Principal

Pyélonéphrite

Analyse d'urine en oncologie

Si l'on regarde les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé, il sera possible de découvrir que ce sont précisément les différents processus oncologiques qui sont plus souvent que d'autres pathologies qui conduisent à la mort. Le cancer est une maladie plutôt insidieuse et dangereuse, car avec le temps, il peut évoluer de façon asymptomatique..

Dans les premiers stades, l'oncologie peut être traitée médicalement ou avec une intervention chirurgicale minimale. Malheureusement, au cours des dernières étapes, presque tous les traitements sont exclusivement de soutien et la marge de survie à cinq ans est extrêmement faible. De nombreux experts prescrivent un test d'urine pour l'oncologie, se demandent pourquoi cela est nécessaire.

Changement de couleur

Lors d'une étude en laboratoire de la composition de l'urine, les spécialistes sont en mesure de déterminer dans quelle mesure les reins, le cœur et les vaisseaux sanguins fonctionnent, ainsi que l'état du système immunitaire. Par exemple, avec une teinte jaune clair de la biomasse, le diabète ou l'hypervolémie peuvent être diagnostiqués..

Si l'urine a une teinte jaune foncé, le patient ne peut pas être exclu de la déshydratation, de l'insuffisance cardiaque, de la lithiase biliaire et des pathologies hépatiques. Dans le cancer, une analyse d'urine indiquera que le liquide corporel a une teinte rougeâtre. Cela est dû au fait qu'une certaine quantité de sang y pénètre.

La couleur de l'urine change en fonction du stade de l'oncologie. Source: urology.propto.ru

Lorsqu'il y a trop de globules rouges dans l'urine, l'urine ressemblera à la couleur des morceaux de viande. Cependant, ce paramètre peut également indiquer que le patient prenait certains médicaments, qu'il a une lithiase urinaire ou que la glomérulonéphrite progresse..

De plus, les personnes qui passent un test d'urine pour l'oncologie peuvent remarquer que le liquide biologique a une certaine turbidité. Cela est dû au fait que la composition contient de nombreux globules blancs, globules rouges, bactéries, protéines, épithélium. En conséquence, la densité ou la gravité spécifique sera nécessairement augmentée..

Pour que le cancer se développe, il doit y avoir un certain facteur contributif. Si un organe ou un système interne ne fonctionne pas correctement, il y a une forte probabilité que le processus oncologique commence à progresser. Dans ce cas, un test d'urine montrera également une concentration accrue de sels, de bilirubine, de corps cétoniques, de glucose.

Définition des marqueurs tumoraux

Tous ces paramètres, qui ont été décrits ci-dessus, peuvent être présents non seulement chez les patients atteints d'une pathologie cancéreuse. C'est pourquoi un test d'urine général ne peut que faire comprendre qu'il existe des problèmes dans le corps. En conséquence, si un spécialiste a désigné une analyse, celle-ci doit être effectuée.

Le cancer ne peut être diagnostiqué que si une analyse d'urine est effectuée pour déterminer les marqueurs tumoraux, qui indiquent également des conditions précancéreuses. En cas d'oncologie de la vessie, le marqueur tumoral urinaire UBS est déterminé dans l'urine. Ce fragment fait partie de la protéine. On ne peut parler de la progression d'une maladie dangereuse que lorsque sa norme est dépassée 150 fois.

La zone de localisation tumorale par des marqueurs tumoraux identifiés. Source: medik.expert

La recherche pour déterminer le cancer est rarement rapide. Ainsi, par exemple, lors de l'identification de marqueurs tumoraux, il faudra 5 à 7 jours pour obtenir des résultats. Quant aux règles de collecte du matériel biologique, elles sont standard, et le patient doit effectuer toutes les étapes de préparation, comme avant l'analyse d'urine générale habituelle.

Il convient de noter que le marqueur tumoral UBS peut indiquer la présence d'une tumeur dans les systèmes mammaire et pancréatique, bronchopulmonaire et reproducteur, les intestins et le foie. Dans la plupart des cas, si le processus pathologique affecte le tissu pulmonaire, un marqueur tumoral tel que CYFRA 21-1 est déterminé. Des valeurs plus élevées confirment la maladie, mais son absence ne signifie pas non plus qu'il n'y a pas de cancer.

Le processus d'identification et de confirmation du cancer est assez complexe et long. Pour détecter le problème et déterminer la zone de localisation, une approche intégrée est nécessaire. Par conséquent, toujours l'analyse de l'urine dans le cancer est complétée par d'autres laboratoires ainsi que des méthodes de diagnostic instrumentales.

Quand faire une analyse

Dans la plupart des cas, l'étude des biofluides peut diagnostiquer un cancer de la vessie ou la présence de néoplasmes dans les organes du système reproducteur à un stade précoce de développement. Cela est dû au fait que l'urine commence à changer de couleur, car un grand nombre de globules rouges y pénètrent, c'est-à-dire qu'une hématurie se développe.

Cependant, dans les situations où le patient progresse de 1 ou 2 degrés de cancer de la prostate, ce symptôme sera absent. Dans l'urine, le sang ne commencera à être libéré que lorsque la pathologie atteindra le 3-4e stade de développement. Le patient dans cet état se sent très mal, car les structures et les organes environnants sont impliqués dans le processus oncologique.

Si nous considérons les principales indications dans lesquelles il est nécessaire de passer un test d'urine pour identifier l'oncologie, il s'agit alors de plaintes de patients concernant une détérioration de leur état de santé, par exemple: manque de désir sexuel, diminution de la puissance, augmentation de la miction, douleur dans le périnée et l'aine, manque d'appétit et perte de poids.

Une analyse d'urine peut également confirmer ou réfuter le cancer du rein et de la vessie. Le patient doit se rendre à l'hôpital dans ces situations lorsqu'il constate une certaine violation du processus de miction. Il s'agit souvent d'une augmentation de l'envie, de l'incontinence, de la vidange incomplète de la vessie. Si la tumeur se développe dans la lumière du canal, des stries de sang apparaîtront dans l'urine.

Comme indiqué au tout début, divers processus oncologiques peuvent évoluer asymptomatiquement pendant une longue période. Par conséquent, certains patients peuvent ne remarquer aucun changement dans leur état de santé jusqu'à ce que des saignements graves difficiles à arrêter soient révélés..

Études essentielles pour le cancer du rein

L'une des maladies oncourologiques les plus courantes et les plus dangereuses - le cancer du rein commence à déranger les patients aux stades ultérieurs lorsqu'il existe déjà des métastases à distance. Cependant, en effectuant des tests sanguins et urinaires réguliers, un diagnostic rapide du cancer du rein est réalisable. Vous pouvez identifier la véritable oncologie à temps, prévenir les conséquences potentiellement mortelles, les complications.

Les méthodes de diagnostic du cancer du rein et de traitement d'une tumeur s'améliorent constamment, mais la détection des tumeurs aux stades précoces est assez rare. Plus souvent, les patients se rendent chez le médecin pour des dommages aux organes situés à distance, c'est-à-dire dans des situations avancées.

L'examen médical, le contrôle, l'entretien et l'examen sont prescrits 2 fois par an ou plus. La multiplicité des tests dépend de la présence des facteurs de risque suivants de cancer du rein:

  • si quelqu'un dans la famille a un processus oncologique;
  • la présence de maladies accompagnées de dommages au cervelet, aux yeux et à la peau - phacomatoses héréditaires;
  • les hommes ont un cancer du rein plus souvent que les femmes;
  • tabagisme, obésité.

Diagnostic du cancer du rein

Pour rechercher un cancer du rein, vous devez faire attention aux 5 changements majeurs suivants dans les analyses:

  1. analyse d'urine - globules rouges;
  2. test sanguin général - augmentation du taux de sédimentation des érythrocytes avec un nombre normal de globules blancs et l'absence d'inflammation dans le corps;
  3. test sanguin clinique - une augmentation du niveau de globules rouges, plus tard des plaquettes, est progressivement notée, les globules blancs sont les derniers à réagir;
  4. à des stades avancés, une anémie non motivée se développe;
  5. lors de l'étude des électrolytes plasmatiques, une augmentation des niveaux de calcium est déterminée.

En plus de l'analyse clinique du sang et de l'urine, une analyse biochimique est prescrite et le système de coagulation est régulièrement contrôlé. Les analyses doivent être effectuées à jeun pour que les indicateurs soient informatifs et correctement interprétés.

