n'est pas satisfaisant. Les symptômes d'intoxication sont observés dans un contexte de maux de tête et de nausées, de douleurs musculaires et de faiblesse. Dans certains cas, le sang disséminé dans l'urine est déterminé visuellement. La teinte peut aller du rose clair au bordeaux ou au marron. Dans ce cas, des antibiotiques sont prescrits, ainsi que des analgésiques et des antispasmodiques. De plus, il est recommandé de prendre des décoctions d'herbes médicinales telles que les airelles rouges et la camomille. Un tel schéma peut soulager l’état du patient en deux à trois jours. Mais vous ne pouvez pas arrêter de prendre les médicaments jusqu'au moment où les tests confirment la guérison du patient.

Cystite chronique

Habituellement, c'est une conséquence du fait que des erreurs ont été commises dans le traitement de la forme aiguë. Très probablement, le patient a supprimé les symptômes et abandonné la thérapie. En conséquence, les bactéries continuent non seulement leur activité, mais cessent également d'être sensibles aux médicaments. Il y a un autre triste fait: si le traitement n'est pas terminé, la membrane vésicale ne récupère pas.

Une telle négligence conduit au développement d'une chronique. La maladie est désormais difficile à corriger et les facteurs de provocation les plus mineurs entraînent une augmentation des symptômes. Habituellement, sous une forme chronique, une personne en rémission ne se rend pas compte qu'un processus inflammatoire persiste dans la vessie. Et seulement au moment des exacerbations (plusieurs fois par an) se demande où il a de nouveau réussi à attraper un rhume. Pendant ces périodes, vous pouvez observer tous les symptômes de la cystite aiguë. Ils se sont mouillé les pieds, sont rentrés chez eux dans un bus froid, se sont tenus plus longtemps que prévu à l'arrêt de bus - vous pouvez prendre des pilules. La perspective n'est pas enviable, mais il n'y a pas le choix.

Traitement

La principale méthode est la pharmacothérapie. Une étude de nombreuses revues a montré que la médecine traditionnelle est bonne en traitement concomitant ou auxiliaire, en prévention ou dans les cas les plus légers. Seul un médecin peut évaluer le degré de dommage et choisir une thérapie adéquate.

Le type de médicament choisi dépendra de la nature de la maladie. Par conséquent, le diagnostic est si important. Si le problème est causé par l'activité vitale des bactéries, des antibiotiques doivent être utilisés. Les champignons sont une préoccupation - les fongicides aideront. Aujourd'hui, il existe un médicament à base de composants naturels à base de plantes, qui a montré une grande efficacité dans la cystite chronique. Il s'agit de "Kanefron" - un médicament qui a reçu des milliers de critiques positives. Doux mais très efficace à la fois..

Activités de soutien

Les médecins soulignent l'importance non seulement des traitements médicaux, mais aussi des changements de style de vie. A en juger par les évaluations des patients, seule une approche intégrée permet de guérir complètement. Et cela veut dire:

  • Une cure complète de médicaments prescrits par votre médecin.
  • Régime obligatoire. Vous devez limiter les aliments qui irritent la vessie. Ce sont des produits épicés, salés et fumés.
  • Assurez-vous de boire beaucoup. Il est préférable que ce ne soit pas seulement de l'eau, mais des décoctions d'herbes.

Difficultés diagnostiques

Malheureusement, la cystite n'est qu'une des causes possibles. Par conséquent, si la vessie fait mal chez les femmes, les symptômes doivent être étudiés très attentivement, assurez-vous de les compléter par des tests de laboratoire. En fait, confondre la cystite avec d'autres maladies est assez difficile. Il se caractérise par l'apparition de douleurs et de douleurs lors de la miction.

Le traitement dans ce cas est principalement à la recherche d'agents pathogènes. Pour cela, un examen bactériologique de l'urine est effectué. Après cela, les médicaments les plus appropriés sont sélectionnés. Par exemple, la fosfomycine, ainsi que des uroseptiques comme la furagine. Supplément de thérapie avec des antispasmodiques, par exemple, "No-spa".

Maladies gynécologiques

La visite d'un gynécologue ne sera pas non plus superflue. Cela vous permet de procéder à un examen précis et d'identifier les véritables causes de la douleur dans la vessie d'une femme. Dans ce cas, les symptômes sont généralement complétés par des pertes vaginales, des douleurs lors des rapports sexuels, des brûlures dans le vagin. L'intensité peut être différente, tout dépend du pathogène et des raisons.

Si la vessie fait mal en raison de problèmes gynécologiques, le traitement doit viser à traiter la pathologie qui l'a provoquée. Si le gynécologue n'a trouvé aucun problème, vous devez être examiné par un néphrologue. Si la douleur a été causée par la présence d'un processus inflammatoire dans la sphère génito-urinaire, des médicaments anti-inflammatoires sont prescrits. À ce jour, les plus efficaces peuvent être considérés comme "Monural", "Cyston", "Nolitsin". N'oubliez pas que l'efficacité de l'auto-traitement est douteuse. Il est préférable de demander de l'aide à un professionnel..

L'importance d'un diagnostic rapide

Pas toujours et pas tous les problèmes peuvent être résolus à l'aide de comprimés. C'est pourquoi vous devez vous réunir dans une clinique et essayer de décrire au médecin les symptômes inquiétants. Lorsque la vessie fait mal chez les femmes, cela semble clair - dans le bas de l'abdomen. Mais la douleur peut redonner et s'abaisser vers la droite ou la gauche. Par conséquent, un spécialiste pendant la palpation doit tirer des conclusions, construire des hypothèses et prescrire un examen supplémentaire.

Si une maladie telle que l'apoplexie devient la cause de la douleur, la chirurgie devient la principale méthode de traitement. En général, je tiens à souligner une fois de plus que si une femme a une vessie qui fait mal, les symptômes peuvent être vifs ou flous. Souvent, la seule chose dont vous pouvez être sûr est une miction fréquente ou douloureuse. Avant de poser un diagnostic et de procéder au traitement, vous devez procéder à un examen. Pour cela, le patient passe des tests, sur la base desquels le spécialiste conclut et sélectionne les médicaments.

Au lieu d'une conclusion

Les maladies de la sphère génito-urinaire peuvent être considérées comme l'une des plus courantes. Au stade initial, ils sont guéris facilement et simplement, mais cela vaut la peine d'être resserré, car ils se transforment en une forme chronique. Par conséquent, vous ne devez pas économiser sur votre santé. Le temps que vous passez à consulter un médecin sera payant avec intérêt, car vous reviendrez bientôt à la vie normale.

Quelles sont les causes de la douleur vésicale chez la femme?

La douleur dans la vessie chez la femme est un symptôme qui accompagne des maladies de nature différente - inflammatoire, oncologique, métabolique. Dans ce cas, la brûlure est également possible lors de la miction, des crampes, des faux désirs, du sang, du pus, du mucus dans l'urine, entraînant un inconfort. Pour déterminer la cause de la pathologie, vous devez consulter un urologue ou un néphrologue, passer les tests nécessaires, subir un examen instrumental.

La vessie chez la femme fait mal en raison de l'irritation des récepteurs sensibles situés dans ses parois. Cela se produit avec les maladies suivantes:

  1. 1. Inflammation de la vessie et des organes du système excréteur (reins, uretères, urètre).
  2. 2. Urolithiase, la présence de sable dans l'urine.
  3. 3. Leucoplasie de la muqueuse.
  4. 4. Tumeur maligne ou bénigne (polype).
  5. 5. La présence de passages fistuleux purulents reliant la vessie aux organes voisins (généralement les intestins).

Ce sont les principales pathologies dans lesquelles le bas-ventre peut faire mal. Parfois, en plus de la vessie, des problèmes surviennent avec d'autres organes du petit bassin - ovaires, utérus et rectum.