Les patients ne font attention à leur santé qu'aux stades de l'intoxication paranéoplasique, qui se développe en raison de l'intoxication par les produits de décomposition des cellules tumorales, notamment:

  • symptômes d'hypertension artérielle;
  • perte de poids;
  • aversion pour la viande;
  • augmentation de la température corporelle;
  • douleur dans la colonne vertébrale, les os du squelette;
  • toux avec crachats tachés de sang;
  • amylose des organes parenchymateux, altération de la fonction;
  • lésion nerveuse non inflammatoire se manifestant par des syndromes douloureux de diverses localisations.

Méthodes de recherche supplémentaires

En plus des analyses de sang, de l'urine, ces méthodes de diagnostic du cancer du rein sont utilisées comme:

  1. Ultrason Le cancer du rein à l'échographie doit être différencié des kystes, ce qui est facilement réalisable lors de la dopplerographie des vaisseaux rénaux lors de l'échographie.
  2. La tomodensitométrie avec contraste, qui permet de différencier la tumeur du kyste, d'étudier les sources de son apport sanguin, ce qui est fondamental lors de la chirurgie. L'image vasculaire montre si la tumeur fait germer les principaux troncs veineux, se propage ou non à l'extérieur du rein, vous permet de voir l'état des glandes surrénales.
  3. L'imagerie par résonance magnétique en angiographie permet une étude détaillée du flux sanguin. Il est indiqué pour les patients présentant des réactions allergiques au contraste, pour les femmes enceintes. De temps en temps, il est possible de voir la présence de métastases, un changement dans le tissu lymphoïde, la réaction des ganglions lymphatiques régionaux.
  4. L'angiographie, qui permet d'évaluer la phase artérielle et veineuse, est réalisée si une résection rénale, une embolisation de l'artère rénale est prévue.
  5. Tomographie par émission de positrons.
  6. Pour exclure les métastases au cerveau, une TDM ou une IRM est effectuée..
  7. Pour vérifier les fractures vertébrales pathologiques, les métastases dans l'os du squelette, vous pouvez utiliser la radiographie, la TDM, l'IRM.
  8. Scintigraphie osseuse squelette.
  9. TDM de la cavité thoracique.
  10. Biopsie rénale.

Critères prédictifs

Il faut se rappeler que l'apparition de symptômes cliniques du processus tumoral n'est possible qu'aux stades avancés de la maladie. Initialement, une petite quantité de globules rouges apparaît dans l'urine, qui ne sont pas visibles à l'œil nu et ne provoquent pas d'anxiété pour le patient. Lorsque l'urine tachée de sang est détectée, il y a un risque de croissance d'une tumeur dans les gros vaisseaux.

Les fractures de la colonne vertébrale et des os sont pathologiques, car pour une violation de l'intégrité des os, elles doivent être détruites par la tumeur. La douleur dans la colonne vertébrale survient lorsque la fonction est gravement altérée. Les patients associent souvent la douleur aux lésions dégénératives-dystrophiques de la colonne vertébrale, s'automédicamentent et consultent un médecin tard.

L'identification de métastases pulmonaires distantes, le cerveau, la colonne vertébrale indique le dernier stade de la maladie, rend le pronostic de récupération très grave. Pour un diagnostic rapide, un traitement radical, une augmentation de la durée, de la qualité de vie, vous devez consulter un médecin de manière planifiée. Après 40 ans, en l'absence de facteurs de risque d'apparition du processus tumoral, des tests doivent être effectués deux fois par an, une échographie des organes internes doit être effectuée.

Traitement du cancer du rein

Le traitement principal du cancer du rein est chirurgical. La portée de l'opération, les radiothérapies ultérieures, la nomination de la chimiothérapie dépend du stade, des signes du processus, de la prévalence, de la taille, de la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux, des organes distants.

La résection est utilisée pour traiter le cancer du rein délimité. Dans d'autres cas, une néphrectomie est réalisée, c'est-à-dire l'ablation du rein. Les contre-indications à l'ablation du rein sont la présence d'un seul rein.

La résection du cancer du rein est une opération moins traumatisante que l'ablation d'une tumeur. La méthode de traitement, le volume de la chirurgie dépendent également de la présence chez le patient de maladies concomitantes que le patient a.

Cancer de l'urine

Selon l'OMS, la pathologie oncologique est l'une des principales causes de mortalité dans le monde. Au cours des 3 dernières années, plus de 14 millions de cancers nouvellement diagnostiqués ont été signalés. D'après les prévisions de l'OMS, d'ici 2035, ce montant pourrait augmenter de 70%.

Tests de laboratoire et tests prescrits pour détecter le cancer

Les méthodes les plus efficaces pour prévenir la progression de la maladie sont la détection précoce et le traitement rapide de la pathologie. Les méthodes de diagnostic impliquent l'utilisation de techniques de laboratoire et instrumentales.

Ainsi, selon l'emplacement du néoplasme, ils sont largement utilisés:

Le diagnostic de laboratoire est basé sur une étude des fluides corporels. Le test sanguin est le plus souvent effectué, où le nombre de globules rouges et blancs est compté, la formule leucocytaire, l'ESR sont déterminées. Sur la base des résultats, le niveau de la réponse immunitaire de l'organisme, le travail des germes hématopoïétiques et la présence d'agents bactériens et viraux sont évalués. Cependant, dans cet article, nous analyserons plus attentivement l'analyse de l'urine, sans laquelle aucun examen dans un établissement médical ne peut faire.

Couleur du cancer

Sur la base d'une analyse générale de l'urine, il est possible d'étudier la fonction rénale, le travail des systèmes cardiovasculaire et immunitaire.

Commençons par la couleur de l'urine:

Une coloration jaune clair indique une hypervolémie, un diabète, un dysfonctionnement de la concentration rénale.

La couleur jaune foncé indique une déshydratation, une insuffisance cardiaque. En présence de la couleur de la "bière", il convient de penser aux maladies du foie, à la cholélithiase.

L'urine dans le cancer a une teinte rougeâtre lorsque l'hématurie est observée. Avec un apport massif de globules rouges dans l'urine, la couleur des "morceaux de viande" est notée. De plus, une telle coloration est possible avec les MII, la glomérulonéphrite, la prise de certains médicaments.

Un trouble de l'urine se produit lorsqu'il y a un grand nombre de leucocytes, de globules rouges, de bactéries, de protéines, d'épithélium, ce qui augmente également sa densité.

Le développement d'un cancer peut être observé dans le contexte d'un dysfonctionnement d'organe existant.Par conséquent, en plus du sang dans l'urine, il existe un risque élevé de détecter une grande quantité de protéines, de glucose, de corps cétoniques, de bilirubine, de leucocytes, de l'apparition de bactéries, de cylindres, de sels.

Marqueurs tumoraux spécifiques dans l'urine

En plus d'une étude générale, un test d'urine pour le cancer peut montrer la présence de marqueurs tumoraux, indiquant le développement du processus oncologique, ainsi que des conditions pré-tumorales.

Le cancer le plus fréquent de la vessie dans l'urine est le marqueur tumoral UBS. Ce fragment de protéine indique une augmentation du nombre de cellules cancéreuses dans la vessie. Ne paniquez pas s'il se trouve dans l'urine, car l'essentiel est sa quantité. Un signe certain sera une augmentation de 150 fois.

Les résultats de l'analyse sont obtenus les 5-7 jours après la livraison du matériel. Le prélèvement d'urine doit être effectué le matin après une toilette complète des voies génitales. L'étude doit être menée au plus tard 2 heures après la collecte.

Parfois, UBS peut également être détecté avec un cancer du système broncho-pulmonaire, des glandes (mammaires, pancréas), du système reproducteur, des intestins, du foie.

CYFRA 21-1 est plus souvent détecté dans les lésions malignes du tissu pulmonaire. Son niveau élevé confirme la présence d'une pathologie, cependant, s'il n'est pas trouvé, cela ne garantit pas l'absence de cancer.

L'analyse des marqueurs tumoraux ne devrait pas être le seul test de laboratoire. Un diagnostic complet est nécessaire en tenant compte des plaintes du patient, d'un examen objectif, des résultats d'un laboratoire étendu et d'un examen instrumental.

En plus des analyses ci-dessus, l'étude de la protéine de l'appareil mitotique nucléaire en tant que composant de la matrice nucléaire, la détermination de l'antigène par microscopie à fluorescence et la protéine de l'hépatome sont parfois utilisées..

La sensibilité de chaque méthode dépend du stade du processus oncologique..

Pourquoi devrais-je passer un test d'urine pour le cancer??

Il convient de noter que c'est la localisation d'un néoplasme malin dans les voies génito-urinaires que l'un des premiers symptômes comprend des changements dans l'urine (hématurie).

Séparément, il convient de noter qu'avec des dommages à la glande de la prostate, la tumeur est localisée dans les tissus, de sorte que le sang dans l'urine ne peut apparaître qu'aux 3, 4 stades de la maladie.