L'hypothermie dans la plupart des cas provoque un affaiblissement de l'immunité locale, ce qui conduit à la multiplication de la microflore pathogène dans les organes du système urinaire. En conséquence, un processus inflammatoire se développe..

Parfois, la cause de la maladie est la pénétration de bactéries pathogènes dans le corps lors d'un contact sexuel, une violation de l'hygiène personnelle. La source de l'infection peut être un processus infectieux dans d'autres organes - l'utérus, le vagin, les reins, les parties éloignées du corps avec une immunité affaiblie.

Parfois, candidose vulvo-vaginale, l'herpès génital entraîne des dommages.

Les troubles métaboliques, l'apport hydrique insuffisant, les erreurs de régime alimentaire, les maladies inflammatoires chroniques du système génito-urinaire peuvent provoquer la CIM.

Les oxalates, les urates, les phosphates cristallisent dans l'urine saturée, se transformant progressivement en pierres qui traumatisent les muqueuses. En conséquence, la douleur, l'irritation pendant la miction et même le sang apparaissent.

Il s'agit d'une maladie précancéreuse caractérisée par le remplacement d'un épithélium prismatique de la muqueuse vésicale par un plat. Une tache blanchâtre apparaît sur le mur, généralement localisée près de l'ouverture du canal urétral.

Les causes exactes de la dégénérescence de l'épithélium sont inconnues. Certains cancérogènes (dioxine) peuvent provoquer des mutations dans les cellules. Leucoplasie - une condition qui peut évoluer en cancer si un traitement rapide n'est pas effectué.

Tumeur bénigne de la vessie, le polype peut se détacher et provoquer des saignements, des douleurs.

Le cancer en décomposition s'accompagne de symptômes similaires..

La propagation du processus inflammatoire dans l'intestin, l'utérus, le vagin, le péritoine conduit à la formation de passages fistuleux - fistules.

Cela est dû au fait que le pus contient un grand nombre d'enzymes agressives qui corrodent les tissus.

Avec la cystite, un syndrome de douleur à la traction s'accompagne d'une miction fréquente et douloureuse. La décharge d'urine avec du pus, du mucus et parfois du sang provoque un inconfort. Après avoir vidé la vessie, une femme est tourmentée par de fausses envies, des douleurs douloureuses, une gêne.

L'urolithiase peut être caractérisée par des signes identiques - elle tire et fait mal dans le bas-ventre lorsque les sels s'échappent sous forme de sable. Si une petite pierre se coince dans l'ouverture urétrale, la douleur est vive et intense, la miction s'arrête, car un spasme se produit autour du calcul.

Avec la leucoplasie, des sensations désagréables apparaissent.

En cas d'apparition de symptômes tels que sang dans l'urine, pus, mucus, tiraillements ou douleurs aiguës dans le bas-ventre, vous devriez consulter un urologue ou un néphrologue.

Les études suivantes sont réalisées:

  1. 1. Analyse générale de l'urine, selon Nechiporenko.
  2. 2. Cystoscopie.
  3. 3. Culture bactérienne.

La présence de leucocytes, de globules rouges, de bactéries dans l'urine est le signe d'un processus inflammatoire. La cystoscopie est un examen endoscopique qui vous permet de voir l'état de la muqueuse. La sensibilité des micro-organismes pathogènes à divers groupes d'antibiotiques est déterminée..

Le processus inflammatoire dans le système urinaire nécessite une thérapie avec des médicaments antibactériens, à laquelle une sensibilité élevée est déterminée. Les antibiotiques du groupe des fluoroquinolones (ciprofloxacine), 5-NOC, monuraux (phosphomycine) tels que prescrits par le médecin sont utilisés. Le cours du traitement, même lorsque les symptômes cessent, ne peut pas être interrompu afin d'éviter la propagation de l'infection, le développement d'une résistance des micro-organismes.

Les comprimés de drotavérine aideront à éliminer les fausses envies, les spasmes.

Il existe des préparations à base de plantes qui ont un effet néfaste sur les bactéries pathogènes (Kanefron, Nefrosten), contenant un extrait d'herbes - romarin, centaurée, livèche. Le monurel contient de l'extrait de canneberge, grâce à l'acide benzoïque, il assainit le système excréteur. La phytolysine, Urolesan détendent les muscles lisses, ont un effet antiseptique, soulagent la douleur, les faux désirs. À la maison, ils sont de bons assistants pour traiter le système urinaire..

Les feuilles de busserole et d'airelle rouge contiennent de l'hydroquinone, un désinfectant des voies urinaires. Ces remèdes populaires vous permettent de traiter les infections causées par E. coli.

Pour soulager l'inflammation, les instillations sont efficaces, c'est-à-dire l'introduction de diverses solutions avec un cathéter antithétique - antiseptiques (furaciline, chlorhexidine, miramistine). L'acide hyaluronique est utilisé - il bloque l'effet néfaste des enzymes bactériennes et des globules blancs et favorise la guérison de la muqueuse. Si la cystite devient chronique, un traitement par immunomodulateurs est indiqué - Cycloferon, Polyoxidonium.

Lorsque la leucoplasie passe l'élimination laser ciblée des cellules touchées. Le cancer, les polypes et autres néoplasmes sont retirés chirurgicalement.

La douleur dans le bas-ventre chez la femme peut être causée non seulement par une cystite, mais aussi par une grossesse précoce, des maladies de l'urètre, du système reproducteur - ovaires, utérus.

Aux stades ultérieurs de la gestation, des femmes enceintes et une incontinence urinaire sont observées chez les femmes enceintes. Si du sang, de l'inconfort ou d'autres signes de cystite apparaissent, consultez un médecin.

Douleur dans la région de la vessie à gauche

Rhume de la vessie

Presque toutes les femmes ont rencontré un problème tel qu'une vessie froide. Il s'agit d'une condition caractérisée par une violation des fonctions du corps due à l'hypothermie. Elle précède souvent la cystite. Les facteurs de risque comprennent une position assise prolongée sur une surface froide, un durcissement incorrect, une plongée dans la neige ou un trou de glace, une douche froide ou le port de vêtements non exposés aux intempéries.

Les symptômes d'une vessie congestive peuvent ressembler à la tuberculose de cet organe. Ils comprennent:

  • urination fréquente;
  • excrétion d'urine en petites portions;
  • brûlure et douleur pendant la miction;
  • augmentation modérée de la température corporelle;
  • douleur dans le bas-ventre;
  • malaise général;
  • la nausée.

Les symptômes des maladies de la vessie chez les femmes sont nombreux et sont déterminés par leur cause..

La pollakiurie (mélanges fréquents) peut être le seul signe clinique.

Les causes de la douleur dans la vessie chez les hommes

Les causes de la douleur peuvent être à la fois physiologiques et pathologiques. Il est important de prêter attention aux symptômes concomitants, à l'état physique et psycho-émotionnel général. Le plus souvent, la douleur survient sous l'influence de:

  • cystite
  • calculs vésicaux
  • lésions traumatiques
  • vessie hyperactive
  • cystocèle
  • polypes
  • leykoplekii
  • atonie

Pour identifier la cause exacte de la violation, vous devez consulter un médecin, subir un examen de laboratoire et instrumental.

Cystite

La cystite est un processus inflammatoire qui affecte la vessie. Se produit le plus souvent sous l'influence de tels facteurs prédisposants:

  • âge: pendant la ménopause, la teneur quantitative en œstrogènes diminue
  • diabète sucré
  • grossesse
  • localisation anormale de l'urètre
  • utilisation de spermicides comme contraceptifs
  • mode de vie sédentaire
  • urolithiase
  • maladies antérieures du système génito-urinaire
  • difficulté à uriner sous l'influence d'un processus pathologique

Les agents responsables de la cystite bactérienne sont les micro-organismes à Gram positif et à Gram négatif, les virus et les champignons. Le tableau clinique se manifeste en fonction de la forme du processus pathologique.