L'hématurie dans ce cas indique la croissance du néoplasme à l'extérieur de la capsule, germant et impliquant les structures environnantes, les organes (vessie, intestins, vésicules séminales) dans le processus pathologique.

Les indications pour passer une analyse d'urine devraient inclure la présence de plaintes caractéristiques, par exemple, une détérioration de la puissance, une sensation de brûlure pendant la miction, des douleurs dans le périnée, de l'aine avec un rayonnement dans la région lombaire.

Quant au cancer du rein et de la vessie, une dysfonction urinaire (vidange incomplète de la vessie, pulsions fréquentes, incontinence) peut devenir une raison pour aller à l'hôpital. Lorsqu'une tumeur se développe dans la vésicule biliaire, des stries (gouttes) de sang écarlate frais apparaissent généralement dans l'urine. Dans ce cas, la douleur peut être absente. Le développement de saignements avec libération de caillots se produit également..

Afin de diagnostiquer correctement et de prescrire un traitement adéquat, il est nécessaire de procéder à un examen complet et d'élaborer une définition des tactiques de gestion des patients. Ainsi, dans 60% des cas, après résection de la vessie, des rechutes sont enregistrées. À cet égard, une approche intégrée est nécessaire avec la mise en œuvre de l'intervention chirurgicale, des cours de radiothérapie et de chimiothérapie.

Cancer de l'urine

Analyse d'urine en oncologie

Si l'on regarde les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé, il sera possible de découvrir que ce sont précisément les différents processus oncologiques qui sont plus souvent que d'autres pathologies qui conduisent à la mort. Le cancer est une maladie plutôt insidieuse et dangereuse, car avec le temps, il peut évoluer de façon asymptomatique..

Dans les premiers stades, l'oncologie peut être traitée médicalement ou avec une intervention chirurgicale minimale. Malheureusement, au cours des dernières étapes, presque tous les traitements sont exclusivement de soutien et la marge de survie à cinq ans est extrêmement faible. De nombreux experts prescrivent un test d'urine pour l'oncologie, se demandent pourquoi cela est nécessaire.

Changement de couleur

Lors d'une étude en laboratoire de la composition de l'urine, les spécialistes sont en mesure de déterminer dans quelle mesure les reins, le cœur et les vaisseaux sanguins fonctionnent, ainsi que l'état du système immunitaire. Par exemple, avec une teinte jaune clair de la biomasse, le diabète ou l'hypervolémie peuvent être diagnostiqués..

Si l'urine a une teinte jaune foncé, le patient ne peut pas être exclu de la déshydratation, de l'insuffisance cardiaque, de la lithiase biliaire et des pathologies hépatiques. Dans le cancer, une analyse d'urine indiquera que le liquide corporel a une teinte rougeâtre. Cela est dû au fait qu'une certaine quantité de sang y pénètre.

La couleur de l'urine change en fonction du stade de l'oncologie. Source: urology.propto.ru

Lorsqu'il y a trop de globules rouges dans l'urine, l'urine ressemblera à la couleur des morceaux de viande. Cependant, ce paramètre peut également indiquer que le patient prenait certains médicaments, qu'il a une lithiase urinaire ou que la glomérulonéphrite progresse..

De plus, les personnes qui passent un test d'urine pour l'oncologie peuvent remarquer que le liquide biologique a une certaine turbidité. Cela est dû au fait que la composition contient de nombreux globules blancs, globules rouges, bactéries, protéines, épithélium. En conséquence, la densité ou la gravité spécifique sera nécessairement augmentée..

Pour que le cancer se développe, il doit y avoir un certain facteur contributif. Si un organe ou un système interne ne fonctionne pas correctement, il y a une forte probabilité que le processus oncologique commence à progresser. Dans ce cas, un test d'urine montrera également une concentration accrue de sels, de bilirubine, de corps cétoniques, de glucose.

Définition des marqueurs tumoraux

Tous ces paramètres, qui ont été décrits ci-dessus, peuvent être présents non seulement chez les patients atteints d'une pathologie cancéreuse. C'est pourquoi un test d'urine général ne peut que faire comprendre qu'il existe des problèmes dans le corps. En conséquence, si un spécialiste a désigné une analyse, celle-ci doit être effectuée.

Le cancer ne peut être diagnostiqué que si une analyse d'urine est effectuée pour déterminer les marqueurs tumoraux, qui indiquent également des conditions précancéreuses. En cas d'oncologie de la vessie, le marqueur tumoral urinaire UBS est déterminé dans l'urine. Ce fragment fait partie de la protéine. On ne peut parler de la progression d'une maladie dangereuse que lorsque sa norme est dépassée 150 fois.

La zone de localisation tumorale par des marqueurs tumoraux identifiés. Source: medik.expert

La recherche pour déterminer le cancer est rarement rapide. Ainsi, par exemple, lors de l'identification de marqueurs tumoraux, il faudra 5 à 7 jours pour obtenir des résultats. Quant aux règles de collecte du matériel biologique, elles sont standard, et le patient doit effectuer toutes les étapes de préparation, comme avant l'analyse d'urine générale habituelle.

Il convient de noter que le marqueur tumoral UBS peut indiquer la présence d'une tumeur dans les systèmes mammaire et pancréatique, bronchopulmonaire et reproducteur, les intestins et le foie. Dans la plupart des cas, si le processus pathologique affecte le tissu pulmonaire, un marqueur tumoral tel que CYFRA 21-1 est déterminé. Des valeurs plus élevées confirment la maladie, mais son absence ne signifie pas non plus qu'il n'y a pas de cancer.

Le processus d'identification et de confirmation du cancer est assez complexe et long. Pour détecter le problème et déterminer la zone de localisation, une approche intégrée est nécessaire. Par conséquent, toujours l'analyse de l'urine dans le cancer est complétée par d'autres laboratoires ainsi que des méthodes de diagnostic instrumentales.

Quand faire une analyse

Dans la plupart des cas, l'étude des biofluides peut diagnostiquer un cancer de la vessie ou la présence de néoplasmes dans les organes du système reproducteur à un stade précoce de développement. Cela est dû au fait que l'urine commence à changer de couleur, car un grand nombre de globules rouges y pénètrent, c'est-à-dire qu'une hématurie se développe.

Cependant, dans les situations où le patient progresse de 1 ou 2 degrés de cancer de la prostate, ce symptôme sera absent. Dans l'urine, le sang ne commencera à être libéré que lorsque la pathologie atteindra le 3-4e stade de développement. Le patient dans cet état se sent très mal, car les structures et les organes environnants sont impliqués dans le processus oncologique.

Si nous considérons les principales indications dans lesquelles il est nécessaire de passer un test d'urine pour identifier l'oncologie, il s'agit alors de plaintes de patients concernant une détérioration de leur état de santé, par exemple: manque de désir sexuel, diminution de la puissance, augmentation de la miction, douleur dans le périnée et l'aine, manque d'appétit et perte de poids.

Une analyse d'urine peut également confirmer ou réfuter le cancer du rein et de la vessie. Le patient doit se rendre à l'hôpital dans ces situations lorsqu'il constate une certaine violation du processus de miction. Il s'agit souvent d'une augmentation de l'envie, de l'incontinence, de la vidange incomplète de la vessie. Si la tumeur se développe dans la lumière du canal, des stries de sang apparaîtront dans l'urine.

Comme indiqué au tout début, divers processus oncologiques peuvent évoluer asymptomatiquement pendant une longue période. Par conséquent, certains patients peuvent ne remarquer aucun changement dans leur état de santé jusqu'à ce que des saignements graves difficiles à arrêter soient révélés..

Quels tests avez-vous pour le cancer? Diagnostic en laboratoire du cancer

Le cancer est une maladie qui nécessite une approche intégrée du diagnostic. Un tel diagnostic ne peut être posé de manière fiable qu'après une série d'études. Mais soupçonnez que cette maladie aidera les tests habituels, qui sont faciles à passer dans presque tous les laboratoires. Ce sont les diagnostics de laboratoire qui aident à déterminer quel organe est associé à d'éventuels problèmes et recherchent déjà délibérément leur cause.

Numération sanguine complète: montrera-t-elle un cancer?

Une tumeur maligne est un tissu en croissance active qui nécessite une grande quantité de «matériau de construction» et d'énergie. Il consomme activement les substances nécessaires à la croissance de l'organisme et émet des produits métaboliques, y compris ceux présentant une toxicité. Les principaux changements observables dans les résultats d'un test sanguin sont associés à ces deux processus..