Cystite aiguë accompagnée de:

  • douleur vésicale, qui s'intensifie pendant la miction
  • augmentation de la vidange de la vessie
  • opacification de l'urine
  • fièvre
  • sensation de vidange incomplète de la bulle

La douleur s'intensifie à la fin de la miction. Il y a des plaintes de troubles du sommeil, d'aggravation de l'état psycho-émotionnel.

Choisissez un spécialiste, lisez les avis et prenez rendez-vous avec un urologue en ligne

Les calculs vésicaux sont l'une des variétés de lithiase urinaire. Elle survient à la suite d'une violation des propriétés physicochimiques de l'urine, ainsi que sous l'influence de facteurs physiologiques: troubles métaboliques, utilisation de certains groupes de médicaments, réactions inflammatoires. La maladie se développe souvent en raison d'une violation de l'écoulement libre de l'urine, d'une sténose du col de la vessie.

Même avec de grands calculs, les signes cliniques peuvent être absents pendant longtemps. Les symptômes se produisent si les pierres sont en contact continu avec les parois de la vessie. Les femmes se plaignent de douleurs dans la vessie, dans le bas-ventre, qui augmentent avec:

  • activité physique
  • position du corps
  • pendant les rapports sexuels
  • pendant la miction

La douleur peut irradier vers le périnée, les membres inférieurs (cuisses). Si la taille de la pierre est grande, une femme ne peut vider sa vessie qu'en position couchée. Dans la plupart des cas, les petites pierres sortent seules. Pour accélérer le processus, il est recommandé de suivre un régime, de prendre des médicaments pour ajuster l'équilibre alcalin de l'urine. Les gros calculs nécessitent une intervention chirurgicale. Le type et la portée de la chirurgie sont sélectionnés individuellement pour chaque femme.

Une vessie hyperactive est un syndrome clinique dans lequel les plaintes de mictions fréquentes se produisent jusqu'à 10 fois par jour ou nuit. Cette condition affecte négativement l'état psychologique d'une femme. Il survient principalement chez les personnes de groupes plus âgés à partir de 70 ans. Chez les patients ayant une vessie hyperactive, la miction est si forte qu'une femme ne peut pas se retenir.

Par conséquent, avec une vessie hyperactive, une triade de signes apparaît:

  • urination fréquente
  • de forts désirs incontrôlables
  • incontinence urinaire

L'objectif principal du traitement est de restaurer la capacité d'accumulation de la vessie et d'améliorer la qualité de vie du patient. Au cours de la thérapie, des méthodes conservatrices, des médicaments sont utilisés. S'ils sont inefficaces, une intervention chirurgicale est indiquée..

Cystocèle

La cystocèle est un processus pathologique qui s'accompagne d'un prolapsus de la vessie. Elle se produit sous l'influence de telles raisons:

  • activité patrimoniale
  • embonpoint, obésité
  • toux chronique, bronchite
  • musculation
  • hystérectomie - ablation de l'utérus

Les femmes qui accouchent 2-3 fois ou plus font partie du groupe à risque. Le risque de cystocèle augmente pendant la ménopause, lorsque la production d'hormones sexuelles féminines d'oestrogènes diminue, ce qui conduit à un affaiblissement du tissu musculaire.

La cystocèle s'accompagne de tels symptômes:

  • douleur et inconfort dans la vessie, les organes pelviens
  • sensation de pincement dans le vagin
  • une sensation de vidange incomplète de la vessie
  • incontinence urinaire lors de la toux, lors des rapports sexuels
  • infections génito-urinaires secondaires

Avec une cystocèle légère, un traitement spécifique n'est pas nécessaire. Il est recommandé d'effectuer des exercices spéciaux de Kegel qui renforcent les muscles du plancher pelvien. Avec la progression du processus pathologique, les médicaments à base d'œstrogènes, ainsi que l'utilisation de pessaires, peuvent être recommandés.

L'intégrité de la vessie peut être altérée par des blessures contondantes, des blessures pénétrantes. Les blessures contondantes sont plus courantes, peuvent survenir à la suite de:

  • freinage brusque de la voiture
  • chute haute
  • coup fort externe au bas de l'abdomen

Les lésions de la vessie s'accompagnent souvent d'une violation de l'intégrité de l'os pelvien. Le plus grand danger est une rupture de la vessie.

Important! Avec des ecchymoses, le drainage est suffisant, aucune intervention chirurgicale urgente n'est nécessaire.

La vessie est plus souvent que les autres organes sensibles aux lésions traumatiques lors d'une intervention chirurgicale dans la région pelvienne:

  • opérations transurétrales
  • procédures gynécologiques
  • césarienne
  • ablation d'une tumeur
  • résection du côlon

Les facteurs prédisposants incluent le tissu cicatriciel après les interventions chirurgicales précédentes, la radiothérapie, les processus tumoraux. Les principaux symptômes de dommages: une douleur sourde sur l'os pubien et une envie fréquente de vider la vessie. Pour confirmer le diagnostic, la cytoscopie rétrograde est utilisée en combinaison avec la tomodensitométrie. Pendant le traitement, l'utilisation du drainage est indiquée, ainsi que l'intervention chirurgicale.

Les polypes sont des néoplasmes bénins qui se forment en raison de la prolifération anormale des cellules épithéliales de la muqueuse. Ils peuvent être petits (jusqu'à plusieurs millimètres) et grands - 1 centimètre ou plus, simples ou multiples. Ils représentent 8 à 12% de toutes les maladies urologiques, sont rares chez les femmes.

Important! Les symptômes des polypes peuvent être absents pendant une longue période, le plus souvent une violation est détectée par hasard, lors du prochain examen prévu.

Les manifestations cliniques commencent à déranger une femme avec la croissance d'un néoplasme (un polype perturbe le processus de miction), des dommages mécaniques. Cela soulève des plaintes concernant:

  • impuretés sanguines dans l'urine
  • rétention urinaire
  • douleur vésicale
  • bien-être général: faiblesse, fatigue, fatigue
  • l'ajout d'un processus inflammatoire provoque une augmentation de la température corporelle

Malgré leur origine bénigne, les polypes nécessitent une observation et, lors de leur croissance, une augmentation de leur taille - élimination. Cela est dû au risque de transformation d'un processus bénin en un processus malin.

Leukoplakia

La leucoplasie de la vessie est un diagnostic clinique, qui se fait sur la base d'une étude pathologique. Il s'agit d'un changement pathologique de la muqueuse, un changement non tumoral de l'épithélium. Il s'agit d'une réaction du corps à des conditions environnementales défavorables, ainsi qu'aux changements du débit sanguin dans la vessie.

La leucoplasie s'accompagne de plaintes:

  • douleur vésicale
  • envie accrue d'uriner
  • douleur lors de la vidange de la vessie et lors des rapports sexuels

Le traitement vise à réduire la réponse inflammatoire et l'irritation des organes. On prescrit au patient des anti-inflammatoires, de l'acide hyaluronique et des agents de correction circulatoire. Il est important de suivre un régime, un régime de boisson, toutes les recommandations d'un urologue et gynécologue.

L'atonie de la vessie est un processus pathologique, qui s'accompagne d'un affaiblissement des parois de l'organe. Le patient ne peut pas contrôler le processus de miction, il y a des plaintes de douleur, d'incontinence urinaire. Atony se produit sous l'influence de tels facteurs prédisposants:

  • lésions traumatiques de la colonne vertébrale sacrée
  • troubles des racines de la moelle épinière
  • cours avancé de syphilis
  • anesthésie
  • intervention chirurgicale
  • utilisation de substances psychotropes
  • faiblesses musculaires

Un symptôme caractéristique du trouble est l'incontinence urinaire et est aggravé par la tension du tissu musculaire abdominal: toux, éternuements, marche rapide, activité physique excessive. Tout d'abord, les fuites d'urine, excrétées en petites quantités. Une envie accrue s'accompagne d'inconfort, d'une sensation de lourdeur dans le bas-ventre et dans la vessie.

Au cours de la thérapie, un ensemble de mesures est impliqué: exercices de Kegel, alimentation, vidange de la vessie selon un programme établi à l'avance. La pharmacothérapie implique l'utilisation d'antidépresseurs, d'antagonistes du calcium et d'anticholinergiques. Pour réduire les symptômes désagréables, un pessaire est utilisé - l'appareil est inséré dans le vagin pour fournir une pression supplémentaire. La physiothérapie est utilisée pour stimuler le travail de la vessie. Avec l'inefficacité des mesures conservatrices, une intervention chirurgicale est indiquée.

Cancer de la vessie

Le cancer de la vessie est un processus pathologique qui s'accompagne de la formation de néoplasmes malins dans les parois de la vessie. À risque sont les femmes qui ont des antécédents de cystite chronique, ainsi que celles qui sont sujettes à de mauvaises habitudes: le tabagisme. Le plus souvent, les oncologues sont confrontés à un carcinome des cellules antérieures, moins souvent à un squameux et à un adnocarcinome.

Important! La maladie peut être asymptomatique pendant une longue période, ce qui rend difficile le diagnostic et le traitement en temps opportun.

La progression du processus pathologique entraîne une hématurie, des mictions fréquentes et douloureuses, des douleurs dans la vessie et sur le pubis. La compression de la bouche de l'uretère entraîne une pyélonéphrite, une insuffisance rénale chronique.

  1. Urolithiase. Les pierres, se déplaçant à l'intérieur du corps, provoquent des douleurs aiguës, dont l'intensité augmente avec l'activité physique. Les pierres peuvent pénétrer dans l'urètre à partir de la vessie: un changement de localisation s'accompagne d'une détérioration significative du bien-être - une femme ne trouve pas de place, éprouvant constamment une douleur atroce.
  2. Cystite. Il s'agit d'une inflammation de la muqueuse vésicale causée par une infection. L'organe affecté répond naturellement à la pathologie qui s'y est développée, envoyant des signaux de douleur au cerveau. Des sensations désagréables sont également ressenties pendant l'urètre: de fortes douleurs transforment le processus naturel en un véritable test.
  3. Inflammation des organes génitaux féminins. Impliquées sont l'annexite (affection des appendices), la paramétrite (un processus inflammatoire dans la fibre périnatale), la périmétrite (une maladie de la muqueuse utérine externe). En règle générale, la douleur dans ces pathologies est assez aiguë. Souvent, l'infection se déplace des organes génitaux et pénètre dans la vessie, provoquant la cystite déjà mentionnée.
  4. Rupture de la vessie. L'organe lui-même est très élastique. Mais plus il y a d'urine, plus les murs doivent s'étirer et plus ils deviennent fins. Si dans cet état un impact se produit sur un organe, il peut éclater. Cela se produit souvent en cas d'accident, de chute, de fortes secousses lors du transport. Une femme dont la vessie éclate éprouvera une douleur intense et un désir constant d'uriner (bien qu'elle ne puisse pas faire pipi en raison d'un traumatisme). Un autre symptôme est le sang urétral.
  5. Tumeur vésicale. Un néoplasme peut être bénin ou malin. Dans tous les cas, il provoque une douleur sourde et constante dans le bas-ventre. Si la tumeur commence à se désintégrer, l'inconfort deviendra insupportable. Le plus souvent, les néoplasmes se développent chez les femmes de plus de 40 à 45 ans.
  6. Paracystite C'est le nom de l'inflammation de la graisse sous-cutanée proche de la bulle. Les douleurs sont permanentes, mais en même temps floues, ternes. Un gonflement peut se produire localiser au-dessus du pubis..

Urolithiase

L'apparition de sable et de pierres dans la cavité corporelle est causée par le blocage des voies urinaires, le stress, une alimentation monotone et un régime alimentaire inapproprié. Même avec de grosses pierres, les symptômes sont souvent absents. Avec la cystolithiase (urolithiase), les symptômes suivants sont possibles:

  1. Douleur abdominale. Son intensité est d’insignifiante à prononcée. Cela arrive terne et tranchant. La douleur s'intensifie avec les mouvements et pendant les mélanges. Elle donne aux organes génitaux externes, aux hanches et au périnée.
  2. Miction brusque pendant le mouvement.
  3. Micrations fréquentes.
  4. Incontinence urinaire. Caractéristique de la lithiase urinaire avec blocage dans le cou de l'organe.
  5. Difficulté au début des mixes Dans les cas graves, une femme ne peut uriner que dans une position couchée.
  6. Sang dans l'urine.
  7. Rougeur urinaire.

Les signes de l'oncologie sont déterminés par le stade de développement de la tumeur et sa localisation. Les premières manifestations de la maladie sont:

  • excrétion de sang avec l'urine jusqu'à la macrohématurie;
  • la présence de caillots dans l'urine;
  • rétention aiguë d'urine;
  • faiblesse et pâleur de la peau (se produisent en raison d'une anémie avec hématurie).

Avec une augmentation de la taille de la tumeur cancéreuse, des troubles dysuriques et des douleurs apparaissent. Les femmes se plaignent de miktsii douloureux et fréquents, d'une miction impérative dans les toilettes, de douleurs dans le pubis, le périnée et la région inguinale. Parfois, la miction devient difficile.

La douleur associée au cancer, comme à l'érosion de la muqueuse, est initialement périodique et survient lorsque l'organe est plein. Elle devient plus tard permanente. La raison en est la germination de la tumeur dans la couche musculaire de la vessie. Une grosse tumeur peut comprimer l'uretère. Dans ce cas, une rétention urinaire aiguë et des coliques sont possibles. Aux stades avancés du cancer, des symptômes d'hydronéphrose sont souvent observés..

Les signes communs d'une tumeur maligne sont: un mélange de pus dans l'urine, une modification de son odeur, une diminution des performances, une perte de poids et un malaise général. Avec des métastases à distance du foie, de l'utérus, des os, de la colonne vertébrale, des poumons ou des reins, des symptômes de lésions de ces organes sont observés.

Le plus souvent, les symptômes dysuriques sont causés par la pénétration dans l'organe d'infection avec le développement d'une cystite. Les relations sexuelles non protégées, l'hygiène personnelle et l'hypothermie peuvent être des causes.

Les signes d'une inflammation aiguë de la vessie chez la femme sont:

  1. Envie fréquente de miktsy. Se produisent toutes les 10-30 minutes, selon la gravité de la pathologie. Accompagné de douleurs abdominales.
  2. Réduction du volume d'urine en portions séparées.
  3. Incontinence urinaire. La raison en est le spasme des muscles de l'organe.
  4. Rétention urinaire aiguë. Chez les femmes adultes, rarement observé.
  5. Douleur miktsy. Elle apparaît au début et à la fin de la miction.
  6. Douleur dans le périnée et la région pubienne.
  7. Urine trouble.
  8. La présence de sédiments ou de flocons.
  9. Hématurie Caractéristique de la cystite hémorragique.
  10. Chaleur.

Le plus souvent, les symptômes dysuriques sont causés par la pénétration dans l'organe d'infection avec le développement d'une cystite.

Les troubles dysuriques peuvent provoquer non seulement des maladies inflammatoires, mais aussi les maladies suivantes:

  • polypes;
  • kystes;
  • endométriose;
  • leucoplasie;
  • schistosomiase urogénitale.

Les troubles dysuriques peuvent provoquer non seulement des maladies inflammatoires, mais aussi d'autres maladies, par exemple l'endométriose.