L'intoxication entraîne une augmentation de l'ESR, une augmentation du nombre de neutrophiles et une diminution du nombre de lymphocytes. Si ces symptômes s'accompagnent de faiblesse, de fatigue, de perte d'appétit et de perte de poids, le diagnostic le plus sérieux doit être écarté dès que possible. Plus clairement, cette combinaison de symptômes se manifeste dans certaines formes de lymphogranulomatose, avec histiocytose et neuroblastomes [1].

Avec les tumeurs des organes internes, le système hématopoïétique souffre souvent, l'hémoglobine diminue [2]. L'effet toxique des déchets des cellules tumorales endommage les membranes érythrocytaires, c'est pourquoi leurs formes pathologiques, les échinocytes, peuvent apparaître dans le sang [3]. Des cellules sanguines immatures détectées dans le cancer de la moelle osseuse.

Un test sanguin pour le cancer est le même que pour toute autre maladie. Dans la salle de traitement, le sang total est prélevé sur un patient dans un tube spécialement préparé. Vous devez prendre le biomatériau à jeun ou au moins 4 heures après avoir mangé. Le résultat sera prêt dans 1-2 jours ouvrables.

La spécificité d'une telle étude n'est pas élevée et il est impossible de poser un diagnostic de cancer en fonction des seuls résultats d'un test sanguin. La même augmentation de l'ESR est toujours observée avec l'inflammation. L'anémie peut survenir avec la malnutrition, une carence en fer ou d'autres maladies..

Analyse d'urine pour le diagnostic du cancer

Dans l'analyse de l'urine avec l'oncologie, des changements spécifiques apparaissent rarement. Mais tout écart dans les résultats est l'occasion de procéder à un examen plus approfondi..

Le sang dans l'urine est un symptôme précoce du cancer de la vessie ou des voies urinaires. Mais il peut également apparaître avec une lithiase urinaire ou une glomérulonéphrite..

Les corps cétoniques parlent de processus améliorés de catabolisme, c'est-à-dire de dégradation des tissus. Ce symptôme peut apparaître à la fois avec un processus tumoral et, par exemple, avec un diabète sucré ou pendant un régime.

Pour l'analyse, l'urine du matin est recueillie dans un récipient stérile. Avant de collecter le matériel, vous devez prendre une douche afin que les cellules de la surface de la peau ne pénètrent pas dans le récipient.

Après 1-2 jours, le résultat sera prêt, avec lequel vous devez consulter un médecin. Selon une analyse d'urine, il est impossible de diagnostiquer et même de suspecter l'oncologie. Il est nécessaire de prendre en compte les autres résultats des tests et examens, ainsi que les symptômes.

Analyse biochimique du sang: signaux du processus tumoral

Dans un test sanguin biochimique, sept indicateurs sont les plus importants pour diagnostiquer le cancer [4]:

  • Protéines totales et albumine. Les tumeurs consomment activement des protéines, de ce fait, son niveau dans le sang diminue. De plus, l'appétit est souvent perdu, le matériau de construction des cellules cesse de pénétrer dans le corps en quantité suffisante. Et si le cancer affecte le foie, la production de protéines dans le corps est considérablement réduite, même avec une nutrition normale.
  • Urée Une augmentation de cet indicateur dans le sang indique une détérioration de la fonction rénale ou une dégradation active des protéines. Cela peut se produire à la fois avec une intoxication tumorale et avec la dégradation du tissu tumoral, y compris avec un traitement efficace du cancer.
  • Un changement de la glycémie peut être observé avec les sarcomes, le cancer des poumons, du foie, des organes du système reproducteur et d'autres types d'oncologie. Les cellules tumorales inhibent la production d'insuline, le corps commence à répondre intempestivement à une augmentation de la concentration de glucose. En conséquence, des signes de diabète peuvent apparaître quelques années avant les premiers symptômes cliniques du cancer. Cela est particulièrement fréquent dans le cancer du sein et de l'utérus. [cinq]
  • La bilirubine augmente avec les dommages au foie, y compris le cancer.
  • AlAT est une enzyme qui peut augmenter à la fois avec des lésions tumorales au foie et avec d'autres maladies.
  • Une augmentation de la phosphatase alcaline est un signe de tumeurs du tissu osseux, de métastases osseuses, de dommages au foie, à la vésicule biliaire, à la tumeur principale ou aux métastases. [6]

Le sang pour cette étude est prélevé dans une veine. Il est conseillé de prendre le biomatériau le matin avant le petit déjeuner, sinon vous pouvez obtenir un faux résultat. Il s'agit d'une analyse assez rapide et ses résultats peuvent être trouvés en 1 à 2 jours.

Cependant, la spécificité de l'analyse biochimique est également très faible. Les modifications du test sanguin en oncologie ne permettent pas un diagnostic clair. Au contraire, toute anomalie est un signal pour le médecin de procéder à un diagnostic plus approfondi de certains systèmes ou organes..

Tests de coagulation du cancer

Avec l'oncologie, la coagulabilité sanguine est considérablement augmentée, le risque de thrombose des gros vaisseaux et la formation de microthrombi dans les capillaires augmente.

La formation de microthrombi aggrave à son tour le cours du processus oncologique. Le cercle se ferme. Des études sérieuses ont été menées, qui ont montré que l'utilisation de médicaments qui réduisent la coagulabilité du sang améliore la survie des patients cancéreux même avec un processus malin de grande envergure [8].

Pour détecter les troubles de la coagulation, un coagulogramme est examiné. Pour cette analyse, vous aurez également besoin de sang d'une veine. Et les résultats seront prêts en 1 à 3 jours ouvrables.

Test sanguin immunologique: une méthode d'analyse clé pour le cancer

Un test sanguin pour les marqueurs des tumeurs cancéreuses vous permet de suspecter l'oncologie à un stade précoce, d'évaluer la dynamique de la maladie, de déterminer la récurrence ou l'apparition de nouvelles métastases dans le temps, d'évaluer l'efficacité du traitement.

Les oncomarqueurs sont des substances qui sont associées à l'activité de la tumeur dans le corps d'une personne en bonne santé ou qui ne sont pas du tout déterminées, ou qui sont contenues en très petites quantités. Plus de 200 de ces substances sont connues [9]. Mais tous ne sont pas également déterminés avec succès dans la pratique médicale..

Malgré le fait que la définition des marqueurs tumoraux soit connue sous le nom de «test sanguin pour le cancer», leur détection ne garantit pas à 100% la présence de cette maladie et nécessite un examen supplémentaire.

Pour le diagnostic des tumeurs par analyse sanguine, les marqueurs les plus importants sont la α-foetoprotéine et la gonadotrophine β-chorionique, qui sont déterminées pour certains types de tumeurs de l'ovaire, du corps et du col de l'utérus. Ainsi que l'antigène prostatique spécifique PSA, qui augmente avec le cancer de la prostate.

Le deuxième plus important est le CA-125, qui est détecté dans le cancer séreux de l'ovaire. D'autres marqueurs tumoraux sont moins couramment utilisés:

  • avec les tumeurs du sein, CEA, CA-15-3 et CA-72-4 sont déterminés;
  • si un cancer du col de l'utérus est suspecté, le SCC est déterminé en plus de l'alpha-foetoprotéine et de la CGT;
  • avec cancer du côlon - CEA et CA-72-4;
  • si une tumeur à l'estomac est suspectée - CEA, CA-72-4 et CA-19-9;
  • en cas de suspicion de cancer du pancréas - CA-19-9 et CA-242;
  • avec cancer de la thyroïde - hTERT, EMC1, TMPRSS4, galectine-3, EGFR, HBME-1;
  • pour le cancer de la vessie dans l'urine, BTA, UBC, NMP-22 sont déterminés [11].

Un test sanguin pour les marqueurs du cancer est effectué à jeun ou 4 heures après un repas. Le sang est prélevé dans une veine. L'analyse est effectuée dans un délai de 1 à 2 jours ouvrables. Si le résultat est nécessaire de toute urgence, cela peut être fait en quelques heures..

Les études cytologiques: partie intégrante du diagnostic du cancer

De toutes les méthodes de diagnostic en laboratoire du cancer, la cytologie a la spécificité la plus élevée. En utilisant la cytologie, on peut presque toujours faire un diagnostic fiable et déterminer le type de tumeur. La sensibilité de cette méthode dépend du type de cancer et de la qualité du matériel de recherche. Par exemple, si les cellules cancéreuses n'entrent pas dans les lavages, le test donnera un résultat négatif, bien que la tumeur elle-même puisse se développer.

Lors de la réalisation de l'étude, le médecin prend en compte plus de 180 signes différents d'atypie cellulaire. Une telle analyse permet non seulement de dire s'il existe des signes d'un processus oncologique, mais aussi de déterminer la source de la tumeur, sa variante histologique, pour distinguer la tumeur primaire des métastases [12].

L'examen cytologique est effectué pour les tumeurs de presque toutes les localisations - peau, poumons, ovaires, utérus, ganglions lymphatiques, moelle osseuse, foie, avec toutes formations sous-cutanées.

Pour la recherche, vous pouvez prélever des frottis à la surface de la peau ou des muqueuses, des frottis du col de l'utérus ou du vagin, des expectorations, de l'urine ou tout autre écoulement. Afin d'étudier les foyers situés sous la surface de la peau, une ponction est réalisée - le matériel est prélevé à l'aide d'une seringue avec une aiguille. À l'aide de la ponction, le biomatériau peut être prélevé dans la glande thyroïde, les ganglions lymphatiques, la moelle osseuse, les sites hépatiques, de toute autre formation [13].

Les résultats d'un examen cytologique sont généralement donnés une semaine après l'échantillonnage. Il y a des moments où les médecins montrent leurs médicaments à leurs collègues, comparez avec les archives. Ensuite, l'étude peut durer jusqu'à deux semaines. Mais dans ce cas, cela vaut la peine d'attendre, car plus l'étude est approfondie, plus le résultat sera précis.

Une analyse biochimique générale et un coagulogramme n'aideront pas à détecter le cancer par un seul test sanguin. Mais avec leur aide, vous pouvez identifier les organes qui nécessitent une attention particulière et planifier un examen complet. Il en va de même pour l'analyse d'urine..

Un test sanguin pour les marqueurs tumoraux peut fournir plus d'informations spécifiquement liées à la possibilité de développer une tumeur cancéreuse. Mais elle ne peut être considérée séparément de la condition générale. Il est préférable de mener une étude sur plusieurs marqueurs tumoraux qui indiquent un certain type de cancer à la fois - cela augmentera la fiabilité du diagnostic.

Ne vous fiez pas à une seule étude. Une option idéale pour un diagnostic précoce du cancer est un examen préventif régulier, qui comprend à la fois des tests sanguins et urinaires, ainsi que des échographies, une fluorographie, un examen des seins chez la femme et une visite chez un gynécologue ou un urologue.

  • 1 Cherenkov V.G. Oncologie clinique: manuel pour le système de formation postdoctorale des médecins / V.G. Cherenkov - Ed. 3e, correction et ajouter. - M.: MK, 2010.-- Art.46.
  • 2 Cherenkov V.G. Oncologie clinique: manuel pour le système de formation postdoctorale des médecins / V.G. Cherenkov - Ed. 3e, correction et ajouter. - M.: MK, 2010.-- Art.48.
  • 3 Oncologie: guide d'étude / N. N. Antonenkova [et al.]; sous le général. Ed. I.V. Zalutsky. - Minsk: école supérieure, 2007 - art.81.
  • 4 Uglyanitsa K.N. Oncologie générale: guide d'étude / K.N. Uglyanitsa, N.G. Lud, N.K. Uglyanitsa - Grodno: Université d'État de médecine d'État, 2007.-- P. 318.
  • 5 Cherenkov V.G. Oncologie clinique: manuel pour le système de formation postdoctorale des médecins / V.G. Cherenkov - Ed. 3e, correction et ajouter. - M.: MK, 2010.-- Art.48.
  • 6 Oncologie: manuel de formation / N. N. Antonenkova [et al.]; sous le général. Ed. I.V. Zalutsky. - Minsk: école supérieure, 2007 - art.83.
  • 7 Frank M.I., Frank E.M. Système d'hémodynamique centrale, de coagulation et d'anticoagulation chez les patients atteints de maladies malignes du tractus gastro-intestinal / M.I. Frank // Tyumen Medical Journal. 2010. n ° 3-4. S. 94–95
  • 8 Frank M.I., Frank E.M. Système d'hémodynamique centrale, de coagulation et d'anticoagulation chez les patients atteints de maladies malignes du tractus gastro-intestinal / M.I. Frank // Tyumen Medical Journal. 2010. n ° 3-4. S. 94–95
  • 9 Oncologie: un manuel de formation / N. N. Antonenkova [et al.]; sous le général. Ed. I.V. Zalutsky. - Minsk: école supérieure, 2007 - art.108.
  • 10 Urvantseva I.A., Safaryan S.L. Perspectives d'utilisation des marqueurs tumoraux modernes dans le diagnostic précoce du carcinome à cellules rénales / I.A. Urvantseva // Synergy of Sciences. 2017. No8. S. 557-561
  • 11 Oncologie: manuel de formation / N. N. Antonenkova [et al.]; sous le général. Ed. I.V. Zalutsky. - Minsk: école supérieure, 2007 - S. 111–112.
  • 12 Uglyanitsa K.N. Oncologie générale: guide d'étude / K.N. Uglyanitsa, N.G. Lud, N.K. Uglyanitsa - Grodno: Université d'État de médecine d'État, 2007.-- S. 375.
  • 13 Uglyanitsa K.N. Oncologie générale: guide d'étude / K.N. Uglyanitsa, N.G. Lud, N.K. Uglitsa - Grodno: Université médicale d'État, 2007. - P. 374–376.

Presque toute analyse peut donner un faux résultat: même si la précision de la méthode est proche de 100%, le facteur humain peut jouer un rôle. Par conséquent, après avoir reçu les résultats des tests dans votre clinique, il peut être utile d'être en sécurité et de mener une étude de suivi dans un autre laboratoire indépendant. Une tomodensitométrie ou une IRM est également requise pour confirmer le diagnostic..

Analyse d'urine pour le cancer (oncologie) des organes et des systèmes

Sans un test d'urine en laboratoire, aucun type de diagnostic ne peut le faire. Ce test simple aide à détecter le cancer. Seul un médecin peut déchiffrer correctement le résultat de l'étude, vous n'avez donc pas besoin de vous auto-diagnostiquer. Nous suggérons de découvrir ce que l'analyse d'urine montre pour le cancer.

Le test d'urine montre-t-il un cancer?

Selon l'Organisation mondiale de la santé, l'oncologie reste l'une des principales causes de décès. Au cours des 3 dernières années seulement, 14 millions de cas de maladies malignes dans la population ont été diagnostiqués. Et les prévisions de l'OMS restent décevantes - selon les scientifiques, ce chiffre devrait atteindre 70% d'ici 2035.

Les méthodes qui empêchent avec succès la progression du cancer ou du carcinome chez l'homme sont la détection précoce et le traitement de la maladie. Le diagnostic de la maladie peut être instrumental et de laboratoire. Cette dernière consiste à étudier l'environnement biologique du patient, dont l'urine. Une étude générale démontre clairement le fonctionnement des reins et le système génito-urinaire, le cœur, l'immunité, montre le niveau de sucre, d'acétone et d'autres critères dans le corps qui sont actuellement présents.

Il existe plusieurs indications pour faire un test d'urine si vous soupçonnez un processus malin. Ceux-ci inclus:

  • sensation de brûlure pendant la miction;
  • vidange incomplète de la vessie et envie fréquente associée d'aller aux toilettes;
  • incontinence urinaire, cystite;
  • douleur dans la région pelvienne avec irradiation dans le bas du dos;
  • problèmes de puissance.

Ainsi, une transcription de l'analyse peut être l'un des critères d'un diagnostic oncologique précoce. Il identifie les problèmes réels au stade initial, ce qui permet d'éviter des complications à l'avenir..

Décryptage des analyses

Marqueurs tumoraux spécifiques. En plus des caractéristiques générales, un test d'urine en oncologie peut démontrer la présence de marqueurs tumoraux, qui à leur tour confirment le développement d'un processus malin dans le corps ou des conditions pré-tumorales. Parlons plus d'eux dans le tableau.

L'étude dure une journée. Le prélèvement d'urine est effectué le matin après une toilette complète des organes génitaux externes. Le biomatériau doit être livré au laboratoire au plus tard dans les 2 heures suivantes. En plus du cancer de la vessie, le marqueur tumoral UBC peut indiquer des lésions malignes des poumons, du système rénal, du sein, du foie, des intestins et de la prostate. Entre autres pathologies, une augmentation de l'antigène UBC est notée dans le diabète sucré et la cirrhose.

La sensibilité de chaque antigène dépend directement du stade du cancer.

Que dit la couleur de l'urine??

Sur la base de l'analyse de l'urine, des conclusions peuvent être tirées sur le fonctionnement des systèmes immunitaire, vasculaire et d'autres systèmes corporels. Que peut lui dire son spécialiste sur la coloration?

Nuance jaune clair. Parle de pathologies comme le diabète et les troubles de la concentration rénale..