La schistosomiase est caractérisée par des dommages aux organes causés par des helminthes plats du groupe des douves. La maladie se manifeste par un mélange de sang dans l'urine, des micros fréquents et des difficultés d'écoulement de l'urine. L'urine chez ces femmes acquiert une teinte trouble. La schistosomiase se présente comme une cystite.

Les polypes sont des croissances tissulaires bénignes qui sont situées dans la lumière d'un organe. Les symptômes suivants sont caractéristiques des polypes de la vessie:

  • couleur framboise ou écarlate de l'urine;
  • douleur;
  • difficulté ou miction intermittente.

Les plaintes surviennent le plus souvent avec de grands polypes.

Un kyste est une formation bénigne sur la jambe. Ils peuvent atteindre un diamètre de 10 à 15 cm Les kystes à bulles ont plusieurs chambres et sont remplis de liquide à l'intérieur. Les symptômes de cette pathologie sont:

  1. Sentiment de débordement de bulle. Il est observé avec de gros kystes en raison d'une diminution du volume utile de l'organe.
  2. Miction rapide. Normalement, l'envie de mickey se produit lorsque la vessie est pleine, lorsque le volume d'urine est d'environ 300 à 350 ml. Avec un kyste, des mictions sont observées avec l'accumulation d'une petite quantité d'urine.
  3. Irrégularités menstruelles. Un kyste entraîne souvent une dysménorrhée (saignement douloureux).
  4. Température corporelle basse.
  5. Frissons.
  6. Sortie d'urine involontaire.
  7. Douleur dans le bas-ventre.
  8. Flatulence.
  9. Douleur ou inconfort lors des selles. La raison est de serrer les intestins avec un kyste.

Les symptômes de cette pathologie sont la douleur, les flatulences, la température, etc..

Les symptômes d'intoxication sont le plus souvent observés avec suppuration du kyste.

Souvent, les femmes se plaignent de l'apparition de sels (microlithes) dans le corps. Ils peuvent s'accumuler dans la cavité de la vessie, entraînant la formation de calculs. L'apparition de sels (phosphates, urates, oxalates) est due à l'excès dans le menu des viandes fumées, des aliments épicés et salés, ainsi qu'à l'utilisation d'eau dure. Souvent, les microlithes s'accumulent lorsque le pH de l'urine change.

Les signes de la présence de sels dans la vessie sont:

  • pollakiurie;
  • fil pendant le mélange;
  • changement de couleur de l'urine;
  • douleur dans l'abdomen et le bas du dos.

L'urine devient trouble en raison de la présence d'un grand nombre de sels.

Leukoplakia

La leucoplasie est une maladie non infectieuse caractérisée par une kératinisation focale de la muqueuse organique. Dans ce cas, les cellules de l'épithélium de transition sont remplacées par des cellules plates. Le plus souvent, les femmes d'âge moyen et de vieillesse sont malades. La maladie fait référence à un cancer précancéreux, c'est-à-dire qu'il existe une probabilité de malignité (dégénérescence maligne des cellules). Les signes de cette pathologie sont:

  1. Douleur pelvienne chronique. Il est considéré comme le symptôme le plus courant. Il est plus prononcé avec des dommages au cou de l'organe.
  2. Brûlant.
  3. Réduire la douleur lors des mélanges.
  4. Jet intermittent.
  5. Urination fréquente.
  6. Malaise général.

Le tableau clinique de la leucoplasie est similaire à celui de la cystite. Lors de l'examen d'un organe (cystoscopie), des zones blanchâtres avec des limites claires sont trouvées. Au fil du temps, les foyers deviennent plus denses et s'élèvent au-dessus de la membrane muqueuse de l'organe. Une plaque verruqueuse apparaît. Ces femmes présentent souvent une érosion (défauts muqueux).

Endométriose

L'endométriose de la vessie est une maladie chronique caractérisée par la croissance des tissus fonctionnels de l'utérus (endomètre) dans cet organe. Cela entraîne des saignements et des douleurs. Les facteurs de risque sont les suivants: changements hormonaux, maladies inflammatoires, diminution de l'immunité, hérédité alourdie et interventions chirurgicales.

Les médecins distinguent les signes suivants de l'endométriose de la vessie:

  • excrétion sanguine à la fin de la miction;
  • la présence de flocons dans l'urine;
  • douleur dans l'abdomen et la région pelvienne, aggravant pendant les menstruations;
  • incontinence urinaire.

Hématurie avec endométriose due à un saignement de l'épithélium utérin.

Le système excréteur des femmes est sensible à toutes les interventions. La proximité de l'anus, du vagin et de l'urètre provoque une inflammation fréquente avec la moindre hygiène.

La petite longueur du canal excréteur facilite la pénétration des bactéries pathogènes.

Ils provoquent une inflammation de la vessie. Le risque de développer d'autres maladies qui causent de grands désagréments aux femmes est accru.

Causes possibles de douleur dans la vessie chez les femmes et les hommes

Le manque de traitement rapide est lourd de complications. L'étirement de la vessie entraîne une augmentation de la douleur, de l'incontinence urinaire. En raison de la douleur constante, de la diminution de la miction, la condition physique et psychologique d'une femme s'aggrave. Les troubles du sommeil se rejoignent, la qualité de vie empire.

Dysfonctionnement de la vessie

La cause des plaintes peut être une violation de l'innervation du corps. Chez les femmes en bonne santé, le travail bien coordonné du détrusor (couche musculaire de la vessie) et du sphincter est constamment maintenu. Avec des facteurs défavorables, l'équilibre est perturbé.

Neurogénicité

Avec une augmentation de l'activité neurogène de la vessie, les symptômes suivants sont observés:

  1. Pollakiurie.
  2. Nocturie (excrétion d'une grande quantité d'urine la nuit).
  3. Envie impérative. Se produisent en présence de moins de 250 ml d'urine dans la cavité organique.
  4. Démarrage difficile des mix.
  5. Transpiration.
  6. Hypertension artérielle.
  7. Urine unique non contrôlée en grande quantité. Peut-être avec une combinaison d'une vessie neurogène avec une autre pathologie neurologique.

Ces signes sont caractéristiques d'une vessie hyperactive avec une prédominance du tonus musculaire. En cas d'activité accrue du sphincter, responsable de l'excrétion d'urine, il y a un retard aigu.

Les crampes musculaires se manifestent par des envies fréquentes et douloureuses de mickey.

Entorse

En cas d'étirement excessif des organes, une douleur intense apparaît. La raison en est l'accumulation d'une grande quantité d'urine avec difficulté dans son retrait. En l'absence d'assistance appropriée (cathétérisme), une déchirure des parois de l'organe est possible.

Avec un affaiblissement du sphincter et une diminution de l'activité contractile des muscles, on observe:

  • manque de mélanges avec une bulle remplie;
  • miction lente;
  • la nécessité de filtrer pendant les mélanges;
  • grandes quantités d'urine résiduelle.

Avec l'hypotension (faiblesse), le développement d'une ischurie paradoxale est possible. Chez ces femmes, dans le contexte d'un débordement de l'organe, l'urine peut être libérée goutte à goutte.

Chez les femmes, les plaintes peuvent être une conséquence du prolapsus de la vessie. Ceci est facilité par: la grossesse, l'accouchement, la constipation chronique, l'haltérophilie, le développement d'organes congénitaux, l'obésité et la toux. En cas d'omission, les symptômes suivants sont observés:

  • une sensation de vidange incomplète de la bulle;
  • douleur ou inconfort pendant les rapports sexuels;
  • urination fréquente
  • mélanges involontaires;
  • strangurie (douleur lors de la miction);
  • inconfort dans le vagin pendant la toux, le travail et le torse.

Dans les cas graves, la vessie est localisée au-delà du bord de la fissure génitale et est déterminée visuellement lors d'un examen gynécologique.