Nuances de jaune saturé foncé. Indiquer des problèmes avec le système cardiovasculaire ou une déshydratation. Si l'urine ressemble à une bière en apparence, il y a lieu de consulter un médecin au sujet des maladies du foie et du tractus gastro-intestinal.

Couleur trouble de l'urine. Il parle de la présence dans la composition d'une concentration excessive de protéines, de cellules épithéliales, de globules blancs, d'une flore pathogène. Tout cela affecte considérablement sa densité..

La formation du processus malin se produit généralement dans le contexte d'un dysfonctionnement de l'organe affecté par la tumeur.Par conséquent, en plus de l'hématurie, des composants tels que le glucose, la bilirubine, les corps cétoniques, les sels, les cylindres peuvent être détectés à une concentration accrue.

Décryptage de l'analyse d'urine pour le cancer

Cancer de la vessie Cette lésion maligne est une pathologie courante qui, comme d'autres maladies oncologiques, est guérie avec succès avec un diagnostic rapide. Pour identifier une maladie au stade initial, vous devez subir un examen complet au moindre soupçon..

Un test général d'urine pour un processus oncologique dans la vessie indique la présence de sang ou d'hématurie. S'il y a peu de globules rouges, la coloration du liquide biologique n'est pratiquement pas observée, ce qui signifie une microhématurie. La couleur écarlate de l'urine indique généralement la croissance progressive de la tumeur, la croissance de ses tissus dans les vaisseaux de l'organe, qui saignent.

L'hématurie peut également être une conséquence de la glomérulonéphrite, des calculs dans les voies urinaires, des polypes de la vessie.

En plus de l'analyse générale, un test d'urine est prescrit pour les marqueurs tumoraux UBC, NMP22 et TPS. L'antigène UBC est le plus sensible dans ce groupe au cancer de la vessie..

Cancer de l'intestin. Avec une lésion maligne de cet organe, l'urine acquiert un aspect trouble et, dans les résultats du diagnostic, une augmentation du niveau de protéines, de globules blancs et de globules rouges est notée. Sur les marqueurs, l'analyse est rarement prescrite, il s'agit généralement d'un complexe de CYFRA 21-1 et d'UBC.

Cancer de l'estomac. Avec le cancer du système digestif, en particulier l'estomac, une concentration accrue de protéines et de globules rouges - protéinurie et hématurie - est déterminée dans l'analyse de l'urine. Ces symptômes surviennent même aux premiers stades du cancer, avec une suspicion d'un éventuel processus malin. Par conséquent, ils ne peuvent pas être ignorés.

L'étude des marqueurs tumoraux est également recommandée - UBC et CYFRA 21-1. Ces antigènes indiquent une pathologie du tractus gastro-intestinal.

Cancer du sang (leucémie, leucémie). Un test d'urine pour la leucémie permet de diagnostiquer les lésions hépatiques et rénales à un stade précoce. Dans ce cas, la glucosurie, l'albuminurie et l'hématurie sont généralement détectées..

Cancer des poumons. Un test général d'urine pour le cancer des voies respiratoires n'est pas informatif, car il ne peut pas indiquer directement la présence d'une maladie, mais est capable de détecter des troubles de la fonction excrétrice des reins associés à une intoxication générale au cancer du corps. Dans ce cas, les résultats de l'étude déterminent une cylindrurie modérée, une albuminurie, une azotémie et une hématurie.

Cancer mammaire. L'analyse d'urine pour le cancer du sein est peu informative en termes de diagnostic de la maladie sous-jacente. Les changements qui s'y trouvent peuvent indiquer des troubles du système génito-urinaire dus à une intoxication chronique au cancer. Dans ce cas, une concentration accrue de corps cétoniques, une hématurie et une leucocytose seront détectées dans les résultats de l'étude..

Le test d'urine pour les antigènes UBC et TPS est également recommandé. C'est leur présence dans un examen approfondi qui peut confirmer une suspicion de cancer du sein.

Cancer du rein Avec le développement d'un processus malin dans le tissu rénal déjà à un stade précoce de la maladie, des signes d'hématurie et d'hémoglobinurie apparaissent dans l'analyse de l'urine. Dans le premier cas, une teneur accrue en globules rouges est détectée - plus de 3 dans le champ de vision, dans le second - l'hémoglobine est détectée. Dans ce cas, les cellules sanguines ont une forme atypique, c'est-à-dire qu'elles sont plus petites que d'habitude en raison des dommages mécaniques causés par le système de filtration de l'organe affecté. Dans ce cas, les globules rouges n'ont pas de couleur en raison de la perte d'hémoglobine. Par la concentration et l'état de ces critères dans l'analyse, il est possible de déterminer l'emplacement de la tumeur, sa croissance et sa nature.

Cancer de l'utérus, des ovaires, du col de l'utérus. En raison de la proximité étroite de la vessie et des organes reproducteurs de la femme, un test de laboratoire peut indiquer un certain nombre de complications spécifiques, à savoir des changements inflammatoires de nature locale, une stagnation de l'urine et une hydronéphrose. Dans les résultats de l'analyse, les conditions énumérées se manifesteront sous la forme d'une concentration accrue de protéines, de globules rouges et de globules blancs..

Vous devez faire attention à la nature de la miction - avec l'oncologie du col de l'utérus, l'organe le plus génital et les ovaires, l'incontinence urinaire, les signes de cystite, la vidange incomplète de la vessie et les mictions fréquentes sont notées. Les marqueurs du cancer du système reproducteur féminin deviennent CYFRA 21-1 et TPS.

Cancer de la thyroïde. Avec la dégénérescence maligne des tissus de l'organe endocrinien dans l'analyse de l'urine, un signe est presque toujours révélé - une leucocytose persistante. Un examen complet est nécessaire pour confirmer le diagnostic..

Cancer du foie. Cette lésion oncologique est caractérisée par des saignements internes et des processus inflammatoires dans le parenchyme de l'organe, ce qui conduit à un assombrissement de l'urine - elle devient rouge-brun. Les résultats de l'analyse révèlent une hématurie, une protéinurie et une leucocytose. La tumeur interfère avec l'excrétion normale de la bile des canaux hépatiques, ce qui provoque le développement d'un ictère, qui affecte également l'apparence de l'urine - elle devient encore plus sombre et les selles, au contraire, sont décolorées.

Carcinome œsophagien. L'analyse d'urine pour les lésions oncologiques du tractus gastro-intestinal supérieur - l'œsophage - est considérée comme non informative. Il ne peut pas indiquer la présence d'un processus malin dans l'organe au stade initial de la maladie. Ce n'est que plus tard que certains changements dans les tests d'urine se produisent associés à une intoxication générale au cancer, par exemple, une augmentation de la concentration de globules rouges et de protéines.

Cancer du pancréas. Les maladies du pancréas sont mises en évidence par un changement dans la couleur, la densité et la composition chimique de l'urine. Avec les tumeurs d'organes, nous parlons d'oligurie, de cylindrurie et de protéinurie. L'urine devient trouble et devient sombre, le nombre d'urinations est réduit. Un gonflement apparaît.

Cancer de la prostate Les paramètres d'analyse d'une tumeur maligne de la prostate sont également l'un des critères de diagnostic. Avec le développement de la maladie, les écarts suivants sont révélés: une augmentation du nombre de globules blancs, de globules rouges et d'hémoglobine. La leucocytose est caractéristique de tous les changements infectieux et inflammatoires dans le tractus urogénital masculin (par exemple, avec prostatite), mais en combinaison avec une concentration accrue d'hémoglobine et une coloration de l'urine de couleur brun foncé en raison de la présence de cellules sanguines, la pathologie indique généralement un cancer. Pour confirmer le diagnostic, un test d'urine est prescrit pour le marqueur tumoral UBC, qui est un signe à 100% de lésions malignes de la prostate, si ses résultats diffèrent de la norme de 150 fois ou plus.

La différence d'indicateurs pour les hommes, les femmes, les enfants, les femmes enceintes, les mères allaitantes

Considérez le tableau suivant, quels critères sont évalués dans l'analyse de l'urine et s'ils sont les mêmes pour les patients de différents groupes d'âge.

Cancer de l'urine

Selon l'OMS, la pathologie oncologique est l'une des principales causes de mortalité dans le monde. Au cours des 3 dernières années, plus de 14 millions de cancers nouvellement diagnostiqués ont été signalés. D'après les prévisions de l'OMS, d'ici 2035, ce montant pourrait augmenter de 70%.

Tests de laboratoire et tests prescrits pour détecter le cancer

Les méthodes les plus efficaces pour prévenir la progression de la maladie sont la détection précoce et le traitement rapide de la pathologie. Les méthodes de diagnostic impliquent l'utilisation de techniques de laboratoire et instrumentales.