Quel médecin contacter

Aux premiers symptômes de la maladie, il est recommandé de consulter un urologue. Le médecin effectuera une enquête orale, un examen, prescrira des tests instrumentaux et de laboratoire supplémentaires. Selon les résultats, vous devrez peut-être consulter des médecins de spécialités connexes: gynécologue, psychothérapeute, thérapeute.

Manifestation de douleur

Le syndrome de la vessie irritée survient chez les femmes atteintes d'une innervation altérée des organes, ayant des tumeurs d'autres organes, et également dans le contexte de blessures à la tête et à la moelle épinière. Normalement, les femmes en bonne santé urinent 6 à 8 fois par jour. Avec une vessie irritée, la fréquence des mélanges augmente. Les patients ne peuvent pas tolérer la miction et contrôler la miction.

Un signe spécifique de cette pathologie est l'allocation involontaire d'urine lors de la toux, du rire, du bruit fort ou de l'exposition à d'autres irritants. S'il n'est pas possible de vider rapidement l'organe, l'urine est libérée au hasard (incontinence).

L'inconfort et la douleur dans le système génito-urinaire peuvent survenir avec une intensité et une fréquence variables. Cela est dû aux différents symptômes des maladies progressives et des foyers d'apparition. Les fonctions d'autres organes du système urinaire ou du bassin peuvent être altérées et les perturbations affectent le processus de sortie de l'urine, accompagnées de douleur.

Pourquoi la vessie des femmes est-elle douloureuse: les principales raisons

Le mot «cystalgia» est traduit du grec par «douleur dans la bulle». La particularité de cette condition est la préservation des symptômes typiques de la cystite avec des résultats de test objectivement bons. Il s'avère qu'il n'y a pas d'inflammation, mais il y a toujours de la douleur.

La cystalgie n'est pas parlée si souvent, bien qu'elle soit diagnostiquée par 10 à 15% des femmes qui se sont tournées vers un urologue. Les signes caractéristiques de cette condition sont:

  • douleur vésicale avec une quantité minimale d'urine accumulée;
  • miction péremptoire, qui est très difficile ou impossible à supporter;
  • sensation constante de plénitude de la bulle;
  • douleur s'étendant au périnée et à la région lombo-sacrée.

En règle générale, la cystalgie se déroule en secret, exacerbant en automne et en hiver. Les douleurs ne sont pas très fortes, mais persistantes, survenant souvent sans raison apparente. Parmi les principales raisons du développement de la pathologie:

  1. Expériences émotionnelles fortes, querelles fréquentes et stress.
  2. Mode de vie sédentaire, manque d'activité physique minimale nécessaire.
  3. Insatisfaction sexuelle, peur de l'intimité, la pratique des rapports sexuels interrompus comme méthode de contraception.
  4. Abus d'alcool, prédominance des aliments épicés.
  5. La présence de maladies gynécologiques, d'un dysfonctionnement ovarien.
  6. Grossesse ou avortement.
  7. Une réaction allergique à certains produits (par exemple, certains patients ont eu un gonflement du col de la vessie avec du lait).
  8. Changement des niveaux hormonaux (particulièrement pertinent pour les femmes en ménopause).

Si la cystalgie s'est développée sur la base d'expériences nerveuses, elle s'appelle alors cystite psychosomatique. En fait, cette condition peut être attribuée à une variété de névrose.

  • Échographie des organes pelviens;
  • tests d'urine (selon Nechiporenko, général, biochimique);
  • analyse sanguine générale;
  • cystoscopie
  • un frottis sur la flore et d'autres études que le médecin semble nécessaire.

Une fois le diagnostic établi, des médicaments appropriés sont prescrits. Par exemple, avec la cystite, ce sont des antibiotiques, des médicaments antiviraux ou antifongiques, ainsi que des remèdes à base de plantes. Si la douleur est causée par un traumatisme ou un gonflement, une intervention chirurgicale peut être nécessaire..

Avec la cystalgie, l'accent est mis sur la restauration d'une circulation normale dans les organes pelviens. L'exercice, de longues promenades et des relations sexuelles régulières avec un partenaire régulier y contribuent..

S'il est difficile de supporter la douleur, vous pouvez prendre des analgésiques. Antispasmodiques bien établis - No-shpa, Droverin, Papaverin. L'utilisation d'Analgin ou d'Aspirine est également acceptable (cette dernière ne doit pas être bue avec du sang dans l'urine).

Aide à arrêter rapidement la douleur de la chaleur. Il est nécessaire de remplir une bouteille en plastique opaque avec de l'eau chauffée, de l'envelopper avec une serviette et de la fixer à la région inguinale ou au bas-ventre. Après quelques minutes, l'inconfort commencera à diminuer..

Toute douleur est un signal alarmant que le corps envoie à une femme. Par conséquent, ce symptôme ne peut être ignoré: il vaut mieux le jouer en toute sécurité que de sauter le stade initial de la maladie.

Cystite

La douleur vésicale est un symptôme non spécifique qui peut survenir avec divers troubles et conditions pathologiques. Pour confirmer le diagnostic, vous devez consulter un médecin, subir un diagnostic complet:

  • analyse sanguine générale
  • tests d'urine: général, selon Nechiporenko, examen bactériologique
  • test sanguin biochimique: urée, créatinine
  • étude de la microflore vaginale
  • examen gynécologique
  • cytoscopie - examen de la vessie à l'aide d'un appareil optique qui est injecté à travers l'urètre avec l'utilisation préalable d'anesthésiques
  • examen d'une femme et de son partenaire sexuel pour les maladies sexuellement transmissibles
  • test de sensibilité avec une solution de potassium - de l'eau simple et une solution de potassium sont injectées dans la vessie, après quoi ils demandent à la femme de décrire les sensations qui surviennent, la force de l'envie d'uriner
  • si nécessaire, une biopsie est en outre prescrite

De plus, l'échographie, la radiographie et la cytoscopie sont prescrites - une procédure endoscopique, au cours de laquelle les parois de la vessie sont examinées.

Le schéma thérapeutique est sélectionné individuellement pour chaque patient, en tenant compte de l'âge, des troubles chroniques concomitants, du tableau clinique global, des résultats d'un examen complet. Impliquer une approche intégrée:

  • traitement médical
  • physiothérapie
  • correction du mode de vie
  • changement de régime: éliminer les aliments gras et épicés qui irritent les parois de la vessie, ainsi que l'alcool

Dans le processus, le médecin peut ajuster le rendez-vous, ajouter d'autres médicaments et additifs biologiquement actifs.

Important! La physiothérapie aide à réduire la douleur si elle est déclenchée par des spasmes des muscles du plancher pelvien.

Au cours de la pharmacothérapie, les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

  • anti-inflammatoires non stéroïdiens pour réduire la douleur
  • sédatifs / antidépresseurs pour détendre la vessie et réduire la douleur
  • antispasmodiques
  • médicaments antiallergiques pour réduire les symptômes de la miction rapide et réduire l'urgence (forte envie)
  • diurétiques

Un traitement spécifique dépend de la cause profonde, ce qui provoque des douleurs dans la vessie. Pendant le traitement, le patient doit être sous la supervision dynamique de spécialistes. Détérioration de la santé, ajout de symptômes supplémentaires, absence de l'effet attendu des médicaments recommandés - une indication pour une nouvelle visite chez le médecin et une correction du rendez-vous.

On montre également aux patients des procédures de stimulation nerveuse. Pour la stimulation nerveuse percutanée, utilisez des électrodes cutanées. Grâce aux impulsions électriques, le flux sanguin vers la vessie est amélioré, le tissu musculaire est renforcé. Cela permet de garder l'envie de vider la vessie et de réduire la douleur. Avec l'inefficacité des méthodes conservatrices et une détérioration significative du bien-être, une intervention chirurgicale est indiquée.