Ainsi, selon l'emplacement du néoplasme, ils sont largement utilisés:

Le diagnostic de laboratoire est basé sur une étude des fluides corporels. Le test sanguin est le plus souvent effectué, où le nombre de globules rouges et blancs est compté, la formule leucocytaire, l'ESR sont déterminées. Sur la base des résultats, le niveau de la réponse immunitaire de l'organisme, le travail des germes hématopoïétiques et la présence d'agents bactériens et viraux sont évalués. Cependant, dans cet article, nous analyserons plus attentivement l'analyse de l'urine, sans laquelle aucun examen dans un établissement médical ne peut faire.

Couleur du cancer

Sur la base d'une analyse générale de l'urine, il est possible d'étudier la fonction rénale, le travail des systèmes cardiovasculaire et immunitaire.

Commençons par la couleur de l'urine:

Une coloration jaune clair indique une hypervolémie, un diabète, un dysfonctionnement de la concentration rénale.

La couleur jaune foncé indique une déshydratation, une insuffisance cardiaque. En présence de la couleur de la "bière", il convient de penser aux maladies du foie, à la cholélithiase.

L'urine dans le cancer a une teinte rougeâtre lorsque l'hématurie est observée. Avec un apport massif de globules rouges dans l'urine, la couleur des "morceaux de viande" est notée. De plus, une telle coloration est possible avec les MII, la glomérulonéphrite, la prise de certains médicaments.

Un trouble de l'urine se produit lorsqu'il y a un grand nombre de leucocytes, de globules rouges, de bactéries, de protéines, d'épithélium, ce qui augmente également sa densité.

Le développement d'un cancer peut être observé dans le contexte d'un dysfonctionnement d'organe existant.Par conséquent, en plus du sang dans l'urine, il existe un risque élevé de détecter une grande quantité de protéines, de glucose, de corps cétoniques, de bilirubine, de leucocytes, de l'apparition de bactéries, de cylindres, de sels.

Marqueurs tumoraux spécifiques dans l'urine

En plus d'une étude générale, un test d'urine pour le cancer peut montrer la présence de marqueurs tumoraux, indiquant le développement du processus oncologique, ainsi que des conditions pré-tumorales.

Le cancer le plus fréquent de la vessie dans l'urine est le marqueur tumoral UBS. Ce fragment de protéine indique une augmentation du nombre de cellules cancéreuses dans la vessie. Ne paniquez pas s'il se trouve dans l'urine, car l'essentiel est sa quantité. Un signe certain sera une augmentation de 150 fois.

Les résultats de l'analyse sont obtenus les 5-7 jours après la livraison du matériel. Le prélèvement d'urine doit être effectué le matin après une toilette complète des voies génitales. L'étude doit être menée au plus tard 2 heures après la collecte.

Parfois, UBS peut également être détecté avec un cancer du système broncho-pulmonaire, des glandes (mammaires, pancréas), du système reproducteur, des intestins, du foie.

CYFRA 21-1 est plus souvent détecté dans les lésions malignes du tissu pulmonaire. Son niveau élevé confirme la présence d'une pathologie, cependant, s'il n'est pas trouvé, cela ne garantit pas l'absence de cancer.

L'analyse des marqueurs tumoraux ne devrait pas être le seul test de laboratoire. Un diagnostic complet est nécessaire en tenant compte des plaintes du patient, d'un examen objectif, des résultats d'un laboratoire étendu et d'un examen instrumental.

En plus des analyses ci-dessus, l'étude de la protéine de l'appareil mitotique nucléaire en tant que composant de la matrice nucléaire, la détermination de l'antigène par microscopie à fluorescence et la protéine de l'hépatome sont parfois utilisées..

La sensibilité de chaque méthode dépend du stade du processus oncologique..

Pourquoi devrais-je passer un test d'urine pour le cancer??

Il convient de noter que c'est la localisation d'un néoplasme malin dans les voies génito-urinaires que l'un des premiers symptômes comprend des changements dans l'urine (hématurie).

Séparément, il convient de noter qu'avec des dommages à la glande de la prostate, la tumeur est localisée dans les tissus, de sorte que le sang dans l'urine ne peut apparaître qu'aux 3, 4 stades de la maladie.

L'hématurie dans ce cas indique la croissance du néoplasme à l'extérieur de la capsule, germant et impliquant les structures environnantes, les organes (vessie, intestins, vésicules séminales) dans le processus pathologique.

Les indications pour passer une analyse d'urine devraient inclure la présence de plaintes caractéristiques, par exemple, une détérioration de la puissance, une sensation de brûlure pendant la miction, des douleurs dans le périnée, de l'aine avec un rayonnement dans la région lombaire.

Quant au cancer du rein et de la vessie, une dysfonction urinaire (vidange incomplète de la vessie, pulsions fréquentes, incontinence) peut devenir une raison pour aller à l'hôpital. Lorsqu'une tumeur se développe dans la vésicule biliaire, des stries (gouttes) de sang écarlate frais apparaissent généralement dans l'urine. Dans ce cas, la douleur peut être absente. Le développement de saignements avec libération de caillots se produit également..

Afin de diagnostiquer correctement et de prescrire un traitement adéquat, il est nécessaire de procéder à un examen complet et d'élaborer une définition des tactiques de gestion des patients. Ainsi, dans 60% des cas, après résection de la vessie, des rechutes sont enregistrées. À cet égard, une approche intégrée est nécessaire avec la mise en œuvre de l'intervention chirurgicale, des cours de radiothérapie et de chimiothérapie.

Cancer de la vessie

Le cancer de la vessie est une tumeur maligne de la membrane muqueuse ou de la paroi de la vessie. Les manifestations de la pathologie sont l'hématurie, la dysurie, la douleur au pubis. Le diagnostic nécessite un examen cytologique de l'urine, une biopsie TUR, une cystographie, une échographie de la vessie, une tomographie. Un programme de traitement d'une maladie peut comprendre une approche chirurgicale (TUR de la vessie, cystectomie, résection en bloc au laser) ou des tactiques conservatrices (chimiothérapie systémique, radiothérapie). Afin de prévenir les rechutes, une chimiothérapie intravésicale et une thérapie BCG sont utilisées..

informations générales

Le cancer de la vessie survient dans 70% des cas de tous les néoplasmes des organes urinaires rencontrés par des spécialistes du domaine de l'oncourologie clinique. Dans la structure de l'oncopathologie générale, la proportion de néoplasies de cet organe est de 2 à 4%. Parmi les tumeurs malignes de localisations diverses selon la fréquence de développement, le cancer de la vessie se classe 11ème chez la femme et 5ème chez l'homme. La pathologie est plus courante chez les résidents des pays industrialisés; l'âge des malades est principalement supérieur à 65-70 ans.

Il n'y a pas d'hypothèse universellement acceptée concernant l'étiologie du cancer de la vessie. Cependant, certains facteurs de risque connus contribuent largement au développement d'une tumeur maligne:

  • Miction rare. Un certain nombre d'études indiquent une probabilité accrue de néoplasie avec une stase urinaire prolongée dans la vessie. Divers métabolites contenus dans l'urine à des concentrations élevées ont un effet tumorigène et provoquent une transformation maligne de l'urothélium.
  • Maladies urogénitales. Diverses pathologies urogénitales peuvent contribuer à une longue rétention urinaire dans la vessie: prostatite, adénome et cancer de la prostate, diverticules vésicaux, urolithiase, cystite chronique, rétrécissements urétraux, etc..
  • Les infections Le rôle de l'infection par le papillomavirus humain dans l'étiologie du néoplasme reste discutable. Infection parasitaire - la schistosomiase génito-urinaire contribue de manière significative à la cancérogenèse.
  • Risques professionnels. La corrélation entre l'incidence du cancer de la vessie et les risques professionnels, en particulier le contact prolongé avec des amines aromatiques, des phénols, des phtalates, des médicaments antitumoraux, a été prouvée. Le groupe comprend des facteurs de risque, des peintres, des designers, des artistes, du cuir, du textile, des produits chimiques, de la peinture et du vernis, des industries de raffinage du pétrole, des travailleurs médicaux.
  • Autres cancérogènes. Le tabagisme a un potentiel cancérigène élevé: les fumeurs souffrent d'un cancer de la vessie 2 à 3 fois plus souvent que les non-fumeurs. L'utilisation d'eau potable chlorée, qui augmente la probabilité de néoplasmes de 1,6 à 1,8 fois, a un effet néfaste sur l'urothélium.
  • Hérédité. Dans certains cas, la néoplasie peut être génétiquement déterminée et associée à une prédisposition familiale.