Peu importe ce qui a causé la douleur et l'inconfort dans la vessie, vous devriez immédiatement consulter un spécialiste - un thérapeute ou un néphrologue, si des symptômes apparaissent. Pour déterminer le diagnostic, le médecin dirigera l'examen. Voici un ensemble standard de tests et d'études pour déterminer la cause et la prescription d'un traitement adéquat pour la douleur dans la vessie chez les femmes.

  • Échographie (échographie) des organes pelviens et du système génito-urinaire;
  • IRM (imagerie par résonance magnétique) des organes pelviens, si des données plus précises sont nécessaires;
  • Analyse générale d'urine;
  • Analyse d'urine par Nechiporenko, Zimnitsky;
  • Culture bactériologique d'urine;
  • Cystoscopie - examen de l'état interne de la vessie à l'aide d'outils spéciaux;
  • Frottis de l'urètre et du vagin;
  • Uroflowmetry - mesure du débit d'urine pendant la miction;
  • Radiographie de la vessie à l'aide d'un agent de contraste.

Étant donné que les problèmes de la vessie peuvent être causés par des maladies de la sphère gynécologique, par exemple l'endocirvicose, un obstétricien-gynécologue devra également être examiné..

Les principales causes de douleur:

  • urétrite - irritation (gonflement, rougeur) de l'urètre;
  • cystite - inflammation de la vessie;
  • polypes, tumeurs des parois de la vessie;
  • traumatisme à l'urètre ou à la vessie;
  • maladie de la lithiase urinaire;
  • maladie utérine;
  • douleur réfléchie.

Le traitement de la douleur dans la vessie est prescrit en fonction de l'étymologie de la maladie. Il peut s'agir d'un changement de nutrition (en cas d'inflammation), d'une pharmacothérapie. En présence de néoplasmes malins, l'utilisation de la chimiothérapie, la radiothérapie est possible. Dans certains cas, la chirurgie est la seule option. Parfois, dans la période postopératoire, la thérapie BCG est utilisée. Il est également possible de fixer des procédures physiothérapeutiques.

Vous trouverez ci-dessous des moyens de soulager la douleur vésicale chez les femmes souffrant de maladies inflammatoires du système génito-urinaire..

La cystite se manifeste après des infections du rectum, qui peuvent provoquer une inflammation si elle pénètre dans l'urètre (une forme infectieuse de la maladie), ou est le résultat de substances chimiques entrant dans la membrane muqueuse de l'organe (cystite non infectieuse). Pour la cystite infectieuse, consultez un gynécologue et pour la cystite non infectieuse, consultez un urologue.

  1. Après le début de la douleur, il est recommandé de boire un peu d'eau (environ un demi-litre) afin de réduire l'acidité de l'urine - avec elle, le niveau de douleur pendant la miction diminuera. Après cela, essayez de boire un verre de liquide toutes les trois heures toutes les demi-heures - du jus ou du thé faible. Vous pouvez prendre des analgésiques.
  1. Pour réduire la douleur pendant la miction, prenez régulièrement un bain chaud assis. Il sera utile d'utiliser un hammam pour les pieds ou des médicaments pour détendre les organes internes.
  1. Réchauffez l'urètre à l'aide de coussinets chauffants: couché dans le lit, mettez-en un sous le dos, serrez le second entre vos jambes.
  1. Il existe de nombreux remèdes à base de plantes disponibles pour aider à soulager l'inflammation. Ce sont des extraits de feuilles de busserole, d'airelle rouge, de verge d'or et autres. Les canneberges sont une aide merveilleuse dans cette maladie. Vous pouvez prendre des bains avec une décoction de camomille.
  1. Ne vous limitez en aucun cas à l'automédication! Consultez un médecin et faites-vous tester le plus tôt possible. Si le diagnostic est confirmé, des spécialistes prescrivent des antibiotiques et d'autres médicaments: le traitement est sélectionné individuellement pour chaque patient.

Le processus de guérison se déroule en moyenne en deux à trois semaines..

La douleur peut être douloureuse ou insupportable. De plus, dans le premier cas, ils ont tendance à s'amplifier. Par conséquent, tout le monde doit savoir quoi faire si la vessie fait mal..

Les tactiques de traitement sont déterminées par la nature de la maladie. Dans tous les cas, le patient a besoin de soins médicaux - planifiés ou urgents. En cas de douleur insupportable, vous devez appeler les médecins à domicile ou vous rendre à la clinique par vous-même. Cela est particulièrement vrai pour les coliques rénales et la rupture de l'urée.

Si la douleur est tolérante, vous devriez consulter l'urologue ou l'andrologue (pour les hommes).

Traitement de la cystite (inflammation) de la vessie

Chaque cas nécessite un cours thérapeutique approprié. Souvent, cela implique l'utilisation d'agents antibactériens spécialement sélectionnés, car c'est l'infection des tissus qui entraîne une inflammation, des violations ultérieures du système génito-urinaire.

Selon le tableau clinique, des médicaments à spectre d'action différent sont prescrits. Il peut s'agir de puissants diurétiques et de dissolvants de pierres, de sédatifs pour normaliser le système nerveux, etc..

Une certaine position dans le traitement des problèmes urologiques est occupée par les infusions et les décoctions d'herbes, les frais et les préparations à base de plantes prêtes à l'emploi. Ils sont activement utilisés comme moyen de stimuler le retrait de l'urine, anti-inflammatoire, réparateur.

Le traitement vise principalement à éliminer le facteur provoquant, mais la nécessité de soulager la douleur est également prise en compte. Pour ce faire, sont affectés:

  1. Antispasmodiques. Les médicaments aident à faire face à la douleur, à réduire la contraction musculaire. Il n'est pas recommandé de prendre avant le diagnostic principal, car les symptômes peuvent être déformés.
  2. AINS. Des analgésiques élevés en peu de temps réduisent les signes d'inflammation. Ne pas appliquer aux médicaments, déconseillé pour une utilisation prolongée.
  3. Diurétiques Des composants stimulants spéciaux aident à prévenir la stagnation de l'urine, ce qui est particulièrement nécessaire pour les réactions inflammatoires, lorsque la stagnation de l'urine entraîne un risque accru de suppuration.

Le traitement de chaque maladie qui a provoqué des douleurs dans la vessie est effectué selon un programme individuel, est prescrit exclusivement par un médecin.

Contrairement à la belle moitié de l'humanité, les hommes souffrent parfois moins de cystite. Le fait est que l'urètre masculin est assez long et incurvé, et cette structure dans la plupart des cas réduit le risque d'infection dans la vessie.

Un jeune homme observant des règles d'hygiène élémentaires ne sait peut-être pas grand-chose de cette maladie - la probabilité qu'elle se manifeste est négligeable. En urologie, la cystite masculine est généralement diagnostiquée chez les patients âgés de plus de 40 à 45 ans qui ont des antécédents de maladies concomitantes (prostatite, urétrite, vésiculite, etc.).

Les problèmes urologiques s'accompagnent souvent d'un rétrécissement de l'urètre, ce qui entraîne une stagnation de l'urine et, par conséquent, une inflammation de la vessie, une cystite. Les infections sexuellement transmissibles cachées peuvent également provoquer une pathologie: gonorrhée, trichomonase, chlamydia, mycoplasmose. Chez l'homme, la cystite survient également avec une pyélonéphrite ou une tuberculose..

Les maladies virales (grippe, sinusite, amygdalite chronique), qui semblent avoir la relation la plus éloignée avec le système urinaire, peuvent également provoquer une inflammation.

Les causes connexes de cystite chez un homme comprennent l'hypothermie, le stress chronique, le manque de sommeil et l'alcoolisme..

La maladie s'accompagne de manifestations désagréables qui peuvent perturber le rythme de vie habituel de tout homme. Symptômes caractéristiques de la cystite masculine:

  • mictions fréquentes, alors qu'un seul volume d'une portion d'urine ne peut être que de 10 à 15 ml;
  • incontinence urinaire;
  • douleur à l'aine, au pénis, au scrotum, qui s'intensifie lorsque la vessie est vide;
  • fièvre et autres signes d'intoxication (maux de tête, malaise).