Classification

Le cancer de la vessie varie selon le type histologique, le degré de différenciation des cellules, le schéma de croissance, la tendance aux métastases. La prise en compte de ces caractéristiques est extrêmement importante lors de la planification des tactiques de traitement. Selon les caractéristiques morphologiques, les tumeurs à cellules transitionnelles (80-90%) et squameuses (3%), l'adénocarcinome (3%), le papillome (1%), le sarcome (3%) sont les plus courants. Selon le degré d'anaplasie des éléments cellulaires, on distingue les néoplasies faiblement, modérément et fortement différenciées.

Le degré d'implication des différentes couches de la paroi de l'organe dans le processus tumoral est d'une importance pratique, et donc elles parlent de cancer superficiel d'un cancer invasif de stade bas ou de stade élevé. Un néoplasme peut avoir une croissance mixte papillaire, infiltrante, plate, nodulaire, intraépithéliale. Selon le système TNM international, les stades suivants de la néoplasie sont distingués:

  • Ta - carcinome papillaire non invasif
  • Tis - carcinome plat in situ
  • T1 - l'invasion tumorale affecte le tissu sous-épithélial
  • T2 - le cancer se propage à la couche musculaire (T2a - superficiel, T2b - profond)
  • T3 - la fibre paravesical est impliquée dans le processus
  • T4 - l'invasion affecte les organes adjacents (vagin, utérus, prostate, paroi abdominale)
  • N1-3 - une métastase est détectée dans un (N1) ou plusieurs (N2) ganglions lymphatiques régionaux ou dans les ganglions lymphatiques iliaques communs (N3).
  • M1 - une métastase aux organes distants est détectée

Une manifestation précoce du cancer de la vessie est l'excrétion de sang avec l'urine - microhématurie ou macrohématurie. Une hématurie mineure entraîne une coloration de l'urine de couleur rosée, elle peut être épisodique et ne se répète pas longtemps. Dans d'autres cas, une hématurie totale se développe immédiatement: dans ce cas, l'urine devient sanglante, des caillots sanguins peuvent être libérés. Une hématurie prolongée ou massive provoque parfois le développement d'une tamponnade vésicale et une rétention urinaire aiguë, il y a une diminution progressive de l'hémoglobine et de l'anémie du patient.

À mesure que la tumeur se développe, les patients sont perturbés par des symptômes dysuriques et des douleurs. La miction, en règle générale, devient douloureuse et accélérée, avec des pulsions impératives, parfois difficiles. Il y a des douleurs dans le sein, dans l'aine, dans le périnée, dans le sacrum. Initialement, la douleur se produit uniquement dans le contexte d'une vessie pleine, puis, avec la germination de la paroi musculaire et des organes adjacents, ils deviennent permanents.

De nombreux symptômes du cancer de la vessie ne sont pas spécifiques et peuvent survenir dans d'autres maladies urologiques: cystite, prostatite, urolithiase, tuberculose, adénome de la prostate, sclérose du col de la vessie, etc. Par conséquent, souvent les patients aux premiers stades sont traités pendant une longue période et de manière inefficace de façon conservatrice. À son tour, cela retarde le diagnostic et l'initiation du traitement en temps opportun, ce qui aggrave le pronostic.

Complications

La compression de la bouche de l'uretère provoque une violation de l'écoulement d'urine du rein correspondant. Une hydronéphrose se développe, une crise de douleur aiguë du type des coliques rénales. Avec la compression des deux bouches, l'insuffisance rénale augmente, ce qui peut entraîner une urémie. Certains types de cancer à croissance infiltrante sont sujets à la désintégration et à l'ulcération de la paroi de la vésicule biliaire. Dans ce contexte, des infections urinaires (cystite, pyélonéphrite) surviennent facilement, l'urine acquiert un caractère purulent et une odeur fétide. La germination des néoplasies dans le rectum ou dans le vagin conduit à la formation de fistules vésico-rectales et vésico-vaginales, accompagnées des symptômes correspondants.

Diagnostique

Un examen clinique, de laboratoire et instrumental complet est nécessaire pour détecter le cancer et déterminer le stade du processus oncologique. Le diagnostic de laboratoire standard comprend un test d'urine général pour déterminer l'hématurie, un examen cytologique des sédiments pour détecter les cellules atypiques, une culture bactériologique d'urine pour exclure l'infection et un test pour un antigène BTA spécifique. Un test sanguin confirme généralement une anémie à des degrés divers, indiquant des saignements.

  • Échographie de la vessie. Il révèle des formations tumorales de plus de 0,5 cm de diamètre, situées principalement dans la région des parois kystiques latérales. Pour la détection des néoplasies dans la zone cervicale, le scan transrectal le plus informatif. Parfois, l'échographie endoluminale transurétrale est réalisée à l'aide d'un transducteur inséré dans la cavité vésicale.
  • Diagnostic tomographique. Les méthodes les plus précieuses et informatives sont la TDM et l'IRM de la vessie. Ils vous permettent d'évaluer la profondeur de propagation du processus tumoral, d'identifier des tumeurs de petite taille qui ne sont pas accessibles par échographie.
  • Endoscopie vésicale Une méthode de diagnostic d'imagerie obligatoire est la cystoscopie, dans laquelle la localisation, la taille, l'apparence de la tumeur et l'état de l'orifice urétéral sont clarifiés. L'examen endoscopique peut être complété par une biopsie, permettant une vérification morphologique de la tumeur.
  • Diagnostic aux rayons X. Parmi les méthodes de diagnostic radiologique du cancer de la vessie, la cystographie est effectuée pour détecter un défaut de remplissage et une déformation des contours de la paroi de la vessie et pour juger de la nature de la croissance tumorale. La veinographie pelvienne et la lymphangioadénographie sont effectuées pour détecter l'implication des veines pelviennes et de l'appareil lymphatique.

Pour identifier les métastases locales et distantes du cancer de la vessie, une échographie abdominale, une radiographie pulmonaire, une échographie pelvienne et une scintigraphie osseuse squelettique sont utilisées..

Traitement du cancer de la vessie

Le traitement radical ne peut être effectué que par des moyens chirurgicaux. De plus, la méthode et le type d'opération sont en corrélation avec l'étape du processus oncologique. Types d'interventions chirurgicales pour le cancer de la vessie:

  • TOUR VESSIE. Dans le cancer musculaire non invasif, une opération endoscopique est effectuée - une résection transurétrale de la paroi de la vessie avec une tumeur. Pendant la TUR, la tumeur est retirée à l'aide d'un résectoscope à travers l'urètre..
  • Résection en bloc au laser. La méthode la plus moderne est la résection en bloc au thulium au laser. Cette méthode vous permet de retirer la tumeur en un seul bloc avec la couche musculaire, ce qui est très important dans l'examen histologique pour évaluer le degré d'invasion.
  • Cystectomie Ces dernières années, la résection de la vessie (ouverte, laparoscopique, robotisée) a été de moins en moins fréquente en raison du pourcentage élevé de rechutes, de complications et d'une faible survie. Dans la plupart des cas, le cancer invasif de la vessie présente une cystectomie radicale. Au cours de cette opération, la vessie est retirée en un seul bloc avec la prostate et les vésicules séminales chez l'homme; appendices et utérus chez la femme. En même temps, une partie ou la totalité des ganglions lymphatiques urétraux et pelviens sont retirés.

Les méthodes suivantes sont utilisées pour remplacer un organe retiré:

  • implantation urétérale dans la peau - urétérocutanéostomie
  • détournement d'urine dans le côlon sigmoïde - une méthode de dérivation de l'urine selon Briker
  • la formation du réservoir intestinal selon Studer (vessie orthotopique) à partir des tissus de l'intestin grêle, de l'estomac et du côlon. La cystectomie radicale avec plastie intestinale est optimale car elle vous permet d'économiser la possibilité de rétention d'urine et de miction.

Le traitement chirurgical peut être complété par une radiothérapie à distance ou par contact, une immunothérapie systémique ou intravésicale.

Prévision et prévention

Avec le cancer non invasif, le taux de survie à 5 ans est d'environ 85%. Le pronostic pour les tumeurs envahissantes et récurrentes, ainsi que le cancer de la vessie donnant des métastases à distance, est beaucoup moins favorable. Arrêter de fumer aidera à réduire la probabilité de développer une tumeur, d'éliminer les risques professionnels, de boire de l'eau purifiée et d'éliminer l'urostase. Il est nécessaire d'effectuer une échographie préventive, une analyse d'urine, un examen et un traitement en temps opportun par un urologue présentant des symptômes de dysfonctionnement des voies urinaires.