La brûlure de l'organe génital masculin avec cystite, l'apparition de sang, de mucus et de pus dans l'urine, un changement de couleur et d'odeur indiquent également le début du processus inflammatoire.

Il est nécessaire de traiter la cystite masculine le plus tôt possible lorsque les premiers signes de la maladie apparaissent et de ne pas reporter la visite chez le médecin. En l'absence de traitement approprié, la cystite aiguë devient chronique.

La manifestation la plus grave est la cystite interstitielle, dans laquelle les exacerbations de la maladie se produisent assez souvent, et le patient se plaint de douleurs régulières dans la région de l'aine.

Si des signes de cystite masculine sont apparus, puis ont disparu, cela indique que la maladie a acquis une forme chronique. Elle se caractérise par une alternance de périodes d'exacerbation (environ 2-3 fois par an) et de rémission.

Dans la forme chronique de la maladie, les symptômes de la cystite chez les hommes ne sont pas si prononcés, la miction est moins douloureuse et la santé globale est bien meilleure.

Cependant, la cystite chronique est lourde de complications, notamment la paracystite, la pyélonéphrite, la sclérose des parois de la vessie et le cancer.

Selon la forme et la nature de l'inflammation, le traitement de la cystite chez l'homme peut varier légèrement. Dans la plupart des cas, elle est réalisée en ambulatoire, l'hospitalisation ne peut être requise qu'avec le développement des formes les plus sévères de la maladie (avec cystite hémorragique et gangréneuse). Une hospitalisation est également requise pour la cystite chronique causée par l'adénome de la prostate..

Le traitement de la cystite masculine implique:

  • l'observance du repos au lit au moins les 3-4 premiers jours après le début de la maladie;
  • régime de consommation abondant (au moins 2 litres d'eau pure par jour, canneberge, airelle rouge ou jus de légumes);
  • menu diététique avec le rejet des aliments épicés et gras, des épices, du café;
  • l'exclusion de l'alcool et de la nicotine;
  • abstinence d'activité sexuelle.

La clé de l'efficacité du traitement sera le respect des recommandations du médecin et l'utilisation d'une antibiothérapie adéquate. Dans ce cas, le traitement de la cystite masculine doit être effectué en association.

En présence de maladies concomitantes, il est nécessaire d'identifier et d'éliminer leurs causes. La fin du traitement n'est possible qu'après avoir passé tous les tests nécessaires et l'avis d'un médecin.

Sinon, la cystite masculine non traitée se fera sentir après un certain temps avec une vigueur renouvelée.

La pharmacothérapie consiste en la nomination de:

  • médicaments antibactériens;
  • uroseptiques;
  • antispasmodiques;
  • phytothérapie;
  • physiothérapie.

La plupart des représentants de la population masculine ne savent pas quoi faire s'ils sont tourmentés par la cystite et comment se débarrasser des sensations inconfortables.

Il convient de noter que le traitement antibiotique de la cystite masculine est le plus efficace. En général, les médicaments prescrits ont un large éventail d'actions, vous permettant de lutter avec succès contre divers types d'agents pathogènes.

La thérapie est généralement effectuée jusqu'à 7-10 jours, moins souvent jusqu'à 2 semaines.

Médicaments populaires pour la cystite masculine: Nolitsin, Furagin, Furadonin, Nitroxoline, Amoxiclav, Ciprolet, Palin, Ofloxacin. Remplacez tout le cours de la thérapie hebdomadaire par Monural. Ce médicament pour la cystite masculine se présente sous la forme d'une poudre qui est diluée avec de l'eau et bu une seule fois la nuit..

Si la maladie se présente sous une forme aiguë, le médicament Urolesan aide assez bien à la cystite.

Il réduit la douleur pendant la miction et a un effet antimicrobien et anti-inflammatoire sur le corps.

Prenant No-shpa, Papaverine, Baralgin vous permet de soulager la douleur liée à la cystite et de soulager l'état général du corps. Cependant, la prise de ces médicaments est souvent extrêmement indésirable, tout médicament contre la douleur contre la cystite a un effet temporaire et, en outre, a un effet sur le fonctionnement du foie et de la vésicule biliaire..

Le traitement de la cystite masculine à la maison peut être complété par des bains à base de plantes avec infusion de camomille, de sauge, de calendula, l'utilisation de remèdes à base de plantes et des douches vaginales avec des solutions antiseptiques. Dans un hôpital, la physiothérapie peut être prescrite - magnétothérapie, échographie, applications de boue.

En raison du fait que la maladie dans certains cas peut être presque asymptomatique, il est conseillé de ne pas ignorer les examens médicaux et au moins une fois par an de faire un test d'urine général. Il est possible de protéger un homme de la cystite en observant des règles simples de prévention:

  1. Ne pas trop refroidir.
  2. Observer l'hygiène génitale.
  3. Évitez les rapports sexuels avec promiscuité.
  4. Traiter en temps opportun l'adénome, la prostatite et le cancer.
  5. Renforce l'immunité.

Liste de lecture vidéo sur la cystite (sélection de vidéos dans le coin supérieur droit)

La prévention

Recommandations pour la prévention de l'inflammation:

  1. Hygiène personnelle.
  2. Bonne vie sexuelle.
  3. Manque d'hypothermie.
  4. Renforcement de l'immunité.
  5. Visites en temps opportun à des spécialistes.
  6. Se débarrasser de toutes les inflammations.
  7. Activité physique dosée.

Vous devez vous habituer à un lavage correct et régulier. Cela aidera à empêcher E. coli de pénétrer dans le vagin..

L'exercice aide à éviter les processus stagnants..

Si vous ajoutez à cela une légère correction de l'alimentation, les maladies de la vessie seront contournées. Les maladies de la vessie causent de grands désagréments aux femmes, mais en raison de leur timidité ostentatoire, elles reportent une visite chez le médecin.

Avec un traitement rapide, toutes les pathologies sont guéries. Et lors d'une visite tardive, vous devez faire face à diverses complications et maladies chroniques.

Pour la prévention de la douleur dans la vessie, respectez ces recommandations:

  • traiter en temps opportun les maladies chroniques émergentes, les troubles gynécologiques
  • une fois par an, ils subissent un examen programmé avec un gynécologue
  • observer le régime de travail, de repos, de sommeil: se coucher au plus tard à 23h00 dans une pièce absolument sombre et fraîche
  • ajuster le régime alimentaire: réduire les glucides, les aliments épicés et gras, l'alcool;
  • s'abstenir de mauvaises habitudes
  • observer le régime alimentaire pour éviter la congestion, la croissance et la reproduction des micro-organismes pathogènes dans la vessie
  • préfèrent une activité physique modérée

Aux premiers symptômes de douleur dans la vessie, il est recommandé de consulter un médecin le plus tôt possible, de subir un examen complet. Plus le traitement commence tôt, plus le pronostic est favorable.

Contenu de l'article [masquer]

Rappelons que la vessie est un organe creux dans lequel l'urine s'accumule à travers les uretères. Il sert à l'enlever du corps à travers l'urètre. La vessie est située dans le bassin, derrière l'os pubien.

La vessie fait le plus souvent mal aux femmes. La raison en est les caractéristiques structurelles du corps féminin. L'urètre chez la femme est court, large et droit. Les agents pathogènes pénètrent facilement dans la vessie à travers elle. Oui, et le canal est situé de telle sorte que diverses infections y soient plus facilement retardées..

Il est situé à proximité du rectum et du vagin - des organes densément peuplés de bactéries opportunistes qui peuvent provoquer une inflammation de la vessie. Si une femme a mal à la vessie, le traitement est généralement long. En cas de malaise au niveau de cet organe, vous devez consulter un médecin sans automédication.